31/05/2000 – Manifestations dans toute la ville de Djibouti qui serait paralysée. La Police est absente et n’intervient pas : un signe ?.

On nous signale d’importantes manifestations en réaction à l’augmentation des produits pétroliers (L’AFP a publié plusieurs dépêches à ce sujet). La ville de Djibouti serait paralysée par de nombreux barrages. La colère monterait au sein de la population.

Jusqu’à maintenant, la Police n’est pas intervenue pour ramener l’ordre. On peut se demander si le Gouvernement veut éviter une aggravation (ce qui serait une première !) ou si ce sont les Policiers qui refusent de défendre le régime, d’autant plus qu’avec leurs familles, ils sont aussi les victimes des retards de salaire et des hausses de prix ….

L’Armée menace toujours de ne pas défiler le 27 juin.

31/05/2000 – IMPASSE DANS LES NÉGOCIATIONS AVEC LE FRUD.

Les négociations entre le FRUD et le gouvernement sont ‘au point mort’ actuellement. M. DINI n’aurait reçu aucune réponse à ses demandes et il ne se passe plus rien.

Il faut se souvenir que l’opposition qui a soutenu les négociations, parce qu’elles représentaient une chance sérieuse de rétablir la paix et la démocratie, ne restera pas toujours ‘silencieuse » dans ces conditions. Elle pourrait se sentir libre de s’exprimer à nouveau s’il n’y a pas d’amélioration.

Il pourrait en être de même pour les combattants du FRUD qui n’ont pas rendu les armes.

31/05/2000 – APPEL INTERNATIONAL DE L’OMCT pour retrouver les 29 enfants mineurs récemment libérés de Gabode et pour leur apporter un soutien matériel et psychologique.

Case DJI 190400.2 CC
Second Follow-up to case DJI 190400.CC
CHILD CONCERN

Geneva, 31st May 2000.

The International Secretariat of OMCT requests your URGENT intervention in the following situation in Djibouti.

New Information

The International Secretariat of OMCT has received further information that the 29 children detained in Gabode Prison in Djibouti were secretly
released on 24th May 2000 and sent to an unknown destination. OMCT had previously received information that an official announcement had been made that the children were to be released on 13th June 2000.

OMCT is gravely concerned for the physical and psychological integrity of these children. OMCT is also gravely concerned by the risk of impunity of those responsible for the alleged acts of ill-treatment and sexual abuse against these children.

Brief reminder of the situation

The International Secretariat of OMCT expressed its grave concern for the physical and psychological integrity of 29 Oromos (Ethiopian citizens) boys, allegedly detained and subjected to sexual abuse by
fellow adult inmates and prison guards in ‘Prison de Gabode’ in Djibouti for the last 6 months. It was reported that these children were arrested in
the street following their arrival in Djibouti from Ethiopia as refugees from the regional conflict.

Furthermore, according to the information received, the conditions inside the prison are described as suffocating and dirty and they were given
very little guard supervision.

The International Secretariat of OMCT recalled that Djibouti is a state party to the Convention on the Rights of the Child and has obligations
to the provisions of this Convention, particularly Articles 3, 37 and 40.

Remarks

The International Secretariat of OMCT wishes to thank all those institutions, organizations and individuals who intervened on their behalf. However, OMCT remains concerned for the physical and psychological integrity of these children and their well-being upon their release.

Action requested

Please write to the authorities in Djibouti urging them to:

i. Identify the whereabouts of these children and continue to take measures to guarantee their physical and psychological integrity;
ii. guarantee an immediate investigation into the alleged sexual abuse and ill-treatment, identify those responsible, bring them before a civil competent and impartial tribunal and apply the penal, civil and/or administrative sanctions provided by law;

iii.guarantee the respect of human rights and the fundamental freedoms throughout the country in accordance with national laws and international human rights standards, particularly the Convention on the Rights of the Child, ratified by Djibouti.

Addresses

Gabode Prison Monsieur le directeur, prison civile de Djibouti BP 12

Son Excellence Monsieur – Ismail Omar Guelle,
Président de la République, La Présidence, BP 6,
Djibouti, République de Djibouti. Fax
(+ 253) 35 50 49 // 350174

Monsieur – Ibrahim Idriss Djibril, Ministre de la Justice
Ministère de la Justice, B.P. 12, Djibouti,
République de Djibouti. Fax (+ 253) 35 40 12 //
35 54 20

Monsieur Ali Abdi Farah, Ministre des affaires étrangères,
Ministère des affaires étrangères, BP 1863, Djibouti,
République de Djibouti. Fax: (+ 253) 353840

Monsieur Ali Dini, Batonnier de l’Ordre des Avocats de Djibouti,
Barreau de Djibouti
B.P. 2461
Djibouti, République de Djibouti.

Geneva, May 31st 2000

Kindly inform us of any action undertaken quoting the code of this appeal in your reply.

Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT)
World Organisation Against Torture (OMCT)
Organización Mundial Contra la Tortura (OMCT)
8 rue du Vieux-Billard
Case postale 21
CH-1211 Geneve 8
Suisse/Switzerland
Tel. : 0041 22 809 49 39
Fax : 0041 22 809 43 29
E-mail : omct@omct.org
http://www.omct.org

31/05/2000 – APPEL DE L’UIDH – ARRESTATION DE M Fernando GOMEZ par les nouvelles autorités de Guinée Bissau

A TOUTES ONG DE DROITS HUMAINS / TOUS PARTENAIRES / SECTIONS UIDH / A TOUS LES MEDIAS

APPEL URGENT

L’Union Interafricaine des Droits de l’Homme (UIDH) a appris l’arrestation de Monsieur Fernando Gomez, militant des droits humains précédemment Président de la Ligue Bissau Guinéenne des droits de l’homme par les nouvelles autorités de Guinée Bissau.

L’UIDH dénonce cette attitude négative, arbitraire et non conforme à la pratique réelle de la démocratie en Guinée Bissau. L’UIDH rappelle aux autorités de Guinée Bissau que courant Avril 2000, un texte sur la
protection des militants des droits de l’homme a été adopté par les Nations – Unies.

Lance un appel à toutes les ONG de droits humains afin que celles ci se mobilisent et demandent la libération sans condition de Monsieur Fernando Gomez.
Deux journalistes ont été arrêtés en même temps que lui. L’UIDH exige leur libération.

Invite les autorités nouvellement élues en Guinée Bissau de prendre toutes les mesures pour assurer aux militants des droits humains les protections nécessaires à la réalisation de leurs missions de défense, protection et promotion des droits humains.

Tient les autorités responsables de toute dérive et de tout ce pourrait arriver à Mr Fernando Gomez et aux deux journalistes.

Halidou OUEDRAOGO

30/05/2000 – Les juges LE LOIRE et MORACCHINI se sont rendus à Bruxelles pour entendre M Aloumekani. Ils auraient été ébranlés dans leurs convictions ….

Les deux juges se sont rendus à Bruxelles les 29 et 30 mai pour entendre à nouveau M Aloumekani sur la base des procès-verbaux des interrogatoires qu’ils avaient réalisé pendant leur déplacement à Djibouti.

D’après des informations sérieuses, M. Aloumekani aurait répondu point par point et il se murmure que les juges auraient été ébranlés dans leur conviction et qu’ils rentreraient à Paris avec moins de certitudes …

30/05/2000 – En réaction à une hausse des carburants et du fioul, grèves et manifestations importantes à Djibouti : taxis, minibus et probablement les boulangers.

En réaction à la forte augmentation des carburants qui a été décidé par le Gouvernement, les taxis et les minibus se sont mis en grève. Ils n’ont pas l’autorisation d’augmenter leurs tarifs et de répercuter ces hausses sur leurs clients ; lesqules clients ne reçoivent plus de salaires (fonctionnaires) depuis cinq mois.

On murmure que les boulangers envisagent aussi des grèves.

Plusieurs barrages ont été dressés à Djibouti et le risque d’une paralysie de la capitale n’est pas à exclure.

29/05/2000 – Le forum AGORA-DJIBOUTI ne s’est pas suicidé ! Il a été assassiné avec préméditation ! (Courrier des lecteurs)

Subject: Défendons Agora

Bonjour M Schaal,

Permettez moi de vous suggérer de faire un article sur la fin de la liste de diffusion agora-djibouti.
Comme vous le savez cette liste a été lancée par Yves Vernin puis a connu un très grand succès permettant a des centaines de Djiboutiens de partout dans le monde de discuter, s informer..

Le régime dictatorial Guelleh a évidemment tout fait pour la torpiller.

D’abord en lançant des sites a grands frais (comme celui de ismail-omar.com) ou comme de Samatar Miguil , homme qui touche une bourse djiboutienne et une bourse canadienne, qui est devenu canadien en se faisant passer pour un réfugié somalien et qui a 35 and passes est toujours en maîtrise a Ottawa qu’il ne fait pas d’ailleurs.

Maintenant la liste agora-Djibouti est morte parce que ce Samatar a abonne la liste a d’autres listes ce qui fait que les abonnes ont abandonne a force de recevoir 30 messages par jour. Le comble, Samatar Miguil a propose aux abonnes de Agoraa une procédure pour se desinscrire

Merci M Schaal

M.A.

————————————————————————————————————

Réponse de l’ARDHD : Appel à volontaire

Merci pour votre message. Je n’étais pas au courant de cette hypothèse ni ‘des dessous de cette affaire’ …. en particulier concernant la possible responsabilité de ce Samatar Miguill qui m’a souvent beaucoup insulté (mais peu importe au fond). Un jour il était très furieux parce que nous avions publié un article dans lequel nous évoquions l’éventualité qu’il reçoive deux bourses : djiboutiennes et canadiennes. Il a tenu à apporter un démenti, précisant qu’il était citoyen canadien et qu’il ne recevait aucune bourse de l’État djiboutien.

Il est en effet extrêmement regrettable pour tous les djiboutiens, quelles que soient leurs opinions que ce forum disparaisse d’aussi triste façon… Il a permis d’exprimer des idées, d’échanger parfois vivement et nous sommes reconnaissants à Yves Vernin.

Que pouvons-nous faire ?

Probablement une seule chose, c’est de recréer un agora avec un autre site hébergeur, mais avec un filtre pour les inscriptions et un modérateur qui décide la diffusion de tout message.

C’est une tâche et une responsabilité que nous ne pouvons pas assumer, le journal est déjà une tâche lourde …. comme vous l’imaginez, plus le suivi du courrier. Connaîtriez-vous quelqu’un, fiable, qui effectuerait ce rôle tous les jours et avec objectivité : toutes les idées y compris, celles qui sont contraires aux nôtres doivent pouvoir s’y exprimer librement.

Je suis attentif à vos propositions et LA LIBERTÉ assurera la promotion de toute nouvelle liste agora créée selon ces deux principes : filtre à l’inscription et avant diffusion des messages et tolérance sur les points de vue exposés, à condition d’éviter les abus.

Tout en vous laissant la responsabilité de vos propos, ( c’est la règle dans cette rubrique ), nous publions votre message dans le courrier des lecteurs comme vous nous le demandez.

Solution technique :
Pour lutter contre les innombrables envois de publicité et autres, j’ai trouvé des ressources dans Outlook Express 5. Vous pouvez bloquer au fur et à mesure tous les expéditeurs dont vous ne voulez plus … si bien que ces messages sont détruits automatiquement dès réception et qu’ils ne dérangent plus … Veillez à cocher ensuite les deux cases ‘courrier’ et ‘news’.

29/05/2000 – AVIS DE RECHERCHE. Que sont devenus les 29 enfants mineurs libérés après avoir subi les pires sévices ?

L’ARDHD lance un avis de recherche et remercie toute personne qui pourra lui faire parvenir des informations sur les 29 mineurs libérés de Gabode, il y a quelques jours.

Ces enfants ont subi pendant cinq mois les pires sévices dans la Prison de Gabode, après avoir probablement vécu des moments difficiles, puisqu’un certain nombre s’étaient réfugiés à Djibouti pour fuir les combats entre l’Erythrée et l’Éthiopie Beaucoup d’entre eux sont certainement des orphelins.

Notre Association souhaite qu’une Assistance leur soit apportée dans les meilleurs délais et c’est la raison pour laquelle elle a besoin de savoir où ils se trouvent actuellement, afin de solliciter les ONG. Ces enfants âgés de 10 à 15 ans ne peuvent pas être ‘lâchés’ dans la nature sans un soutien matériel et psychologique.

La cruauté du régime djiboutien à leur égard aura été complète. En les libérant sans assurer leur réinsertion, le pouvoir commet un nouveau crime que nous devons essayer d’empêcher.

IL Y A URGENCE