09/02/02 Le coin de l’humour :

Les
charges que le juge J.B. Parlos pourrait retenir, sont-elles
explosives ?


image ARDHD

Nous ne
diposons pas d’élements répondre à cette
question, mais nous savons que le juge s’interroge, interroge
et qu’il va interroger encore plus à compter du 22 février,
date de son arrivée à Djibouti … Probablement
des rebondissements sont à prévoir !

Le
2ème festival cinématographique de Djibouti s’organise

Après l’affaire Borrel II le retour, un nouveau film
est annoncé : Titanic II


Image
R. Picon

Décidémment
le juge Jean-Baptiste Parlos aura bien du mal à se faire
une conviction. On dit qu’il devrait arbitrer entre la vérité
d’un côté et la thèse d’Etats de l’autre,
cette dernière étant soutenue à la fois
par l’Ambassade de France et par Guelleh. A l’origine, elle
avait été concotée par les juges Morrachini
et Le Loire, déssaisis ensuite. Mais tout cela ce sont
des ‘on-dit’ bien sur !

L’affaire
Borrel, c’est un Iceberg, on ne voit que la partie immergée
(10 % maximum). Tout le reste est sous l’eau. Mais ce pourrait
être un obstacle suffisant pour faire échouer le
dictateur … à condition que la Vérité
ne sombre pas avec l’honneur de la Justice française

D’après
nos informations récentes, Guelleh aurait tort de se
faire du souci. La France le protège et la France respecte
sa parole … Sinon, pour quelles raisons le juge J.B. Parlos
aurait-il attendu 18 mois pour interroger le témoin de
Bruxelles ? Pour quelles raisons n’aurait-il pas repris l’instruction
à zéro, sans tenir compte des conclusions de ses
prédécesseurs ? Dans ces conditions, faut-il attendre
quelque chose de nouveau du déplacement à Djibouti
prévu pour durer 9 jours environ .. ?

N’anticipons
pas, car le juge Parlos avait certainement beaucoup de travail
et il n’a probablement pas eu de disponibilité auparavant.
Ce qui nous étonne seulement, c’est le fait qu’il s’agit
de la mort curieuse de l’un des leurs : un juge, marié
à un autre juge et que l’esprit de corps ne semble pas
être prédominant dans cette profession.