30/08/2002 Tourisme à Djibouti : terre des hommes (du Président ..), terre des contrastes violents ! 1- Les objectifs (atteints) de la direction de l’ONED.

A la tête de l’ONED, depuis 25 ans, A. Kamil semble avoir atteint ses objectifs personnels : priver la ville d’eau potable pour développer la vente d’eau minérale en bouteille !

L’ONED est surtout célèbre pour les nombreuses fuites … de liquide dans son réseau. Des fuites de liquide de deux ordres : celles qui inondent les rues et qui créent des zones de gadoue et celles qui contribuent à l’enrichissement (sans cause ?) de son directeur … et à son maintien en poste.

__________________

Depuis l’indépendance, c’est un seul homme qui a dirigé cette entreprise publique, sans partage et sans changement. Depuis 25 ans donc, Abdoulkader Kamil règne en maître sur l’ONED.

Depuis son arrivée, la qualité de l’eau n’a cessé de se détériorer pour atteindre le niveau maximum recherché : c’est à dire la non-potabilité – une eau impropre à la consommation et en plus, en quantité insuffisante pour les besoins de la ville et de la population.

Dans les faits, c’était le but recherché, le but à atteindre et ce pour trois raisons :

1 – les fonds destinés aux investissements en matériel et en réseau ont été impitoyablement détournés par le directeur de l’ONED qui n’a jamais laissé aucune chance ni à des réparations ni à des améliorations …..

2 – en contribuant (volontairement ?) à rendre impropre l’eau à la consommation humaine, M Kamil ne pouvait que favoriser la vente des eaux minérales (Volvic, Shamlam et.ou PIerval) dont le commerce rapporte gros aux dirigeants djiboutiens, et de façon indirecte à IOG et à son équipe …

3 – la qualité de l’eau et son niveau de pollution en tous genres (bactéries, chimique) est à l’origine de nombreuses maladies au sein de la population et certainement de décès. Certains se demandent si on peut parler d’un système d’élimination physique de certaines couches défavorisées de la population qui ne disposent pas des moyens d’acquérir des eaux minérales en bouteille.

Mais au fait pourquoi une telle longévité au même poste ?

Qu’est ce qui peut expliquer le maintien de Kamil ?
Parmi les différentes hypothèses, deux réponses pourraient être privilégiées :

– il est marié avec Saadia Abdi Aichaneh, une femme aux mœurs bizarres. Ce mariage lui donne le droit d’entrée au cercle des amis du clan, puisque la femme est une cousine du dictateur. Drôle de promotion non ?
– sa loyauté à l’égard du dictateur, il paraît qu’il met une partie importante des recettes (et des subventions d’investissement)de la société à la disposition du dictateur, ce qui pourrait expliquer, entre autre, les déficits chroniques de cette entreprise publique.

P.S. aux dernières nouvelles,

1 – certains informateurs pensaient être en mesure de nous indiquer que le directeur de l’ONED aurait regretté que son collègue de l’EDD soit nommé avant lui dans l’Ordre des Brosses à Reluire.
Nous tenons à le rassurer ! A la seule condition qu’il sache trouver les mots justes et prononcer des déclarations convenables, l’Ordre des Brosses à reluire est prêt à le coopter sans délai. IOG acceptera-t-il de le décorer personnellement ? Sur ce point de détail, nous n’avons pas la réponse …

2 – à l’exemple de ses collègues (dirigeants de l’EDD, des Telecom, …) qui gardent bien précieusement leurs magots, il n’avait pas encore envoyé un don pour sauver le petit Hassan …

La ville manque d’eau … mais en dépit de la sécheresse, certaines rues débordent, grâce aux fuites du réseau de distribution de l’ONED et aux carences du réseau d’évacuation des eaux usées et de l’assainissement, qui ne sont plus entretenus.

…..

30/08/2002 L’ouverture de la vie publique aux partis de l’opposition, sans limitation de nombre, ouvre la voie à l’ODU et aux partis qui la composent (lecteur, militant du PND)

C’est en ce mois de septembre que vont tomber les effets d’une soi-disant Loi (jamais publiée à Djibouti) qui aurait limité le nombre des partis politiques à quatre pendant quatre ans.

Durant cette période et afin de ne prendre aucun risque, Guelleh avait pris soin de clôner tous les partis d’opposition, de façon à n’avoir, contre lui, que quatre partis (en réalité) entièrement dévoués à ses ambitions : faux FRUD, faux PND, faux PRD, vrai RPP.

Dans la première quinzaine de septembre, la politique devrait avoir le plus légalement du monde, un droit de cité à Djibouti. Je peux vous assurer que cela devrait chauffer, selon les informations que j’ai reçues.

L’opposition n’a pas l’intention de se laisser faire / rouler dans la farine. Elle connaît les méthodes de voyou qui sont celles de Guelleh et elle sait comment réagir.

Que ce soit le PND ou l’ODU, l’opposition a bien l’intention de s’exprimer. Elle est constituée de la coalition de tous les partis politiques d’opposition crédibles et reconnus. Il y a trois ans, elle a participé, dans l’unité, à l’élection présidentielle et si Guelleh n’avait pas trafiqué honteusement le scrutin, c’est son représentant qui aurait été élu, car il disposait du soutien quasi unanime de la population et des forces en présence, à l’exception des ‘obligés’ de Guelleh au sein du RPP (et encore, pas tous !)

L’ODU avec le soutien de tous les partis d’opposition du pays est l’un des rares exemples d’union de l’opposition en Afrique.

Dans les autres pays africains un tel niveau de consensus au sein de l’opposition n’a pratiquement jamais été atteint. Toutes les ambassades accréditées à Djibouti le savent bien et elles ont reçu les représentants délégués de l’ODU et des partis de l’opposition avec beaucoup d’égards.

L’ODU saura mobiliser le peuple en faveur de la démocratie ce qui est son objectif final et celui de tous les partis d’opposition, spécialement le PND dont je suis un membre actif.

                                       Un militant du PND exilé

30/08/2002 Le Ministre de l’habitat et de l’urbanisme A.A. Miguil, aurait prouvé qu’il n’avait aucune proposition à faire ni aucun projet dans une interview à la BBC (Lecteur)

Je viens d’entendre l’interview que le Ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme Abdallah Abdillahi Miguil a accordé à l antenne Somali de la BBC ce mercredi.

Dans cette interview le Ministre Miguil demontre une nouvelle fois que la délégation djiboutienne s’est envolée sans agenda, sans plan et sans idées pour participer au sommet sur le Dévelopement durable qui se tient en Afrique du sud.

Miguil, qui ne maîtrise même pas sa langue maternelle (Somali), était absolument ridicule. C’est une honte pour tous les Djiboutiens qui parlent le Somali. Il ignorait même comment dire le mot « biodiversité » en Somali.

Aden Nuh Dhuleh l’envoyé spécial de la BBC lui a demandé quels étaient les projets qui portainet un préjudice à Djibouti.

Le ministre n’a pas su répondre. Savait-il même de quoi il parlait et quel était le sujet principal de l’interview ? On peut se le demander en lisant la suite :

Le journaliste lui a demandé ensuite si Djibouti avait des projets communs avec les autres pays de la region. Pour toute réponse, M. Miguil, qui etait complètement hors sujet, lui a parlé de l’accord du 12 Mai avec le FRUD. Accord qu’IOG n’a jamais respecté !

Pourquoi le gouvernement a-t-il décidé d’envoyer une délégation importante qui n’a ni ordre du jour ni projet ? Combien de milliers de dollars vont-ils être ainsi gaspillés alors que les salaires ne sont pas payés dans la fonction publique et que le peuple souffre de la soif, de la faim et qu’un enfant est laissé sans soin, alors qu’il est victime d’une attaque de méningite et plongé dans un coma profond depuis plus de 8 mois.

Fouroun

30/08/2002 Dommage, Dahir Riyale Kahin, le nouvel homme fort (?) du Somaliland chausse les bottes des dictateurs, après avoir passé un accord (secret ?) avec celui de Djibouti…

Un journaliste a été emprisonné par le Somaliland au motif qu’il avait publié l’existence d’un accord (secret ?) entre IOG et Dahir Riyale Kahin.

C’est bien malheureux :
– car d’une part le nouveau Président ne semble pas représenter la majorité des habitants, dont certains lui seraient particulièrement hostiles,

– il vient de s’alllier semble-t-il avec Guelleh, ce qui était la dernière chose à faire, s’il souhaitait donner des chances au Somaliland d’affirmer son existence et son identité au plan international …

Nous rappelons que dans ce « pays » les radios ont déjà été interdites (à l’exception de la radio gouvernementale) et il semble que maintenant, la censure, l’emprisonnement, les menaces et les pressions indignes concernent la Presse écrite indépendante.

Décidément tous ceux qui chercheraient une alliance avec IOG, sont des hommes qui auraient décidé d’appliquer les mêmes méthodes ?

C’est vraiment dommage pour les Somalilandais qui étaient sur le point de réussir un exploit et dont les progrés étaient cités en exemple. Mais ils ne sont pas responsables … des excés et des abus de pouvoir d’un dirigeant qui a obtenu le pouvoir de façon non-démocratique après la disparition du Président Egal, qui avait plus de bon sens politique, de raison et de retenue.

30/08/02 Djibouti – Terre des hommes (du Président) 2 – Le contraste entre les locaux ministériels et l’abandon de la cité ….

Comme vous le verrez sur de nombreuses photos qui vous seront proposées dans les prochaines semaines, la situation de la ville devient chaque jour plus dramatique et alarmante sur le plan de l’entretien, de la salubrité et du nettoyage : chaussées défoncées, décharges en pleine zone d’habitat (avec menace pour les nappes phréatiques), eau croupie, etc….

En conclusion, un nouveau slogan que nous offrons au comité du tourisme :

Djibouti – terre des hommes (du Président) – terre des contrastes violents.

Djibouti est vraiment la terre des contrastes forts : entre les bureaux des entreprises publiques, les bureaux administratifs, la Présidence, le Palais et les Villas des dirigeants d’un côté et de l’autre, la misère qui envahit tous les quartiers laissés à l’abandon par une administration préoccupée uniquement par son enrichissement personnel.

29/08/2002: N’oublions pas le cas d’Adel Taher incarcéré injustement à Ali Adde. (Lecteur)

Ayant decouvert votre site recemment , je tiens à vous remercier pour tout l’interet que vous porter au peuple djiboutien,ce peuple opprimé depuis plus d’une decennie. Je trouve votre site bien exhaustif et serieux quant aux informations divulgées.

J’ai été tres frappé par l’article sur le jeune ADEL TAHER emprisonné injustement à ali addeh. En effet, je connais ce jeune homme, issu d’une honorable famille et dont les comportements m’ont toujours semblé exemplaires. J’ai cotoyé Adel et j’ai toujpours decelé son sens du patriotisme.

D’ailleurs il a toujours refusé de quitter Djibouti pour vivre en occident car d’apres lui ses racines sont ancrées la bas.Je suis vraiment attristé par le sort de ce jeune malheureux, innocent et sans defense qui sert de bouc emissaire au regime tyranique en place.Aussi je vous serai gré de nous fournir toutes informations le concernant. Agissons ensemble pour faire connaitre au monde entier cette pietre injustice, diffusons sa photo pour ne pas l’oublier.

Je vous remercie sincerement de publier cette correspondance.

Un djiboutien las de la dictature.

Note de l’ARDHD : merci, cher lecteur pour votre contribution et pour vos encouragements. Nous appelons tous les lecteurs, qui en ont la possibilité à :

– nous envoyer des informations au sujet de ce jeune homme et de la situtation dans laquelle le régime tyranique de Guelleh l’a plongé,

– nous adresser sa photo que nous publierons.

28/08/2002: Sauver le petit Hassan Ahmed Hassan : des groupes se constituent pour organiser des collectes.

En réponse à l’appel que nous avons lancé avant hier, des premiers groupes nous ont adressé des messages pour nous dire comment ils organisaient déjà des collectes au sein de leur entourage amical, professionnel …

Il est extrêmement rassurant et encourageant de constater que la communauté djiboutienne dépasse ses différences tribales et qu’elle se montre solidaire en se mobilisant pour aider la famille et pour sauver l’enfant. Elle sera certainement appuyée par des occidentaux. Nous organisons la collecte en France.

Pour être efficace et utile, il est important que nous en sachions comment contacter la famille et que nous obtenions le diagnostic médical et les recommandations, afin d’organiser, si cela est toujours possible, l’évacuation sanitaire de ce garçon vers le service médical le mieux adapté pour le soigner.

Nous renouvelons notre appel à tous les Djiboutiens pour qu’ils nous permettent d’entrer directement ou indirectement en contact avec la famille

Après 36 heures, nous disposons déjà de l’équivalent de 500 €, ce qui est encourageant, car les dons devraient se multiplier dans les prochains jours.

27/08/2002: Les premièrs dons arrivent à l’ARDHD pour permettre l’évacuation sanitaire du petit Hassan Ahmed Hassan. Merci à chacun de votre mobilisation.

A la suite de l’appel que nous avons lancé hier, nous avons déjà reçu les premières contributions et les premiers engagements de donation.

Comme nous l’avons écrit, l’ARDHD ne reçoit aucun argent, afin de garantir son indépendance. Mais une Association « amie » SOS-AFRICA a accepté de se charger de l’encaissement des fonds et de la remise directe de ceux-ci à la famille via la LDDH.

Comment effectuer votre don ?

1 – Par chèque bancaire ou postal libellé
Le chèque doit être libellé à l’ordre de SOS-AFRICA.
Vous l’envoyez à ARDHD :
84 rue Saint-Louis en l’ile – 75004 PARIS France

Tel : 33 / (0) 1 46 34 70 70 ……….. Fax : + 33 / (0)1 46 34 25 93
E-Mail : ardhd@ardhd.org

2 – Par mandat
Le mandat doit être libellé à l’ordre de SOS-AFRICA et nous être adressé de la même façon.

3 – Par virement
Nous vous donnerons ce soir les coordonnées du compte bancaire de SOS-AFRICA

Moins de vingt quatre heures après l’annonce, l’ARDHD a déjà collecté plus de 150 € pour cette cause.

Appel aux Djiboutiens résidant à Djibouti.

Afin d’aider au mieux cette famille et son enfant, nous avons besoin d’avoir de recevoir des informations très précises, qui nous permettront de prendre contact avec d’autres associations humanitaires : médecins, aides aux familles en difficulté, etc…

Il nous faut d’urgence :

– Adresse de la famille – Comment la joindre (Téléphone ou amis qui peuvent recevoir des appels téléphoniques)
– Date de naissance du jeune Hassan Ahmed Hassan,
– Diagnostic précis : description des symptômes et des problèmes par un médecin
– Solutions proposées par le médecin : évacuation sanitaire (est-elle possible ?)
– type d’hôpital / service médical adapté en France ou en Europe, etc…

Ces informations sont capitales pour que nous puissions apporter une aide efficace à la famille et à ce jeune enfant en informant avec précision les associations qui pourraient apporter leur aide.

Nous prenons contact avec la LDDH pour qu’elles assurent la liaison et qu’elle puisse verser les fonds à la famille ou procéder à l’achat des billets d’avion nécessaires.