19/03/03 (B189) Message de condoléances du Sergent Ariko à la famille du Commandant Ladieh.

Au nom de la nation et
du corps de la Gendarmerie nationale, je tiens à presenter mes condoléances
à la famille de notre compagnon Ladieh qui vient de mourir à
l’hôpital militaire Bouffard.

On m’avait prévenu
que la SDS allait liquider tous ceux qui savent quelque chose sur l’affaire
Borrel et il en a malheureusement fait partie.

J’ai tout particulièrement
une pensée pour sa mère et pour sa famille qui viennent de perdre
un être qui leur était cher. Je prie ALLAH, le grand, de lui
pardonner ses fautes passées.

Je rappelle à mes
deux anciens officiers de la Gendarmerie, membres du GED, les mises en garde
que je leur ai adressés, car ils doivent prendre toutes les précautions
pour assurer leur sécurité. L’alerte est réelle et ils
se doivent d’être en contact fréquent avec la Police belge et
l’informer de toute arrivée suspect en provenance de Djibouti.

Cet avertissement concerne
aussi tous les Gendarmes qui auraient eu à connaître des informations
ou des faits dans le cadre de l’Affaire Borrel qui pourait bien empoisonner
un jour les relations djibouto-françaises. Paris et Djibouti faisant
tout pour éviter d’en arriver là.

Souvenez-vous quand même
qu’un opposant marocain Ben Barka a été assassiné en
plein Paris, avec sinon la complicité de la DST de l’époque,
au moins son assistance ….

Je sais qu’Iftin, Alhoumekani
et moi-même, nous sommes les prochaines cibles de la SDS et c’est la
raison pour laquelle nous devons être extrêmement prudents. J’ai
déjà pris toutes les précautions pour assurer ma securité
personnelle mais j’exhorte mes deux frères d’armes pour qu’ils en fassent
de même.

Remettons aussi nos vies
entre les mains d’Allah qui saura nous protéger.

DAF a-t-il été
arrêté pour l’empêcher de parler de ce nouveau meurtre
?

Comme nous, il pourrait
désigner sans se tromper les coupables !

Et je terminerai en disant
que DAF avait bien réagi à mes articles où je lui posais
des questions et qu’il avait pris contact avec moi. Ses explications ont été
très claires et je peux dire qu’il a ma confiance actuellement.

19/03/03 (B189) Comme vous l’aviez annoncé à l’avance, je vous confirme que l’Oncle de Moussa Tourtour DAHER ISMAIL KAHIN dit Chideh n’a pas été nommé à la tête de la Mairie de Djibouti. IOG lui a finalement préféré Ahmed Samireh Omar. (Lecteur)

Cependant IOG avait un
gros problème à résoudre : celui de faire oublier le
meurtre du Commandant Ladieh (il était bien Commandant et non Capitaine,
comme vous l’aviez écrit). C’est pour cette raison qu’il a donc Samireh
parce qu’il était un proche de Ladieh et il lui a donné le fauteuil
de Maire de Djibouti.

Un petit point qui a quand
même son importance. Je me souviens que vous aviez déjà
parlé il y a un an, de ce fameux Samireh, parce qu’il jouait les réfugiés
politiques et les demandeurs d’asile au Canada …. ce que vous aviez dénoncé
à l’époque et à juste titre.

Vous n’aviez pas tort,
car le voilà Maire de Djibouti. Espérons que les Canadiens lisent
votre site ….. pour qu’ils évitent de se faire intoxiquer par ce
faux demandeur d’asile ….

Dieu ne nous permet pas
de critiquer un mort, mais je tiens quand même à rappeler que
le Commandant Ladieh n’était pas un ange de bonté et qu’en tant
qu’ancien patron de la SRD, il a torturé ses concitoyens. Il est décédé
aujourd’hui, donc, je n’ajouterai rien même je dénonce toujours
les conditions de son meurtre, car c’est un crime, je ne peux pas oublier
que son passé était relativement chargé.

 

19/03/03 (B189) Lettre ouverte du Comité du MRD en Belgique adressée au Commissariat général aux Réfugiés et aux apatrides, pour informer des conditions de l’arrestation et de la condamnation arbitraires et illégales du Président DAF.

MOUVEMENT POUR
LE RENOUVEAU DÉMOCRATIQUE
ET LE DÉVELOPPEMENT

(RÉPUBLIQUE
DE DJIBOUTI)

COMITÉ DU MRD EN BELGIQUE
45 rue de Serbie
1190 Bruxelles
Tel : 0472 212 210
rousseyl©hotmail.com

 

COMMISSARIAT
GÉNÉRAL AUX RÉFUGIÉS
ET AUX APATRIDES

North Gate I
Bd. Du Roi Albert II, 6
1000 Bruxelles

Bruxelles,
le 16 mars 2003

Objet : Information
Réf/MRDB/SOA/7-03

Mesdames et Messieurs,

En réaction non
seulement aux pratiques liberticides dont sont victimes les djiboutiens depuis
l’indépendance mais aussi à la toute dernière incarcération,
par les autorités djiboutiennes, du Président du MRD, Monsieur
Daher Ahmed Farah (DAF), nous souhaitons, dans cette lettre, attirer l’attention
de votre honorable Institution sur les faits qui ont précédé
ce nième acte de violation des Droits Humains en RDD.

Sous le prétexte
qu’une plainte aurait été déposée à l’encontre
de notre Président DAF par l’Armée Nationale Djiboutienne (AND)
pour diffamation et diffusion de fausses nouvelles, le procureur de la République
a immédiatement fait procéder à son arrestation ainsi
qu’à son placement sous mandat de dépôt dans l’abjecte
prison de Gabode le 15 mars 2003.

En termes simples, l’AND
se serait sentie offusquée par les allégations tenues dans le
journal Le Renouveau du MRD, relatives au  » rapt électoral  »
du mois de janvier 2003 qui fut orchestré par le pouvoir en place.
Fort heureusement et grâce à la mobilisation générale
tant nationale qu’internationale pour la défense de la Liberté
d’Expression, le régime dictatorial dirigé par l’actuel Président
Ismaël Omar Guelleh a, encore une fois, reculé devant un tôlée
qui risquait de concentrer les projecteurs sur ses agissements antidémocratiques.
C’est avec un grand soulagement que nous avons appris sa remise en liberté
48 heures plus tard.

A toutes fins utiles,
nous avons transmis nos informations à plusieurs Ministères
de Belgique, à Amnisty Internationale de Belgique, à La Ligue
des Droits de L’Homme, à l’Agence Intergouvernementale pour la Francophonie…

Parallèlement,
nous avons assuré DAF ainsi que tous les djiboutiennes et djiboutiens
pris en otage dans ce pays, de notre détermination sans faille, pour
défendre nos idéaux et le Respect des Droits Humains les plus
fondamentaux et pour mettre un terme à la tyrannie ou au despotisme
quelles qu’en soient les formes.

Nous vous prions, Mesdames
et Messieurs, de recevoir l’assurance de nos salutations les plus sincères.


Comité du MRD
en Belgique

18/03/03 (B189) L’AFP confirme la condamnation de DAF à FD 200.000 plus une peine de six mois de prison avec sursis.

Un opposant condamné
à six mois de prison avec sursis à Djibouti

DJIBOUTI, 17 mars (AFP)
– Le président d’un parti d’opposition à Djibouti, Daher Ahmed
Farah, a été condamné lundi à six mois de prison
avec sursis et 200.000 francs djiboutiens (1.120 dollars) d’amende pour « propagation
de fausses nouvelles portant atteinte au moral de l’Armée ».

Cette condamnation du
responsable du Mouvement pour le Renouveau Démocratique (MRD, opposition)
fait suite à deux plaintes déposées auprès du
tribunal de Djibouti par le ministère de la Défense et le chef
d’Etat-major de l’armée, le général Fathi Ahmed Houssein.

Ces plaintes étaient
liées à un article de presse paru dans l’organe du MRD « Le
Renouveau », dont M. Daher Ahmed est le directeur, dénonçant
notamment la mise à la « retraite forcée et d’office »,
selon l’article, de quatre militaires accusés de sympathie pour l’opposition.

Le procureur de la République
avait requis contre lui une condamnation de six mois d’emprisonnement avec
sursis et une amende d’un million de francs djiboutiens.

L’ensemble des partis
de l’opposition, regroupés au sein de l’Alliance pour l’Alternance
Démocratique (ARD), a dénoncé ce jugement lundi dans
un communiqué transmis à l’AFP.

Le chef de file de l’ARD
Ahmed Dini a estimé « qu’il s’agit d’un acharnement pour faire
taire Daher Ahmed et intimider l’opposition ». « Mais nous ne nous
tairons pas », a-t-il affirmé.

18/03/03 (B189) Discussions djibouto-éthiopiennes sur l’utilisation du Port de Djibouti (AFP)

Ethiopiens et djiboutiens
discutent de l’utilisation du port de Djibouti

ADDIS ABEBA, 18 mars (AFP)
– Des ministres éthiopiens et djiboutiens ont entamé mardi à
Addis Abeba trois jours de discussions sur l’utilisation du port de Djibouti
par l’Ethiopie, qui ne dispose pas de débouchés maritimes, a-t-on
appris de source gouvernementale éthiopienne.

Il s’agit de la troisième
réunion conjointe sur l’utilisation du port de Djibouti, menées
le ministre éthiopien du Commerce et de l’Industrie, Girma Birru, et
le ministre djiboutien chargé des Finances et de l’Economie nationale,
Yacin Elmi Bouh.

Les deux hommes sont notamment
accompagnés par le ministre éthiopien du Trésor Public,
Getachew Belay, et le ministre djiboutien des Transports, Elmi Wasei.

Outre l’utilisation du
port, les entretiens porteront sur la mise en place d’une zone franche pour
l’Ethiopie à Doraleh (Djibouti).

La réhabilitation
des axes routiers reliant les deux pays, le volet sécuritaire avec
notamment la surveillance commune de la frontière et, s’agissant du
transport ferroviaire, la privatisation partielle de la ligne de chemin de
fer djibouto-éthiopienne, seront également évoqués.

Par ailleurs, Addis Abeba
et Djibouti doivent discuter d’une cargaison de produits chimiques en provenance
de Grande-Bretagne et à destination de l’Ethiopie, et bloquée
depuis fin janvier 2002 dans le port de Djibouti, où les produits ont
commencé à couler hors des conteneurs, mal conditionnés.

Depuis l’indépendance
de l’Erythrée en 1993 et, surtout, la guerre qui les a opposés
de 1998 à 2000, l’Ethiopie n’a plus de débouchés maritimes.
La quasi-totalité des flux du commerce international éthiopien
transite par Djibouti.

18/03/03 (B189) Alerte sur des menaces d’attentat à Djibouti contre des intérêts américains. (AFP)

Menace d’attentats
terroristes à Djibouti, selon Washington

WASHINGTON, 18 mars (AFP)
– Une menace d’attentats terroristes existe à Djibouti, a indiqué
mardi le département d’Etat en mettant en garde les Américains
contre des séjours dans ce pays de la Corne de l’Afrique.

« Le gouvernement
américain a reçu des indications sur des menaces terroristes
dans la région visant des intérêts américains et
occidentaux, dont l’aviation civile », a précisé le département
d’Etat dans un communiqué.

« Tous les Américains
envisageant de se rendre à Djibouti sont appelés à réviser
leur projet à la lumière de la situation actuelle », a-t-il
ajouté.

Les citoyens américains
à Djibouti doivent rester sur leurs gardes, particulièrement
dans les hôtels, restaurants et lieux de culte et éviter les
foules et manifestations.

La Grande-Bretagne et
l’Australie avaient émis des avis d’alerte similaires à propos
de Djibouti

18/03/03 (B189) Une nouvelle victime de Guelleh. Le capitaine Ladieh est décédé (lundi 17 mars ?) à l’hôpital Bouffard, après avoir reçu 4 balles, la semaine dernière. Un nouveau crime odieux du régime sanguinaire. (Info lecteur)

Après le major
Dahieye, sauvagement torturé et assassiné par les forces spéciales
de Guelleh, pour avoir voulu s’exprimer dans le cadre de l’affaire Borrel,
un lecteur nous informe que c’est au tour du Capitaine Ladieh ! Le capitaine a reçu plusieurs
balles et c’est dans un état très grave qu’il avait été
admis à l’hôpital Bouffard.

Nous apprenons qu’il est
mort des suites de ses blessures.

Un témoin génant
éliminé par Guelleh ? Tout le laisse supposer ! IOG fait assassiner
systématiquement tous ceux qui pourraient dire la vérité
sur la mort du Juge Borrel. Que les deux témoins de Bruxelles se méfient
et se protègent, car ils risquent leur vie à chaque instant.

En tout cas, Guelleh,
par cet acte monstrueux, semble nous adresser un message clair. S’il n’avait
pas une part de responsabilité (probablement de premier plan) dans
l’assassinat du Juge Borrel, aurait-il besoin de faire assassiner des témoins
ou de tenter de suborner les autres ? C’est la question qui peut-être
posée.

Nous adressons à
toute la famille du Capitaine Ladieh, nos plus sincères condoléances
et nous nous mettons à leur disposition, au cas où elle le souhaiterait,
pour déposer des plaintes en Europe. Mais nous ne saurions insister
sur ce point, car nous savons que la dictature n’aime pas que les familles
se révoltent devant l’injustice et elle sait assortir son discours
de menaces, de pression et de chantage, y compris contre les femmes et les
enfants.

Une autopsie a bien été
refusée ! Qui sont les criminels. Tous les regardent convergent vers
Hassan Saïd et ses sbires de la SDS, sur ordre d’IOG.

18/03/03 (B189) Rectificatif : lors de la publication du communiqué de l’UAD au sujet de l’emprisonnement de DAF, nous avons commis involontairement une inversion, qu’un lecteur nous signale à juste raison.

Je vous prie de bien
vouloir porter la rectification suivante :
M. MOHAMED DAOUD CHEHEM est bien le président du P.D.D et non pas
vice-président du M.R.D qui lui est un autre parti. Afin de mieux éclairer
les lecteurs, je souhaiterais apporter cette rectification.

___________________________
Note de l’ARDHD
Nous corrigeons immédiatement l’article concerné. En effet, à la suite d’une
difficulté de retranscription, nous avons interverti deux personnalités.
Nous prions les responsables concernés et les lecteurs d’accepter nos
excuses.

_____________________
Ce lecteur ajoute et nous le remercions :
Je vous prie, Messieurs, de recevoir mes salutations les meilleures et je
souhaite une longue vie à la lutte que vous menez avec nous contre
la tyrannie Guellienne.

Longue vie à l’opposition
et à l’ARDHD, la voix de la majorité silencieuse qui permet,
en mettant à notre service ce merveilleux outil de communication, à
la « Vox Populi » d’être entendue partout dans le monde malgré
le mur de silence construit autour de Djibouti.

Mes amitiés à
toute l’équipe de l’ARDHD ainsi qu’à tous(tes) les lecteurs(trices).