18/06/04 (B252) Qui se cachent derrière la controverse autour de l’organisation du 27 juin ? (Lecteur)

Chaque fois que des personnes
se réunissent autour d’un projet, des voix se lèvent pour
les contester. Il est tout à fait normal d’être en désaccord
sur certaines parties ou sur un programme entier.

En revanche, rien ne permet
d’expliquer une opposition systématique à tout projet.

Les saboteurs (sabo pour
les intimes) sont souvent invisibles et utilisent généralement
Internet pour semer la discorde au sein de la communauté.

Ils ont longtemps joué
à cache-cache et sont allés au-delà de l’acceptable.
Leur jeu est découvert et nous sommes soulagés d’avoir pu démasquer
l’un d’entre eux.

L’homme en question
est le dénommé Sultan Omar.
La
surveillance exercée sur ses mails a permis de le confondre formellement.
L’homme adore
Internet, il passe des heures et des heures à envoyer des mails. Il
se prend pour intellectuel, mais n’a pas grand chose dans la tête.

Pour tenter d’acquérir
un minimum de notoritété, il a intègré l’association
DJIBSOM dont le site est en sommeil depuis le mois d’Avril 2004. !
Excepté
le rôle de figurant qui lui convient parfaitement, sa contribution est
pratiquement au niveau Zéro.

En revanche, ses mails
nuisibles et ses attaques personnelles continuent d’inonder des sites
comme celui de l’ARDHD.

Dans son dernier article
(http://www.ardhd.org/info.asp#article_2724
) intitulé «Les « faux »
Djiboutiens (d’origine éthiopienne) d’Ottawa.», notre ami s’en
prend aux différents organiseurs de la fête du 27 juin.

D’un côté,
Mer Rouge Restaurant et Ambassador se sont joints pour le show du samedi soir,
26 juin 2004. Les préparatifs vont bon train et la célèbre
chanteuse djiboutienne Neima Djama Miguil animera cette soirée grandiose,
essentiellement musicale.

D’un autre côté,
Mr Guire Robler et ses amis organisent le dimanche soir 27 juin 2004, une
soirée commémorative à la mémoire des héros
de l’indépendance.
Comme
vous pourrez constater ces deux fêtes n’ont pas le même contenu
et elles se déroulent à des dates différentes.

Par contre la célébration
de notre ami Sultan coïncide avec la soirée de Neima Djama Miguil.
Franchement qui pourrait rater notre chanteuse, patriote de surcroit ? Personne.

Sauf Sultan et ses amis,
à la recherche d’une reconnaissance qu’ils ne trouvent jamais.
Constatant que le 27 juin lui a aussi échappé, notre ami Sultan
se lance dans des attaques contre ceux qu’il estime être ses «concurrents»,
enfin ceux qui lui font de l’ombre.

Aveuglé par sa
colère, il a osé qualifierd’étrangère celle
qui a donné le surnom de Kabyo à Kadra Haïd. Monsieur Sultan,
les jours du régime sont comptés, et il y aura de comptes à
rendre : ceux et celles qui ont acquis illégalement la nationalité
Djiboutienne devront s’expliquer et se justifier. Ce jour là, nous
saurons enfin, si tu es un citoyen du pays ou si tu devras retourner vendre
du pain à Borama.

Dans un autre article
(http://www.ardhd.org/affinfo.asp?articleID=2582), le même sultan s’en
prend à Ahmed D. Sed.
Il
le qualifie de tout et de son contraire, «votre réputation est
sans tâche» dit-il. «Vous avez détourné de
l’argent» poursuit-il.

Sultan et ses amis n’ont
jamais organisé un 27 juin, pourquoi le font-ils cette année
?

Certainement pour avoir
de la notoriété et surtout pour se faire bien voir du régime,
dont il est par ailleurs agent informateur très actif, à l’instar
de ses amis de la tribu HASCHI AFWAYNEH.

Monsieur Sultan, apparemment
tout le monde est naïf, con, idiot. Et vous, qui êtes-vous ?
Nous
vous rappelons qu’il est temps pour vous et vos amis (Awad l’albinos
entre autre) d’arrêter vos insultes. Nous avons des preuves irréfutables
contre vous, Monsieur.

Nous continuons à
vous surveiller et vous nous verrez prochainement en action contre vous et
vos messageries.
Quand
aux Djiboutiens, nous leur conseillons de faire leur choix sans peur et en
toute connaissance de cause. Après tout, vous êtes dans un pays
libre qui est le Canada et non sous la dictature de Guelleh.

Et surtout n’écoutez
pas ceux qui ont tendance à dénigrer injustement des personnes.

Bonne fête 27 juin
2004 et vive la République de Djibouti.