31/07/04 (B258) Un lecteur, proche de la mouvance de Guelleh, nous adresse le texte d’une lettre ouverte aux Membres du GED.(Lecteur)

__________________
Note de l’ARDHD

En principe, nous ne publions pas les communications du régime ni
de ses soutiens. Ce lecteur a eu l’honnêteté de nous faire part
de ses positions personnelles en faveur de Guelleh. Il n’en reste pas moins
qu’il essaye de jeter le trouble et le doute en insinuant sans prouver et
en déformant certaines informations, ce qui aux yeux de certains, aura
le mérite de mettre en lumière combien le régime est
au minimum inquiet (très inquiet ?) de l’action du GED, pour en arriver
à sponsoriser de telles bassesses.

Nous avons accepté
malgré tout, de publier sa contribution, pour permettre à chacun
de se faire son opinion en ayant connaissance des différents avis /
opinions. Bien que le style ne laisse aucun doute sur son auteur (qui est
souvent intervenu sur notre site, dans le passé) nous ne communiquerons
pas son identité, puisqu’il ne l’a pas souhaité.

Il est évident
que nous ouvrirons un droit de réponse à Iftin et aux Membres
du GED qui souhaiteront répondre à ce lecteur.

____________________________________ Lecteur

Préambule :
Nous soutenons la politique du Chef de l’Etat, mais nous sommes ouverts
aux differents proposition qui viennent de l’opposition, si elle sont constructives
et si elles servent la nation djiboutienne.
_________________________________ Contribution

Lettre ouverte aux expatriés
de la Gendarmerie et du Gouvernement en Exil.

Messieurs,

Je viens de lire le communiqué
que vous avez adressé aux notables et celui d’Iftin qui dit aujourd,hui
beaucoup de mal du regime.

Je vous rappelle que la
majorité d’entre vous a contribué à permettre à
ce régime d’exister et de se développer. Il est curieux que
vous condamniez en bloc, le RPP, le Gouvernement et les Institutions de notre
République.

Je tiens à vous
dire que le Gouvernement en Exil n’est pas un rassemblement Isssa. Alors pourquoi
cette lettre ouverte aus seuls notables Issa, alors que notre République
est constituée de tribu et d’ethnies diverses. Je me demande les raisons
pour lesquelles vous dites ces mensonges et vous proférez ces injures
sur votre site.

La jeunesse ne vous comprend
pas. A vouloir créer une sorte d’Armée nationale dans un pays
où vous n’êtes meme pas reconnus comme des citoyens me
revolte.

Je suis surpris que le
site du GED ne dise pas la vérite ou ne propose pas d’alternatives
pour la jeunesse alors que les menbres qui composent votre Cabinet M Mahamoud,
ne sont que des purs produits du régime djiboutien.

La nomination d’un Général
de division est surprenante.

Je connais bien Iftin,
car j’habitais, Cité du Progrés, à côté
de ses parents. Iftin, je certain n’est pas un avantage pour vous, mais au
contraire un handicap.

Lorsque vous avez été
nommé comme Garde du corps d’Hassan Gouled, je pouvais voir votre comportement
au sein de la Garde présidentielle, en particulier dans le camp Barkhat
Siraj. Je pense que votre départ tumultueux de Djibouti avait pour
origine un litige familiaux qui ne concernait que votre famille et ta femme
Leila Moussa Tour Tour et non des raisons politqiues.

On ne s’engage pas dans
la politique comme on s’engage dans l’Armée, mais on milite et on fait
des études pour savoir ce qu’est la politqiue. Rien sur votre site
sur les énormes sommes d’argent que vous avez détournées
au profit de la Gendarmerie nationale et plus précisement dans le Camp
Barkat Siraj(*).

Il en est résulté
un conflit ouvert avec votre supérieur, le colonel Mahdi Cheik Moussa.

Pour quelles raisons,
Iftin, ne dites-vous que vous fait construire deux portes au sein du camp
et que les Gendarmes de l’Escadron présidentielle contestait votre
style de commandement. Etre au Service de la Nation supppose de dire la vérité
(**) aux gens comme l’a fait Abdo Bolock, lors de son entrée dans le
Gouvernement d’Hassan Gouled.

Etre réfugié
en Belgique ne condamne pas à insulter les Institutions du pays. Djibouti
appartient aux Djiboutiens toutes classes confondues et tribus et non au seuls
Isssa.

Il est certain que la
mise à genou économique de Djibouti (***) à laquelle
vous avez contribuée et votre départ soudain, me rappelle la
façon qu’a utilisé le Général Siad Barreh avant
de quitter Mogadiscio et de laisser le pays entier à la solde des puisances
occidentales et des pillars. (…)

 

(*) Ce lecteur écrit
dans son manuscrit : sommes détournées au profit de la Gendarmerie
et non du Cdt Iftin.
(**) Il serait bien que ce conseil vertueux soit d’abord mis en application
par ceux qui dirigent Djibouti actuellement !!!
(***) En imaginant même qu’Iftin ait détourné des fonds
publics, ce qui n’a jamais été dit par personne, il est assez
extravagant de l’accuser de la mise à genou économique du pays,
lorsque l’on connaît le montant des prévarications qui sont commises
par les responsables : politique, ministères et entreprises publiques.

29/07/04 (B257) Radio-Trottoir : les querelles continuent à l’Ambassade de Djibouti à Bruxelles.

C’est désormais
la guerre entre Haroun Ourouba et Chéhem Délégation dit
B… à l’Ambassade de Djibouti à Bruxelles. Ils ne s’aiment
plus et ne se parlent plus. Ils se boudent mutuellement.

De sources très sures, Mohamed Moussa dit Kounta Kinté aurait
reçu des instructions de Djibouti pour dépouiller Ourouba de
tous ses pouvoirs. La seule ressource qui resterait encore ce dernier seraient
les balades dans les rues de Bruxelles. L’autre, son rival, lui a tout pris.
Il est devenu l’homme fort en matière de sécurité, de
l’Ambassade de Djibouti à Bruxelles.

Mais Ourouba ne s’avoue pas vaincu, il s’agitte et il se débat : il
appelle ses hommes à Djibouti pour qu’ils interviennent. Malheureusement
pour lui, ses hommes sont en pleines querelles. SE Dini Abdallah Bililis n’est
plus l’ami intime de son ex ami SE Dileita Mohamed Dileita. Manque de pot
pour Ourouba (le courageux), personne ne répond à ses appels
de détresse diplomatiques… Il est victime d’un quiproquo entre les
deux ex frères.

Tandis qu’Haroun Ourouba prend l’ascenseur vers le bas, son rival B…. le
prend vers le haut, sur ordre d’Ali GUELLEH (membre de l’équipe présidentielle).

Ici, à Bruxelles, Houssein Tuister et quelques autres amis du club
Med, tentent de réconcilier les deux hommes. Les membres du club jouent
aussi les surenchères…ou qui dit mieux ?

Pendant ce temps, Ourouba est dans tous ses états. Certains nous confirment
qu’il appelle Djibouti plus de dix fois par jour !!!

Nous lui conseillons de se repentir et d’appeler plutôt Dieu, que des
amis empêchés pour toutes sortes de raison. Il lui répondra
certainement et en plus la communication est gratuite.

Lecteur

29/07/04 (B257) L’ARDHD n’aurait aucune légitimité à exprimer la moindre opinion sur les décisions et actions des Partis ou Organisations djiboutiennes d’opposition. Son rôle est limité à la diffusion d’information. (ARDHD)

Nous tenons à rappeler
que l’ARDHD n’a aucune implication ni responsabilité dans les décisions
qui sont prises par le GED, organisation composée de Djiboutiens.

Le rôle de l’ARDHD
est de permettre à tous les Djiboutiens, opposés au régime
dictatorial de Guelleh, de s’exprimer en toute liberté et de faire
connaître à l’opinion internationale, les dérives et les
atteintes aux Droits de l’Homme qui sont commises par le régime de
Guelleh. Mais il n’a jamais été et il ne sera pas question d’interférer
ni dans la vie politique, ni dans les actions des partis d’opposition.

Ce n’est qu’à titre
d’information que nous avons simplement signalé aux lecteurs l’appel
solennel du Président du Gouvernement en Exil, qui a été
publié sur le site du GED.

Il ne nous appartient
pas d’émettre le moindre jugement ni la moindre opinion sur ce sujet
et nous le ferons pas, que ce soit directement ou par l’intermédiaire
des très nombreuses contributions qui nous sont parvenues : certaines
pour approuver le texte et d’autres pour s’alarmer.

Elles ne seront pas publiées
et n
ous demandons
aux lecteurs qui souhaitent s’exprimer sur le sujet d’écrire directement
au Secrétariat Général du GED : exildj@gouv-exil.org

28/07/04 (B257) Le débat sur la nationalité est un faux débat pour masquer la faillite du régime.

Je crois que, plus la
campagne des présidentielles (gagnées d’avance par le régime
pour raisons de déficit démocratique à Djibouti) s’approche,
plus l’on assiste à des débats virulents autour de la question
de la nationalité. Je n’échappe pas à cette règle
et j’aimerais dire du haut de cette tribune libre combien le Djiboutien de
naissance que je suis, reste attache au ‘jus soli’ comme critère d’attribution
de la nationalité. Pour moi est Djiboutien celui qui naît sur
le territoire de la République (Djibouti + les ambassades du pays à
l’étranger) et celui qui est naturalisé pour service rendu à
la nation ou parce qu’il y résidé durant un certain nombre d’années
dans le pays et qui en a fait légalement son domicile.

Je crois avant tout que
l’appartenance à la nation découle d’un idéal à
savoir la volonté de vouloir vivre ensemble dans la diversité.
Une société renfermée sur elle-même stagne tandis
qu’une société ouverte et tolérante est synonyme de progrès
social. Djibouti par conséquent appartient non seulement à ceux
qui y sont nés mais aussi à ceux qui ont été naturalisés
a l’image du Ministre de l’Intérieur Abdoulkader Doualeh.

Cela étant dit,
j’aimerais ajouter que les Djiboutiens ne doivent pas céder aux sirènes
de la désunion initiées par un régime qui se sait en
perdition et auquel le temps est compté. Il arrivera bientôt
un temps de progrès où le mérite seul présidera
à l’octroi des postes dans la Fonction publique. Et ce jour-la, l’hémorragie
qui frappe la ‘matière grise’ se terminera. Ce jour la être Somali,
Afar ou Arabe ne sera plus un passeport pour l’octroi d’une sinécure
mais une donnée à ajouter au folklore national.

K.. R..

28/07/04 (B257) A lire sur le GED, un appel à la mobilisation générale de la Nation djiboutienne (texte et intervention audio du Président du GED)

Le site du GED publie
ce matin, un appel à la mobilisation générale de la Nation
djiboutienne et la nomination du Cdt Iftin, au grade de Général
de Division, à titre provisoire. Le texte est assorti d’un enregistrement
audio du Président Mahamoud Idriss Ahmed.

Nous ne disposons d’aucune
information complémentaire, mais la situation est tendue.

Dès que nous aurons
plus d’information, nous les publierons sur notre site.

Lien avec l’article :
http://www.gouv-exil.org/3_actualite/actu1_322.htm

27/07/04 (B257) Les espions d’origine éthiopienne sont-ils de retour : la contre-attaque (lecteur)

Leur strategie :
Pour une raison ou pour une autre, on assiste ce derniers jours à
des contre-attaques virulentes par tous les moyens. Peut-etre parce que les
élections de novembre 2005 approchent ? Veulent-ils utiliser la désormais
popularité du site de l’ARDHD pour tenter de diviser les Djiboutiens
?

En tout cas, on a l’impression
que les espions voudraient éloigner les lecteurs assidus (djiboutiens)
du site ? Ont-ils aussi l’ambition de contraindre l’ARDHD à fermer
son site par manque de visiteurs-internautes ?

Ils n’ont rien compris
: c’est une certitude !

Une véritable démocratie ne peut pas fonctionner sans opposition.
L’ARDHD est le site, par excellence, dans le domaine de la Cyberdémocratie
ou de la Democratie-electronique et il est incontournable.

Les espions pourront-ils
réussir à provoquer la fermeture du site de l’ARDHD ? Bien évidememnt,
la réponse est NON.

A tous les Djiboutiens
:

Ne répondez pas, ne réagissez pas aux provocations des ces fauteurs
de trouble car ils veulent seulement nous diviser. Comment les reconnaitre
? Tantôt ils attaquent les issacks, tantôt ils attaquent les Gadaboursis
etc etc..

Ils parlent souvent de
"Terre des Issas" (alors qu’ils ne sont probablement pas d’origine
Issas) ou de "Territoire des Afars et des Issas". Ils attaquent
aussi les femmes djiboutiennes (parce qu’elles sont plus vulnérables
?). Tout ce que l’on peut dire, c’est que cela est une honte pour la Culture
djiboutienne.

L’ARDHD ne fermera pas
son site, parce qu’elle est financièrement autonome, ne faisant appel
à aucune ressource externe (publicité, abonnement, cotisation)
et que ses animateurs n’ont aucun intérêt personnel dans la gestion
du pays, qu’elle soit économique ou politique.

Les Djiboutiens ne sont pas divisibles.

Les Femmes djiboutiennes
ne sont pas des monstres.

Vive Djibouti et les Djiboutiennes
et les Djiboutiens.

26/07/04 (B257) Selon un article publié par le GED (sous la signature d’Abdourahman Yassin), 51% des entreprises auraient cessé leur activité en 2002, pour cause de ralentissement de l’activité économique, conséquence de l’action directe des prédateurs qui sont à la tête de l’Etat.

(…)Djibouti actuel « la
mal gouvernance » dans un Etat à la dérive qui ne survit
que par et pour les corruptions de haut niveau.

Parler de  » bonne
gouvernance  » au niveau du gouvernement actuel, dirigé par M Ismaïl
Omar Guelleh à Djibouti, ce serait ne pas prendre en considération
les réalités flagrantes d’un Etat miné par toutes les
corruptions, les passe droits, les monopoles instaurés dans un secteur
privé où – par l’absence de règles du marché comme
la pression fiscale suivant la méthode  » à la tête
du client  » ou en fonction des besoins financiers de la présidence
plus de 51 % des commerces ont fermé leurs
portes en 2002 alors que ces cessations d’activités ce sont accentuées
en 2003 pour quasiment laminer ledit secteur privé.
(…)

lien avec l’article :
http://www.gouv-exil.org/3_actualite/actu1_314.htm

26/07/04 (B257) Rumeur: DAF se présenterait-il officiellement comme candidat à la Présidence ? (Lecteur)

D’apres une source d’information
fiable, provenant de l’entrourage du Président du MRD, Monsieur Daher
Ahmed Farah (DAF), ce dernier se preparait à annoncer officiellement
sa candidature aux prochaines élections présidentielles de 2005.

Monsieur DAF voyage actuellement
en Europe pour effectuer des visites de travail et nous le saluons à
cette occasion.

Nous, les militants du
MRD, nous serons tres heureux de soutenir sa candidature et de voter pour
notre Président aux élections présidentielles.

Que la lutte avance……