27/02/05 (B287) MRD : manifestation à Bruxelles le 9 mars 2005 devant les Ambassades de France et des USA pour dénoncer la mascarade électorale et pour leur demander de cesser le soutien abusif que leurs pays accordent à la dictature.

Le Comité du MRD
de Belgique, dans le cadre de l’action militante djiboutienne pour la démocratie
et la restauration de l’Etat de Droit en République de Djibouti organise
le mercredi 9 mars 2005 à Bruxelles, une grande manifestation contre
la mascarade électorale dite « présidentielle ».

La manifestation aura
lieu devant les Ambassades des Etats-Unis d’Amerique et de la France, puissances
présentes sur le sol djiboutien.

– De 14h 30 à 15h 00, manifestation en zone de  » libre expression
 » devant l’Ambassade des Etats-Unis au 27 boulevard du Régent,
1000 Bruxelles.

– De 15h 00 à 15h10
, deplacement sur le même axe, en direction de l’Ambassade de France.

– De 15 h 10 à 15h 30, manifestation en zone  » de libre expression
 » devant l’Ambassade de France au 42 boulevard du Régent 1000
à Bruxelles.

Remise d’un mémorandum aux répresentations diplomatiques.

Tous les démocrates sont invités et attendus pour dire Non à
Guelleh et pour inviter ces deux puissances occidentales à ne plus
lui accorder de soutien et à faire pression contre son régime
pour rétablir les libertés, la justice et la démocratie
dans notre pays.

La lutte continue.

27/02/05 (B287) Le trombinoscope ministériel et le palmarés … (vu par le cameraman sans objectif) (Notre correspondant)

La fin prochaine :
gros plan sur les traits des visages.
Super Conseil de ministres

Formidable, sensationnelle,
des images rapprochées : ministre par ministre, le gros chef y compris.
Images globales, terriblement déroutantes, qui ont semé la panique
auprès de certains de la Mouvance autour d’un candidat en pleine compétition
avec lui-même. Espérons que le jeune caméraman ne sera
pas sanctionné par le frère du ministre des finances, dans tous
les cas pas de commentaires sur ce dernier. A demain pour le prochain Conseil.

Zoom de la RTD brièvement commenté ; les images parlent

1. Education/ (éthio.)
Aucun sourire, froideur hautaine qu’inspire son visage, avec des yeux vitreux
d’une vitrine brisée, au regard fatigué et fixé sur un
fond de méli-mélo.

2. Habitat/ (dji.) Plus de sourire, regard hagard des bagnards.

3. Intérieur décentralisé/ (éthio.)
Rire incontrôlable,
regards terriblement instables, aux cadences éperdues, épuisées,
qui se dirigent vers un morne horizon.

4. Fonds routier facilement transportable/ (dji. sudiste)
sourire mitigé,
regard repu à la recherche d’un candidat moins usagé, assorti
du clin d’œil d’une vielle demoiselle versatile face à l’expectative.

5. Délégué aux Affaires musulmanes/ (éthio.)
Sourire pieux, loin d’être dévot, regard admiratif et vicieusement
moqueur.

6. Déléguée à l’intégration de la Femme/
(dji.)
Très beau sourire reflétant des lèvres jaseuses
et frémissantes de bonheur, regard fuyant mais accrochant.

7. Délégué à la présidence/ (dji.)
rire hystérique sous pression quotidienne, regard paniqué et
désemparé face aux théâtralismes de la dépendance
et de la manipulation tout azimut.

8. Energie/ (dji.Q.4) Demi-sourire narquois ou taquin, regard perçant
de fouine merde qui en sait trop de choses.

9. Premier des ministres/ (dji. nordiste)
Tête à gifle, pas
un brin de sourire, regard en revolver sans balle. Bien joué.

10. Chef des ministres et candidat malheur face à lui-même/
(éthio.)

Hypertendu, visage gravement boursouflé, aucun sourire, regard bovin
en
direction vers d’autres horizons, vers l’abattoir du coin.

Par vents et marées,
tous les autres ministres ont conservé des doux sourires silencieux
et insignifiants, le cœur n’y est plus, les regards étaient plutôt
proches de ceux des soldats en pleines déroutes.

Un caméraman sans
objectif

27/02/05 (B287) Djibouti : ça bouge à Bruxelles, mais les rumeurs sont parfois contradictoires …. difficile de se faire une juste opinion !!!

________________
Information N° 1 (Non vérifiée, à lire avec un maximum
de précaution – une tentative d’intoxication est tout à fait
possible ) Source lecteur.

J’appelle mes compatriotes
à la vigilance. L’Ambassade de Djibouti offrirait un dîner dans
un restaurant de Bruxelles auquel seraient conviés les dirigeants locaux
ou présents des partis politiques et en particulier de l’opposition
(MRD FDP GED ??? ). Le dîner aurait été offert par le
Premier Conseiller de l’Ambassade avec le Chef de la Sécurité
« OUROUBA ». Certains ajoutent que le but serait de boycotter la manifestation
prévue pour le 18 avril 2005 sur la Grand place.

D’autres affirment que
le Gouvernement de Djibouti aurait promis à chaque membre de l’opposition,
un poste important dans une Ambassade européenne….

_______________
Note de l’ARDHD
Cette information ne semble pas vraiment sérieuse et nous la prenons
avec le maximum de doute ….

_____________________________________________________

_______________
Information N° 2 (Non confirmée) Source lecteur – partiellement
contradictoire de la précédente !!!

Il se murmure à Bruxelles qu’une grande manifestation serait organisée
par le Comité du MRD en Belgique devant les ambassades des USA et de
France pour le mercredi 9 mars 2005.

Il s’agirait de dénoncer le prochain « hold up » électoral
qui va redonner un mandat à Guelleh. On dit que des européens
pourraient prendre part à cette manifestation.

Décidément, tout le monde en veut à Guelleh !

26/02/05 (B287) Remerciements à toutes les Djiboutiennes et tous les Djiboutiens qui m’ont écrit au sujet de la lettre ouverte que j’avais adressée à Monsieur Hassan Djama, le Chef d´État Major de la police et qui était restée sans réponse.

En janvier 2005, vous
avez eu l’amabilité de publier sur votre site, la copie de la lettre
ouverte que j’avais adressée, en août 2004, à Monsieur
Hassan Djama, le Chef d´État Major de la police dont j´ai
envoyé une copie á titre d´information, par la voie recommandée, aux personnages
citées ci-dessous.(*)

La vérité
blesse mais ne tue pas.Je racontais les difficultés dans cette lettre et
les obstacles que les Djiboutiennes et les Djiboutiens vivant á l´intérieur
de Djibouti doivent affronter pour faire reconnaître leurs droits les
plus élémentaires et les plus légitimes, auprés
des différents services publiques tels que le service de l´immigration
de Djibouti. Cette lettre était restée sans réponse.

Je tiens à vous
dire que de nombreux compatriotes vivant à Djibouti , en Europe et en
Amerique m´ont témoigné leurs profondes émotions
et m’ont écrit pour me soutenir et pour dire qu’ils avaient rencontré
les mêmes problèmes, liés la plupart du temps à
l’attitude honteuse et dictatoriale de certains fonctionnaires de l’Administration
de Djibouti qui usent et abusent de leur petit pouvoir.

Heureusement tous nos
fonctionnaires ne sont pas comme cela et c’est la raison pour laquelle il
convient de dénoncer les abus, car les responsables jettent le discrédit
sur l’ensemble du corps administratif de l’Etat.

Par la présente
je tiens à remercier sincèrement tous ceux qui ont pris contact
avec moi et qui m’ont adressé des messages de félicitation et
d’encouragement. Cela nous a beaucoup touché et prouve que les Djiboutiens
sont très attachés à la Justice et à l’Etat de
Droit partout ou ils se trouve á Djibouti et á l´extérieur
du pays, ce qui n’est pas le cas dans notre pays, trop souvent soumis aux
règles de l’abus et de la corruption.

Du fond du coeur, merci
à toutes et à tous.

IBRAHIM
DJAMA
Gråvädersv.
4.J
226 42 LUND
Tel: 46 705 14 83 90
Jaamac002@Hotmail.com
Suède

(*) Destinataires
à titre d´information.
– Le Président de la République.
– Le Directeur du Cabinet de la Présidence.
– Le Sécretaire géneral du Gouvernement.
– Le Premier Ministre.
– Le Directeur du Cabinet du Premier ministre.
– Le Ministre de l´intérieur.
– Le Directeur de Cabinet du Ministère de l´intérieur

– Le chef de Service de l´Immigration.
– Le Médiateur de la République.
– Le Président de l´Assemblée nationale.
– Une quinzaine de députés de l´Assemblée nationale

Aucun des personnages
cités ci-dessus n’a eu le courage de me répondre.

26/02/05 (B287) Guelleh beaucoup plus fort que le Ministre français des Finances : Hervé Gaymard. Bien qu’il soit coupable des mêmes détournements (et pire encore), il ne démissionne toujours pas ! (ARDHD)

Le Ministre français
des finances a été contraint de démissionner parce qu’il
avait fait louer par le Trésor public un appartement de fonction de
600 M2 dans l’un des quartiers les plus chers de la capitale.

On dit que Guelleh s’est
étranglé de rire en compagnie de Paulette.

La raison étant
le couple fait encore plus fort et qu’il n’envisage pas de démissionner
pour autant.

Souvenons-nous : le couple,
qui n’avait pas beaucoup de moyens au départ, a fait construire un
Palais somptueux, celui d’Haramous. Même si la décoration et
le style sont un peu clinquants aux dires de certains invités, le Palais
a couté une petite fortune. Qui l’a financé ? Le couple, mais
avec quels revenus ? A ne pas en douter de l’argent qui venait directement
ou indirectement du Trésor ou de commissions perçues sur des
affaires d’Etat.

C’est le premier point
!

Le deuxième
c’est que le couple l’habite. Rien de plus normal que d’habiter sa maison
! Oui mais le petit couple a estimé que le mari, en sa qualité
de Président auto-proclamé de la République, avait le
droit à un logement de fonction. Comme ils n’envisageaient pas de vivre
ailleurs, c’est Madame Paulette qui perçoit un loyer pour qu’ils vivent
chez eux…. C’est vraiment fort.

Alors Monsieur Gaymard,
avant d’agir sottement, demandez donc des conseils à Guelleh. Il vous
apprendra comment vous auriez pu faire payer par l’Etat français, le
loyer de l’appartement dont vous êtes propriétaire .. et aussi
comment ne pas démissionner pour autant !

24/02/05 (B286) La Nation nous indique qu’un saboteur de canalisation d’eau potable a été arrêté à Djibouti.(Info lecteur)

En
soit, l’information n’a pas grand intérêt, si ce n’est les difficultés
supplémentaires qui ont été à la charge des malheureux
habitants privés d’eau pendant plusieurs jours.

___________________________________
Extrait de Yahoo
A Djibouti, le journal LA NATION se félicite de l’arrestation
d’un «saboteur en série» qui avait pour manie de vandaliser
les forages d’alimentation en eau potable de la capitale. Résultat, plus
aucune goutte ne coulait aux robinets de plusieurs quartiers, et certains habitants
avaient dû se passer d’eau potable, durant 14 jours. L’article ne dit pas
si l’eau coule désormais à flot, dans la prison où le saboteur
a été transféré.

______________________________________________________

En
revanche, il faut noter que La Nation a omis de parler d’un autre saboteur d’une
toute autre envergure. Celui qui vandalise les ressources économiques du
pays et qui assèche les maigres économies des malheureuses populations.
Celui-là, vous le connaissez tous, car il a toujours besoin de liquide
et sa soif d’accumulation ne connaît aucune limite. Prendra-t-il un jour
la direction de Gabode ? Nombreux sont ceux qui le souhaitent et qui estiment
que ce serait justice.

24/02/05 (B286) Bruxelles : appel à la vigilance de tous les opposants (lecteur)

Il se dit qu’à
Bruxelles, aurait lieu le 26/02/05, dans un hôtel de la capitale, une réception-réunion
des agents d’IOG (le fameux comité de soutien aux élection présidentielles).
Ce Comité est composé de personnes bien connues de tous (en mal
de reconnaissance). Elles n’ont aucune légitimité pour représenter
ni la diaspora, ni l’opposition djiboutienne installées en Belgique.

J’attire
l’attention de tous les démocrates djiboutiens de Belgique pour qu’ils
se mobilisent contre ces rats d’égouts qui n’ont qu’une seule chose en
tête c’est de tromper les gens.

Je
pense et souhaiterais que l’ensemble de l’opposition (FRUD, MRD, FDP) doit unir
ses efforts pour contrecarrer les plans du Comité du soutien à IOG
: il est temps de passer à l’action vu les agissements d’une poignée
d’hommes de basses besognes, sans foi ni loi à l’image de leur maître
à penser (IOG).

Un
démocrate djiboutien.

23/02/05 (B286) LA VOIX AU CHAPITRE : par AÏNACHÉ / IMPASSE DÉMOCRATIQUE.

Pour des raisons
évidentes explicitées devant leurs militants et publiées
par les journaux des différents organes des partis, les dirigeants
de l’UAD (UNION POUR L’ALTERNANCE DEMOCRATIQUE) qui regroupe l’ARD,
l’UDJ et le MRD, ont décidé qu’il n’y aura pas un candidat
à l’élection présidentielle du mois d’avril prochain
cautionné ou soutenu par l’opposition unie.

La ferme position, adoptée
par l’opposition unie est engendrée par le mutisme du pouvoir face
au refus constaté d’obtenir le moindre début de réponse
à leurs exigences.

Les conditions sine qua
non, pour un réel concours démocratique respectueux de l’expression
de chaque électeur – exigées par l’UAD n’ont pas été
prises en compte, comme le souligne le communiqué de presse du 13 février
dernier publié par l’UAD sur l’élection présidentielle
d’avril prochain.

A la lecture de ce communiqué
on ne peut que constater la détermination de l’opposition unie de ne
plus servir de faire valoir à une élection déjà
bouclée, du moins sur le papier, dans ses moindres détails.
Dopée par un succès grandissant à chacune de ses réunions
ou meeting, encouragée par une population exténuée désireuse
d’un changement salutaire, l’UAD s’estime légitiment incarner l’aspiration
populaire pour imposer ses conditions.

Les neuf conditions, au
demeurant légitimes, exigées par l’UAD ne risquent pas hélas
d’être satisfaites dans le laps de temps qui nous sépare de la
date légale de l’élection Présidentielle.

Ce qui revient à
dire, sauf un revirement improbable : Pas d’élection présidentielle.

En mai prochain, dans
pratiquement trois mois, le mandat de six ans de l’actuel chef de l’Etat expirera.
Par conséquent, le Président n’aura plus la légitimité
(usurpée ou non) de diriger le pays, si comme c’est fort probable,
l’élection Présidentielle ne peut se dérouler.

Par la même occasion,
nous serions privés des débats salutaires et indispensables
que la campagne électorale génère, pour faire le bilan
du candidat sortant et connaître les projets des postulants.

Dans ce cas de figure,
nous nous dirigeons les yeux fermés dans un gouffre sans issue aux
multiples conséquences peu réjouissantes.

QUÊTE D’UN HURLUBERLU.

Selon les rumeurs persistantes,
il se colporte la nouvelle que les tenants du pouvoir se sont mis en quête
de trouver un hurluberlu qui se ferait octroyer généreusement,
plus de 30% du suffrage exprimé, un titre ronflant d’ancien candidat
malheureux à la présidentielle et une reconnaissance sonnante
et trébuchante pour avoir sauvé du ridicule le candidat  »solitaire »
comme l’a baptisé, le journal de l’opposition de l’ARD (Alliance Républicaine
pour le Développement), RÉALITÉ.

Seulement voilà,
il y a un bémol : le facteur temps négligé par orgueil
ou par suffisance coupable, ne le permet plus.

Beaucoup de temps a été
perdu pour faire obstruction aux citoyens désireux de s’inscrire sur
la liste électorale comme l’avait révélé une information
publiée par le journal : RÉALITÉ n° 117 du 15.12.04.
je cite : ‘‘ Inscriptions interrompues au 5ème arrondissement. –
: Les citoyens résidant dans ce secteur n’arrivent plus à s’inscrire
sur les listes électorales depuis plus de deux semaines, officiellement,
dit-on, par manque de formulaires administratifs. ».
Ils ne sont pas les
seuls. Ce genre de mésaventure, des concitoyens de la diaspora l’ont
subi à leurs dépendants, particulièrement à notre
représentation parisienne.

Tout ce temps perdu en
péripéties inutiles, joue donc contre le pouvoir dans sa quête
de trouver cet hurluberlu, qui se fait manifestement rare, pour faire le challenge
et sauver les apparences. Cette fois-ci la quête semble difficile.

L’époque du candidat
unique, issu et soutenu par un parti unique est heureusement révolue.
Aucune nation, aucune institution ne peut plus cautionner une élection
non démocratique. La troublante succession fétide de père
en fils de Mr GNASSINGBÉ au Togo en est malheureusement la plus récente
et la plus parfaite caricature.
Nous voilà devant une impasse démocratique et un futur blocage
de ce qui nous reste des institutions, déjà malmenées
depuis bien longtemps.

Afin de ne pas s’enfoncer
d’avantage, il serait judicieux qu’il y ait une large concertation entre le
pouvoir et l’opposition unie dans l’UAD, avec des personnalités des
sociétés civiles choisies ensemble, pour s’atteler et trouver
un compromis susceptible de dégager un projet d’avenir.

Mieux vaut mettre les
problèmes sur la table pour en discuter et voir ce que l’on peut faire
ensemble pour les résoudre, plutôt que d’observer le pouvoir
s’épuiser dans une course effrénée d’un hypothétique
candidat de complaisance.

Il n’est donc pas superflu
de chercher une solution de sortie à ce blocage qui se profile à
l’horizon. Si non, je crains fort que le pire ne soit pas hélas, derrière
nous.

AÏNACHÉ