30/03/05 (B291) Les idiots utiles de la dictature – Commentaire d’un lecteur sur les prises de position de Me Aref et des pro-IOG.

Sans
haine ni violence, le language aiguisé, parfois sur le fil du rasoir des
pro-IOG et à la barbe de ceux qui nous irritent l’épiderme, veut
avec précision exprimer le dictat des fans de la dictature …

A
contrario, si l’intention de caresser dans le sens du poil, leur patron est peut
être de mauvais augure, il est notoire qu’un vocabulaire aux caractères
fallacieux peut être aussi tranchant qu’une lame de guillotine, quand le
mensonge est de mise sous le signe de l’exécution arbitraire d’un ou de
plusieurs opposants…

Alors
que Djibouti vit une situation politique sans précédent : que la
principale action de l’opposition est la défense de nos institutions et
les droits des citoyens. Comment tolérer que la seule expression de l’UMP
soit celle de la démagogie envers ceux et celles qui subissent l’injustice
dans tout les domaines…?

En
effet, quand dans l’ignorance, leur baratin n’est pas maîtrisé, on
évite à l’évidence de manipuler sa langue pour vomir des
mots abjects. Ces derniers jours, par snobisme, des auteurs de la déraison
ont fustigé, bafoué, accusé, jugé et insulté
au travers de leurs propos de bas étage la présomption d’innocence,
la citoyenneté des Djiboutiens.

Ces
opportunistes baratineurs de la honte, pour paraître et apporter publiquement
leur soutien à IOG, dans le seul but de recevoir une part du gâteau,
.insistent sur l’invincibilité de la méthode dite « du passage
en force », qui les poussent à rechercher l’affrontement en tentant
d’entraîner les opposants sur leur terrain favori, celui la loi des seigneurs
de Guerre.

Aux
antipodes de la réalité, car l’opposition accepterait un combat
loyal, fondé sur les règles élémentaires de la Démocratie…L’absence
d’honnêteté intellectuelle dans le débat et l’allergie viscérale
à l’encontre d’un quelconque changement, les conduisent a dénaturé
les faits, sans aucun scrupule.

A
qui reviendra la palme du meilleur avocat de la dictature ? Tous les candidats
porteront la lourde responsabilité et ils devront, le jour venu, en assumer
toutes les conséquences.

Qu’ils
sachent, que d’ores et déjà, ils sont définitivement désavoués
par la majorité des citoyens…

Ma
conclusion sera une citation qui irrite visiblement le pouvoir.

Etre
capable de ressentir au plus profond de vous-même, toutes les injustices
commises contre le peuple : c’est la plus grande qualité d’un homme politique
! Sans pour autant vouloir faire la peau de quiconque…