31/05/05 (B300) Photo d’Hassan Cher devant la Poste de Djibouti, le syndicaliste licencié abusivement et injustement par le directeur de la Poste …

31/05/05 (B300) FRUD : Intervention lors de la journée de la libération d’Afrique, le 28 mai 2005

La République de Djibouti est connu aujourd’hui pour l’ excellence de sa localisation stratégique.La France reste présente à Djibouti avec quelques 3000 soldats, mais elle n’a plus le monopole de la présence militaire depuis les événements du 11Septembre 2001, et l’intervention américaine en Afghanistan et en Irak à cause de l’installation de 1500 soldats américains de la force d’intervention rapide, mais aussi de la présence militaire allemande.

Sur ce site éminemment stratégique vivent quelques 600000 personnes qui souffrent d’une dictature féroce depuis 28 ans.

La présence militaire étrangère (des pays démocratiques) dans ce pays a t-elle favorisé la démocratie ou renforcé la dictature?

L’armée française a accompagné techniquement et financièrement la mise en place de la dictature à Djibouti.– formée l’armée répressive et clanique.

En février 1992, suite à une avancée spectaculaire du mouvement armé FRUD, l”armée française a sauvé de la déroute l’armée djiboutienne en s’interposant, permettant à cette dernière de recruter et de s’armer à bras raccourcis.

La présence américaine a conforté l’intransigeance de la dictature de Guelleh.Les mannes financières perçus en compensation des présences militaires étrangères, servent au Président et son entourage pour maintenir la population sous la pression de la pauvreté et pour financer sa sécurité omniprésente.

Tout indique, dans notre pays du moins, que la présence des troupes étrangères participe à la pérennité de la dictature.

Malgré l’indépendance tardive de Djibouti–c’est-à-dire quelques 27 années après les vagues d’indépendance africaines, les dirigeants djiboutiens n’ont pas tiré les leçons des échecs des expériences d’autres pays africains liés aux turpitudes du système de parti unique et ont suivi les brisées de leurs aînés.

Ils ont reproduit à l’identique (presque copié, collé), l’oppression, les tortures, les exécutions extrajudiciaires qui seront le terreau sur lequel va prospérer le régime djiboutien.

En plus de l’influence des pays francophones, Djibouti subit de plein fouet l’environnement de la corne d’afrique.c’est une des raisons qui explique que face à la répression violente du régime super militarisé(20.000 soldats et policiers) s’est organisé une résistance armée qui a fait sienne l’adage des sud-africains qu’on ne peut se défendre les mains nus contre les attaques des bêtes sauvages.

Cette résistance dirigée par le FRUD n’a pas pu atteindre ses objectifs malgré le fait qu’il a pu libérer jusqu’à 2/3 du pays à cause d’une interposition militaire française.Un enseignement peut être tiré de cette expérience;il est extrêmement difficile de faire aboutir une lutte armée dans un pays sous influence française.

Il existe une espèce protégée des dictateurs en particulier par la France.
Le dictateur djiboutien fait partie de cette catégorie(à l’instar de celui du Togo, du Cameron etc…) A charge pour cette espèce protégée de s’adapter à la nouvelle donne du multipartisme?Certains dirigeants africains ont intégré le multipartisme dans leur système dictatorial.

A Djibouti:dés 1992 sous la pression du mouvement armé, et sur le conseil de l’ex-metropole, on a assisté à la fin juridique du parti unique, remplacé par un quadripartisme qui sera en fait vidé de son contenu.

En septembre 2002 toujours sous la pression du mouvement armé, un multipartisme de façade sera institué.Un certain nombre de partis furent légalisés mais seront privés de moyens d’actions;emprisonnement de certains de leurs dirigeants, harcèlements systématiques de cadres politiques de ces partis, économiquement asphyxiés.

L’opposition réunie au sein de l’union pour l’alternance démocratique(UAD), a participé pour la 1ère fois aux législatives de 2003, qui a conforté l’omnipotence du Président de la République(lequel s’est octroyé la totalité des sièges par des fraudes massives).

Pour la présidentielle du 08 avril 2005, les partis légalisés ont rejoint le FRUD soutenu par divers association de la diaspora pour préconiser le boycott, obligeant le sortant à se présenter seul(ce qui ne l’a pas empêché de se proclamer Président de la République à 96% des suffrages exprimés).

Les deux grandes tendances de l’opposition s’acheminent actuellement vers une plate forme commune puisque la distance entre elles s’estompe. D’une part, le changement par les urnes semble impossible, et d’autre part le pouvoir a volé le cessez le feu observé tacitement entre le gouvernement et le FRUD depuis février 2000, en assassinant 3 membres du FRUD le 31 mars 2005.

Cette pseudo élection a au moins démontré l’extrême impopularité de cette dictature presque héréditaire(avant le Togo)parce que Ismaël Omar Guelleh a succédé à son oncle Hassan Gouled qui n’avait pas de un fils.

Le nouveau Président a accéléré la déliquescence de l’ÉTAt?Il a renforcé la main mise de son entourage sur tous les leviers du pouvoir et la prédation mafieuse de l’économie.

Le FRUD profite de cette journée de la libération d’Afrique pour affirmer fortement que l’idéal panafricain doit inspirer à chaque stade, les actions des forces démocratiques et progressistes.

Le FRUD a pleine conscience que l’idéal panafricain est d’abord basé sur le respect des droits humains et des droits des minorités.

Face à la coalition des dictateurs, la solidarité des organisations progressistes africaines est plus que nécessaire.

Créons un forum des organisations progressistes africaines et une passerelle avec les démocrates des pays développés pour contre carrer les politiques de leurs gouvernements.

Paris, Le 28 Mai 2005

 

Pour le Comité Provisoire du FRUD
Hassan Mokbel
Chargé des Relations Exterieures.

30/05/05 (B300) Radio-Trottoir : en exclusivité mondiale, un reportage de notre correspondant Fafiyeh, en direct du Palais d’Haramous (Correspondant – Humour)

Les risques du métier de Première Dame.
Attention il ne faut pas trop parler à celui qu’on aime ;

Reportage de FAFIYEH de Radio Trottoir
En direct d’Haramous.

L’amour est une passion qui fait perdre les pédales, surtout dans les milieux mafieux. La loi du silence DOIT faire rage autour du chef des mafieux de la Cosa Nostra djiboutienne aux ramifications régionales avec un brin de Benladisme.

K. H. alias Gool (lionne en somali pour les intimes)
Oh, il fait vraiment chaud dans la cour, je plains les pauvres djiboutiens, qui sont pénalisés par ton gorille énergétique, l’éternel directeur de l’EDD, l’empâté Djama Ali.

Tu sais que ton cousin germain aurait déclaré qu’il est déçu de tes bouffons du RPP qui n’ont même pas réussi à mobiliser 1/20éme des électeurs djiboutiens, il ne cesse de répéter à ceux qui veulent bien l’écouter cette phrase suivante : «c’est grave, c’est grave, il n’a plus d’amis, plus de parti politique, plus de forces armées, même ses généraux lui tournent doucement le dos, c’est complètement la pagaille , il n’a plus qu’à se sauver à Durban et sans tamtam, c’est la fin des haricots !».

I.O. (Ambassa , lion en amhara : surnom connu par ses associés d’Addis)
Oublie le. Il est toujours lunatique et ne connaît rien à la politique, c’est un pourri incapable de gérer ses propres affaires, je regrette de le maintenir à ce poste, car il ne peut rien faire d’autre, c’est un nullard né.

Ecoute ma vieille, toi qui connais les dessous de la politique, viens et allonge toi sur cet oreiller, viens, informe moi sans discontinuité des tenants et aboutissants de cette dure épreuve que nous venons de surmonter. Oh oui ces élections ont été chaudes, cet été risque d’être infernal. Que penses-tu ma boulotte, que faire ?

K.H. à son petit Ambassa.
Oh lala, par où faut-il commencer, c’est terrible ce qui nous est arrivé, ces salauds d’Opposants nous ont bien piégé, en déclarant le boycott actif que tes experts en politique ont fâcheusement sous estimé. Même tes services de renseignements ont été inefficaces, je comprends Hassan Said, qui comme toi d’ailleurs était focalisé sur les évolutions de cette sale affaire de l’assassinat du juge Borrel. Oui écoute moi bien, il ne faut plus parler de suicide, car n’oublies pas que je suis française de naissance, et je n’admets pas qu’on s’entête sur des absurdités. Très franchement il faut prendre des décisions, c’est lâche de te trahir, avec eux je serais impitoyable. Je t’assure il ne faut pas avoir pitié d’eux.

Dieu garde nous de nos ennemis, à deux on se charge de nos amis, ces traîtres.

Revenons à nos moutons ! Il faut m’écouter sans m’interrompre car l’heure est grave, d’accord mon petit Ambassa préféré ?

Donc, je disais qu’on s’est bêtement fait piéger par une Opposition dont tu n’as pas cessé de dire qu’elle ne représente qu’une poignée alors que toi, et tu le sais bien, tu ne représentes que toi même. Pour te dire la vérité moi aussi, je n’ai pas voté pour toi, tellement j’étais déçue de voir les bureaux de vote complètement déserts.
La désertification des urnes cette année a porté ses fruits pour l’Opposition qui dénonce actuellement l’illégitimité de ces présidentielles. Il paraît que des coups bas sont en train de se tramer contre toi.

Attention mon petit Ambassa, la roue a tourné pour toi, tu as perdu ton charisme, tu as lamentablement échoué dans la gestion des affaires de l’Etat durant tes six premiers années.

Ne compte pas sur le vieux Gabayo, qui t’avait traité en 99 de satan introduit entre deux croyants qui se saluaient après la prière du vendredi à la Mosquée. Ce vieux roublard t’avait prédit en public pendant cette campagne, que tu n’avais fait que la moitié du parcours (sous entendu il te reste que très peu de temps). Je t’avais toujours dit fait attention à ces vieux rafiots, qui te côtoient et vont te couler à la moindre occasion.

C’est vrai, tu as bêtement raté ta réélection, c’est à se demander si ton QI=0.

Vraiment tu n’as pas de jugeote, voyons tu aurais pu demander à ton ami Aden Robleh de se présenter contre toi au lieu de te faire embobiner par un petit Mohamed Daoud. Je te l’avais dit : aide financièrement Aden Robleh qui n’a que quelques voix au fin fond d’Ali Sabieh, pour qu’il se présente contre toi. Mais toi qui ne cesse de ruminer la raclée que Hamareitey t’avait infligé en 97, alors qu’en principe, ce dernier devait jouer le rôle faire-valoir.

Pourtant à cette époque je t’avais dit de faire attention.

Mais avec Aden Robleh, tu n’aurais pas eu d’histoire, car il est plus stupide que toi.
Ha ha ha, je vois que tu ne t’existes pas, mon petit Ambassa (gros BISOU sous les aisselles). C’est bien continue à m’écouter comme çà, tu es un amour.

Passons aux choses sérieuses : après on aura tout notre temps pour passer comme on dit à la chose. Et d’abord, passons à la haute politique. Je sais je suis ta seule conseillère en Haute Politique, car mes compatriotes djiboutiens ne savent pas voler en politique, ils manquent de confiance et de savoir faire dans les affaires.
Ha ha ha ! tu ne peux plus te passer de moi.

Alors regarde moi bien dans les yeux et suit mon regard.

On peut perdre une bataille et ne pas perdre la guerre. Mais toi tu a non seulement perdu la guerre, mais tu continues, à combattre pour gagner une bataille, alors que la guerre est totalement perdue.

Pire encore, tu fais preuve de folie, en reconduisant les vauriens qui t’ont mené vers ta perte, ils vont cette fois réussir à t’interner ou à te faire fuir, voire même provoquer ton lynchage.

N’oublies pas et je te l’avais dit, Dilleita c’est ta perte. Ta vieille racaille c’est ton suicide, ta fin s’approche et la moindre étincelle dans sera l’embrassement général, qui n’épargnera peut-être pas tes protecteurs étrangers. Notre fin approche inexorablement et la tolérance tire à sa fin

Ne comptes plus sur moi car tu ne veux plus m’écouter, tes va et vient à Arta et au Day m’inquiètent car les embûches se multiplient dangereusement, et toi tu ne fais que vivoter dans une cuvette de Khat.

Tu ne peux même plus voyager le cœur libre. You are stupid.

GOOL se lève les yeux enflammés se dirige vers la cour le regard dédaigneux,
AMBASSA la fusille du regard, boit directement dans la bouteille à ses côtés.

Un match nul terriblement inquiétant entre Gool et Ambasa en cette période de haute tension.

30/05/05 (B300) LDDH : alerte sur des mouvements de troupe à Djibouti


Le Président
NOTE D’INFORMATION DU 30 MAI 2005 SUR DES MOUVEMENTS ARMEES
AU NORD ET AU SUD DE LA REPUBLIQUE DE DJIBOUTI.

« Cliquetis d’armes sur fond de tension politique ».

En cette période post électorale et à peine une semaine après le réajustement ministériel, suivi d’un « important discours programme, pour un second mandat à la tête du pays », il semble bien que la situation dans son ensemble reste précaire, et dangereuse.

La consolidation de la Paix civile semble bien compromise :

1. face à la non application jusqu’à présent des Accords de Paix de mai 2001,
2. face à la situation socio-économique dramatique pour la grande majorité de nos populations,
3. face aux chômages endémiques intolérables et insupportables.

Dans ce contexte général très délicat, depuis 48h, des mouvements, aux aspects et aux dimensions de préparation d’une opération de ratissage de grande ampleur, sont entrepris dans le Nord de la République de Djibouti, probablement à la recherche de « possibles » éléments rebelles, d’une part, et suite aux affrontements armés à caractère tribale, qui auraient surgi lundi 29 mai 2005 dans la région d’As-Eyla, d’autre part.

Rappelant que dans les années 90, cette zone de Goba’ad, situé au sud, dans le District de Dikhil a été durant un certain temps et de manière sporadique, le milieu d’affrontements armés entre pasteurs nomades des deux communautés nationales de cette région.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) reste très inquiète par les risques de regain de tension, et demande aux autorités Djiboutiennes d’éviter toutes provocations à caractère uniquement répressives

Elle reste convaincue que seul le dialogue politique et social, sans restriction à priori, peut désamorcer les sources des conflits et ce dans le cadre de la Prévision des conflits armés et internes.

 

NOEL ABDI Jean-Paul

29/05/05 (B300) Radio-Trottoir : Tadjourah/Dileita met tout le monde sur table d’écoute (Lecteur)

La Constitution de la République de Djibouti, n’accorde guère de pouvoir significatif au Premier Ministre.Ce dernier, qui jouit des mêmes prérrogatives ( ni plus ni moins ! ) que les autres membres du Gouvernement, s’ennuit dans ce rôle de  » Premier des Ministres  » et fait tout pour créer une situation qui le mettrait toujours en avant.

La mutation d’une aide-soignante du dispensaire de Tadjourah vers celui de Randa, relève tout naturellement de ses attribution ( hors texte bien sur ! ).Le Directeur de l’Ecole primaire de Ripta ou celui de Meedého, qui pourrait avoir un différend personnel avec les membres de la famille Dileita, peut se retrouver parachuter à Holl-Holl du jour au lendemain.

A Tadjourah, il est extrèmement difficile d’être discrèt et, ne pas attirer l’attention des guetteurs assermentés de  » mauvaises parole « .Les recrues ( très privées ) de Dileita ne négligent aucun détail : du simple résultat des élections du 08 Avril,en passant par les spéculations elatives à la constitution d’une future équipe gouvernementale, tout écouté et soigneusement rapporté.Malheur à celle ou celui, qui s’aventure à faire un commentaire…..

En 2005 encore, Tadjourah  » La blanche « , est encore en proie à des politicien véreux et malintentionnés.Que Dieu protège le peuple djiboutien contre les excès de ses dirigeants, qui ne pensent qu’à s’en mettre plein le ventre.

29/05/05 (B300) Radio-Trottoir : Ministre pendant quelques heures, au bénéfice d’une faute d’inattention de Guelleh, ce député du Nord, un peu oublié, termine la fête sous les moqueries de ses amis … Un inconnu, hier, occupera son maroquin ! (Lecteur)

Je vous invite à comparer cet extrait de la dépêche de l’ADI, toujours en ligne sur son site, avec celle que vous avez vous même repris de cette même source et portant sur le Decret relatif à la composition du nouveau gouvernement djiboutien….

Même chapeau, même date, même heure, et en 2 articles.

Une différence de taille cependant ! Non, vous ne l’avez pas trouvez ?

Eh bien lisez bien le nom du Ministre de l’Emploi (Houmed Mohamed Dini) qui figure sur la dépêche toujours en ligne sur le site de l’ADI et dont je vous donne ici un extrait et comparez le à celui figurant sur le site de l’ARDHD pour ce même poste (Mohamed Dini Farah)….

Bien évidement l’erreur ne provient pas de l’ARDHD ni de l’ADI mais bel et bien d’IOG.

L’histoire ? C’est à en pleurer de rires ! Certes mais pas pour tout le monde.

Voici la mésaventure qui est arrivé à ce député du Nord, un peu oublié, pour nos amis hors Djibouti et tous ceux qui ne la connaissent pas encore.

A 13 heures 30, ce fameux dimanche 22 mai, tout Djibouti est accroché à la radio, dans l’espoir de connaître enfin la composition du nouveau gouvernement… Peine perdue. Fin du journal parlé en français et à chacun d’éteindre son poste, la suite du programme radio ne présentant jamais d’intérêtà Djibouti.

Pour une fois, ce fut un tort puisqu’aussitôt, le journal déclaré clos, voilà le journaliste qui reprend le micro au prétexte de lire un dernier communiqué en provenance de la Présidence…. et c’était, vous l’aurez devinez, pour lire le fameux decret repris par l’ADI… comportant le nom de Mohamed Dini Farah au portefeuille de l’Emploi…

Le bruit du remaniement court dans Djibouti, les siestes sont écourtées, dans les mabraz ça s’affole, les telephones portables sonnent dans tous les sens, c’est à qui va trouver une connaissance qui a écouté la radio… on s’impatiente avant le prochain journal de la radio en langue somali… de 15h.

Et le journaliste d’égrener la liste à 15h sonnante, avec à l’Emploi, M. Mohamed Dini Farah.

Les commentaires fusent, et s’agissant de ce Mohamed Dini Farah, tout le monde convient qu’il s’agit que du seul bonhomme connu sous ce nom, c’est à dire un député du nord, ancien ministre de la santé; bref un revenant à qui tout le monde telephone donc pour le féliciter et qui, comme il se doit, organise la fête illicico presto dans son mabraz en commandant les bottes de khat de circonstance… Fête et euphorie qui durent jusqu’à 18h45, début des journaux télévisés. A 18h45 donc tout Djibouti se met devant la petite lucarne, qui pour avoir confirmation de la liste, qui pour voir la tête des nouveaux entrants… Et là coup de théâtre et stupeur devant le visage qui s’affiche et le nom qui s’entend de la bouche du présentateur du journal en langue arabe : à l’emploi, ce n’est ni le visage de Mohamed Dini ni son nom mais celui d’un illustre inconnu, un certain Houmed Mohamed Dini.

Imaginez la tête de celui qui se croyait rappellé au gouvernement par l’infini bonté d’un IOG, imaginez la tête des copains de mabraz machant à ses cotés le khat payé par lui….

A qui la faute, à IOG qui n’a pas fait attention que le decret signé et expedié à la presse comportait une erreur grossière. Il aurait dicté Houmed Mohamed Dini et son Ministre des affaires présidentiellles aurait entendu Mohamed Dini…

Et vous croyez qu’une fois la bevue découverte, il va se gêner jusqu’à pondre un decret rectificatif ? Non, car pour IOG, les « paperasses » ça n’a jamais compté. Pourquoi en effet compliquer ce qui peut être fait simplement. Un petit coup de fil à la RTD et à l ‘ADI qui ont comme des fautifs pour les charger de rectifier l’erreur d’eux même.

C’est pourquoi l’ADI par exemple a tout simplement modifié en ligne sa dépêche du 22 mai produite à 14h08gmt en éliminant sans autre explication de sa liste initiale le nom de Mohamed Dini.

Donc au jour d’aujourd’hui, il y a sur le net 2 listes provenant toutes 2 de la même source, l’ADI, l’une disponible sur le site de l’ARDHD c’est la vraie-fausse liste du gournement du 22 mai et l’autre, la rectifiée disponible sur le site de l’ADI, les 2 portant les mêmes references. Cher Monsieur Schaal, vous avez donc là une pièce à conviction de la mal gouvernance iogienne que devez précieusement conservé pour la posterité.

PS : il paraitrait qu’IOG a envoyé au pauvre Mohamed Dini une enveloppe le lendemain pour le « dédommager » et lui « rembourser » les depenses occasionnées. Le bougre aurait acheté ce jour là pour quelques 200 000 FD de khat.

DJIBOUTI (ADI) – 22 Mai – Après avoir renouvelé sa confiance au Premier Ministre sortant, M.Dileita Mohamed Dileita, le Président de la République, M.Ismaïl Omar Guelleh a formé, aujourd’hui en fin de matinée, un nouveau gouvernement.

Article 1er : Le Gouvernement est composée ainsi qu’il suit :

Premier Ministre
Dileita Mohamed Dileita

Ministre de l’Emploi et de la Solidarité Nationale
Houmed Mohamed Dini

Fin du vaudeville
Iogéien

27/05/05 (B300) Radio-Mediterranéee : une interview de Mme Borrel samedi de 12h à 13h00. Si possible nous relaierons l’audio à partir de dimanche.

Ce bref message pour vous informer que Madame Borrel m’a accordé un entretien la semaine dernière et il sera diffusé sur les ondes de Radio Méditerranée (88.6 FM) samedi 28 mai 2005 de 12h00 à 13h00, dans le cadre de l’émission « France Med Politique » que j’anime un samedi sur 2.


 

La radio est locale sur la régio parisienne, pour les auditeurs hors région parisienne il faudra qu’il se connectent sur le site internet de la radio www.medfm.net et après avoir téléchargé le logiciel « real player » ils pourront écouter l’émission.


 

Elle sera mise en ligne dès dimanche sur le site internet de la radio dans la case consacrée à l’émission.

27/05/05 (B300) A lire cette semaine sur LOI

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN – 28/05/2005
DJIBOUTI -Mahamoud Ali Youssouf
L’ancien ministre délégué à la coopération, Mahamoud Ali Youssouf, a été promu ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, lors d’un remaniement ministériel effectué cette semaine par le président Ismaïl Omar Guelleh. (…). [Total : 145 Mots].

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN – 28/05/2005
DJIBOUTI -Cinq nouveaux ministres
Le nouveau gouvernement du président Ismaïl Omar Guelleh (IOG), formé le 22 mai, compte cinq nouveaux ministres, les autres portefeuilles ayant été échangés entre les anciens ministres. (…). [Total : 419 Mots].