30/07/05 (B309) Les populations djiboutiennes ont été privées de la possibilité d’écouter RFI, mais grâce à Internet, elles peuvent continuer à s’informer. La LDDH nous envoie la copie d’un sujet réalisé par Monique Mas de RFI.


Le Président

DIFFUSION D’INFORMATION
DU 29 JUILLET 2005
SUR EMISSION DE RFI :
TERRORISME – FILIERES AFRICAINES.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) est très, très préoccupée de l’ampleur très inquiétante d’un Terrorisme sans nom et qui tue aveuglément des populations civiles, sans aucun autre objectif rationnel, mise à part celui de tuer, embrasant le monde dans un cercle infernal, macabre et vicieux.

Cette Diffusion d’Information, d’une émission de Radio France Internationale (RFI) du 29 juillet 2005, porte sur le Terrorisme : Filières Africaines de la Journaliste Monique MAS (avec Ghislaine Dupont), qui est très appréciée par un grand nombre d’auditeurs djiboutiens, par un certain nombre actuellement internautes.

Aucun commentaire n’accompagne cette diffusion.

Seul un Appel sera fait dans le cadre de la Corne d’Afrique :
– En tant que Défenseurs des Droits de l’Homme, il est demandé à la Communauté Internationale de ne pas laisser pour compte le peuple Somali, de porter dans les meilleurs délais une assistance sans faille afin de les aider de sortir rapidement du chaos imposé et entretenu.

Trois axes prioritaires devront faire partie d’un plan Marshall en direction des infrastructures sanitaires, éducatives et routières.

Pour exemple, la République de Djibouti d’une superficie de 23 000km2 aux axes routiers insignifiants auraient plus de km de routes asphaltées que les 650 000km2 des Territoires somaliens indépendants depuis 1960 (donc l’urgence en faveur des infrastructures routières devra être une des priorités absolues)

M. NOEL ABDI Jean-Paul
Vice-président de l’UIDH
Chargé de la Corne de l’Afrique

 

_________________________________ RFI

RFI

Terrorisme

Filières africaines

Adresse de la page : http://www.rfi.fr/actufr/articles/067/article_37795.asp

Les attentats de 1998 contre les ambassades américaines de Nairobi (Kenya) et de Dar Es-Salaam (Tanzanie) impliquaient des ressortissants de ces deux pays ainsi qu’un «cerveau» comorien. Ceux de Londres, le 7 juillet dernier, ont notamment mis en scène un Somalien, un Erythréen et un suspect localisé en Zambie. Ce pourrait être anecdotique si la présence du terrorisme islamiste ne se signalait régulièrement dans la Corne et la galaxie swahili africaines.

Ces zones sont en effet marquées par des affinités résultant d’une présence persique et arabe passée de la traite – celle des marchandises et des hommes – au commerce et au trafic. Le Golfe n’est jamais loin de la route swahili qui sillonne l’est du continent, descend en Afrique australe et s’enfonce au cœur des forêts congolaises. Or du chaos somalien au désordre congolais, de corruption kényane en indigence tanzanienne, les terroristes peuvent circuler comme poissons dans l’eau, sinon gagner les esprits à l’idéologie islamiste.

Vendredi, les services de renseignements zambiens annonçaient détenir un Britannique d’origine asiatique qui serait lié aux auteurs des attentats de Londres. Scotland Yard est moins affirmatif. A l’en croire, l’homme intéresserait surtout les services américains qui le soupçonnent d’avoir voulu créer dans l’Oregon un camp d’entraînement pour «terroristes». Il s’agirait de Haroon Rashid Aswad, arrêté à Livingstone, à 400 kilomètres au sud de Lusaka, là où les chutes du Zambèze marquent la frontière avec le Zimbabwe. La chaîne américaine CNN affirme qu’il est soupçonné d’avoir échangé une vingtaine d’appels téléphoniques avec les auteurs des quatre attentats du 7 juillet. Au vu des réserves britanniques, le «cerveau» présumé déniché en Zambie pourrait s’avérer un homonyme malheureux. Reste qu’ au confins sud de la galaxie swahili et à proximité du carrefour sud-africain, l’empressement zambien sur la question terroriste n’est pas sans pertinence.

Vendredi, à Londres, la police continuait d’interroger Yacine Hassan Omar, un Somalien de 24 ans arrêté mercredi, et à rechercher la trace de Mouktar Saïd Ibrahim, un Erythréen de 27 ans. De son côté, la presse britannique s’interrogeait sur les origines est-africaines des deux poseurs de bombes. Ce questionnement irrite nombre d’Africains qui objectent que les deux terroristes présumés ont grandi en Grande-Bretagne où ils ont émigré au début des années quatre-vingt-dix, fuyant la guerre et la misère… pour rencontrer la grande pauvreté et l’humiliation. Les uns expliquent qu’il n’existe pas de tradition d’attentat suicide en Afrique. Les autres, parmi lesquels Scotland Yard, assurent que rien n’indique que les deux accusés aient eu des contacts récents dans leur région d’origine. Il n’est pas question bien sûr de faire preuve d’une origine communautaire. Reste l’occasion de prêter attention au terreau africain que labourent les réseaux terroristes islamistes. Et en la matière, l’Afrique sub-saharienne est une passoire, la Somalie une base de repli, les pays de la Côte orientale, de possibles repaires.

De Mombasa à Mogadiscio, sans passer par Bukavu

L’existence de liens entre Al-Qaïda et le Libérien Charles Taylor, par exemple, a déjà été établie en Afrique de l’Ouest. Dans cette région agitée par la guerre civile, des échanges de bons procédés ont mis en relation marchands d’armes, trafiquants de diamants et terroristes en quête de blanchiment ou de certificats de destinataire final pour les livraisons de matériels militaires. Mais du côté du Golfe et de l’océan Indien, le chaos somalien est propice à tous les trafics et au développement d’un terrorisme islamiste local aux ramifications régionales, comme l’indique un récent rapport onusien . Dans une «étude de cas», les rapporteurs du Conseil de sécurité racontent, par exemple, la trajectoire suivie par un achat d’armes opérée par un «homme d’affaires en vue» de Mogadiscio, un certain Bashir Raage, grand praticien en la matière, et avec pignon sur rue, si l’on ose dire dans ce pays toujours sans Etat.

Selon le rapport du Conseil de sécurité, en septembre 2004, Bashir Raage a acheté trois containeurs d’explosifs expédiés du Royaume-Uni et chargés sur un bateau à Anvers (Belgique). Entre-temps, la cargaisons a été estampillée «produits chimiques agricoles» à destination de Bukavu, la cité lacustre du Sud-Kivu, à l’Est de la République démocratique du Congo. Pour cette destination enclavée, l’une des voies possibles est Mombasa, un port kényan, où le bateau parti d’Anvers a effectivement déchargé sa cargaison. Là, toute une équipe de transitaires et de douaniers kényans complices ont fait le nécessaire pour que la précieuse cargaison soit chargée à bord de trois camions. Au lieu de prendre la route qui traverse la Tanzanie puis le Rwanda pour rejoindre Bukavu, les transporteurs sont allés dans un village côtier du Kenya, Watamu, où les attendait un autre bateau. Les explosifs ont ensuite rejoint Kisimayo, en Somalie où Bashir Raage les a revendu à différents clients basés en Somalie. Ce genre de trafic exige un réseau transnational comme le savent tous les marchands de produits licites ou frauduleux de la région, depuis l’aube du kiswahili, formidable instrument de communication forgé au contact des cultures arabo-persique et bantou.

17 camps d’entraînement en Somalie

Le rapport de l’Onu indique aussi que de nombreuses parties sont impliquées dans le trafic d’armes qui aboutit en Somalie. Outre les fournisseurs, en général basés dans le Golfe, quelle que soit leur origine occidentale, asiatique ou moyen-orientale, le rapport cite le Gouvernement fédéral de transition (GFT) du président Yusuf, qui vient de regagner péniblement (le 26 juillet dernier), la ville somalienne «excentrée» de Jowhar. Il cite aussi les «réseaux fondamentalistes» que l’intrusion du GFT dérange. Parmi eux, le groupe Al-Itihad. D’après l’Onu, l’un de ses dirigeants, le cheikh Hassan Dahir Aweys, supervise 17 camps d’entraînement militaire alimentés par «un recrutement ininterrompu des éléments de base d’une force militaire, qui constituent l’armée de facto d’Al-Ittihad». De leur côté, dans un rapport intitulé «Counter-terrorism in Somalia : losing hearts and minds», les chercheurs de l’International Crisis Group (ICG) rappellent pour leur part les liens de certains groupes somaliens avec Al-Qaïda et les effets contre-productifs, «dans les cœurs et les esprits» somaliens, de la lutte anti-terroriste américano-éthiopienne.

ICG rappelle que la Somalie a servi de base arrière aux militants d’Al-Qaïda responsables de l’attaque de l’ambassade américaine de Nairobi en 1998 et de celle de l’hôtel de tourisme de la côté kényane en 2002. Al-Qaïda se serait impliqué en Somalie au début des années quatre-vingt-dix, au moment de l’intervention américaine, estimant la cause gagnée avec leur départ en 1995. A cette époque la mouvance islamiste somalienne était dominée par des militants wahhabites du groupe Al-Ittihad Al-Islaami qui voulaient instaurer un émirat. ICG explique que ce groupe en a essaimé un deuxième, en relation avec Al-Qaïda. Toujours selon ICG, depuis 2003, un troisième groupe partisan du djihad a émergé à Mogadiscio, sous l’étiquette Al-Ittihad. Affilié à Al-Qaïda, il est dirigé par un certain Aden Hashié Ayro, lui-même passé par les camps d’entraînement afghan. C’est ce groupe qui préoccupe l’Onu. Sa notoriété et sa force de frappe laisse craindre en effet qu’une plaque tournante islamiste se développe dans ce pays où Al-Qaïda n’a pas à proprement parler de bases. Le terreau est propice à l’idéologie terroriste. La porosité des frontières et la situation des pays environnants laissent craindre la contagion.

 

Monique Mas
Article publié le 29/07/2005
Dernière mise à jour le 29/07/2005 à 18:06 (heure de Paris)