31/07/05 (B308) Du bla-bla traditionnel d’IOG au PLAGIAT vérifié ! Ou le vol d’idées originales irréalistes à Djibouti, simplement pour tenter de faire rêver le peuple … (Lecteur)

2005 sera-t-elle l’année du millénaire du continent africain, la question mérite attention !

Si le tout le monde s’accorde sur le fait que pour sortir du marasme économique l’Afrique a besoin d’un plan Marchal et que le développement de l’Afrique passe par des investissements colossaux et la construction de grand réseaux routiers et férroviaires. Les projets des chefs d’états africains affluent.

http://www.rfi.fr/Fichiers/Mfi/EconomieDeveloppement/560.asp

Le NEPAD avec son transafricain reliant Égypte au Congo 8000km

Le chemin fer COMESA reliant burundi-rwanda-l’ouganda-congo-zambie-kenya

Le transafricain sénégal-djibouti

http://www.afrique-asie.com/archives/2004/175avril/175sen.htm

SÉNÉGAL
Les partisans d’Abdoulaye Wade ont célébré le 19 mars dernier le quatrième anniversaire de son accession à la magistrature suprême. Certains avec enthousiasme. D’autres avec une certaine retenue. C’est que l’état de grâce est terminé…
Les convictions d’Abdoulaye Wade

IOG nous invente le copyright, en plagiant les idées d’Abdoulaye wade’’faut rendre a césar ce qui appartient a césar’’, Djibouti a le droit de vouloir proposer un contre-projet mais étant donné le fait que les droits d’auteur n’existent pas dans un pays où copier ou plagier ne sont pas interdits.

Comme quoi le mot visionnaire employé par notre journaliste n’est que la conséquence de son incompétence ou de son manque de connaissances.

Mais financer de tels projets comporte-t-il des risques ? D’autant plus que la solution maritime n’impose pas de tels investissements et qu’elle est plus sécurisante.

1 – l’option train traverse des régions ou l’insécurité et les innombrables conflits régionaux rendent le trafic marchandise dangereux et peu sur.

Pour preuve : EXXON a préféré choir le transport routier pour ravitailler ses forages aux Tchad.

La ligne ferroviaire Brazza-Pointe Noire suspendue pour insécurité    Congo   (16H21)

Les autorités congolaises ont suspendu la ligne ferroviaire Brazzaville-Pointe Noire, en raison des attaques répétées dont elle est l’objet de la part des Ninjas, les anciens combattants du Pasteur Bitsangou, rapporte le Cape Times. Ces attaques ont coûté jusque là 850 000 dollars en biens volés à la compagnie ferroviaire nationale, selon son directeur général

2 – le temps de trajet pour concurrencer le bateau, les trains rapides nécessitent un investissement plus important et plus coûteux.

3 – l’électrification du réseaux est quasiment irréaliste, car les pays traversés ne disposent pas toujours des capacités de production nécessaires

4-les réticences des grandes compagnies ferroviaires.

6 milliards d’investissements ! Il faut au minimum 20 ans avant que ça soit rentable dans un pays qui est dirigé par une dictature et qui est forcément instable a long terme.

Seul quelque compagnie ont la capacité d’en assumer les risques, mais elles le limitent en général à l’exploitation de lignes intérieures, comme l’a fait la RATP en Afrique du sud.

Tous les autres projets sont toujours en études ou réalisés partiellement. Les échecs sont nombreux et n’incitent pas à la confiance.

Alors effet d’annonce, ou publicité mensongère pour le transafricain ‘’Djibouti Guinée’’ ?

  • Pour les optimismes vu les obstacles pas avant 2050.
  • Pour les pessimistes, après le mirage Dubaï, voilà le mirage transafricain, pour faire patienter la population qui attend toujours les effets de la réduction de la pauvreté. Ils peuvent toujours rêver au golf de Guinée, c’est hors de leur champ de vision et ils ne pensent pas à la faim qui taraudent leur estomac !

Quand à l’opposition, le développement du port de doraleh passe d’abord par la construction d’une autoroute a péage entre Doraleh et Addis.

Pour permettre un aller : retour en moins de 10 heures.

Projet privé dans lequel Guelleh et ses amis de Dubai pourront investir en toute tranquillité, selon leur méthode : faire payer les investissements et les charges de fonctionnement par le Trésor (sur la base d’aides internationales) et encaisser les bénéfices en direct … sans participer aux dépenses de gestion ni de remboursement des emprunts (dont la dette sera à la charge des futures générations)

Revenons au Sénégal pour vérifier que les idées de Guelleh sont empruntées :

Construction d’une autoroute entre Dakar et Thiès (60 Km) desservant également le nouvel aéroport international (embranchement vers Ndiass).

Le péage ne concernera qu’une portion de 30 Kms (sortie de Dakar- Ndiass) sur les 45 kms de distance entre Dakar et Ndiass.

Mode de financement : 
Concession en BOT pour la partie à péage.
Coût estimatif : 60 Milliards de FCFA soit 80 millions de US$


Le Président sénégalais a pas mal d’idées ; IOG l’a bien pigé…. et il les lui a « piquées » (CQFD)