21/11/05 (B325) Communiqué de presse de l’ARDHD qui accompagne l’envoi de la Lettre ouverte au Ministre français des A.E. à la Presse. (ARDHD)

 Association

ASSOCIATION POUR LE RESPECT

 Fondée

 Loi de 1901

DES DROITS DE L’HOMME A DJIBOUTI

 en 1992

84, rue Saint-Louis en l’Ile – 75004 PARIS Tel : 33 (0)1 46 34 70 70 – Fax : 33 (0)1 46 34 25 93
Contacts : Anne-Marie de Vaivre / Jean-Loup SCHAAL schaal@ardhd.org
Consultez nos informations permanentes sur : http://www.ardhd.org

COMMUNIQUÉ 21/11/05

L’ARDHD, Association pour le Respect des Droits de l’Homme à Djibouti, traînée en justice pour diffamation par le chef adjoint d’état major des armées de Djibouti,
( Procés le 18 octobre, à la 17e chambre correctionnelle du Tribunal de Paris, jugement à survenir ce 22/11/05) s’interroge sur un geste suspect de l’ambassadeur de France en faveur de l’accusateur.

Traînée en justice pour diffamation par le général ZAKARIA, Chef d’état major adjoint des armées de Djibouti, l’ARDHD, qui attend pour ce 22 novembre le jugement en délibéré du procès intenté par l’un des premiers exécutants du régime de Djibouti, connu pour ses violations répétées des droits de l’homme, s’interroge sur les motivations du comportement du premier représentant de la France à Djibouti.

Après l’avoir décoré de la Légion d’Honneur (décision déjà surprenante en elle-même, survenant en plein milieu du délibéré du procès, et en pleins remous de l’affaire de l’assassinat du juge Borrel), l’ambassadeur de France à Djibouti, Jean-Paul Angelier, a en effet remis à l’avocat djiboutien du général Zakaria le support personnel de son discours, annoté de sa main, support aussitôt transmis dès la fin de la cérémonie, au Président de la 17e chambre de Paris, dans l’intention apparente d’influencer son jugement.

L’Association pour le Respect des Droits de l’Homme à Djibouti vient d’envoyer une Lettre Ouverte à Philippe Douste Blazy, Ministre des Affaires Etrangères et à Pascal Clément, Garde des Sceaux, pour demande d’explication de ce comportement, se réservant la possibilité, si nécessaire, d’instruire une plainte pour ingérence dans le cours de la justice.

L’ARDHD sera demain 22 novembre au Palais de Justice de Paris, à 13h30, devant la 17e chambre correctionnelle, pour entendre le prononcé du jugement.

Anne-Marie de VAIVRE

vaivre@titane.tm.fr

 

ARDHD – Association pour le Respect des Droits de l’Homme à Djibouti

ardhd@ardhd.org                  http://www.ardhd.org

84, rue Saint-Louis en l’isle – 75004 PARIS (FRANCE)

Tel + 33/ (0)1 46 34 70 70                  Fax : + 33 (0)1 46 34 25 93