27/11/05 (B326) Les USA bloquent les avoirs des responsables des violations des Droits de l’Homme au Zimbawe. A qui le tour ? Les dictateurs reconnus pourraient voir un gel de tous leurs avoirs souvent « gagnés par des méthodes mafieuses ». (Info lecteur)

Lien : http://usinfo.state.gov/fr/Archive/2005/Nov/25-760200.html

Les É.-U. bloquent les avoirs d’auteurs d’actes antidémocratiques au Zimbabwe.
Ils demandent à toutes les personnalités politiques du pays d’accepter les réformes démocratiques.

Les États-Unis ont annoncé, le 23 novembre, que le président Bush avait autorisé le gel des biens d’un nouveau groupe de personnes impliquées dans des actions visant à miner les institutions ou les procédures démocratiques au Zimbabwe.

Promulgué par M. Bush le 22 novembre, le décret en question peut également s’appliquer aux proches de ces personnes ainsi qu’à toute autre personne qui leur prête assistance, indiquait la Maison-Blanche dans son communiqué.

De plus, le président a bloqué les avoirs de 128 personnes et de 33 entités.

« Les États-Unis n’ont cessé de demander aux autorités zimbabwéennes de renoncer à harceler la société civile, la presse et l’opposition politique, de rétablir l’État de droit, de négocier en toute bonne foi le règlement de l’impasse causée par les irrégularités des élections de 2002, et de tenir des élections législatives libres et honnêtes en 2005. Ces efforts n’ont pas donné de résultats satisfaisants », déclarait le communiqué.

« Il est encore temps, pour le gouvernement du Zimbabwe, d’éviter un nouvel élargissement des sanctions, en engageant des efforts sérieux pour rétablir des normes démocratiques et la règle du droit. »

Les mesures décidées par le président Bush font suite à une première série de sanctions américaines décrétées en mars 2003 contre 77 personnes qui entravaient les réformes démocratiques au Zimbabwe.

Date de rédaction: 25 novembre 2005