25/04/06 (B347-A) LDDH : alerte, Guelleh clone de nouveau les syndicats, avec l’aide de Dubaï Port Authorities, pour mieux asservir les travailleurs djiboutiens .

Ligue Djiboutienne des Droits Humains

Siège : Quartier V – Boulevard de GAULLE – B.P. 74 – DJIBOUTI /
République de Djibouti

Téléphone/Fax domicile : + 253 / 358 007 – Bureau :+ 253 / 357 804

E-mail : noel_lddh@yahoo.fr / Site : http://www.lddh-djibouti.org



Le Président

COMMUNIQUE DE PRESSE
DU 24 AVRIL 2006

Vers la constitution
de syndicats-maison ?

Poursuivant ses manœuvres anti-sociales, le pouvoir Djiboutien vient de franchir un pas supplémentaire dans le bannissement des confédérations syndicales Djiboutiennes libres et internationalement reconnues.

Cette tentative d’embrigader la société civile se traduit actuellement par la création de nouveaux syndicats-maison censés remplacer la Centrale indépendante UDT (Union Djiboutienne du Travail).

Cette dernière coupable d’avoir déclenché les grèves au Port de Djibouti en septembre 2005, qui s’est soldée par plus de trente licenciements abusifs, a été particulièrement réprimée depuis.

Dernièrement, deux membres de l’UDT de retour d’un stage en Israël et deux dirigeants de cette Centrale ont été incarcérés arbitrairement à la prison de Gabode au motif fallacieux « d’intelligence avec l’ennemi ».

Durant la détention illégale et arbitraire de ces syndicalistes, le pouvoir liberticide a intentionnellement imposé un nouveau « syndicat du personnel des services maritimes et transit (MTS)» marginalisant ainsi le Secrétaire Général de cette section UDT, M. Djibril Ismaël IGUEH.

Ce nouveau développement laisse croire que l’arrestation et l’incarcération, des dirigeants internationalement reconnus, étaient préméditées en vue d’installer des clones ayant pour seule mission de crédibiliser le nouveau Code de Travail anti-social rejeté par les Confédérations Syndicales indépendantes Djiboutienne et l’ensemble des Organisations Internationales du Travail (BIT CISL…).

Par ailleurs, selon nos informations, l’Administration de Dubaï Port Authority chercherait également a marginaliser le Syndicat UTP (Union des Travailleurs du Port affiliée à l’UDT) en suscitant l’éclosion d’un syndicat-maison plus conforme à ses souhaits d’exploitation des Travailleurs Djiboutiens du Port.

Reste à savoir si ce futur syndicat docile osera réclamer officiellement la réintégration des Travailleurs injustement licenciés du Port suite aux grèves de fin 2005.

Quoi qu’il en soit, tout porte à croire désormais que les véritables Défenseurs économiques et sociaux seront de plus en plus marginalisés et réprimés en République de Djibouti.

Face à cette démarche liberticide et de régression sociale, la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) lance un Appel à l’OIT, au BIT, à la CISL ainsi qu’à tous les Défenseurs des Droits Economiques, Sociaux et Culturels pour qu’ils poursuivent leurs actions internationales pour la défense du syndicalisme libre dans notre pays.

M. NOEL ABDI Jean-Paul

_____________________________________ Note de l’ARDHD

Nous publierons demain les preuves …