24/10/06 (B366) Le FIGARO : 170 personnalités soutiennent la veuve du juge Borrel / lefigaro.fr (avec AFP).

http://www.lefigaro.fr/france/20061023.WWW000000472
_appel_en_faveur_de_la_veuve_du_juge_borrel.html

Actualisé le 23
octobre 2006 : 19h52

Laurent Fabius, Pierre Mauroy et Lucie Aubrac ont, entre autre, signé
l’appel qui demande «la vérité sur l’assassinat»
de Bernard Borrel, survenu en 1995 à Djibouti.

Un «appel pour la vérité sur l’assassinat de Bernard Borrel»
a été signé par 170 personnalités. La veuve du
juge français assassiné il y a onze ans à Djibouti a
présenté cette liste lors d’une conférence de presse,
lundi. Elisabeth Borrel a également indiqué avoir écrit
le jour même à Jacques Chirac, pour lui demander de la recevoir
et de la soutenir.

«Les
personnalités signataires demandent que les obstacles rencontrés
par l’instruction en cours soient levés, notamment en ce qui concerne
la remise au juge d’instruction des documents émanant des services
de l’Etat pouvant avoir un lien avec cet assassinat», dont certains
sont toujours classés «secret défense».

L’appel
a notamment été signé par les anciens premiers ministres
socialistes Laurent Fabius, Pierre Mauroy et Michel Rocard. Lucie Aubrac,
figure de la Résistance et Rita Borsellino, parlementaire à
l’Assemblée régionale de Sicile et sœur du procureur Paolo
Borsellino, assassiné par Cosa Nostra en 1992, figurent, entre autre,
parmi les signataires. 90 parlementaires, dont 50 du PS, 20 de l’UDF
et deux de l’UMP ont également signé cette liste.

Thèse
du suicide abandonnée

Lors de sa conférence
de presse, Elisabeth Borrel a également fait part de sa «très
désagréable surprise» d’entendre les propos de Philippe
Douste-Blazy.

Alors que ce dernier l’avait
reçue et assurée de son soutien vendredi, il a ensuite évoqué
la thèse du suicide, officiellement abandonnée par la justice
française. Dimanche, en effet, le chef de la diplomatie a déclaré
: «Il y a deux solutions: s’il y a un suicide, auquel cas, voilà…
Ou il y a un assassinat et il faut aller au bout du bout de la justice».

Le corps
à demi-calciné du juge Bernard Borrel avait été
retrouvé le 19 octobre 1995 au pied d’une falaise à 80 km de
Djibouti.

©
Le Figaro