12/07/01 (LIB 001) Présentation pour les nouveaux lecteurs

Ce site
a été créé dans l’urgence en février
1999
, pour alerter l’opinion internationale sur les violations
graves des Droits de l’Homme qui étaient commises à Djibouti
par le système de M. Guelleh, Dictateur-Président. Prévu
pour une durée ‘courte’ à l’origine, nous avons été
conduits à poursuivre la diffusion, car elle répondait
à un besoin réel. Au départ, il a permis d’informer
l’opinion internationale :

– sur les
emprisonnements politiques des membres du FRUD, l’arrestation et la
condamnation de Me Mohamed AREF (d’où le choix du nom de domaine
à l’époque), etc..

Contrairement
à ce que le nom de domaine à l’origine (http://www.liberte-aref.com)
pouvait laisser supposer, ce site n’a jamais été le site
personnel de Maître AREF qui est, certes, un ami proche de l’ARDHD,
mais qui s’est toujours refusé d’intervenir en quelle que manière
que ce soit dans les choix rédactionnels. Il n’a jamais donné
aucune consigne, même générale à l’ARDHD,
qui conserve son entière liberté de penser, d’écrire
et de publier.

Le nom du site a changé le 16 juin 2001 pour devenir : http://www.ardhd.org

Entre février
1999 et le 20 septembre 1999
, nous avons publié régulièrement
:

  • les
    communiqués des Associations et les contributions de lecteurs
    : menu,
  • une
    revue de presse et les dépêches AFP : menu,
  • des
    informations sur la torture à Djibouti : lien,
  • des
    informations sur les prisonniers politiques : lien,
  • des
    informations sur les destructions systématiques d’école,
    de dispensaires, etc.. dans le Nord du pays : lien

Le
20 septembre 1999
,
constatant que le Gouvernement avait emprisonné les derniers
journalistes libres d’opposition et interdit tous les journaux d’opposition,
nous avons créé un hebdomadaire électronique :
LA LIBERTÉ. Depuis cette date, toutes les informations sont
publiées exclusivement dans nos bulletins et journaux hebdomadaires
.

  • Période
    du 20/09/99 au 31/12/99 : sommaire
  • Période
    du 1/01/00 au 16/06/00 : sommaire

Le
16 juin 2000
,
espérant un retour à la normal, avec la reparution régulière
de deux titres d’opposition « Le Renouveau » et « Le Temps »,
nous avons décidé de mettre un terme à la publication
de ‘La Liberté’. Nous avions le souci de ne pas concurrencer
les journalistes locaux… Très vite, il est apparu que cette
apparente liberté d’expression n’était qu’une illusion.
De plus de nombreux lecteurs nous encourageaint à poursuivre
nos publications. Il a été décidé de poursuivre
notre mission d’information sous la forme d’un bulletin. La situation
de la presse se dégradant, le journal a repris son ascencion

  • Période
    du 17/06/00 au 29/12/00 : sommaire
  • Période
    du 30/12/00 au 30/03/01 : sommaire
  • Période
    du 30/03/01 au 30/05/01 : sommaire

Le
26 mai 2001
, après
la signature des accords du 12 mai et les prises de position des principales
organisations d’opposition, nous avons décidé de suspendre
la parution des bulletins de LA LIBERTE. La situation étant en
cours de normalisation, le débat est alors devenu essentiellement
politique et les publications de l’ARDHD n’y avaient plus leur place.
L’ARDHD revient à sa mission d’origine qui est d’assurer une
vigilance en matière des Droits de l’Homme et de dénoncer
toutes les violations, sous la forme de bulletins bi-mensuels.

  • Période
    commençant le 1/06/01 : sommaire

Le
16 juin 2001.
L’Association
a enregistré un nouveau nom de domaine qui lui est propre : http://www.ardhd.org.
C’est par ce nouveau nom de domaine que les internautes pourront accéder
au site. En revanche, le nom http://www.liberte-aref.com continuera
à exister pendant plusieurs mois, du fait de sa notoriété
et de son référencement par les moteurs de recherche.
Mais il pointera directement sur le site ardhd.org

_______________________
LDDH

Entre
février 2000 et le 10 juillet 2001
, l’équipe de
l’ARDHD a hébergé et a mis à jour le site de la
Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) qui est domiciliée
à Djibouti et qui, sans cesse tracassée par le régime,
ne disposait pas d’équipements suffisants pour diffuser ses propres
informations. Le 11 juillet 2001, la LDDH a ouvert son propre site avec
l’assistance de l’ARDHD et tous les fichiers ont été transférés
à la nouvelle adresse http://www.lddh-djibouti.org

_______________________

Nous
sommes conscients des faiblesses que vous pourrez constater dans la
présentation du site et dans la mise en page. Il faut que vous
sachiez que ce site a été créé par une petite
équipe de bénévoles, dont chaque membre assume
une activité professionnelle par ailleurs. Pour conserver son
indépendance, L’ARDHD a choisi de ne faire appel à aucune
contribution financière extérieure (subvention, cotisation
et/ou don) et elle refuse systématiquement toutes les offres
aussi généreuses soient-elles. Elle ne fait appel à
aucune publicité.

Pour nous,
l’important est que ce site contribue à la diffusion d’idées
et surtout d’informations :

  • pour
    tous les djiboutiens, tant les émigrés que ceux qui
    vivent à Djibouti et qui ne disposaient, pour la majorité
    d’entre eux, que des informations officielles préparées
    sous les ordres / le contrôle de M. Guelleh,
  • pour
    les organismes internationaux, qui y trouvent des informations anciennes
    et récentes et qui peuvent les utiliser dans leurs propres
    communications.

Nous voulons
que tous les djiboutiens, victimes du régime tyrannique, ne se
sentent plus abandonnés ni exclus et qu’ils puissent exprimer
les difficultés auxquelles ils sont confrontés et les
injustices commises par le pouvoir dictatorial. Ainsi l’opinion mondiale
est informée en permanence de toutes les violations des Droits
de l’Homme qui ont été / sont commises à Djibouti
et de tout ce que les djiboutiens subissent sur les plans personnel,
social et financier.

Le site a apporté une contribution décisive, en particulier,
pour :

  • la libération
    de Maître AREF,
  • la libération
    de tous les prisonniers politiques,
  • la libération
    des enfants mineurs qui étaient incarcérés avec
    les adultes et soumis à des sévices sexuels à
    Gabode,
  • la restitution
    des passeports à plusieurs personnalités de l’opposition,
  • l’information
    des députés et des Ministres français et européens,
    afin qu’ils réduisent temporairement les subventions et aides
    accordées au régime djiboutien parce qu’elles sont détournées
    massivement par ses dirigeants,
  • une
    prise de conscience internationale sur la véritable nature
    du régime djiboutien, qui était partiellement occultée
    dans les médias,
  • dénoncer
    la comédie qui s’est jouée à ARTA à l’occasion
    la constitution d’un gouvernement somalien de circonstance,
  • dénoncer
    les propos racistes et xénophobes du Ministre de l’Intérieur,
    après la grande rafle de 5.000 personnes en décembre
    2000,
  • informer de
    toutes les atteintes à la Liberté de la Presse, à
    la liberté d’expression et à la liberté de se
    déplacer,
  • aider les
    djiboutiens émigrés à constituer des dossiers
    de demande d’asile en leur fournissant, chaque fois que c’était
    possible, les documents et les preuves qui permettaient d’appuyer
    leurs déclarations.

Au fil
des mois, le site est devenu la première référence,
concernant Djibouti, avec 10.000 pages consultées chaque jour
(avril et mai 2001).

La version
française contient plus de 350 pages, dont certaines sont très
denses, et malheureusement parfois longues à charger, suivant
le niveau d’encombrement du réseau et la vitesse de transmission
!

Il nous a
été matériellement impossible de poursuivre la
mise à jour des versions en Anglais, en Allemand et en Italien
; les essais tentés avec des logiciels de traduction automatique
n’ayant pas donné de résultats satisfaisants.

Nous sommes à
la recherche :

  • d’un système
    qui permettrait de mettre en place une recherche par mots-clefs,
  • d’un système
    de traduction (au minimum en Anglais) performant,

et nous serions
très heureux de recevoir l’aide de lecteurs qui pourraient nous
aider dans ces deux domaines