30/04/08 (B445) XINHUAN : Somalie : l’ONU veut une meilleure application de l’embargo sur les armes (*)

NEW YORK (Nations Unies), 29 avril (Xinhua) — Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté mardi une résolution à l’unanimité sur la prorogation du mandat du Groupe de contrôle chargé d’enquêter sur les violations commises contre l’embargo sur les armes à la Somalie.

« S’indignant que des flux d’armes et de munitions arrivent en Somalie ou transitent par ce pays », le Conseil a prié le secrétaire général de l’ONU de prendre dès que possible les mesures administratives nécessaires pour reconstituer pour une nouvelle période de six mois le Groupe de contrôle.

Le mandat du Groupe du contrôle consiste à continuer d’enquêter, ceci en concertation avec les organismes internationaux compétents sur toutes activités, y compris dans les secteurs financier, maritime et autres, qui produisent des recettes utilisées pour commettre des violations de l’embargo sur les armes.

Le Groupe a aussi pour mandat d’enquêter sur tous les moyens de transport, itinéraires, ports maritimes, aéroports et autres installations utilisés à l’occasion des violations de l’embargo sur les armes.

Il est d’autre part chargé de continuer d’affiner et d’actualiser les renseignements concernant le projet de liste de personnes et d’entités qui violent, en Somalie, l’embargo général et complet de 1992 sur toutes les livraisons d’armes et équipements militaires à ce pays.

(*) Note de l’ARDHD. De nombreux observateurs et correspondants nous assurent que Guelleh entretient directement ou plutôt indirectement un commerce rénumérateur d’armes dans la région et en particulier vers la Somalie ou il aurait des clients de tous les côtés : islamistes, chefs de guerre et autorités transitoires. Sera-t-il visé par cette résolution ?

Par ailleurs, nous avions évoqué l’hypothèse d’une querelle avec l’Erythrée
sur ce type de commerce. Elle pourrait justifier le fait que Djibouti n’a découvert qu’avec plusieurs mois de retard que les érythréens s’étaient installés à Ras Doumeira. Certains imaginent que Guelleh, mécontent de l’application de certains accords secrets avec son homologue sur la répartition des trafics d’armes, aurait mis sur la place publique, par vengeance, la contrepartie qu’il lui aurait accordé secrètement elle aussi …

30/04/08 (B445) Press TV : Après une explosion dans Baidoa qui les visait et qui a fait 10 morts dans leurs rangs, les soldats éthiopiens pris de panique, tuent 19 civils et en blessent 25 autres. Toujours en proie à la panique, ils imposent la fermeture des commerces. Ethiopian soldiers kill 19 after blast (En Anglais – Info lecteur)

Violence and bloodshed prevail in Somalia.

More than 10 Ethiopian soldiers have been killed by a bomb explosion in Somalia’s Baidoa city and 19 civilians have perished under gunfire.

Ethiopian soldiers opened fire on civilians after the fatal bomb attack on the Ethiopian convoy, killing 19 and wounding another 25 people, Press TV correspondent reports.

Now Ethiopian soldiers are forcing shops to close in the center of Baidoa city in south-central Somalia, arresting scores of civilians, inducing panic and confusion.

30/04/08 (B445) Le Figaro avec AFP : Erythrée/Djibouti : la Ligue Arabe agit

La Ligue arabe a annoncé aujourd’hui que son organisme en charge du règlement des litiges allait examiner dimanche le contentieux frontalier entre l’Erythrée et Djibouti, à la demande des autorités djiboutiennes.

Le Conseil regroupe cinq pays membres: Arabie saoudite, Soudan, Algérie, Tunisie et Djibouti.

La tension entre l’Erythrée et Djibouti fait suite à une incursion, le 16 avril, de troupes érythréennes en territoire djiboutien, dans la région frontalière de Ras Doumeira.

Djibouti et l’Erythrée se sont opposés à deux reprises en 1996 et 1999 pour cette zone située aux portes de la mer Rouge.

30/04/08 (B445) Guelleh s’est-il couché devant la France. Finalement la politique du Ventre l’a emporté sur celle de l’amour propre … (Lecteur)


Roger Picon
Je suis un lecteur fidèle et j’ai suivi avec attention les déclarations de Guelleh avant et après le procès de Versailles.

Un mois après le verdict, je constate qu’il n’a rien fait. Fini les discours menaçants contre la France, les grandes manifestations « spontanées » contre les Français.

Rupture des relations diplomatiques avec la France ? Rien, récemment on l’a vu souriant aux côtés du Ministre français de la défense …

Quand à ce que l’ARDHD a appelé la « Chasse aux Français ». Pas grand chose.

L’annonce de l’émission de 5 mandats d’arrêt, au sujet desquels, il n’y a aucune information, ce qui me laisse supposer qu’il s’agissait encore d’une annonce « bidon » de notre Roi du Bobard …

Bref, je crois bien que c’est la politique du ventre qui a gagné. Il a besoin d’argent et la France en a. Il a besoin de protection, non seulement contre l’Erythrée, mais aussi contre certains régiments de son armée : la France est équipée …

C’est bien triste pour notre amour propre. Quoi que dise Guelleh, il ne faut jamais le croire … Et nous sommes toujours sous domination française : avec ses avantages et ses inconvénients, mais rien ne change … 

Mais le problème, c’est qu’il sera bientôt le seul à pouvoir se nourrir au pays, si l’économie continue à se dégrader et les prix à augmenter

30/04/08 (B445) Garowe Online. Le Président du Gouvernement de transition approuve formellement un projet de recherche pétrolier dans le Nord du Puntland, qui est objet de controverse depuis 2006. Somalia’s leader approves controversial Puntland oil exploration project (En Anglais – Info lecteur)

by Yusuf Ali, managing editor

MOGADISHU, Somalia Apr 30 (Garowe Online) – The president of Somalia’s Transitional Federal Government (TFG) has signed a letter formally approving an oil exploration project in the northern region of Puntland that has been mired in controversy and bloodshed since early 2006, Garowe Online has learned.
The letter, dated April 25th, was signed by interim President Abdullahi Yusuf, himself a former Puntland warlord before being elected to the Somali presidency in October 2004 at the conclusion of a two-year peace process in neighboring Kenya.

“This letter serves as an official endorsement by the TFG of the legitimacy of the existing agreements with the concession holders in Puntland,” the letter stated.

Although the letter did not elaborate, the “concession holders” refers to Australia-based mining firm Range Resources, Ltd., and Canada’s Africa Oil Corp., two companies who have a joint venture to explore for oil and gas in the semiautonomous State of Puntland, northeastern Somalia.

This is the first time the President of Somalia has officially recognized the “legitimacy” of the Puntland-Range-Africa Oil agreement that was originally nurtured under suspicious circumstances and sparked bloodshed in one of Somalia’s most peaceful regions.

In August 2005, Puntland President Mohamud “Adde” Muse flew to Dubai and met with Range representatives, who presented a contract of work, which the Puntland leader eagerly signed with utter disregard for the region’s constitution and the establishment of the new federal government (TFG).

Attempts by Range to send geologists to the region of Sanaag, which is at the heart of a violent land dispute between Puntland and the breakaway republic of Somaliland, sparked civil unrest in an erstwhile peaceful mountainous village, with local villagers taking up arms against Puntland security forces protecting the Range geologists.

Local sources reported – and Garowe Online documented – the death of at least 10 people including soldiers and villagers during three separate acts of violence in the village of Majihaan, Sanaag.

Due to this, Puntland and Range indefinitely suspended their operations in Sanaag after it become increasingly clear to all parties that the local Warsangeli clan violently opposed any encroachment upon their territory without clan approval.

In 2007, Range announced that it had signed a farm-in deal with Africa Oil (formerly Canmex Minerals), giving the latter an 80% stake in the Puntland exploration project.

Puntland officials and their foreign partners, namely Range Resources, spent the past two years attempting to collect mineral samples on the ground, with little success, while working diligently to gain President Yusuf’s approval.

That the Somali leader has finally signed on to the Puntland-Range-Africa Oil controversy was presented as good news by the aforementioned companies and their supporters in the Puntland government.

On April 29, Range issued a statement announcing a delay in the Africa Oil drilling program, which was scheduled to begin in July. The company cited “civil unrest in southern Somalia and piracy around Somalia’s coast” as creating “logistical difficulties” to the shipping of heavy drilling equipment to Puntland.

But the company claimed that President Yusuf gave the exploration project « a broad endorsement,” apparently referring to the Somali president’s April 25th letter, which was mysteriously published only in the English language.

Government insiders have told Garowe Online that President Yusuf’s endorsement directly contradicts the position of other TFG officials, including parliament Speaker Sheikh Adan “Madobe” Mohamed and Somali Energy Minister Mohamud Ali Salah.

In March, Energy Minister Salah issued a press statement condemning the Puntland oil law, which the Muse administration in Puntland claimed was ratified by the regional parliament.

But many Puntland lawmakers, who represent local armed clans, remain strongly opposed to the oil law and have demanded a second vote after accusing Puntland Parliament Speaker Ahmed Ali Hashi using an ill-timed and « illegal » vote to break a 21-21 tie on the Puntland oil law.

Adan Madobe, the TFG Parliament Speaker, has backed a legislative process at the federal level to enact a national oil law for Somalia, which would automatically disqualify Puntland’s oil law and terminate its controversial agreements with foreign companies.

According to Speaker Madobe, the TFG Parliament is in the process of completing the national oil law and debate is soon expected on the parliament floor.

Many observers have wondered how it is possible to explore for oil in Somalia, where a civil war has raged for 18 years, worsened only by Ethiopian occupation troops protecting Yusuf’s government in war-torn Mogadishu.

It is not clear why Yusuf, who enjoys little support from Mogadishu’s armed clans, would now endorse the exploration effort in Puntland, where he has historically enjoyed local clan support.

Muse, the Puntland leader, has angered many local clans during his tenure and is blamed for a range of social, economic and security-related problems that have devastated the region since late 2005.

30/04/08 (B445) Fête du travail. L’équipe de l’ARDHD souhaite un bon Premier mai à tous les travailleurs du monde entier et particulièrement à ceux qui ont un emploi à Djibouti. Mais elle pense aussi à tous ceux qui n’en ont pas à Djibouti et qui aimeraient bien travailler pour subvenir aux besoins de leurs familles. (ARDHD)


Roger Picon
Impossible de souhaiter une bonne fête aux travailleurs djiboutiens; sans penser :


aux plus nombreux qui n’ont pas de travail,

– aux syndicalistes harcelés, licenciés et souvent contraints à l’exil,

Le Premier mai est la fête du travail et des travailleurs.

Mais n’adresser des voeux qu’aux travailleurs djiboutiens, serait commettre une énorme injustice, puisque 80% de la population n’a plus de travail dans ce pays, miné par la corruption et s’enfonçant chaque jour dans la misère, alors qu’il est le pays africain qui reçoit le plus d’aides et subventions internationales.

Pour nous, la fête du Premier mai doit être, bien sur, la fête des travailleurs. Compte-tenu de la précarité sous ce régime incapable d’assurer un emploi stable et rémunéré à 80 % des personnes en âge de travailler, on ne peut limiter les souhaits aux seuls travailleurs.

Donc bonne fête à tous les Djiboutiens en espérant qu’arrive très vite, le temps où l’on demandera des comptes à Guelleh et à sa clique et qu’on leur imposera, non seulement, de restituer les fabuleuses fortunes qu’ils ont constituées, mais aussi d’indemniser toutes leurs victimes : victimes de la torture, victimes de la spoliation, victimes de l’injustice, victimes des exactions et des viols, victimes de exécutions sommaires collectives ou individuelles et victimes de la régression économique.

30/04/08 (B445) Confirmation : les deux délinquants en fuite ont fait appel du verdict rendu le 27 mars à Versailles. (ARDHD) (Article complété et illustré à 16:00 Paris)


Roger Picon
Nous avons eu la confirmation qu’Hassan et Djama grandes oreilles avaient fait appel du verdict qui les condamne à de la prison ferme.

C’est leur droit absolu et il n’y a rien à commenter. La peine de prison n’est donc pas applicable pour le moment, puisque l’appel devrait être suspensif. En revanche, le mandat d’arrêt devrait toujours être en vigueur ….

Sauf qu’ils reconnaissent ainsi et une nouvelle fois la Justice française et sa légitimité à les juger …. C’est capital !

Et en plus, comme le leur a signalé leur avocat Me Spizner, ils prennent un gros risque : celui d’être condamné encore plus lourdement, car on murmure que les parties civiles pourraient produire de nouveaux éléments « de gros calibres » qui seraient indémontables et confondants …. mais attendons que l’appel soit programmé dans l’agenda de la Justice.

On imagine qu’ils vont cesser d’attaquer la France pendant quelque temps et surtout de critiquer la Justice.

On ne peut pas clamer d’un côté que la Justice française est raciste et lui demander, de l’autre, à ce qu’elle vous juge : comme trop souvent, il y a là aussi, une contradiction terrible dans la communication d’Haramous… ! qui n’échappe pas aux observateurs.

Quand aux deux délinquants, on les comprend mal. Tant qu’ils étaient en fuite, ils ne pouvaient plus se rendre à l’étranger et en particulier en Europe. Ayant demandé à être jugés et condamnés, le résultat est le même …. ! A quoi bon avoir demandé à être jugés, disent certains !!!

30/04/08 (B445) Communiqué du GED aux travailleurs à l’occasion du premier mai.

Au nom du Gouvernement en Exil, le Président adresse
tous ses voeux
à tous les travailleurs du monde entier et en particulier
aux travailleurs djiboutiens.

A l’occasion du premier mai, les membres du Gouvernement en Exil, par la voix de son Président, adressent tous leurs voeux à tous les salariés du monde entier.

Bien entendu, ils ont une pensée toute particulière pour tous les travailleurs djiboutiens et en particulier pour les syndicalistes qui sont harcelés et traités avec le plus grand mépris par le régime anti-social d’Ismaël Omar Guelleh.

A l’image des travailleurs et de leurs représentants, c’est tout un peuple qui est pris en otage par une poignée de membre d’un même clan, qui accaparent toutes les richesses du pays, tout le revenu du travail, ce qui aboutit à un véritable asservissement de la population.

Il ne se passe pas une semaine, sans que nous apprenions par les supports d’information inféodés au régime, l’attribution de nouvelles aides et subventions internationales. Et pourtant, elles n’apportent rien aux populations qui s’enfoncent chaque jour dans la misère.

Il est temps que les choses bougent, car aucune situation n’est jamais acquise ni irréversible, mais cela exigera non du seulement du courage et de l’abnégation, mais aussi une motivation forte et un engagement individuel.

C’est au prix de ces sacrifices que nous mettrons un terme à la dictature et que nous préparerons un meilleur avenir pour nos enfants et pour toutes les jeunes générations.

Bonne fête à tous

Mahamoud Ahmed Idriss
Président du GED