30/11/08 (B476) Le journal de la Filbuste … Le cargo ukrainien qui transportait un important matériel de guerre, pourrait être libéré prochainement. Rien de neuf côté du Super Tanker pourtant frappé d’un ultimatum à la fin novembre. (5 dépêches en Français et en Anglais)

_________________________________ 5 CBC News (En Anglais)

Connexions canadiennes avec le monde de la piraterie. C’est un ancien salarié de la société canadienne de Gaz d’Ottawa qui dirige maintenant le Puntland. // Former Ottawa gas station operator rules home state of Somali pirates

Written by SLE

The president of Puntland for the past three years has been Mohamud Muse Hersi, a former Ottawa gas station operator.

There’s a Canadian connection to the ongoing piracy drama off the coast of Somalia.

Many of the pirates hijacking vessels in the region are based in an autonomous region called Puntland, beyond the control of what passes for a central government in Somalia.

The president of Puntland for the past three years has been Mohamud Muse Hersi, a former Ottawa gas station operator.

Hersi emigrated to Canada in the 1980s, bought a gas station and raised a family, but his clan connections to Somalia remained strong. When the elders of Puntland were looking for a new president in 2005, they chose Hersi.

There are about a dozen hijacked ships anchored off the Puntland coast at the moment, waiting as the pirates and shipowners haggle over ransom money.

Hersi’s critics accuse him and his ministers of taking bribes from the pirates to look the other way.

Ahmed Hussen, president of the Canadian Somali Congress, says he lacks evidence of such corruption but adds: « It would be inconceivable for all this piracy to be going on on the coast of Puntland without at least the knowledge, if not the collusion, of the Puntland government. »

Hersi vigorously denies the charge. As proof, he points to two successful counterattacks against the pirates mounted by Puntland’s coast guard.

Roger Middleton, an analyst at the London-based Royal Institute of International Affairs, says the two hijackings Hersi’s government interfered with involved cargos of direct economic interest to the regime.

« In one case, the cement that was in the ship belonged to one of the ministers in the government, so there was clearly a reason why they wanted to get involved, » he told CBC News.

Piracy off the Somali coast has more than doubled in 2008, with more than 60 ships attacked so far. (Canadian Press)If the Puntland government really wanted to stop the pirates, it would, Middleton says. But piracy has become the region’s most profitable industry. Middleton estimates the pirates will net about $50 million US this year while the Puntland government’s annual budget is just $20 million US.

Formally, Hersi is president of the Puntland State of Somalia, carved out of the collapsed country in 1998. It claims about a third of the national territory and calls itself « part of an anticipated Federal State of Somalia. »

Hussen of the Canadian Somali Congress says Puntland has been sliding toward the abyss under Hersi’s rule.

« I don’t think it’s reached the stage of anarchy yet, but it’s on the verge of that, » he told CBC News.

In a briefing paper on piracy published last month, Middleton made these points:

Piracy off the Somali coast has more than doubled in 2008, with more than 60 ships attacked so far.

Pirates are regularly demanding and getting million-dollar ransom payments and are becoming more aggressive and assertive.

Money from ransom is helping to pay for the war in Somalia, and the high level of piracy is making aid deliveries to the drought-stricken country more difficult and costly.

The danger and cost of piracy, including soaring insurance premiums, may force ships to avoid the Suez Canal route and sail around Africa, raising transportation costs and hence the price of oil and manufactured goods shipped to Europe and North America.

Piracy could cause a major environmental disaster if a tanker is sunk, run aground or set afire — and the pirates’ ever more powerful weaponry makes this increasingly likely.

_________________________________ 4 – JDD

Pirates-Somalie: Le navire ukrainien relâché et un espoir pour la libération des deux religieuses enlevées.

Le navire ukrainien qui transportait 33 chars et du matériel militaire a été relâché par les pirates somaliens dimanche après des négociations avec le propriétaire du bateau. « Ils ont conclu un accord, mais ils discutent encore des modalités de libération du bateau, de l’équipage et de la cargaison », a précisé un représentant des autorités maritimes kényanes, qui a dit tout ignorer du paiement éventuel d’une rançon.

Par ailleurs, un haut responsable de la police du nord-est du Kenya a déclaré s’attendre à la libération lundi ou mardi des deux religieuses italiennes enlevées en territoire kényan limitrophe de la Somalie il y a trois semaines.

_________________________________ 3 – Le Vif (Be)

Somalie: les pirates font état d’un « accord » sur le cargo d’armes

Les pirates somaliens qui détiennent depuis deux mois un cargo ukrainien chargé d’armes ont affirmé dimanche à l’AFP qu’un « accord » avait été conclu avec les propriétaires du navire pour sa libération qui pourrait intervenir d’ici quatre jours, sans préciser le « montant payé ».

« Ce que je peux dire c’est qu’un accord a finalement été trouvé. Je ne peux pas vous dire le montant payé », a déclaré Sugule Ali, porte-parole des pirates du Faina. « Le Faina pourrait être libéré après le paiement d’un » certain montant d’argent. C’est une question de temps et de conditions techniques avant que le bateau soit libéré », a-t-il ajouté.

Les pirates avaient baissé leurs prétentions, fixées après la capture à 35 millions de dollars.

Le 25 novembre ils avaient exprimé leur accord pour une rançon de trois millions en échange du Faina, de la vingtaine de membres d’équipage et de sa cargaison, comprenant notamment 33 chars d’assaut T-72 de conception soviétique et environ 14.000 munitions. (MPA)

_________________________________ 2 – AFP en Anglais

Les pirates somaliens espèrent une sortie de crise favorable avec une réponse favorable des armateurs du Super Tanker à leur proposition de rançon. // Somali pirates hope for ‘favourable’ reply for Saudi ship ransom (Info lecteur)

Somali pirates demanding 25 million dollars for a Saudi super-tanker seized two weeks ago said Saturday they were hoping for a « favourable » reply as the deadline for paying the ransom loomed.

The pirates hijacked the 330-metre long Sirius Star on November 15 and have given the owners of the giant oil carrier up to Sunday to pay the ransom.

« Though the ultimatum for the payment of the 25 million dollars is about to expire, we are still expecting to get a favourable reply, » Mohammed Said, the leader of the group holding the Sirius Star, told AFP.

« We are securing the tanker as well as the Harardhere area. We don’t want anything bad to happen, » he said. Harardhere is the coastal village in northern Somalia off which the ship is being held.

« Negotiations continue but we don’t know when they will be finalised. »

In a recent interview, the chairman of Lloyd’s insurance said it was « highly likely » the owners of the Sirius Star would pay up.

Lord Peter Levene told Britain’s Channel Four News television: « At the end of the day there is no alternative, if you don’t want lives to be lost. »

The capture of the Sirius Star, carrying two million barrels of oil, sent shockwaves through the shipping world and prompted some companies to re-route via the Cape of Good Hope.

Ethiopian Prime Minister Meles Zenawi on Friday called for tougher international action against the rampant piracy that has threatened to choke one of the world’s most important shipping routes.

Meles also claimed Ethiopia’s arch-foe Eritrea was backing the pirates who have defied foreign navies in the region and increased attacks on vessels in the Gulf of Aden and the Indian Ocean.

« By directly and conspicuously supporting extremists in Somalia and exacerbating its woes, Eritrea is responsible for the rampant piracy in the region, » Meles said late Friday.

« It is of utmost importance that the international community does more to tackle piracy in the Gulf of Aden. »

Ethiopia’s foreign ministry said « the response of the international community has, until very recently, been far from the kind of concerted effort that the seriousness and the magnitude of the problem warranted. »

But many experts argue the piracy problem will never be resolved until there is an end to Somalia’s relentless fighting involving a myriad of clans, Islamist groups, as well as Ethiopian troops and Somali government forces.

Ethiopia and Eritrea blame each other for the Somali crisis, with Asmara accusing its rival of invasion when it sent in troops in 2006 and Addis Ababa blaming it for supporting the Islamists.

On Friday, Ethiopia announced its troops will withdraw from Somalia by the end of this year, ending an ill-fated two-year occupation but raising fears of a security vacuum in the war-ravaged country.

In the latest of a series of brazen attacks launched despite the presence of foreign navies in the region, pirates on Friday seized a Liberia-flagged oil and chemical tanker in the Gulf of Aden.

Three men initially thought to be crew jumped overboard and were fished out by a German helicopter and then brought aboard a French frigate escorting a Norwegian bulk carrier.

Anti-Piracy Maritime Security Services (APMSS) said the three were former British soldiers providing security for the MV Buscaglia.

The men « came under sustained and heavy attack from pirates with automatic weapons and rocket propelled grenades, » Nick Davis, the firm’s director, said in a statement.

They « sustained, non-lethal, resistance, denying the attackers’ access to the ship long enough for the ship’s operating crew to seek safety below decks and to summon assistance from coalition warships, » he added.

Undeterred by international pledges of tough action since the super-tanker was captured, the pirates have continued to roam Somalia’s waters and beyond, seizing half-a-dozen ships over the past two weeks.

_________________________________ 1 – AFP

Somalie: « accord » des pirates sur le cargo d’armes, pas de nouvelles du supertanker

Les pirates somaliens qui détiennent depuis deux mois un cargo ukrainien chargé d’armes ont affirmé dimanche qu’un « accord » avait été conclu avec les propriétaires du navire pour sa libération, qui pourrait intervenir selon eux d’ici quatre jours.

En revanche, l’ultimatum concernant le super-tanker saoudien Sirius Star arrivait à échéance dimanche sans avancée apparente dans les négociations sur la rançon de 25 millions de dollars exigée pour sa libération et celle des 25 membres d’équipage.

La prise en septembre du cargo ukrainien, le Faina, avait constitué un coup exceptionnel pour les pirates: il est chargé de 33 chars d’assaut T-72 de conception soviétique et d’environ 14.000 munitions, officiellement destinés au Kenya quoique cette destination soit très controversée.

Les pirates avaient baissé leurs prétentions fixées après la capture à 35 millions de dollars. Le 25 novembre, ils avaient exprimé leur accord pour une rançon de trois millions en échange du navire, de la vingtaine de membres d’équipage et de sa cargaison.

« Ce que je peux dire c’est qu’un accord a finalement été trouvé. Je ne peux pas vous dire le montant payé », a déclaré à l’AFP dimanche Sugule Ali, porte-parole des pirates du Faina.

« Le Faina pourrait être libéré après le paiement d’un certain montant. C’est une question de temps et de conditions techniques avant que le bateau soit libéré », a-t-il ajouté.

Il a précisé qu’un plan de libération sur six jours, dont deux déjà passés dimanche, avait été établi pour permettre aux pirates de recevoir la rançon sans risquer d’être interceptés.

« D’ici quatre jours, nous devrons avoir quitté (le Faina), et nous nous préparons à débarquer nos éléments en sécurité », a indiqué Sugule Ali. « Nos éléments sont très fatigués, et l’équipage également. Nous voulons tous que la question soit réglée ».

La situation semblait en revanche bloquée pour le Sirius Star. Aucun contact n’a pu être établi dimanche avec les pirates, jour de l’expiration de l’ultimatum pour la remise des 25 millions de dollars qu’ils exigent.

Samedi, Mohamed Said, porte-parole des pirates qui détiennent le Sirius Star depuis le 15 novembre, avait indiqué à l’AFP que les négociations se poursuivaient mais qu’il « ne savait pas quand elles (seraient) finalisées ». Sans exclure toutefois une prolongation de l’ultimatum.

« Même si l’ultimatum pour le paiement des 25 millions de dollars est près d’expirer, nous espérons toujours une réponse favorable », avait-il dit.

Dans une interview récente, le patron de la compagnie d’assurance Lloyd’s a estimé qu’il y avait « de grandes chances » que les propriétaires du superpétrolier payent la rançon, n’ayant « pas d’autre alternative pour préserver des vies ».

Les pirates somaliens ont capturé le Sirius Star, 330 mètres de long, le 15 novembre avec ses 25 membres d’équipage, et un chargement de 300.000 tonnes de pétrole. C’est la prise la plus spectaculaire de ces écumeurs des mers, qui ont attaqué une centaine de bateaux depuis le début de l’année.

Vendredi, un chimiquier battant pavillon libérien, le Biscaglia, a été attaqué et capturé dans le Golfe d’Aden par un groupe de six pirates, en dépit de la présence à bord de trois agents d’une compagnie privée de sécurité britannique qui ont réussi à s’échapper.

Les attaques de pirates se poursuivent malgré la présence dans la zone d’une coalition internationale censée dissuader ce genre d’attaques sur l’une des routes maritimes les plus dangereuses au monde, mais aussi les plus stratégiques notamment pour les hydrocarbures.

30/11/08 (B476) Incendie de la Cour des Comptes de Djibouti. Un témoin, qui était sur les lieux, nous raconte ce qu’il a vu et vécu et les conclusions qu’il en tire.

Je logeai dans un bâtiment situé à quelques centaines de mètres de la Cour des Comptes qui a brulé et je tiens à préciser que ce que j’ai pu constater dément absolument la thèse officielle, servie par le Gouvernement, à savoir de l’incendie accidentel.

Vers 2:00 h du matin, j’ai été réveillé par une énorme explosion. Tous les habitants du voisinage, y compris les clients de l´hôtel de la Résidence d’Europe, sont sortis immédiatement pour voir ce qui se passait á l´extérieur.

A peine étais-je sorti, que le gouvernement a fait couper l’alimentation électrique du quartier. Nous nous sommes tous retrouvés dans le noir et il n’y avait plus de lumière ni à l’hôtel, ni dans les logements aux alentours..

Je vous envoie les photos prise avant et aprés cette explosion.


La Cour des comptes avant sa destruction volontaire. Un bâtiment maginfique qui avait été rénové
avec talent.
A mon avis, il ne peut s’agir en aucun cas, d’un accident, mais bel et bien d’un attentat criminel, conséquence d’une forte explosion.

Pourquoi l’électricité aurait-elle été coupée, une minute après, l’explosion, alors que les pompiers ne sont arrivés que beaucoup plus tard ? Qui était déjà au courant et peut-être même à l’avance ??


Le type de car de Police qui assurait la sécurité à proximité du bâtiment. La présence des policiers n’a pas eu pour conséquence d’obtenir une rapide intervention des pompiers
A 20 mètres à peine de la Cour des comptes, il y avait un véhicule de police qui stationnée, comme à son habitude. A l’intérieur 12 policiers dormaient au lieu de patrouiller dans le secteur ….

Cette présence n’a pas déclenché l’intervention rapide des pompiers qui ont mis un temps extrêmement long pour arriver. Et pourtant à 2:00 H du matin, il n’y avait pas d’embouteillage qui puisse les ralentir ….


Le bâtiment au petit matin. On voit bien que l’explosion a soufflé tout un pan de mur.

Acte terroriste ou vandalisme organisé par les autorités ?

Je ne saurais me prononcer sur l’identité des auteurs. En revanche, je réfute totalement la thèse gouvernementale de l’accident…

Il suffit de constater l’ampleur des dégâts
pour vérfier que ce n’est pas un simple feu, qui aurait pu être maitrisé rapidement, mais que le bâtiment a été soufflé littéralement par l’explosion, avant de s’enflammer.

30/11/08 (B476) De nombreuses réactions à l’annonce de la décision éthiopienne de retirer ses forces d’occupation du territoire de la Somalie avant la fin décembre 2008. (8 dépêches en Français et en Anglais)

_____________________________ 8 – Shabelle (En Anglais)

Dans une interview à Al Jazeera, le Président du GNT condamne les discussions de Djibouti sur le retour à l paix dans son pays. // Somali president condemns Djibouti peace talks

Somali president has condemned Djibouti peace talks according to an interview with Alajeera on Sunday.

Somali president Abdullahi Yusuf Ahmed described the power sharing deal that the Alliance for the Re-Liberation of Somalia (ARS) and the transitional federal government signed in Djibouti as a clan deal.

Abdullaahi Yusuf accused his Prime Minister Nur Hassan Hussein of working for the interest of one clan, but he did not specify of which clan he meant.

These remarks are casting doubt the already opposed peace deal.

Yusuf and Prime Minister Nur Hassan Hussein have disagreed the composition of a new government.

The Somali president Abdullahi Yusuf who invited Ethiopian troops into Somalia to oust the Islamic Courts Union in 2006, appears increasingly isolated.

Somalia has not had a functioning government since 1991.

_____________________________ 7 – Shabelle (En Anglais)

Trois explosions secouent Baïdo. Le Président annonce que le GNT ne contrôle plus que deux villes : Mogadiscio et Baïdoa // Explosions Rock Baidoa

Three blasts have rocked Baidoa town, a seat of Somali transitional Federal government on Sunday, witness said.

At least two people have been killed and more than ten others have been injured.

The explosions have been targeted to three places including the main market of the city, our reporter said, quoting witnesses.

It is yet unknown who carried out the attacks.

The situation of the city is tense as the police patrolling the main street of the city.

The Somali government forces and their Ethiopian allies have come under daily attacks by Islamists who oppose their presence in Somalia.

The Islamic Courts Union had taken control much of southern Somalia before they were ousted in 2006.

President Abdullahi Yusuf recently said his government controls only two cities – Baidoa and the capital, Mogadishu.

_____________________________ 6 – Afrique en Ligne

Les factions rivales somaliennes discutent à Nairobi

Les factions rivales somaliennes ont entamé, vendredi à Nairobi, au Kenya, des discussions sur les modèles de gouvernement de partage du pouvoir et de Parlement qui devraient être formés dans ce pays de la Corne de l’Afrique, sous le parrainage de deux agences des Nations unies.

Le Bureau politique des Nations unies pour la Somalie (UNPOS) et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en Somalie, les deux agences des Nations unies impliquées dans la recherche de paix en Somalie, ont dit qu’elles apportaient leur assistance technique à ces discussions.

Le Gouvernement intérimaire fédéral somalien (TFG) et l’Alliance pour la relibération de la Somalie (ARS) de l’opposition -formé après le déploiement des troupes éthiopiennes sur place- ont entamé de longues discussions destinées à trouver une solution politique au conflit en Somalie.

« Nous sommes heureux d’appuyer cette initiative immédiatement après la tenue d’un atelier de quatre jours à Djibouti qui a donné des résultats positifs, particulièremen concernant la formation d’un gouvernement d’union et d’un Parlement élargi et inclusif », s’est réjoui l’envoyé spécial des Nations unies pour la Somalie, Ahmedou Ould-Abdallah.

Les efforts de mise sur pied d’un gouvernement central pour la Somalie ont échoué plus de 14 fois. Le TFG a offert le meilleur espoir pour ce pays mais son influence a été réduite à néant compte tenu de l’opposition farouche de ses opposants, l’ARS, pour saper son influence sur le terrain.

« Il s’agit de la première d’une série de dialogues entre différents partenaires dans le processus complexe de rétablissement de la paix et la stabilité en Somalie », a déclaré Bruno Lemarquis, directeur pays du PNUD pour la Somalie.

On espère que les deux parties quitteront les discussions avec une vision plus claire de l’orientation de la Constitution qui sera esquissée mais aussi d’un éventuel programme à cette fin impliquant des consultations avec les différents partenaires, a dit M. Ould Abdallah.

D’autres consultations avec le comité de haut niveau créé à Djibouti devraient suivre.

Un ancien président du Parlement somalien, Sheikh Aden, qui a été élu par 275 parlementaires somaliens à l’issue de difficiles négociations au Kenya, dirige l’ARS.

C’est M. Aden, qui a dirigé la session parlementaire ayant élu le président actuel, Abdu llahi Yusuf, mais les deux dirigeants sont en total désaccord depuis que le président a désigné son Premier ministre, Ahmed Hussein Ghedi, qui a appelé les troupes éthiopiennes à l’aide.

M. Ghedi a été contraint de démissionner après plusieurs tentatives de destitution à travers un vote de défiance au Parlement. L’actuel Premier ministre, Hussein Hassan, connu sous le nom de Nur Adde, a invité l’ARS à discuter des modèles de gouvernement de partage du pouvoir.

Les discussions de Djibouti se sont achevées en début de semaine sur un accord relatif à la création d’un gouvernement inclusif, marquant le retour des membres de l’ARS et leur nomination comme membres du Parlement. Le Parlement somalien compte 275 députés.

Les députés, qui étaient bloqués au Kenya ont, depuis, été transportés par pont aérien pour une réunion spéciale avec les leaders de la région, sous l’égide de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (OGAD), ont fait l’objet de pressions constantes pour rendre crédibles les efforts de restoration de la paix.

Le gouvernement somalien a souffert d’une série de démissions de masse, tandis qu’un certain nombre de haut responsables du gouvernement et des parlementaires ont été tués.

La délégation de Sheikh Aden réclame le départ des troupes éthiopiennes de la Somalie. Le gouvernement éthiopien a demandé publiquement la fin du blocage politique en Somalie et déclaré vendredi qu’il retirait ses troupes sur place.

Les autorités kenyanes ont offert d’envoyer des troupes en Somalie. De plus, le Kenya propose également de former une armée de 10.000 hommes pour le gouvernement somalien dans le cadre du renforcement de ses institutions.

_____________________________ 5 – Shabelle (En Anglais)

Les notables du clan Hawiye saluent la décision éthiopienne de retirer ses forces de la Somalie. Hawiye Elders welcome Ethiopia withdrawal. (Info lecteur)

Hawiye Clan Elders have welcomed the withdrawal of Ethiopian forces after Ethiopian announced on Friday that they are going to withdraw from Somalia by the end of the years 2008.

Many Somalis welcomed when they heard the news of withdrawal.

We welcome the withdrawal of Ethiopian troops and we urge the Ethiopians to fulfill their commitment, said the deputy chairman of the council Jimale Mahamed Nuur( Jeeb weyne).

The people of Mogadishu are skeptical the withdrawal of Ethiopian soldiers.

The decision ends two-year presence of Ethiopian forces that engulfed the lives of many civilians.

Ethiopia has sent thousands of troops here since early 2007, when it launched a U.S.-backed operation that drove the Islamic Courts Union from Mogadishu after six months in power.

Since then, the Islamists have waged war against the government forces and their Ethiopian allies.

Ethiopian forces have killed many Somali civilians since their arrival and displaced thousands.

____________________ 4 – Shabelle avec AL Jazeera (En Anglais)

Le Président des Tribunaux islamiques appelle au déploiement d’une force internationale de maintien de la paix pour la stabilisation de la Somalie. // Somali leader seeks peacekeepers (Info lecteur)

Sheikh Sharif Ahmed, the chairman of Somalia’s Islamic Court’s Union (ICU), has called for the deployment of international peacekeeping forces to stabilise his country.

Ahmed on Saturday said that the peacekeepers should deploy when Ethiopian forces pull out as promised by the end of 2008.

Ethiopia, which sent thousands of troops to Somalia in early 2007 to drive out ICU fighters who had seized control of much of the country, said on Friday that its forces would pull out of the country by the year end.

« To those African countries that want to bring their own forces, we are telling you: You are welcome, » Ahmed told African elders at the Kenyan capital of Nairobi.

Ahmed, who heads a moderate faction among the Somali opposition groups, said peacekeepers could help create a chance of reaching a peaceful settlement in Somalia.

« We need also the stabilisation force to be brought to Somalia, » Ahmed said.

« We must not miss this very essential window of opportunity when we are actually seeing the light at the end of the tunnel. »

The African Union has 3,400 soldiers in Somalia helping to protect the capital, but there are fears that without reinforcements security will deteriorate when the Ethiopians leave.

Fighting in Somalia has killed 10,000 civilians since early 2007 and driven more than a million from their homes.

Nur Hassan Hussein, the Somali prime minister, also pleaded with the international community to step in when Ethiopian troops went home, saying there was hope for the peace process.

« There is a very real concern that a security vacuum will be inevitable, with the consequences you can imagine, » he said. « There is a great danger the situation may turn into chaos. »Somalia’s government has struggled to battle Islamic fighters waging an Iraq-style insurgency. They control most of the south and have been slowly advancing on the capital, Mogadishu.

____________________________________ 3 – Press TV (En Anglais)

Le premier ministre somalien plaide pour une assistance internationale afin de faire face au départ programmé des troupes éthiopiennes d’occupation. //Somalia urges filling Ethiopia vacuum (Info lecteur)

PM Nur Hassan Hussein has urged international assistance after the Ethiopian withdrawal.

Mogadishu urges a replacement for the Ethiopian soldiers who are due to quit Somalia leaving its embattled administration to sink or swim.

On Saturday, the Somali prime minister and a senior opposition leader unanimously urged that the vacancy be filled by the international community.

Premier Nur Hassan Hussein warned of the consequences should the security gap not be attended to.

« There is a great danger the situation may turn into chaos, » Reuters quoted him as saying.

Ethiopian soldiers, due withdrawal by the end of the year, entered Somalia in 2006 to assist the country’s beleaguered transitional government against uncompromising oppositionists, the Union of Islamic Courts (UIC).

Currently based in Asmara, Eritrea, the group regularly involves its gunmen, Al-Shabaab, in fights with the Ethiopians.

« We need also the stabilization force to be brought to Somalia, » said Sheikh Sharif Sheikh Ahmed, the leader of the Djibouti-based Somali opposition, the Alliance for Re-liberation of Somalia (ARS).

Sheikh Sharif’s remarks marked a considerable shift in the stance of the opposition who had until before objected to deployment of foreign troops.

« To those African countries that want to bring their own forces, we are telling you: You are welcome, » he noted.

Earlier in the month, however, the UIC leader Sheikh Hassan Dahir Aweys dissociated his devotees from those of the rivaling camps saying « these men (Sheikh Sharif’s faction) have joined the Transitional Federal Government (TFG) who were fighting us. They signed an agreement with them. We still stick to our position, we stick to fighting. »

« I understand that Kenya is planning to deploy up to Kismayu town (in southern Somalia). Kenya should not burn the thatched house that it is living in, » he had noted.

____________________________________ 2 – AFP

Somalie: le Groupe des Sages de l’UA demande à l’ONU l’envoi d’une force

L’influent Groupe des Sages de l’Union Africaine (UA) a demandé samedi au Conseil de sécurité de l’ONU le déploiement « sans délai » d’une force de stabilisation internationale en Somalie, après l’annonce du retrait de l’armée éthiopienne de ce pays d’ici fin 2008.

Le Groupe des Sages – institution de l’UA composée d’anciens présidents africains influents sur le continent – a « instamment demandé au Conseil de sécurité de l’ONU d’assumer pleinement ses responsabilités, en particulier en autorisant sans autre délai la mise en place d’une force internationale de stabilisation » en Somalie

Cette institution redoute en effet que ne s’installe, à la faveur du retrait éthiopien, « un vide sécuritaire qui compliquerait davantage la situation sur le terrain et compromettrait gravement les efforts visant à promouvoir une paix et une réconciliation durables », selon un communiqué transmis samedi à l’AFP à Nairobi où les membres du Groupe se sont réunis.

L’UA estime que la persistance et l’aggravation des troubles en Somalie, « constituent une sérieuse entrave aux efforts que déploie l’Afrique pour promouvoir la paix, la stabilité et l’intégration », et « une grave menace à la paix et à la sécurité internationales », selon les termes de ce document.

Le Groupe des Sages de l’UA envisage qu’une force onusienne pourrait prendre » appui sur une Amisom (force de paix de l’UA en Somalie) renforcée et s’emploierait à faire avancer la cause de la paix, de la sécurité et de la réconciliation en Somalie ».

Cette force, selon eux, pourrait ainsi « faciliter le déploiement rapide d’une opération de maintien de la paix des Nations unies qui prendrait la relève de l’Amisom et appuierait la stabilisation et la reconstruction à long terme de la Somalie ».

Le Groupe des Sages est notamment composé de l’ancien président algérien Ahmed Ben Bella, de l’ancien président de Sao Tomé et Principe, Miguel Trovoada, de l’ancien secrétaire général de l’OUA, Salim Ahmed Salim, de la présidente de la Commission électorale indépendante d’Afrique du Sud, Brigalia Tbam, et d’Elisabeth Pognon, ancienne président de la Cour constitutionnelle du Bénin.

Les Sages ont également appelé la communauté internationale pour qu’elle s’engage « résolument en faveur d’une solution globale et durable au conflit en Somalie ».

Le représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la Somalie, Ahmedou Ould Abdallah avait insisté vendredi pour que la communauté internationale parle « sérieusement avec les Ethiopiens, pour comprendre leur position et leur donner tous les appuis nécessaires pour éviter un vide sécuritaire ».

Le corps expéditionnaire éthiopien en Somalie est estimé à plus de 3.000 hommes. Il sert de force de protection à l’Amisom déployée à Mogadiscio depuis mars 2007, composée 3.400 militaires burundais et ougandais.

Selon un accord signé fin octobre à Djibouti entre le gouvernement somalien de transition et son opposition, dominée par les islamistes modérés, les troupes éthiopiennes déployées en Somalie devaient se retirer de certaines parties des villes de Beledweyne (centre) et de Mogadiscio avant le 21 novembre.

Il a commencé à être appliqué dès le 17 novembre, mais a été catégoriquement rejeté par les shebab, des combattants islamistes extrémistes qui mènent des attaques meurtrières quasi-quotidiennes contre les forces éthiopienne et celle du TFG.

____________________________________ 1 – Le Monde

Somalie: le groupe des sages de l’UA demande à l’ONU de déployer une force

Le Groupe des sages de l’Union Africaine (UA), composé d’éminentes personnalités africaines, a demandé samedi à l’ONU de déployer en Somalie « sans délai une force internationale de stabilisation », suite au retrait annoncé des troupes éthiopiennes de ce pays fin 2008.

« Le Groupe a été informé de la décision du gouvernement éthiopien de retirer ses forces de la Somalie, et ce dans le cadre de la mise en oeuvre de l’Accord de Djibouti du 19 août 2008 », indique dans un communiqué le Groupe des sages de l’UA, une institution du département Paix et sécurité de l’UA.

« Dans ce contexte, et afin d’éviter un vide sécuritaire qui compliquerait davantage la situation sur le terrain et compromettrait gravement les efforts visant à promouvoir une paix et une réconciliation durables, le Groupe a instamment demandé au Conseil de sécurité des Nations unies d’assumer pleinement ses responsabilités, en particulier en autorisant sans autre délai la mise en place d’une force internationale de stabilisation », poursuit le communiqué.

L’Ethiopie a annoncé à l’UA et à l’ONU que ses troupes seraient complètement retirées de Somalie « d’ici la fin de l’année », dans un courrier adressé à ces deux organisations le 25 novembre, a indiqué vendredi le ministère éthiopien des Affaires étrangères.

30/11/08 (B476) AFP : Journalistes enlevés au Puntland: les autorités disent avoir localisé les ravisseurs.

Localisation du lieu de l’enlèvement de quatre journalistes

Les autorités de la province semi-autonome du Puntland, en Somalie, ont affirmé samedi à l’AFP avoir localisé les ravisseurs de quatre journalistes, dont deux Européens, enlevés mercredi.

« Maintenant nous disposons de toutes les informations. Des policiers sont autour de leur cachette. Après deux ou trois heures, les otages seront avec eux », a assuré par téléphone Musa Gueleh Yusuf, gouverneur de la région de Bosasso où les quatre journalistes ont été kidnappés.

« Ils connaissent exactement leur position et nous avons des informations disant que les otages vont bien, qu’ils sont gardés par sept ravisseurs », a-t-il ajouté, précisant que « entre 60 et 70 policiers ont été déployés dans cette zone ».

Un photographe espagnol et un journaliste britannique, qui enquêtaient sur la piraterie dans le golfe d’Aden pour un quotidien britannique, font partie des otages.

30/11/08 (B476) Affaire de Jean-Paul Noël Abdi devant la Cour suprême : nouvelle ordonnance de renvoi à une date indéterminée … pour cause de manque de salle !!! De qui se moque-t-on ?

A quoi joue-t-on au sein du Palais du Peuple de Djibouti ?

Chacun se souviendra que la Cour suprême avait été contrainte de déménager dans les locaux du Palais du Peuple, durant les travaux de rénovation du Palais de Justice.

Télécharger l’ordonnance
en grand format JPG / : lien ( 32 ko)

L’Affaire de Jean-Paul Noël Abdi devant la plus haute juridiction du pays, la Cour Suprême est « techniquement » reportée, renvoyée ou classée sine die.

Personne ne pourrait se prononcer à la lecture de l’ordonnance de renvoi.

En effet la Présidente ne précise pas de nouvelles dates, comme cela se fait généralement ni d’autres arguments comme par exemple, l’incompétence de la Juridiction ou pire des magistrats ???

Est-ce le cas ?

Nous ne disposons pas d’information pour nous prononcer avec certitude, mais cette décision laisse supposer que l’affaire embarasse non seulement le pouvoir, mais aussi la Justice aux ordres du pouvoir.

Est-ce une nouvelle méthode pour museler et asservir la Justice djiboutienne, à la veille du 60ème Anniversaire des Droits de l’Homme ?

Ce que l’on doit redouter déosrmais, c’est un incendie accidentel soit des locaux de la Cour suprême, soit du Palais de Justice pour effacer toutes traces de cette lamentable affaire (et de bien d’autres ..) pour éviter de prononcer des jugements politique au plus haut degré.

Selon certaines indiscrétions, il y aurait encore des bidons d’essence disponibles sur le territoire de la République et plus particulièrement dans les entrepôts des services secrets …. qui n’attendent qu’un ordre d’Haramous pour se répandre dans les locaux les plus sensibles.

Quant au 60ème anniversaire de la déclaration des Droits de l’homme, nous rappelons à nos lecteurs qu’ils peuvent toujours télécharger la déclaration locale, applicable exclusivement en République de Djibouti à l’adresse suivante :

Lien pour télécharger le document en PDF

Lien pour consulter le dossier complet de l’ARDHD

29/11/08 (B476) Walata Info. Les tribunaux éthiopiens commenceraient à se pencher sur les crimes d’enlèvement et de viols de mineurs, selon une l’association IFSO.

_______________________________ Note de l’ARDHD

Chacun se souviendra du cas de cette jeune fille de réfugié diboutien, qui avait été enlevée à la sortie de son école et violée pendant 14 jours, avant d’être incarcérée pour « vol à l’étalage » par l’oncle du rapteur, qui avait imaginé cette mise en scène pour permettre à son neveu d’échapper à d’éventuelles poursuites.

Nous ne pouvons que nous réjouir d’apprendre que la Justice éthiopienne étudie chaque cas et qu’elle prononcera des peines. En espérant que cela mettre progressivement un terme aux pratiques criminelles qui sont monnaie courante en Ethiopie.

Lien avec le dossier d’Hasna

________________________________ Extrait de Walta (En Anglais)

Les tribunaux rendent rapidement des verdicts pour les affaires de violences sexeulles. Courts giving prompt verdict over cases of sexual violence

Par Mekdes Zelelew – Addis Ababa (WIC)

Courts in the metropolis are giving prompt decisions over charges related with sexual violence than ever before, a local NGO said.

General Manager of Integrated Family Service Organization (IFSO), Mekdes Zelelew told WIC that courts are providing swift verdict over rape cases, hence supporting the efforts being made to annihilate the practice.

Courts used to take more than a year to pass verdict over cases of rape, Mekdes said, however they are now passing prompt decisions owing to the attention they attached with the problem.

IFSO is engaged in rehabilitating distitute children exposed to sexual violence, she said and added that the organization is engaged provision of psychological counseling service, medical and financial supports for over 200 children, who are victims of sexual violence.

The number of children exposed to sexual violence in Addis Ababa is increasing from time to time, while Addis Ketema, Yeka and Arada sub cities are areas where the problem surfaces in its severe form.

The General Manager called on parents to protect their children by raising their children’s awareness on issues related with sexual violence.

IFSO has jointly been working with the Federal Police Children Protection Units, governmental and non governmental organizations to prevent sexual abuse against children and to rehabilitate victims of sexual violence, she added.

29/11/08 (B476) Tragique explosion à Djibouti 4 fillettes tuées et 1 blessée gravement: Accident, manque d’entretien, procédures non respectées ou bien … ????

_________________________________ Extrait ADI

Quatre fillettes tuées par l’explosion accidentelle d’une grenade près d’une zone militaire à Holl-Holl

Quatre fillettes dont deux appartenant à une même famille ont été tuées mercredi par l’explosion accidentelle d’une grenade à Holl-Holl, une petite localité située au sud du pays, a-t-on appris aujourd’hui de source officielle.

La déflagration se serait produite à quelques encablures d’une zone d’entraînement militaire appartenant aux forces armées djiboutiennes, où les enfants auraient trouvé l’engin explosif.

Selon le commandant de l’école militaire de Holl-Holl, Omar Ibrahim Halas, « la grenade, de marque russe, a tué sur place trois d’entre elles et la quatrième a succombé à ses blessures peu après son admission à l’hôpital militaire français Bouffard ».

« Une cinquième adolescente est également dans un état critique, après qu’elle ait été atteinte par les éclats et le souffle de l’explosion », a déclaré un habitant d’Ali-Sabieh joint par téléphone.

« Les victimes qui, a-t-il ajouté, avaient entre 1 et 17 ans, étaient avec un groupe de nomades en transhumance avec leurs troupeaux venus des zones rurales avoisinantes ».

« Une enquête sur les causes exactes de l’accident a immédiatement été confiée à la gendarmerie nationale », a indiqué pour sa part le préfet d’Ali-Sabieh, M. Ibrahim Soubaneh Rayaleh.

29/11/08 (B476) Radio Trottoir : Guelleh s’est envolé pour Aden, tôt ce samedi matin. Mais pour y faire quoi ? (Lectrice)

A 9h00 du matin, IOG a décolé en catamini, ce samedi matin, pour atterir à l’aéroport d’Aden.

Au fait quand a eu lieu l’annexion du Yémen du Sud par le Yémen du Nord ?

Mais que va faire Guelleh à Aden ?

Demander pardon aus membres de l’honorable famille d’Alhoumekani dont une partie avait été expulsée manu militari vers Sanaa un beau matin, puis revenue au pays après plusieurs mois d’exil ?

Mais non, vous n’y êtes pas du tout. Il est tout simplement parti pour participer à l’action de promotion de la nouvelle Armée Américaine de Bush, qui est basée à Addis Abeba sous le Haut Commandement du Général Soubagleh, un ancien agent de Mengestu. L’objectif serait d’essayer d’inciter l’Administration de Washintgon, pendant qu’il en est encore temps, à faire pression « sur le noir américain à la Maison Banche ».

Madame Ubax Liban
spécialiste du trafic des Travailleurs
au Camp Lemonnier.