23/01/09 (B482-B) LDDH : NOTE D’INFORMATION DU 22 JANVIER 2009 — Résolution du Parlement européen sur la situation dans la Corne de l’Afrique



Le Président

NOTE D’INFORMATION DU 22 JANVIER 2009

Résolution du Parlement européen
sur la situation dans la Corne de l’Afrique

Le 15 janvier 2009, le Parlement Européen a voté à une écrasante majorité une Résolution sur la Corne d’Afrique, qui fait suite à la publication de la Mission d’Enquête de la Commission de Développement.

La Résolution concernant Djibouti est dans la droite ligne du Rapport présenté le 1er décembre 2008.

Après avoir rencontré tour à tour le Gouvernement, la Société civile, l’Opposition légale à Djibouti le 30 octobre 2008, la Mission d’Enquête de la Commission de Développement du Parlement Européen a fait voter une Résolution spécifique sur notre pays, dont voici les extraits pertinents :

« …Considérant qu’à Djibouti, les défis restent énormes et que la crise alimentaire mondiale a contribué à rendre la situation alarmante dans l’ensemble du pays;…

O. considérant que le système de vote à la majorité, très défavorable aux partis d’opposition, qui était en vigueur lors des élections législatives de 2008, est un sujet de préoccupation à Djibouti, où le Mouvement pour le renouveau démocratique (MRD), parti d’opposition, a été interdit en juillet 2008 au motif qu’il aurait soutenu une attaque érythréenne contre Djibouti, ce qu’aucune preuve crédible ne permet d’étayer, tandis que des dirigeants du syndicat de l’Union djiboutienne du travail/Union générale des travailleurs djiboutiens (UDT/UGTD) n’ont toujours pas été réintégrés dans leurs fonctions après avoir été licenciés pour des motifs liés à leurs activités syndicales,

Sécurité Alimentaire et développement.

20. appelle les autorités djiboutiennes à protéger les droits politiques des partis d’opposition et des organisations indépendantes de défense des droits de l’homme, ainsi qu’à garantir pleinement la liberté de la presse, de réunion et d’expression; souligne le besoin d’entamer un dialogue significatif entre le gouvernement et l’opposition en vue d’aboutir à une adaptation de la loi électorale de manière à permettre une représentation plus équitable, au parlement, des partis politiques existants; demande aux autorités djiboutiennes de permettre au parti d’opposition MRD de reprendre ses activités et de réintégrer dans leurs fonctions tous les dirigeants du syndicat UDT/UGTD licenciés pour des motifs liés à leurs activités syndicales;

21. invite le gouvernement de Djibouti à prendre des mesures pour assurer une meilleure protection juridique et concrète des droits des syndicats, conformément aux conventions clés de l’Organisation internationale du travail;

26. appelle les gouvernements d’Éthiopie, d’Érythrée et de Djibouti ainsi que le Conseil à s’accorder, conformément à l’article 8 et à l’annexe VII de l’accord de Cotonou révisé, pour approfondir le dialogue politique sur les droits de l’homme, les principes démocratiques et l’état de droit, y compris sur les questions susmentionnées, en vue de définir des points de référence et de parvenir à des résultats et progrès tangibles sur le terrain;

o
o o

28. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, aux gouvernements des États membres, au président de la Commission de l’Union africaine, au président en exercice de la Conférence de l’Union africaine, au Secrétaire général de l’Union africaine, au Parlement panafricain, aux gouvernements et parlements des pays de l’IGAD et aux co-présidents de l’Assemblée parlementaire ACP-UE »

http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) se félicite de l’adoption de cette Résolution qui vient conforter la justesse du combat mené à l’intérieur du pays par les Défenseurs des Droits de l’Homme et les Démocrates Djiboutiens.

NOEL ABDI Jean-Paul