03/07/10 (B559) VERITE : LA GRANDE MISERE ROUGE ET LES JEUNES DU PAYS (Lecteur)

La misère rouge est un ensemble qui est composé de la famine, de la pauvreté, de la drogue, du chômage. La misère rouge c’est aussi la situation d’un jeune diplômé qui ne trouve pas de travail à cause de son appartenance à unr autre ethnie que celle des tenants du régime au pouvoir.Tout est régenté, organisé, calculé par l’homme fort du régime et par son épouse.

Les motivations de cette haine, de cette méchanceté, de cette cruauté, de ce massacre des futurs cadres du pays, des abus de pouvoir envers les citoyens sont tous issues des raisonnements du chamelier qui vise une 3eme mandat et qui veut mourir sur le trône.

La misère rouge parle :

La misère rouge a un terrain de prédilection : Balbala, les quartiers défavorisés où les jeunes n’ont plus aucun espoir pour fonder une famille et assurer son existence, pour réussir.

La misère rouge tient toujours le même discours :

« Vous, les jeunes restez avec moi. Inutile d’aller toujours en ville, écoutez-moi bien. On va jouer dans notre quartier, dans le sable et la chaleur et on va respirer le vent violent du Kamsine. Ne craignez rien on va trouver quelque chose à manger : le fameux gâteaux en dur, le KAMIRE de Markabo et nous allons boire l’eau non filtrée du puits de pieds longs ( agaderee). »

« Ensuite quand vous serez bien fatigué par une forte fièvre, vous allez rentrer tranquillement chez vous, sans ne rien raconter à vos parents. Vous dormirez gentiment. Demain nous recommencerons nos jeux et ainsi de suite, tous les jours à venir. »

Un enfant du pays répond :

« Chère misère rouge, vous êtes une grande personne. Je vous respecte beaucoup. Pourriez-vous me dire qui est votre chef ? D ’où venez-vous ? quelles sont vos origines ? »

Je me pose ces questions lorsque constate les séquelles sur mes amis Ali, Robleh, Hassan, Mohamed, .. Ils sont malades depuis que vous les avez frappés. Prenez-vous beaucoup de plaisir à rendre les gens malheureux ?

La misère rouge a répondu, après un long silence :

Vous les jeunes, vous êtes trop naïfs ! Ce sont vos leaders, vos parents, vos proches, vos politiciens, vos opposants qui ont commis des graves erreurs et des actes impardonnables et irresponsables. Par leurs mauvaises actions, par leur manque de réaction, ils ont contribué volontairement ou non, directement ou indirectement à me confier la destinée du peuple et surtout celle des futures générations. Et depuis j’en profite pleinement !

En refusant de réagir quand il le fallait, en refusant de se mobiliser, en refusant de dénoncer l’inacceptable, en se taisant face aux crimes et aux injustices, ils ont fait le lit du fils de l’oued !

Par exemple, moi, la misère rouge, je suis responsable du secteur Balbala. J’habite dans la suite N°4 située dans l’aile gauche du Palais d’Haramousse. J’obéis aux ordres du mon chef direct, qui est le fils du rail. Avec mes soeurs (verte, jaune, bleu, magenta, ocre,…) nous travaillons toutes sous ses ordres.

Notre devise commune est < dans un pays où la jeunesse est muselée, IOG pourra conserver son trône> .

Notre mission consiste à étouffer la croissance économique et à empêcher la réussite des jeunes.

Mais, comme je ne suis pas mauvaise fille, je vais vous donner six conseils sages, bien qu’ils soient contre mes intérêts.

1°) Cesser immédiatement de brouter, car bientôt ce sera trop tard et complètement irréversible »

2°) Prenez les choses en main et portez-vous candidat pour barrer la route au dictateur

3°)
Refusez l’intolérable et l’injustice

4°) Refusez le viol de la constitution, car c’est votre vie qui est en danger

5°) Vous devez vous
opposer tous unis aux méthodes archaïques d’IOG et de ses collabos : ses warabeys et les mafieux qui l’entourent.

6°) Examinez avec attention les 30 années de dictature qui viennent de sécouler et qui ont été marquées par la mauvaise gestion et la glorification du clanisme le plus néfaste et le plus outrancier.

____________________

OH !
les leaders d’opposition
les intellectuels Djiboutiens
les cadres et les fonctionnaires
le corps enseignant
les étudiants sans emploi
les commerçants de la place
toute la jeunesse
les mères et les sœurs Djiboutiennes (qui avez un réel pouvoir de conviction …)
les élus locaux
les vrais enfants du pays

Oui vous toutes et vous tous, chères sœurs et chers frères, réveillez-vous. C’est le moment de vous ressaisir, d’aller de l’avant, de chercher ce dont vous manquez tant : la liberté, une meilleure vie, un pays prospère, une bonne entente entre communauté.

Sans réaction rapide de votre part, la vie va devenir encore plus difficile.

He !
Le
peuple : c’est toi qui aura le dernier mot, car le monde évolue, la pression et la violence exercées contre les citoyens ne sont plus tolérables et de moins en moins tolérées par l’opinion mondiale.

Je n’accepte plus le silence assourdissant de nos leaders de l’opposition.

Attention, c’est maintenant que l’histoire s’écrit. Toutes les archives seront conservées dans le musée « A DJIBOUTI LIBRE » et chacun jugera … le niveau réel d’engagement et les actions volontaristes et engagées de ceux dont c’était la mission, parce qu’ils ont librement choisi de s’engager dans la politique … et que la politique se fait exclusivement au service du peuple et non de leur carrière ou de leurs amitiés et rancunes personnelles.