29/08/10 (B567) Petites nouvelles du front (Par le Sergent Ariko)

Comme je l’avais annoncé (et bien qu’il y ait eu des informations contradictoires diffusées à ce sujet), le dictateur a bien offert un Iftar aux hauts-gradés des différents corps.

Toujours « comme prévu », ce sont des salades qu’il leur a servies en guise de discours. Chaque année pour le ramadan, on assiste à la même mise en scène minable …

Pas le moindre scoop, ni la moindre nouveauté !

Comme chaque année depuis 10 ans, Guelleh a répété qu’il allait se pencher sur les conditions matérielles des hommes et qu’il allait améliorer leurs conditions de vie. Toujours le même refrain ! Désormais chacun a compris : « Il nous ressort le même mensonge chaque année ». Certains officiers ne veulent plus cautionner ses propos en les répercutant aux hommes de troupes, car ils y perdent tout leur crédit.

Est-ce la raison pour laquelle, le Général Zakaria a du menacer de graves sanctions tous les officiers qui ne viendraient pas faire allégeance au dictateur, durant la cérémonie ?

En préparation des prochaines élections le dictateur a absolument besoin de retrouver la confiance des hommes qui portent l’uniforme.

Bien sur, il a déjà oublié ceux qui sont prisonniers des forces érythréennes. Parmi les prisonniers, l’officier le plus gradé est le Colonel Aden Ali Ahmed, chef de corps du C C O. Le régime semble avoir fait une croix sur ces effectifs : rayés des tablettes de Guelleh ?

Il se trompe lourdement, car nous, leurs frères d’armes nous n’allons pas les oublier.

L’opposition devrait-elle tenter aussi, de son côté, de faire pression sur le régime d’Asmara pour qu’il cesse de garder nos soldats afin de s’en servir comme des boucliers humains en cas de bataille contre les forces, dirigées par le dictateur corrompu et malfaisant.

On notera la présence du colonel Aden Ali Ahmed à côté du général Hassan Ali Kamil. Aujourd’hui avec 50 soldats et plusieurs officier de l’Armée et de la Police, il est toujours prisonnier des Erythréens.

Querelles entre deux ministres

Les ministres des finances Ali Farah Assoweh et de l’intérieur Yacin Elmi Bouh se sont déclarés la guerre sous l’oeil amusé du dictateur. Il les renvoie dos à dos. Les petits commérages à ce sujet font recette dans les mabrazes.

En revanche, ce combat de coqs n’intéresse pas du tout la population, qui n’a plus qu’un seul objectif : celui de survivre, de manger et si possible de se soigner.

L’Ambassadeur de France encaisse les reproches de Guelleh.

Dominique Decherf, l’Ambassadeur de France a décoré personnellement Edna Aden Ismail de la Légion d Honneur. Furieuse, Kadra Haid a demandé des explications à l’Ambassadeur qui lui a répondu, qu’il s’agissait d’une décision du Président Sarkozy. Par pure vengeance, la Paulette aurait ordonné au chef du protocole Djama Elmi Darar de lui retirer immédiatement sa médaille de l Grande Etoilde de Djibouti. A-t-elle ajouté : « Heureusement qu’il fait ses valises, car je ne supporterai pas plus longtemps un Ambassadeur qui décore une autre femme que moi ! »

L’Ambassadeur a été convoqué au palais présidentiel où il s’est fait copieusement réprimander, dit-on, par Guelleh, qui lui reprocherait le nouveau soutien de la Franceau Somaliland. A croire, aurait-il ajouté que la France change de camps et se détourne de Djibouti.

Guelleh sait que le groupe Bolloreh veut développer le port de Berbera.

Pour lui, c’est la preuve que la France ne veut plus de lui ni de ses méthodes de voleurs. Est-ce pour cette raison, qu’il a envoyé son ministre Saïd Barkhat, son conseiller politique Hachi Abdillahi Orah, ainsi que le ministre fatigué des missions « suicides » Ali Abdi Farah en visite officielle au Somaliland ?

Ils ont été reçus fort aimablement par le nouvel homme fort du pays. Mais ce dernier a opposé un refus catégorique à toutes leurs demandes. Siranyo ne porte pas dans son coeur IOG et il s’est contenté d’ajouter que le Somaliland n’avait plus de leçons à recevoir de Djibouti.

Le projet pour le port de Berbera va générer la création de centaines d’emploi pour les Somalilandais. La délégation d’IOG est rentrée bredouille. Bravo au Président Sirayio pour le camouflet qu’il a infligé au dictateur, sans foi, ni loi.

Baisse de moitié du salaire dans le secteur hospitalier ?

Le Ministre de la Santé a décidé (par réaction aux mouvements sociaux ?) de couper en deux les salaires des personnels de santé. La population est outrée de voir comment ce Ministre corrompu, ayant acquis malhonnêtement une immense fortune en détournant les aides internationales, traite les salariés. La révolte gronde et il est temps que chacun prenne conscience de la situation et se mette en travers du dictateur.

Les jeunes des quartiers passent à l’attaque. L’Education est en ébullition

Selon des informations que j ai obtenues, les jeunes des quartiers ont dessiné des graffitis sur tous les murs. Ils dénoncent la misère généralisée. Les parents n’ont plus aucun espoir pour l’avenir de leurs enfants et de plus les personnels de l’Education ont promis une rentrée sociale chaude à ce régime.

A tel point que le ministre de l’Education nationale Abdi Ibrahimn Absieh a même peur pour son fauteuil. il a été sommé de trouver une solution avant que le mouvement ne prenne de l ampleur.

Il faudra faire vite, car les enseignants, de leur côté sont bien décidés a ne pas faire de cadeaux à un régime qui n’a plus aucun sens des réalités

La paralysie de ces deux secteurs clefs (santé et éducation) sera-t-elle l’étincelle qui fera descendre les gens dans la rue ? On peut imaginer que le régime ne pourrait pas y survivre pendant longtemps, d’autant plus que le climat de tension qu’il a suscité avec la Police, la Gendarmerie et les Forces armées, n’est pas propice à un engagement de ces forces contre la population.

Les bailleurs de fonds auraient coupé tous les robinets ?

Il se murmure que les bailleurs de fonds, qui ont demandé des comptes au régime, auraient décidé d’avoir « la peau » d’Abdalah Abdillahi Miguil. Pour l’instant IOG le protège encore, mais pour combien de temps.

Les bailleurs de fonds ont prévenu la Présidence qu’ils bloquaient tout versement tant que ce monsieur sera ministre. Les pays arabes ont aussi emboité le pas. Le conseiller du dictateur Fahmy El Hag n’arrive même plus à se faire entendre des donateurs arabes qui financent le système.

Plus d’alternative ?

Y a-t-il encore une alternative possible et crédible à un soulèvement général annoncé de la population ?

La seule alternative qui protégerait le pays et ses habitants serait dans le départ d ’IOG et de sa femme, chefs de gang mafieux, avant que le pire n’arrive.

Sergent Ariko
Londres