28/11/10 (B580) Jean-Paul Noël Abdi nous a adressé comme cela avait été annoncé la traduction, qu’il a réalisé en Français de deux articles publiés par le journal somalilandais Hadhwanaag le 20 novembre 2010

(Cf notre article du 25/11 sur le sujet) Savez-vous, chers compatriotes, que le Chef de l’Etat Ismaêl Omar Guelleh va prendre, dans
un proche avenir, la majorité du capital des télécommunications et des profits correspondants dans les télécommunications du Somaliland.

Nos lecteurs qui ouvrent les yeux veulent savoir, comment le fils de Guelleh peut-il s’emparer des télécommunications ? Comment peut-il se les approprier ?

Comment va-t-il faire taire les intellectuels et les
personnes expérimentées qui sont bouleversées pour leur peuple et pour son pays (sous
entendu : Djibouti) après qu’une société de paille « SomCable » intervienne sous le prête-nom d’un citoyen du Somaliland.

Il faut connaître les relations d’amitié entre le chef de l’Etat Guelleh et le représentant de Somcable, le commerçant Mahamaed Aw Siciid Geedi. Ces relations sont récentes et elles ont remplacé des relations plus anciennes qui avaient été nouées entre le Chef de l’Etat Guelleh et le commerçant Booreh. Ils se sont séparés sur un litige.

Le Chef de l’Etat Guelleh n’est pas uniquement un politicien mais il est surtout un homme d’affaire véreux ou malhonnête (en somalie « ganacsade Leexsan ») .

Ce que vise Guelleh, c’est le pouvoir pour mieux contrôler la politique mais aussi le commerce et tout ce qui a un rapport (en somalie « Wixi la mid ah, IWM ». On chuchote derrière lui
qu’il avait eu des relations très poussées et qu’il était associé avec le commerçant
Booreh, avec qui il entretenait des liens d’amitiés et que tous craignaient
lors du bon vieux temps (waayo wayoo).

Aujourd’hui Borreh a été remplacé par Maxamed Aw Siciid Guedi le
représentant de SomCable .

– Plusieurs sources concordantes confirment que la majorité du capital d’une usine d’armement en Afrique du Sud appartient à Guelleh, de la même façon nous affirmons qu’il a des intérêts dans des sociétés de trafic de drogue.

– Aucun doute ne peut exister sur le fait que le Chef de l’Etat Guelleh est le président souterain « jiifa » de la Société Somcable et que le représentant Maxamed Aw Siciid Geedi est son homme de paille. L ’une des preuves a été apporté lors du dernier voyage de l’ancien président S/E Daahir Rayaale Kaahin à Djibouti. Guelleh était intervenu auprès son homologue afin assainir le problème de la Somcable. La scène avait été filmée pour montrer clairement la volonté de résoudre les divergences existant entre Maxamed Aw Siciid et Rayaale.

– Chers frères nous sommes un peuple qui a les capacités de comprendre. Vous êtes vous demandé les raisons de l’accueil réservé à Somcable par
les Autorités djiboutiennes ? Qu’est-ce que cela cachait ?

– Qu’est-ce qui a amené le président Silanyo a accepté qu’on l’impose Somcable lors de sa première visite officielle à l’extérieur, avant même de rendre visite à d’autres personnalité plus importantes, comme par exemple le titualaire de la chancellerie du Somaliland, bien connu auparavant à Djibouti,

Chers frères ne vous fatiguez pas pour chercher la réponse. Tout ceci
est la preuve que ce sont des remerciements liés à la signature
avec la Somcable et en violation à la Constitution du Somaliland.

____________________ Nota Bene (LDDH)
En lisant entre les lignes on devrait comprendre que Silanyo avait le devoir et
la pleine possibilité à visiter en priorité le Représentant de son pays dans les locaux de leur chancellerie avant la dernière expulsion manu militari du précédent Représentant diplomatique en présence et accompagné du Chef de l’Etat
djiboutien.

En tant que Défenseur des Droits de l’Homme, je tiens à rappeler que notre Organisation la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) avait dénoncé à deux reprises, le renvoi des dignes Représentants diplomatiques du Somaliland frère, alors qu’ils bénéficiaient de l’Immunité diplomatique. Le motif officile était de simples litiges sur des trafic de cigarettes ou d’autres trafics illicites mise en cause à Berbera et ailleurs.

NOEL ABDI Jean-Paul