09/11/2011 (B629) Courrier des lecteurs : précisions sur les conditions que les opposants restés au pays, doivent endurer.

Mise au point

J’apporte mon soutien inconditionnel à Ariko pour sa rubrique et particulièrement à l ARDHD qui nous offre, sans relâche, une tribune libre pour exprimer librement nos opinions sans la moindre discrimination.

Cependant, je regrette que le Sergent Ariko « dans ses chroniques » se laisse parfois aller à émettre des critiques mal venues et infondées sur l’opposition qui milite à l’intérieur du pays.

Je lui rappelle que l’opposition de l’intérieur, avec le soutien sans faille de Noel Abdi, agit avec les moyens du bord dans un contexte de peur et de répression féroce ordonnée par IOG.

L’opposition avait organisé le 18 février dernier une manifestation sans précédente qui restera marquée dans les annales de Djibouti.

La suite, vous la connaissez ! C ’est la répression tous azimuts d’IOG qui a visé toutes les personne qui ont été impliquées directement ou même indirectement dans cette manifestation.

Les responsables politiques sont harcelés, poursuivis et assignés à résidence.

Je pense que le temps joue pour l’opposition. Nous devons la soutenir.

C’est surtout l’opposition locale qui a le plus besoin de soutien.

Vous Ariko et toutes les personnalités, qui êtes réfugiés à l’étranger, loin de la répression et de l’humiliation que tout djiboutien local vit au quotidien, vous pouvez parfois être éloignés de la dure réalité que nous subissons et de l’entrave à tous nos projets d’action. Conservez toujours cela en mémoire et vous nous soutiendrez avec encore plus d’efficacité depuis l’extérieur, car nous avons besoin de cette vitrine.