31/12/2011 (B637) Sur une chanson d’Henri Salvador : « Le grand Zozo est arrivé ! »

Dans mon fauteuil, je regardais
Le film à la RTD
Un type nommé Hassan Saïd
Poursuivait la pauvre Souad
Il la coinça près d’la raffinerie
Et très méchamment lui dit :
« Si tu m’donnes pas ton chameau, en moins d’deux
Je vais t’faire p’dre la vie « 
Puis il l’empoigna
– Et alors?
Ben, il la ficela
– Et alors?
Il la mit dans la cuve
– Et alors? Et alors?

Eh, eh, ZoZo est arrivé
Sans s’presser
Le grand ZoZo, le beau ZoZo
Avec son grand ch’meau et son chapeau

Mais bientôt j’ai pris la deuxième chaîne
C’était Dileita qui m’assomait
Charmante soirée, sur la deuxième chaîne
Ils passaient le même navet
Près d’une cabane Zakaria
Coinçait la pauvre Farida
Et il lui disait :
« Donne-moi ton terrain, eh, poupée!
Ou j’te transforme en purée »
Puis il l’empoigna
– Et alors?
Ben, il la ficela
– Et alors?
Il mit le feu à la dynamite
– Et alors? Et alors?

Eh, eh, ZoZo est arrivé
Sans s’presser
Le grand ZoZo, le beau ZoZo
Avec son grand ch’meau et son chapeau

Mais moi j’en avais tellement marre
J’ai repris la première chaîne
Et devant mes yeux, mes yeux hagards
Se déroulait la même scène
Et le p’tit Zakaria
Dans un sac fourrait Saïda
Disant :
« Donne-moi ton Ipod, eh, boudin!
Ou j’vais t’balancer sous l’train »
Puis il l’empoigna
– Et alors?
Ben il la ficela
– Et alors?
Sur les rails il la fit rouler
– Et alors?
Ben le train arrivait, les copains!
– Et alors? Et alors?

Eh, eh, ZoZo est arrivé
Sans s’presser
Le grand ZoZo, le beau ZoZo
Avec son grand ch’meau et son chapeau
Avec son guilaï et son grand lasso
Avec ses bottes et son vieux banjo

Ah! Ah! Sacré ZoZo, va!
Ah ah ah ah!

31/12/2011 (B637) Communiqué de l’UMD à propos de la manifestation populaire du 30/12

UNION DES MOUVEMENTS DEMOCRATIQUE
(UMD)
(PDD ET PDD)

Djibouti , le 30 Décembre 2011

COMMUNIQUE DE PRESSE

Monsieur Ismail Omar Guelleh (IOG) qui s’ est toujours opposé à toute manifestation pacifique organisée par les partis d’ opposition , s’ est illustré , une nouvelle fois , à faire la démonstration de force en déployant dans la capitale les forces de l’ odre qui ont investi le lieu et ont bouclé tous les accés conduisant à la place prévue pour la manifestation du 30 décembre 2011
.

Ainsi , M. IOG bafoue-t-il les droits des citoyens sous les yeux des représentants des pays démocratiques .

Vers 16 heures , les manifestants venant de Balbala en traversant l’ oued d’ Ambouli à l’ ouest du pont ont été repoussés par d’ importante force de police .

Ils portaient des banderoles sur lesquelles étaient inscrites des slogans tels que :
« KIFAYA , stop aux arrestations , aux tortures , pour la proportionnelle intégrale , non à la dictature etc … ».

Environ 300 personnes d’ entre elles ont été arrêtées .

Malgré cette démonstration de force , le peuple djiboutien , inquiet pour leur avenir sous le régime d’ IOG est sortit massivement , il a pu se rassembler dans différentes places de la ville .

Pour mettre fin démocratiquement et pacifiquement à ce régime dictatorial , l’Union de Mouvements Démocratiques (UMD) va continuer à manifester jusqu’ à obtenir satisfaction de leurs revendications légitimes reprises ci-dessous :

  1. Création d’ une commission Nationale Indépendante (CENI) qui organisera les élections du stade initial jusqu’ à proclamation des résultats provisoires .
  2. Introduction de la proportionnelle intégrale .
  3. Remise d’ un exemplaire des procés verbaux des résultats à chacun des délégués des candidats en compétition .
  4. Accés des médias publics par les partis d’ opposition .
  5. Désignation des assesseurs par les partis en compétition et non par l’administration qui travaille selon le bon vouloir du régime .

Tous ces points sont nécessaires pour la transparence électorale .

L’ UMD informe ses militants , ses sympathisants et le peuple djiboutien en général que la date de la prochaine manifestation leur sera communiquée ultérieurement .

Aden Robleh Awaleh
Président du PND

Mohamed Daoud Chehem
Président

31/12/2011 (B637) Chronique du Sergent Ariko. La prochaine allocution du super- menteur sur la RTD.

2011 : le bilan d’un désastre annoncé

Je tiens à souhaiter, une très bonne année 2012, à l’ensemble de la nation djiboutienne (y compris à la diaspora djiboutienne installée dans les pays occidentaux).

Mes vœux vont aussi à Jean-Loup Schaal, à sa famille ainsi qu’aux collaborateurs bénévoles de l’ARDHD. L’hommage va aussi à Jean-Paul Noël Abdi, Daher Ahmed Farah, Mahdi Ibrahim God, ina Andoleh qui vit au canada, Ali Coubba, Kassim Ahmed Dini, Ahmed Youssouf, Souleiman Farah Lodon, Farah Abadid et Houssein Farah Dabar.

Ma pensée va aussi à nos amis qui croupissent dans les geôles de la prison de Gabode.

Mes Douas vont aussi aux Djiboutiennes et aux Djiboutiens en particulier les malades, victimes de ce régime irresponsable qui a décidé de les tuer tous sans exception en les privant des soins appropriés.

Ma pensée va aussi à cette jeunesse djiboutienne meurtrie qui se débat dans la misère à Djibouti.

A tous Inch Allah la victoire et l’aide de Allah est proche. Ce n’est qu’une question de temps.
__________________________________________

L’année 2011 se termine à Djibouti comme elle a commencé. Le peuple djiboutien n’a pas cessé de souffrir de la répression tous azimuts dont le régime et son chef s’enorgueillissent aujourd’hui.

C’est un bilan désastreux.

Et bientôt sur les ondes, le petit dictateur va nous assommer avec ses mensonges.

Il va parler des points positifs comme l’interconnexion des réseaux électriques entre l’Éthiopie voisine et Djibouti. Il oubliera de dire bien sur, que son cousin, patron de l’EDD, a refusé de baisser le prix du KWH, multipliant ainsi les profits dans ce service public, qui finance directement les plus hautes autorités et leurs familles.

Peu importe à Guelleh que les Djiboutiens continuent de mourir à petit feu.

Le super menteur a bien mérité son nom.

Il avait promis du travail à tous ses compatriotes, des nouveaux chantiers, des nouvelles implantations industrielles. Bref, il avait promis à chacun de meilleures conditions de vie que celles qu’a laissées le vieil Hassan Gouled… Mais les Djiboutiennes et les Djiboutiens ne font plus confiance à ce chef, échaudés par les nombreux rendez-vous manqués avec un imposteur qui assiste en spectateur à la descente aux enfers du pays sans ne jamais réagir.

Djibouti est devenue une poudrière, qui peut exploser à tout moment.

Que reste-t-il au super menteur ?

Rien à part une petite armée réduite de courtisans.

Il semble que super-menteur n’ait pas apprécié le mariage en urgence de sa fille en France, mais il n’avait pas les moyens de s’y opposer. Le Khat qui avait été commandé pour les retrouvailles de la fille et du père est arrivé avec beaucoup trop de retard. Super menteur s’est senti mal à l’aise.

Du coup, il aurait décidé de faire payer à Rachad Farah, l’ambassadeur de Djibouti à Paris en lui retirant son poste.

Mais par qui pourra-t-il le remplacer ?

Yacin Elmi Bouh devient de plus en plus encombrant.
Ougoureh Kifleh montre un peu trop ses muscles au RPP.
– Récemment, il a mis complètement KO le ministre des finances ilyas Moussa Dawaleh dans le restaurant le Kill ou ce dernier déjeunait tranquillement en compagnie du ministre Dawaleh et de son collègue ministre Abdi Elmi Achkir.
– « Quand le foin manque dans l’étable, les chevaux se battent … » Cette bagarre en public démontre que l’union des membres de cette coalition ne résistera pas au manque de liquidité et que les soi-disant amis d’hier, sont toujours des ennemis.
– Leur alliance « alimentaire », dans l’indifférence générale de la population djiboutienne, n’avait pour objectif que de renouveler IOG à la tête de Djibouti pour un 3ème mandat illégal et Haram.

Le peuple a boudé le scrutin, pour la première fois, à une très large majorité. A un tel niveau que certains ministres ont finalement reconnu (Ali Abdi Farah, Mohamed Ali Sahil etc.) que le peuple de Djibouti avait massivement rejeté IOG dans la poubelle de l’histoire.

Accueilli autrefois comme le sauveur de la Nation, IOG doit assumer l’effondrement social et économique. Depuis sa première élection en 1999, IOG le super menteur, s’est rapidement métamorphosé en fossoyeur de son propre pays. L’économie de Djibouti n’est plus qu’un vaste champ de ruine avec une croissance quasi nulle et un taux de chômage endémique.

Corruption et clientélisme ont été érigés en système de gouvernement. De ce fait, le petit peuple de Djibouti est condamné à vivre dans une misère qui s’amplifie chaque jour.

Les valeurs traditionnelles de la fonction publique sont piétinées. Ou en est la moralisation de la chose publique, promise par le super-menteur en 2003, lors des élections législatives que l’opposition a effectivement remportées mais qui lui ont été confisquées par le hold-up présidentiel.

Aujourd’hui la prévarication à grande échelle et la promotion de l’enrichissement illicite et Haram, ont été instituées comme symbole de la réussite d’une nouvelle classe corrompue et sans éducation ni respect de nos traditions.

Le peuple djiboutien est martyrisé et obligé de s’incliner devant le monarque IOG et sa reine, pour obtenir son pain quotidien ou simplement la liberté d’entreprendre, sans compter qu’il doit subir des harcèlements fiscaux sélectifs et punitifs.

L’éduction et les valeurs morales des hommes d’affaires djiboutiens participaient autrefois à la fierté de Djibouti. Cette classe a été vite remplacé par des hommes d’affaires véreux (Wadanis escrocs) qui une fois leurs forfaits accomplis, prennent un plaisir malsain à narguer le petit peuple au volant de leur grosse cylindrée, assurés d’une impunité sans limite.

Il faut rappeler que super-menteur n’a été félicité, pour sa réélection, par aucune organisation internationale respectable et pratiquement par aucun chef d’état (hormis les voyous de la région, aussi voleurs que lui) occidental.

La France s’est limitée à l’envoi d’un mot aimable, ce qui en dit long en langage diplomatique.

Pour elle, Guelleh est un président acceptable car elle refuse de voir la misère du peuple djiboutien pour se concentrer sur ses intérêts militaires qui sont quand même en grand danger.

Il faut que la France comprenne enfin que Guelleh est maintenant assis sur un siège éjectable et que les chances de survie de son régime dictatorial et sanguinaire, s’amenuisent chaque jour, parce qu’il est rejeté désormais par la plus grande majorité de la population. Le soutenir est désormais une marche à contre-courant de l’histoire.

Que 2012 apporte la victoire légtiime du Peuple contre la dictature.

30/12/2011 (B637) Quand le Grand Zozo s’exprime dans La Nation, c’est le festival du « mensonge alimentaire ». (ARDHD)

_______________________________ Note de l’ARDHD

Plusieurs lecteurs nous ont demandé de mettre en ligne le communiqué de la CNDH, repris par le journal La Nation du 26 décembre, afin de montrer la mauvaise foi de cette pseudo commission des Droits de l’Homme.

Nous le faisons bien volontiers, d’autant plus que cela permettra de mieux comprendre le sens et les motivations des différents articles que nous avons publiés sur le sujet : réactions de la LDDH, articles et humours de l’ARDHD.

Qui, à part le Grand Zozo, alias Ali Mohamed Abdou, ancien procureur « abusif » et commandeur dans l’ordre prestigieux des Brosses à reluire, avec le titre de « Grand couillon de service », aurait pu oser écrire tant de contre-vérités ? Même pas les plus proches fidèles de Guelleh ne se risqueraient à débiter de telles absurdités ….

Le Grand Zozo mérite bien les honneurs de notre site !!!

____________________________ Extrait de La Nation du 26/12/11

La situation des DH
à Djibouti, selon le
Grand ZOZO

Avertissement:
Toute ressemblance avec la réalité ne pourrait être imputée qu’à une pure coïncidence…

La CNDH dénonce vigoureusement les allégations mensongères

Dans un communiqué rendu public hier, dimanche 26 décembre 2011, la commission Nationale des Droits de l’Homme dénonce vigoureusement les allégations mensongères publiées sur des sites internet et faisant état de violations des droits de l’homme à Djibouti.

Le CNDH déplore que « certaines organisations internationales prêtent le flanc à des campagnes fantaisistes de désinformation sur la situation des droits de l’homme à Djibouti… ». Dans son communiqué, la CNDH rappelle que « contrairement aux affirmations publiées sur la toile, le comité contre la torture a, en Novembre dernier, félicité Djibouti pour la franchise de son rapport et le courage dont elle a fait preuve pour assurer le respect des droits individuels et collectifs des Djiboutiens, ainsi que sa coopération parfaite avec le Système des Nations Unies en matière des droits de l’Homme » Voici reproduit ci-dessous l’intégralité du communiqué de la CNDH.

____________________________________________

« La commission nationale des Droits de l’Homme déplore que certaines organisations internationales prêtent le flanc à des campagnes fantaisistes de désinformation sur la situation des Droits de l’Homme à Djibouti, relayées en cela par des pseudos officines locales en mal de sensation politique.

La FIDH se méprend gravement en reprenant à son compte des allégations selon lesquelles des violations massives des Droits de l’Homme se dérouleraient à Djibouti sur la foi d’informations colportées sans aucune justification ni corroborées par aucun fait matériel probant.

Une simple vérification des sources d’informations et du bien-fondé de ces allégations aurait sans doute permis à tout un chacun de se rendre compte du caractère grossier et fantaisiste de ces contre vérités sans rapport avec la réalité djiboutienne.

Si Djibouti a encore du chemin à parcourir pour être en conformité avec l’ensemble des conventions internationales en matière des Droits de l’Homme, il n’en demeure pas moins qu’elle a fait des efforts et des progrès considérables en la matière saluée à juste titre par les organes des traités et le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies.

Contrairement aux affirmations publiées sur la toile, le comité contre la torture a en novembre dernier félicité Djibouti pour la franchise de son rapport et le courage dont elle a fait preuve pour assurer le respect des Droits de l’Homme. (Cela prouve seulement que le Grand Zozo sait répondre aux questions, mais n’apporte aucune garantie sur le fond !!!! – Note de l’ARDHD)

La commission nationale des Droits de l’Homme regrette que la défense des Droits de l’Homme soit détournée de son noble objectif et utilisée à des fins inavouées de règlement de compte politique par des prétendus défenseurs des Droits de l’Homme sans aucune crédibilité ni base légale ou attache quelconque avec la promotion et la protection des Droits de l’Homme à Djibouti.

Est-il besoin de rappeler que pour la première fois en Afrique, le président de la République, M. Ismail Omar Guelleh, a clairement affirmé sa ferme volonté politique en la matière en honorant de sa présence la célébration de la journée internationale des Droits de l’Homme aux côtés des étudiants de l’université de Djibouti.

Il a ce faisant mis en évidence son attachement aux valeurs et principes des Droits de l’Homme et fait à cette occasion une analyse objective de la situation des Droits de l’Homme a Djibouti sans jamais verser dans l’autosatisfaction en la matière.

La cause des Droits de l’Homme est une affaire trop sérieuse pour être l’apanage d’individus qui prêchent le faux et dénaturent les faits dans l’intention maligne de porter en vain le discrédit sur leur pays, à des fins politiques partisanes, sans se soucier le moins du monde des citoyens prétendument victimes des violations supposées des Droits de l’Homme.

Djibouti est un Etat de droit où la liberté d’expression et d’opinion existe à condition de ne pas porter atteinte aux droits d’autrui et de s’exprimer dans le cadre des dispositions légales en vigueur. »


Je vois à Djibouti :


Une prison « pilote » ultra-moderne,
où les prisonniers
sont respectés et bien traités.


La liberté de la presse
et d’opinion pour tous


Des élections démocratiques,
libres et transparentes.

Une justice libre et indépendante
du pouvoir politique

Un enseignement de qualité
où les chances sont les mêmes pour tous

Des forces de police, d’abord au service de la population
et non soumises aux seuls intérêts et aux ordres d’un dictateur et de sa famille.
Et j’ajoute :

Que ceux qui ne partageraient pas ma vision, soient immédiatement arrêtés pour complôt contre l’Etat, torturés et incarcérés sans soins médicaux.

30/12/2011 (B637) Les dessins de Roger Picon qui suivent l’actualité de la semaine, sans concession …. ! Nous le remercions pour son travail.

30/12/2011 (B636) Courrier des lecteurs / Ethiopie-Shinile : De quoi souffre la population…?

L’histoire somalienne et les études contemporaines somaliennes citent souvent clanisme et le tribalisme comme catalyseurs des divisions et des conflits sanglants entre les Somaliens.

Récemment, un débat fait rage sur l’injustice réelle dans la région Somali d’ Éthiopie (kilil5) ou le président de cet État utilisent le facteur clanique pour dominer la population. La population de la zone de shinile a échappé cette tragédie qui a crée les conflits sanglants dans la région. Elle jouilli une grande stabilité et l’essentiel des marchandises éthiopien transit par la region. Elle possède, aussi, des larges superficies des terres cultivables et le plus grande nap d’eau d’Éthiopie. Malgré tous ses avantages la région n’a pas été développée par le gouvernement fédéral ni le gouvernement régional.

Dans cet article, je tenterai, premièrement, de dévoiler les véritables sources de l’injustice dans la zone de shinile en regardant comment les fonctions d’appareil d’État sont créées et instituées, et comment Abdi Omar et ces proches exploitent le facteur de clan pour servir leurs intérêts personnels et non les intérêts de la population.

Mon argument commence avec la prémisse que le clan n’est pas en effet un facteur majeur dans la politique de Kilil5.

L’essentiel de ce débat n’est pas sur les pâturages ou l’eau, deux sources traditionnelles de conflit entre les Somaliens. Il s’agit de la participation à la vie sociale, politique et économique de la région. Sans nier les difficultés et les frustrations des vivaces convaincante arguant sur les questions de clanisme, c’est une question de justice sociale qui doit être abordée. Deuxiement, il faut soulginer l’abandon de la région par les intellectuelles, les hommes d’affaires et leaderships originaires de cette province.

Les différents présidents de kilil5 sont fidèles à leur région.

Depuis 20 ans, la région de somali de l’Éthiopie a connue plusieurs présidents(17) et ils étaient tous du clan d’Ogaden. Ces politiciens et les administrations successives ont exploité le facteur de tribal pour maintenir la population de shinile démunis. Cela a commencé avec l’administration d’ONLF dans le début des années 1990.

Cette organisation avait occupé les postes importants au sein du gouvernement; aujourd’hui l’exploitation du facteur de tribalisme a atteint un niveau jamais vu auparavant dans l’histoire de la région. L’actuel président, Abdi Omer, a systématiquement exploité ce coeffcient pour attester de sa loyauté envers le régime TPLF et de gagner du capital politique.

Dans son discours à Minneapolis et à Copenhague, le président a dit, sans gène qu’il est un président en raison de son affiliation avec une tribu particulière. D’autre part, les résultats du récent recensement effectué dans la région Somali ont révélé que sur 52 districts, la population Ogaden habite seulement 14 districts, et de 1155 Qabale seulement 252 Qabale. Le rapport du recensement a également révélé que cette tribue répresent 20% de la population.

Les hommes d’affaires ont carement oublié la region de shinile…

Les leaderships et les hommes d’affaires originaires de cette province ont catégoriquement abandoné leur région. Ils passent plus de temps à se préoccuper de la relation de Djibouti – Ethiopie que d’aborder le sort de la population de cette province. La poursuite de cette stratégie ne profite qu’à quelques centaines personnes, au détriment de la majorité de la population est tout simplement illogique et insoutenable.

L’échec de cette stratégie peut être vu dans le cas de Dire-Daba, une ville historiquement somalienne qui a été négligé en raison de querelles régionales et de leadership inepte. Ils n’ont pas réussi à reconquérir la ville natale de son épicentre politique et spirituel et elle a accepté l’immobilier d’être relégué à un citoyen de seconde classe.

Le niveau de vie de la collectivité s’est détérioré, année après année, son influence politique a été marginalisée et le côté de ses intellectuels est bordé. La disparition de cette communauté peut être largement attribuée à un leadership dépourvue de tout sentiment de gratitude pour son histoire culturelle et traditionnelle.

Dans ce contexte je ferai valoir que la région de shinile est prise dans engrenage politique et économique, pourtant lorsqu’on regarde, du point de vue économique, la région de shinile contribue beaucoup plus à l’économie de l’Ethiopie, en effet 87% des marchandises passe cette province de l’Ethiopie. Normalement, elle devrait être la première bénéficiaire de cette infrastructure. Je propose deux solutions :

Il faut investir dans notre région enfin de les aider à sortir de la pauvreté. La diaspora doit s’organiser, que nous soyons à Djibouti, Europe et Amérique de nord. Il faut Amener des projets de développement durable. D’autre part, Les communautés locales doivent s’organiser, en demandant aux hommes d’affaires de la région (Djibouti, Ethiopie) d’investir dans la province de Shinile. Nous devons tous soutenir les entrepreneurs, entreprises familiales, producteurs et ouvriers locaux, en les aidant à réussir dans ce qu’ils font et à trouver des solutions durables à leur pauvreté.

Au niveau politique, la diaspora doit travailler avec les leaders locaux.

Nous devrions faire pression sur le gouvernement fédéral pour qu’il agisse dans l’intérêt de la région. Si la situation ne change pas, la province devrait se séparer de kilil5 (article 47: Nations, Nationalities and Peoples have the right to establish, at any time, their own States). Les aspirations du peuple doit être respecter car c’est tout une nation qui doit trouver son salut et que la quasi-totalité population aspirent aujourd’hui au changement.

Je lance un appelle à tous les hommes originaire de cette region que la population a besoin de notre soutien, que vous soyez en Amerique du nord, Europe et Djibouti. Cette appelle concerne surtout les hommes d’affaires, les politiciens et les intellectulles. La province de shinile a besoin notre soutien économique, politique et social.

Mohamed A.

30/12/2011 (B636) A tous les djiboutiens et en particulier aux réfugiés qui sont en Ethiopie, nous adressons tous nos voeux. (Jean-Loup Schaal et Omar Gabassé)

Nous souhaitons une très bonne année 2012 à toutes les Djiboutiennes et à tous les Djiboutiens qui sont au pays ou à l’extérieur .

Que l’année 2012 marque le départ du dictateur Djiboutien qui affame, emprisonne, torture et exécute les Djiboutiens .

Que l’annee 2012 soulage toutes les peines de nos frères et de nos soeurs djiboutiens, victimes de la barbarie, de la tyrannie du régime et de la myopie du monde occidental.

Nous souhaitons particulièrement, une bonne année aux réfugiés djiboutiens d’Ethiopie, victimes du manque d’intérêt du HCR d’Addis Abeba. Nous souhaitons que l’année 2012 soit celle de la délivrance et de la réinstallation : nous demanons que le HCR examine leurs dossiers et les propose aux pays susceptibles de les acueillir et de leur offrir l’asile.

Nous appelons en particulier la France à se mobiliser pour ces malheureux réfugiés, qui ont une culture francophone, qui facilitera la réinstallation en France, comme cela a été prouvé avec les premières familles arrivées en 2010.

Selon une rumeur qui circule, le HCR menacerait de cesser l’assistance aux réfugies à partir de février 2012.

Dans l’hypothèse où ce serait une décision confirmée, nous lancons un appel pressant aux fonctionnaires pour qu’ils cessent « de jouer » avec le moral de ces pauvres gens qui ont fait preuve durant 18 années de patience et qui ont traversé beaucoup de dangers.

Ils ont le droit légitime à bénéficier d’une solution juste et équitable.

Supprimer la maigre assistance financière serait une honte pour le HCR et pour la communauté internationale !

Jean Loup Schaal et Omar Gabasse

30/12/2011 (B636) LDDH : Meilleurs voeux à tous les opprimés d’Afrique et du monde entier


Le Président

MEILLEURS VŒUX

DE LA LIGUE DJIBOUTIENNE
DES DROITS HUMAINS.

A TOUS LES OPPRIMES D’AFRIQUE
ET DU MONDE ENTIER

Djibouti, VENDREDI 30 DECEMBRE 2011

Par le défenseur des Droits de l’Homme
NOEL ABDI Jean-Paul
Vice-président de l’UIDH
Chargé de la Corne d’Afrique

« Rarement, une année aura été aussi agitée que l’année 2011 qui s’achève. Mais celle qui commence nous réserve beaucoup d’évènements et d’énormes défis à relever notamment l’organisation d’élections libres, transparentes et crédibles, la stabilité sociale, l’effectivité de la bonne gouvernance, une lutte efficace contre l’impunité, la pauvreté, la corruption et le strict respect des droits humains, gage d’un développement durable. »

Brahima Koné
Président de l’UIDH

La République de Djibouti a connu une année très tourmentée avec des centaines d’arrestations, de jeunes torturés, incarcérés suite à la vaste manifestation lors du « printemps arabe » pour se débarrasser du dictateur Ismaël Omar Guelleh présumé membre de la mafia régionale d’Addis Abeba à Nairobi sans oublier l’Ouganda avec un point de chute en Afrique du Sud auprès des sociétés pour le trafic d’armements vers notre sous région, notamment la République de Somalie actuellement occupée par les Forces tueuses Burundaises, Djiboutiennes Ethiopiennes, Kenyanes et Ougandaises.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) ne cesse de dénoncer régulièrement les Crimes de Génocide, les Crimes de Guerre, les Crimes contre l’Humanité perpétrés depuis 2006, après le Printemps Islamiques au Sud de la République de Somalie.

Dans le cadre de nos souhaits pour l’année 2012, nos pensées les plus immédiates sont pour le Peuple Somali que l’Administration du Président OBOMA originaire du Kenya a décrété dans le silence l’extermination de ce vaillant Peuple de la Corne d’Afrique, notamment ceux des régions de:

– la Somalie au Nord du Kenya concédée par l’Empire Britannique en 1963,
– l’Ogaden colonisé par l’Ethiopie Chrétienne depuis plus de 60 ans,
– la République de Somalie indépendante depuis le 26 juin 1960.

Mes souhaits les plus profonds s’adressent à tous les Peuples Africains Opprimés sous le joug des régimes militaires au service des Forces Armées des puissances Etrangères comme la France et les Etats-Unis qui continuent à imposer leurs leaders afin de mieux contrôler leurs intérêts financiers sous couvert du Faux problème de Géostratégie.

Je reprends en unisson le message de Maître Brahima Koné Président de l’UIDH:
« Je souhaite que l’année 2012 vous apporte à toutes et tous une très bonne santé et beaucoup de courage dans ce noble combat. »

A tous nos amis, et à tous mes compatriotes loin de notre pays mes meilleurs souhaits pour l’année 2012 notamment aux :

– membres des Organisations Internationales des Droits de l’Homme avec une pensée particulière à tous les défenseurs des droits de l’Homme de par le monde, qui sont victimes de leurs témoignages et de leur combat contre l’impunité, pour la liberté et la démocratie ;

– aux Reporters Sans Frontières (RSF), qui paient le prix le plus fort, au prix de leur vie dans leur noble combat d’information et de témoignage avec une pensée particulière à tous les Journalistes victimes pour leur noble combat avec des lourds sacrifices dans la Corne d’Afrique et à travers le monde.

– Récemment deux journalistes Scandinaves ont été condamnés à de très lourdes peines sans que leur gouvernement ne réagisse vivement. car ces deux journalistes enquêtaient sur des Sociétés Suédoises et autres Sociétés dans l’objectif de bien approfondir la transparence des opérations financières surtout dans un pays où la corruption et autres trafics illicites s’étalent, hélas, dans toute notre sous région d’Afrique.

– La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) exige la libération immédiate de ces deux journalistes d’investigation incarcérés dans une sinistre prison d’Addis Abeba ;

– Médecins Sans Frontières (MSF) et à tous les Humanitaires avec une pensée particulière à tous les médecins et ses membres victimes des lâches assassinats comme aujourd’hui encore de deux membres de l’Organisation des Médecins Sans Frontières (MSF) assassinés à Mogadiscio, alors qu’ils étaient là pour simplement porter assistance aux victimes de la terrible famine qui s’était abattue en République de Somalie et en Ogaden.

– La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) demande qu’une enquête internationale plus approfondie établisse la réalité sur les négligences en matière de sécurité dans une zone bien contrôlée par les Forces d’occupation d’Amison.

– La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) partage la douleur avec toute la famille et tous les membres des Médecins Sans Frontières et elle présente ses condoléances attristées aux familles et aux proches les deux humanitaires assassinées à Mogadiscio.

NOEL ABDI Jean-Paul