18/06/2015 (Brève 468) L’équipe de l’ARDHD souhaite un bon ramadan à toutes les musulmanes et tous les musulmans à travers le monde et plus particulièrement aux Djiboutiennes et aux Djiboutiens.

A la veille du début du ramadan, l’équipe de l’ARDHD souhaite un bon ramadan à toutes celles et tous ceux qui se reconnaissent dans la religion musulmane. Elle a une pensée particulière pour les Djiboutiens, qu’ils soient restés au pays, le plus souvent victimes de la terreur imposée par le régime de Guelleh et victimes de l’appauvrissement économique qu’il a imposé en dépit des énormes ressources que le pays reçoit de tous les côtés, y compris pour la location de ses terres aux forces armées étrangèrres de différentes nationalités.

Le passé a montré que ce mois béni de prière et de recueillement n’avait jamais conduit IOG ni sa famille, ni ses obligés à se remettre en cause ni à agir dans le sens du devoir, de la charité et de l’égalité, comme l’impose le Livre.

Elle espère néanmoins qu’il ne resserrera pas le joug ni les contraintes qu’il impose à ses concitoyens et qu’il laissera revenir la paix, la justice et le calme dans tout le pays et en particulier dans le Nord où les populations sont victimes dans le plus grand silence de la barbarie des hordes de militaires.

Elle adresse toutes ses pensées à toutes celles et à tous ceux qui sont réfugiés en Ethiopie et qui partagent une existence difficile dans la pauvreté et la peur des agressions quotidiennes dont ils sont les victimes.

Bon ramadan à toutes et à tous

17/06/2015 (Brève 467) L’UDDESC, sous la signature de son secrétaire général Hassan Cher Hared nous adresse un rapport précis sur la situation des syndicats et de travailleurs à Djibouti et sur les manoeuvres inadmissibles et éhontées à la conférence de l’OIT de l’Ambassadeur de Djibouti en Suisse et du ministre djiboutien du travail.

Nous conseillons à toutes les lectrices et à tous les lecteurs d’en prendre connaissance, car la précision avec laquelle le secrétaire de l’UDDESC décrit la situation est remarquable… Même si elle est alarmante sur l’évolution dictatoriale du régime.

La conclusion est explicite : « Ismaël Omar Guelleh, président de Djibouti, est l’unique personne à décider du blocage ou déblocage de la situation syndicale à Djibouti, mais tous les contacts et informations reçus démontrent qu’il n’est nullement disposé à traiter ce dossier. »

Le document au format Pdf est accessible en téléchargement sur notre site : lien : http://www.ardhd.org/uddesc/rapport-2013-2015.pdf

15/06/2015 (Brève 466) Manifestation de l’opposition djiboutienne, le samedi 13/06/2015, à Ottawa pour dénoncr le refus d’appliquer les accords de décembre, les arrestations arbitraires, les licenciements abusifs ….

Manifestation opposition ottawa

13/06/2015 (Brève 465) Ce samedi, manifestation à Paris devant l’ambassade à l’appel de l’USN pour dénoncer la vague d’arrestations arbitraires, les ratissages dans le Nord et surtout après six mois, le constat que Guelleh n’appliquait pratiquement aucune des clauses des accords de décembre 2014

A l’appel de l’USN un groupe de manifestants s’est rassemblé samedi 13 juin 2015 à proximité de l’Ambassade de Djibouti à Paris. Maki Houmegaba a assuré l’animation et après avoir rappelé les objectifs de cette action, les participants ont repris en choeur de nombreux slogans pour dénoncer la dictature, la violation des droits de l’homme, les arrestations arbitraires et le refus de mettre en place la CENI indépendante.

Manifestation à Paris contre la dictature à Djibouti

Puis Jean-Loup Schaal, invité d’honneur au nom de l’ARDHD a pris la parole pour rappeler son engagement de plus de vingt ans pour la défense des droits de l’homme à Djibouti et son soutien à toutes les actions qui visent à dénoncer la dictature en exigeant l’instauration de la démocratiz après 38 ans de régime autoritaire et quasi familial.

Maki a passé la parole ensuite à Laurence Dawidowicz, membre de Survie, puis à Mohamed Kadamy

09/06/2015 (Brève 464) Parti socialiste français : communiqué du 8 juin 2015 pour dénoncer les nouvelles arrestations à Djibouti et pour demander l’application des accords de décembre 2014

Télécharger le communiqué (PDF) : http://www.ardhd.org/ps/djibouti_08-06-2015.pdf

Le Parti socialiste dénonce des arrestations arbitraires à Djibouti

Alors qu’à son arrivée à l’aéroport de Djibouti, le 6 juin, la chanteuse djiboutienne renommée Nima Djama Miguil, exilée et engagée pour la démocratie dans son pays d’origine, était accueillie chaleureusement par un comité de femmes et de jeunes de la l’opposition coalisée dans l’Union pour le salut national (USN), douze personnes ont été arrêtées et incarcérées pour avoir chanté des refrains prônant la démocratie et le combat pacifique.

Seule, une mineure de douze ans a depuis été libérée.

Le Parti socialiste dénonce ce déni de la liberté d’expression. Il appelle à la libération immédiate de ces femmes et de ces jeunes par le pouvoir.

A cette occasion, il souligne la nécessité de respecter les engagements pris le 30 décembre 2014 par les autorités djiboutiennes à travers l’accord-cadre sur le dialogue politique, qui prévoyait la mise en œuvre immédiate de réformes démocratiques.

08/06/2015 (Brève 463) RFI / Djibouti: arrestations autour de l’accueil d’une chanteuse populaire

Lien avec l’original : http://www.rfi.fr/afrique/20150608-djibouti-arrestations-marge-accueil-une-chanteuse-populaire/

A Djibouti, ils étaient des centaines, ce samedi, pour accueillir Nima Djama Miguil, une chanteuse populaire qui était réfugiée au Canada depuis cinq ans. Pour son retour, les partis d’opposition, réunis autour de l’Union pour le salut national (USN), avaient appelé à se rassembler.

Ils ont entamé des chansons engagées de l’artiste, mais les forces de l’ordre sont intervenues et 12 personnes (10 femmes et deux jeunes) ont été interpellées. L’USN estime qu’il s’agit là d’une violation de la liberté d’expression.