12/102016 (Brève 846) LDDH : L’arbitraire à Doraleh. Des familles expulsées manu militari sans compension, sauf de violents coups…. !

Logo LDDH DjiboutiLDDH
Ligue Djiboutienne des Droits Humains

Djibouti, le 19 septembre 2016
                           

Communiqué de Presse

L’arbitraire à Doraleh

L’arbitraire continue inlassablement à Djibouti. Hier ce fut le tour des habitants de la localité de DORALEH située à une dizaine de kilomètres de la Capitale de subir de plein fouet l’arbitraire.

Sommées de quitter leurs demeures dans la précipitation par le Directeur du Port, ces personnes ont été battues et restent séquestrées à l’heure actuelle par la Police.

Selon la version officielle, leurs habitations se trouvaient sur le chemin des rails du nouveau train, sans aucune indemnité de compension, ces citoyens sont purement et simplement appelés à quitter leurs demeures qui seront probablement détruites dans les jours à venir.

Les personnes arrêtées sont :
YASSER WAISS MOHAMED, qui a été sauvagement battu lors de son arrestation.
NADIRA MAHMOUD ELMI
MOKTAR ISMAIL FARAH
ILYAS ISMAIL FARAH
MOUSTAPHA DIRIE DJAMA
MADINA MOHAMED âgée de 70 ans.
FAISA ISMAIL FARAH
HAWA ROBLEH WABERI âgée de 60 ans.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains dénonce et condamne énergiquement la barbarie de l’action policière dont sont victimes régulièrement des citoyens sans défense et exige du régime en place à Djibouti, l’arrêt des dérives policières et le traitement humain à l’égard des habitants de DORALEH et enfin la libération de toutes les personnes arrêtés.      


Le Président de la LDDH
Omar Ali Ewado