30/10/2017 (Brève 1096) Tadjoura quadrillée par des forces de Police impressionnantes et super équipées. Point de la situation (Correspondants)

Ce lundi, nos correspondants nous signalent que Tadjourah est quadrillée par des forces de répression, super équipées. Certains parlent même de véhicules blindées qui patrouillent dans la ville.

Pour tenter d’intimider les jeunes de la ville et leur faire bien comprendre qu’ils n’avaient aucun emploi à espérer dans le nouveau port, le régime dictatorial n’hésite pas à déployer les grands moyens …..

Cela suffira-t-il ? Pas si sûr !

Dernièrement la Ministre de la Promotion de la femme, originaire pourtant de la région, a fait le déplacement pour faire des fausses promesses, auxquelles les femmes de la Ville blanche n’ont pas cru une seule seconde. Ces femmes sont totalement solidaires avec les jeunes, avec leurs enfants et ne céderont pas un pouce tant qu’il n’y aura pas d’embauches massives de travailleurs locaux par les autorités portuaires.

En bref, ce lundi soir la situation reste très tendue, en dépit du déploiement impressionnant des moyens de répressions : tant en homme qu’en matériel. Et l’on signale que la solidarité des Obockois(es) ne faiblit pas et qu’ils pourraient ouvrir un deuxième front pour dénoncer l’embargo qui frappe le nord du pays depuis tant d’années.

29/10/2017 (Brève 1094) La dernière provocation du Président Djiboutien Mr Ismael Omar Guelleh. La discrimination à l’embauche à l’œuvre à Tadjourah (Communiqué de l’ADD)

Association pour la Démocratie et le développement ADD
Add.Djibouti@gmail.com

ADD condamne  la répression  du régime sanguinaire  contre la jeunesse  de Tadjourah

Le 27 octobre 2017,  les autorités djiboutiennes sont arrivées  à Tadjourah pour organiser un concours pour les futurs travailleurs au port de Tadjourah, avec  600 candidats sélectionnés proches   du Président  Guelleh. Seules 2 personnes originaires de Tadjourah ont été admises pour participer au concours.

C’est une véritable provocation qui a déclenché  une manifestation pacifique des jeunes de Tadjourah qui réclamaient  le droit à l’embauche et l’annulation du concours

La gendarmerie et la police ont violemment dispersé  la manifestation et ont durement réprimé les jeunes à coup de grenades lacrymogènes et de balles réelles : cinq blessés.

Tout un  chacun connait la dimension clanique, sous clanique ou lignagère de ce pouvoir, mais force est de constater, qu’il franchit une étape supérieure dans la marginalisation de l’une des composantes importante de ce pays et risque de porter un coup irrémédiable pour le vivre ensemble des communautés de ce pays.

Cette manière d’exclure les natifs de Tadjourah de l’embauche au port de leur ville  dépasse l’entendement  et participe d’une fuite en avant  de ce régime qui mène depuis 1977  une politique de  discrimination, et d’exclusion de  la population Afar  sans aucune retenue, au vu et au su de tout le monde

C’est à l’ensemble de la population de prendre conscience de cette politique suicidaire, qui porte en germe, comme la nuée porte l’orage, la dislocation de ce petit territoire.

L’ADD

  • condamne la discrimination à l’embauche qui frappe les Tadjouriens,(ennes) ;
  •  condamne la politique de marginalisation  des Afar initiée par Hassan Gouled et continuée sans complexe par Ismael Omar  Guelleh

Fait à Paris, le 28 Octobre 2017
Pour l’ADD : A. Kassim

28/10/2017 (Brève 1093) Remise officielle de la dignité d’HOMME de la SEMAINE à Saad Omar Guelleh.

Saad Omar Guelleh, Homme de la Semaine en Octobre 2017 pour sa contribution active à la discrimnation active des populations du Nord de DjiboutiComme nous l’avions évoqué dans un précédent article, c’est bien Hassan Saïd qui a organisé ce samedi une grande réception pour saluer la nomination de Saad Omar Guelleh au titre prestigieux et envié d’Homme de la Semaine.

Toutes les personnalités qui comptent au sein de la dictature se sont précipitées pour venir féliciter le nouvel Homme, par ailleurs frère du Président et Directeur général du Port.

Citons entre autre, sans pouvoir les nommer tous, le Général Zakaria, Djama Ali Guelleh de l’EDD, de nombreux ministres et des cadres du parti au pouvoir.

Bien entendu, il ne faut pas oublier le Tyran Guellen venu en personne remorqué par sa RPP (Reine Paulette de Pacotilles).

C’est Hassan Saïd qui, aprés avoir réclamé le silence, a tenu à faire l’éloge du nouvel élu. Il l’a d’abord complimenté pour son sens de l’organisation et de la dignité et surtout pour avoir réussi à pourvoir tous les postes nécessaires au fonctionnement du nouveau port de Tadjourah sans ne faire appel à aucune main d’oeuvre locale, respectant à la lettre les ordres présidentiels, qui lui intimaient de mettre ces populations indisciplinées à l’écart de tout développement économique.

Après une salve d’applaudissement, Hassan Madobe a poursuivi en rappelant comment Saad Omar Guelleh, avec l’appui des forces locales de Police, avaient rapidement mis un terme à des manifestations de jeunes locaux irresponsables, insoumis
et incultes, en limitant au maximum les dommages collatéraux, puisque le bilan ne dépasserait pas deux blessés et une arrestation.

Après un tonnerre d’applaudissements, l’intéressé a tenu à remercier ses amis, Hassan Saïd pour son hospitalité et son frère Ismaël sans lequel il ne serait qu’un bon à rien. Passons !!!

28/10/2017 (Brève 1093) Alerte à Tadjourah. Les dernières informations que nous recevons de nos correspondants confirment que la situation sur place reste très tendue

Tout d’abord le jeune Hebano Ahmed qui avait été arrêté hier vient d’être libéré, mais il a perdu ses dents sous les coups que la Police lui a assénés. Nous lui adressons tous nos voeux de guérison en espérant qu’il puisse être soigné dans des conditions décentes.

Ce sont 300 emplois qui vont être créés au nouveau port de Tadjourah. Obéissant à la volonté de ruiner totalement les populations du Nord en les étranglant économiquement, Saad Omar Guelleh a choisi de n’employer aucun ressortissant de ces régions, où le taux de chômage dépasserait les 90%.

Pour cela il fait venir des travailleurs issus d’autres régions et d’autres ethnies qui devront s’intégrer sur place et se loger. Les emplois promis par Guelleh en échange de la tranquillité pendant les travaux de construction du nouveau Port, sonnent aujourd’hui comme un mensonge supplémentaire….

La situation semble calme aujourd’hui à Tadjourah, en dépit d’une certaine tension. Deux contingents de Police ont été dépêchés en renfort et une compagnie serait venue d’Obock.

On nous signale une manifestation importante à Obock pour protester contre la discrimination à l’embauche au Port et la répression violente de la manifestation de Tadjourah. Nous publierons les informations que nous recevrons à ce propos.

27/10/2017 (Brève 1092) Confirmation par la LDDH des informations à propos de la r>épression des jeunes de Tadjourah

Dans un communiqué diffusé ce soir sous la signature de son Président Omar Ali Ewado, la LDDH confirme les informations que nous avions reçues et mises en ligne dès le milieu de l’après-midi et apporte des précisions sur les victimes.

A l’origine des graves incidents de ce jour, il y a la décision de la direction du nouveau Port de la Ville, d’écarter systématiquement tous les jeunes de la région qui s’étaient présentés au concours, au profit de jeunes issus d’autres régions et n’ayant aucune attache régionale.

Légitimement les jeunes de la région ont manifesté pour protester pacifiquement contre cette injustice flagrante et cette décision aberrante. Ils ont été reçus par la Police qui a ouvert le feu.

La LDDH parle de trois victimes : un jeune enfant nommé Aman Mohamed Moussa, blessé par des éclats de balle, Mariam Cheiko, victime de brûlures causées par des gaz lacrymogènes et l’arrestation du jeune Ahmed Mohamed Hebano qui a perdu ses dents suite aux coups reçus par des policiers et qui a été transféré sans délai à Djibouti.

L’équipe de l’ARDHD se joint aux appels de la LDDH et :

dénonce et condamne énergiquement la bavure policière dont le seul objectif n’est autre que le maintien d’une injustice institutionnalisée qui peut conduire à l’explosion sociale toute courte.

souhaite enfin un bon rétablissement au jeune Ali et la libération du jeune HEBANO AHMED

27/10/2017 (Brève 1091) Saad Omar Guelleh : l’homme de la semaine. Il a été élu à l’unanimité par le comité, réuni en assemblée extraordinaire ce vendredi.

Convoqué en session extraordinaire ce vendredi 27 ocotbre 2017, le Comité d’attribution a élu à l’unanimité Saad Omar Guelleh au titre prestigieux d’Homme de la Semaine.

Ses récents exploits à Tadjourah, où en qualité de Directeur général du Port, il a réussi à embaucher le personnel nécessaire sans n’avoir recours à aucun demandeur d’emploi de la région, méritent d’être reconnus et récompensés par une distinction aussi prestigieuse.

Désormais, son nom sera gravé sur la longue liste des personnalités qui ont mérité la reconnaissance de la Nation et de son Chef suprème : le dictateur Ismaël Omar Guelleh.

Avant le vote solennel des membres du Comité, ses récents exploits pour mettre en déroute les jeunes ennemis et les femmes qui les accompagnaient
avec l’intention de protester contre ses propres décisions, ont été rappelés par le Secrétaire général..

Saad Omar Guelleh a été reconnu comme un homme juste, mais qui sait punir comme il convient de le faire, les populations de Tadjourah qui imaginaient dans leur grande naïveté avoir un droit prioritaire d’embauche au Port. Il a su leur montrer que la République de Djibouti et son pouvoir autoritaire et dictatorial incarné par le Prince de Pacotilles et sa RPP (Reine Paulette de Pacotilles) ne cèderont jamais au chantage des populations en détresse et qu’il saura se montrer ferme, quitte à devoir blesser et même tuer des locaux qui auraient l’audace de ne pas accepter sa Loi.

Après ces éloges, les membres du comité ont été invités à voter et c’est à l’unanimité que le titre prestigieux d’homme de la semaine a été attribué à Saad Omar Guelleh. Le Président autocrate, son frère par ailleurs, a tenu immédiatement à le féliciter par téléphone et la Paulette aussi, de son côté.

On dit qu’Hassan Saïd serait en train d’organiser une réception officielle pour saluer cette récompense bien méritée.

27/10/2017 (Brève 1090) Alerte à Tadjourah. Les forces de la répression aux ordres de Guelleh tirent à balles réelles sur la jeunesse de la ville (Info lecteur)

Selon nos correspondants, la jeunesse de Tadjourah avait décidé de manifester ce vendredi pour dénoncer le refus d’embaucher les jeunes de la région pour le nouveau port.

La liste des personnels recrutés a été affichée à l’entrée du port et aucune personne originaire de Tadjourah n’y figure. Elle est signée par … (?), Saad Omar Guelleh, bien sûr, le frère du dictateur, qui est PDG du port. Cherchez l’erreur !

Face à cette injustice flagrante et à la volonté affichée de priver la population de Tadjourah pratiquement des seuls emplois possibles dans la région, la jeunesse a décidé de manifester pour exprimer son mécontentement et son refus de la ségrégation organisée par la dictature.

Les forces de la répression sont intervenues violemment (comme presque toujours, malheureusement !) et ont déclenché des tirs à balles réelles. Les témoins parlent de plusieurs blessés parmi les jeunes, mais à l’heure actuelle nous n’avons pas encore de bilan précis. Dès que nous aurons plus d’information, nous les mettrons en ligne.

25/10/2017 (Brève 1089) Retrait de la vidéo enregistrée lors de la fête de l’humanité en mémoire de Jabha, prisonnier politique à Djibouti mort en prison après des années de torture et d’emprisonnement illégal

A la demande des parties concernées et de Me Bérenger Tourne, avocat de Jabha, nous avons retiré la vidéo de son inteevention publique. Elle avait été filmée à la fête de l’Humanité, en hommage aux prisonniers politiques dans le monde et à Jabha, martyr de la dictature djiboutienne.

Parmi ses propos, certains avaient trait à l’affaire Borrel et n’étaient pas exacts.

Nous prions nos lectrices et nos lecteurs d’accepter toutes nos excuses, pour ce désagrément indépendant de notre volonté.