28/02/2018 (Brève 1133) Des précisions sur la situation de Bolock Mohamed. Le parcours judiciaire n’est pas terminé (Correspondants)

Bollock Mohamed Abdou a été arrêté dimanche 26 février vers 14h par les policiers du SDS sur plainte du premier ministre. Après il a été deféré hier au parquet de djibouti et mis en examen pour diffamation, suite à un article en relation avec les dernières elections legislatives , publié par Mr Bolock dans les reseaux sociaux notamment face book. Placé sous mandat de depot à la prison civile de gabode dans la foulée.

Le lendemain, mardi 27, Bolock Mohmaed a été convoqué devant le tribunal correctionnel de flagrant délit pour répondre du délit de diffamation envers le premier ministre .

Après l’interrogatoire de l’accusé -qui a nié en bloc les faits de diffamation arguant qu’il avait seulement exprimé son opinion sur les élections et l’action du premier ministre, homme public- le procureur de la République a requis le renvoi de l’accusé à l’audience pénale du 6 mars pour diffamation et de prononcer une condamnation à une peine de prison avec sursis.

Bolock Mohamd a ajouté qu’il s’était exprimé en tant que membre du Conseil national du parti FRUD, et qu’il n’avait jamais ciblé la personne privée d’Abdoulkader Kamil (dont il avait été proche) mais qu’il avait émis son opinion sur l’action publique de la personne .

27/02/2018 (Brève 1132) (16h00 Paris) L’alerte rouge est levée. Bolock Mohamed est ressorti libre (Correspondants)

Dans une information très courte, nos correspondants nous confirment que Bolock Mohamed a été libéré ce jour en application de la décision du juge qui avait prononcé la relaxe. Dès que nous recevrons plus de détails, nous les mettrons en ligne.

27/02/2018 (Brève 1131) Alerte rouge. Bolock Mohamed a été présenté ce matin à un juge qui aurait prononcé la relaxe (Attendons pour voir !) (Correspondants)

Selon une information qui nous a été transmise par des correspondants généralement bien informés, Bolock Mohamed aurait comparu ce mardi matin devant un juge d’instruction qui aurait prononcé la relaxe.

Sachant qu’à Djibouti, l’application d’une décision de justice peut être entravée par un Ministre ou par le Président (Cas de Jabha, par exemple), nous attendons de savoir s’il sera relaché dans la journée.
Nos prochaines informations vers 18h (Heure de Paris)

27/02/2018 (Brève 1130) A écouter. Said Houssein Robleh, président de l’UDJ a été interviewé lundi 27/02/18 par la Voix de l’Amérique

Interviewé par les journalistes de VOA (La Voix de l’Amérique) Saïd Houssein Robleh exprime son sentiment sur le déroulement des dernières élections législatives à Djibouti. Il salue la position courageuse des partis d’opposition qui ont respecté la consigne de Boycott et il dénonce ceux qu’il appelle les « faux-opposants », qui sont financés par le régime pour donner une apparence démocratique au scrutin.

Il dénonce aussi le principe de Guelleh qui consiste à cloner les partis traditionnels pour substituer des partis illusoires qui n’ont aucune crédibilité ni légitimité, comme c’est le cas pour l’UDJ qui en est l’une des victimes.

++ Retrouver toute l’émission :
https://www.voaafrique.com/a/4249368.html

++ Ecoutez l’extrait

27/02/2018 (Brève 1129) ALERTE ROUGE – BOLOCK MOHAMED ABDOU a été conduit à Gabode où il est incarcéré arbitrairement sans qu’aucun motif sérieux ni crédible ne soit relevé à son encontre (Correspondants)

Bolock Mohamed Abdou incarcé illégalement à la prison de Gabode -DjiboutiNos correspondants nous confirment que Bolovk Mohamed Abdou, après avoir séjourné au SDS où il avait été convoqué dimanche, est désormais incarcéré à la sinistre prison de Gabode.

Selon les informations fournies par différentes sources, que nous essayons de vérifier, aucune charge sérieuse ni crédible n’aurait été reproché à cette figure de l’opposition au régime dictatorial du Président Guelleh, qui asservit la population pour satisfaire sa soif de pouvoir et d’enrichissement personnel.

Il faut savoir que Bolovk Mohamed Abdou, est un opposant qui entend utiliser de son droit légitime et imprescriptible d’émettre et de diffuser ses propres opinions et analyses, tout en restant digne dans ses propos et surtout en évitant les paroles qui pourraient être jugées inopportunes : menaces, insultes, …

Le régime lui répond en utilisant de façon illégale et arbitraire, la force des unités spéciales dévouées à son service et encore une fois, nous constatons qu’il a accaparé le pays pour son propre compte et qu’il n’hésite pas à recourrir à la violence pour faire taire ceux ou celles qui osent élever la voix pour dénoncer des faits d’une grande gravité

26/02/2018 (Brève 1128) BOLOCK MOHAMED ABDOU, figure de l’opposition, a été convoqué hier au SDS, bien connu pour ses méthodes d’interrogation brutales et pour ses incarcérations abitraires (LDDH)

Dans un communiqué du 25 février sous la signature de son Président Omar Ali Ewado, la LDDH dénonce la convocation de Bolock Mohamed Abdou par le SDS (Service de Documentation Secret).

L’association rappelle aussi que c’est la quatriéme fois depuis le début de l’année, que
Bolock Mohamed Abdou est arrêté ou convoqué par des cellules spécialisées dans la répression des citoyens. Nul doute que cet acharnement est dirigé contre un citoyen pacifique dont le seul tort est d’avoir utilisé de son droit légitime à s’exprimer. Rappelons que Bolock Mohamed Abdou est membre de la direction de la LDDH.

L’équipe de l’ARDGD se joint aux appels de la LDDH pour
++ dénoncee et condamner énergiquement l’arrestation de Bolock Mohamed Abdou, qui est membre de sa direction et demander sa libération immédiate et la fin de l’acharnement dont il est victime.
++ lancer un appel solennel au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, à l’Union Africaine, à l’IGAD, à la Commission Africaine des droits de l’homme et des Peuples, à l’Union Européenne à faire pression sur les autorités Djiboutiennes pour qu’elles respectent les droits fondamentaux des citoyens.

23/02/2018 (Brève 1127) Les élections ne semblent pas passionner la population ni les média officiels (Pas un mot sur la page d’accueil de la RTD à 11:00 Paris 13:00 Djibouti )

Sur le site de la RTD nous n’avons trouvé aucune information en relation avec les élections législatives qui se déroulent dans le pays aujourd’hui. C’est curieux !!! C’est vrai que ces élections sans enjeux n’intéressent que peu de monde et que la RTD a probablement d’autres sujets plus importants pour flagorner l’ego démesuré du Patron.

Ecrn RTD le 23/02/18 à 11h00_Paris

23/02/2018 (Brève 1127) Conférence-débat avant parodie de législatives le 18 février à Paris (Compte-rendu préparé par Régis Marzin)

Maki HoumedGaba et Mahdi Ibrahim A. God avaient convié la diaspora à assister le 18 février à une conférence-débat avant la parodie des législatives de février 2018.

Le compte-rendu intégral, écrit par Régis Marzin est disponible sur son blog.
http://regismarzin.blogspot.fr/2018/02/18-fevrier-2018-paris-conference-debat.html