09/02/2019 (Brève 1276) Promue en mars 2011 dans l’Ordre des Bourreaux de la République, Mme Lamisse Mohamed Saïd pose fièrement.

Madame Lamisse Mohamed Saïd, juge de son statut, décorée en mars 2011 dans l’Ordre prestigieux des Bourreaux de la République de Djibouti pose fièrement après un nouvel exploit. (http://www.ardhd-old.org/affinfo.asp?articleID=14610)

++ De quel nouvel exploit ??

Après avoir réussi, en particulier dans les années 2011-2012 a poursuivre toutes celles et tous ceux qui s’oppoaisent à la dictature, les faisant incarcéré et (pouvait-elle l’ignorer ?) torturé, Madame Lamisse Mohamed, toujours à la recherche d’un acte judiciaire qui plaira au Prince de Djibouti (et de la récompense habituelle pour services rendus à la dictature ?) pose fièrement avec sa décoration.

Elle vient de réussir à impliquer la Justice française pour la soutenir dans son oeuvre de lutte sans merci contre toute forme d’opposition. En effet, par le biais d’accusations probablement exagérées ou infondées, Kadami, Président du Frud a été entendu au Commissariat de Police de Nanterre, qui le renvoie devant un juge d’instruction français.

Espère-t-elle obtenir à terme l’extradition du prévenu ? Ce serait la gloire de sa carrière qui pourrait lui assurer la reconnaissance sans limite du Palais de l’Escale ?

Le Grand Maître de l’Ordre des Bourreaux de la République, interrogé à son sujet, n’a pas voulu répondre à nos questions.