25/09/2019 (Brève 1479) Deux ex-aequo pour le titre prestigieux de l’Homme de la semaine.

Réunis ce jour sur invitation du Premier Ministre, Abdoulkader Kamil Mohamed, tous les membres du Comité « Femme/Homme de la Semaine » avaient tenu à participer, d’autant plus que la présence de M et Mme Guelleh avait été confirmée. C’est ainsi qu’une foule nombreuse constituée par tous les dignitaires du régime et leurs épouses était venue.

En sa qualité de Président actuel du Comité, Hassan Saïd a présenté les deux candidats à cette prestigieuse récompense en reconnaissance de leur engagement sans faille au service de la réussite et de la pérennité du système dictatorial djiboutien.

« Sa Grâce Madame l’Epouse et Son Excellence Monsieur le Président de la République souveraine de Djibouti et vous toutes et tous, que je regrette de ne pas pouvoir citer individuellement en vos fonctions respectives, je m’adresse à cette noble assemblée dont les membres vont avoir la charge et le devoir d’élire au grade prestigieux « d’Homme de la Semaine », deux citoyens dont l’engagement hors norme au service de la dictature mérite le respect et l’admiration.

En effet, ces deux hommes MM Ali Abdi Farah et son fils Nour, n’ont pas hésité à sacrifier leur fille et soeur sur l’autel de la pensée unique. L’un en la bousculant fortement, lui cassant probablement un bras et l’autre en exigeant que les magistrats prononcent son incarcération au secret, dans les conditions difficiles que nous connaissons toutes et tous.

Afin de ne pas déplaire à la réputation sans tâche de Sa Grâce, la première Dame, j’ai cité Madame Paulette, ici présente et de son glorieux et vénéré époux Son Excellence le Prince Guelleh, ces deux hommes n’ont pas hésité à condamner Degmo sans jugement. Degmo est cette jeune femme indocile, manipulatrice et provocante, influencée par des forces étrangères hostiles, qui a cru stupidement qu’il était de son devoir de dénoncer le fonctionnement profond de notre société, qu’elle est bien incapable de comprendre et surtout d’apprécier.

++ Son devoir me direz-vous ? Mais d’où le tient-elle ?
Il faut qu’elle se souvienne que si elle a pu faire des études et fréquenter le Parlement européen, ce n’est que grâce à la volonté et à la générosité de son père et au soutien de la très gracieuse Princesse Paulette. L’ingratitude de cette jeune femme devait être punie de façon exemplaire. C’est ce que n’ont pas hésité à faire, sans aucun état d’âme ni son frère ni son père. Et à ce titre, je recommande à la noble Assemblée de leur décerner sans la moindre hésitation, le titre prestigieux « d’Hommes de la Semaine ». »

Après une standing ovation pour féliciter cet orateur de génie qui a la haute main sur les basses oeuvres du régime, les membres ont voté à l’unanimité et à mains levées en faveur de l’attribution du Prix à MM Ali Abdi Farah et à son fils Nous Ali Abdi.

Ensuite, tous les participants à cette réunion extraordinaire ont tenu à féliciter les nouveaux élus et à les assurer de leur admiration sans borne. En effet, qui parmi eux, aurait eu le courage de sacrifier une fille pour sauver en priorité ses petits intérêts personnels et ensuite pour protéger l’honneur de la première Dame, du Prince dictateur, de leurs enfants et du système dictatorial en général ?

En conséquence, leurs noms seront ajoutés au tableau d’Honneur de la République, à la suite de leurs prestigieux aînés. (Lien : http://www.ardhd.org/personnage-de-la-semaine/)