09/01/2020 (Brève 1543) Alerte : sans nouvelle de deux jeunes disparus, qui ont été vus la dernière fois alors qu’ils étaient enlevés par la Police.

Un comité de jeunes nous alerte à propos de la disparition de deux jeunes, qui ont été enlevés par la Police et dont personne n’a plus de nouvelles.

1°) Bourhan Ali Mohamed dit Bourhan Boreh.
Nous renouvelons l’alerte qui avait été lancée le 27/12/2019 (http://www.ardhd.org/2019/12/27-12-2019-breve-1542-bourhan-ali-mohamed-dit-bourhan-boreh-a-t-il-succombe-sous-la-torture-dans-les-locaux-de-la-pj-sous-lautorite-dabdokarim-ahmed-assoweh/).

il a été enlevé par la police djiboutienne le 23 décembre 2019 lors d’une descente musclée à son domicile. Toute la famille avait été embraquée, avant d’être relâchée. Seul Bourhan avait été maintenu en détention provisoire.

Depuis ce jour il n’a plus été revu et n’a donné aucune nouvelle. Selon la Police, dont les mensonges sont bien connus, il aurait été libéré le 25 décembre. Sa famille ne croit pas à cette version et est convaincue qu’il est soit détenu au secret après avoir été monstrueusement torturé, soit pire encore qu’il aurait succombé sous la torture et que la Police se serait débarassée du corps en catimini..

La disparition de Bourhan inquiète tous les Djiboutiens et faute de preuve ou d’indice, la question reste ouverte : est-il en vie ? si oui où est-il détenu ? Si non où a-t-il été enterré ?

Nous relançons un appel pressent à la communauté internationale et en particulier au Président de l’ARDHD, Jean Loup Schaal et à tous les défenseurs des droits de l’homme pour que cette dramatique affaire soit médiatisée afin que le Gouvernement de Djibouti apporte des réponses claires et fasse ouvrir  des poursuites judiciaires à l’encontre des coupables de ce qui pourraient être des meurtre commis par des agents assermentés et bénéficiant de l’autorité publique.
__________________________________

2°) Cas d’Abdo Ahmed Mohamed.
Ce jeune activiste Djiboutien est introuvable depuis le 2 janvier 2020, jour où des policiers cagoulés ont forcé l’entrée de son domicile pour l’arrêter. Il avait pu s’échapper par une fenêtre. Depuis ce jour, sa famille n’a aucune nouvelle de lui…

Comme dans l’affaire précédente des membres de sa famille avaient été arrêtés puis relâchés le même jour.

Abdo Ahmed Mohamed reste introuvable. Sa famille se demande s’il a finalement été arrêté par la Police ou s’il s’est réfugié dans une cachette pour échapper à la torture systématique pratiquée de façon quasi officielle dans les locaux de Police ou de Gendarmerie.