18/01/2020 (Brève 1550) Les agents du Colonel de la Police se sentent-ils libres de menacer en toute impunité des membres de la diaspora.

Les menaces proférées sur les réseaux sociaux par des agents, résidant à l’étranger, du Colonel de la Police doivent cesser (un exemple documenté est présenté ci-dessous). Les membres de la diaspora qui sont ainsi menacés, comme ce fut le cas pour nombre d’entre eux, ne doivent pas hésiter à porter plainte devant les autorités de Police du pays où ils résident.
 
Il est inadmissible que des personnes bénéficient et profitent des lois et des avantages offerts par les pays d’accueil pour mener des opérations d’intimidation contre les opposants politiques. Nous avions déjà été informés de ces pratiques, qui étaient discrètes, mais aujourd’hui, les menaces sont publiques.
 
Le dernier cas scandaleux !
 
En août 2019, comme il n’avait pas réussi à tuer M Omar Ahmed, chauffeur paisible de taxi, le zélé fonctionnaire de Police Abdokarim Assoweh Ahmed, avait saisi, en toute illégalité et sans mandat émis par la justice, le taxi de cet innocent artisan. L’ARDHD avait relayé une note d’information émise par la LDDH, qui est toujours consultable : http://www.ardhd.org/2019/08/27-08-2019-breve-1444-derniere-info-apres-une-tentative-dassassinat-les-sbires-de-guelleh-ont-fait-saisir-le-taxi-du-pere-dun-opposant-lddh/
Le motif inavoué est le fait que cet artisan est le père d’un opposant pacifique au régime dictatorial de Guelleh.
 
Aujourd’hui son fils Fhami, actuellement dans un pays de l’Europe du Nord, nous a alerté à propos d’une vidéo enregistrée et diffusée sur FaceBook par un certain Mahdi Omar Assowe, qui se déclare résident à Northampton (GB), marié, ayant étudié à Malmö en Suède et diplomé de l’université de Northampton. Lien avec la Vidéo https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1277526502445094&id=100005632687585
(Dire qu’il a bien profité du système généreux offert par les pays européens, ne serait certainement pas exagéré)
 
Or cet homme, soit pour se faire remarquer par le Colonel Abdillahi, soit parce qu’il fait partie de ses agents rémunérés, se permet de menacer Fahmi dans la vidéo en lui conseillant de protéger ses arrières. Est-ce une menace de mort ? C’est ce que craint Fahmi, l’intéressé, victime de la violence de ce régime dont les obligés ne respectent rien : ni la Loi, ni la Justice.
 
Fahmi nous signale qu’il va déposer une plainte devant les autorités du pays où il se trouve actuellement et l’équipe de l’ARDHD ne peut que l’encourager.
 
Il ne faudrait quand même pas que les inféodés de Guelleh et ses obligés comme le Colonel de la Police, s’imaginent qu’ils peuvent agir en toute impunité dans un pays d’accueil, comme ils le font systématiquement au pays.
 
La communauté internationale est informée des pratiques honteuses et illégales du régime tyrannique et dictatorial qui asservit Djibouti : torture, séquestrations et emprisonnements arbitraires, viols de femmes par les militaires, saisies et expropriations, assassinats extra-judiciaires ….