08/02/2020 (Brève 1554) Djibouti un Etat de Droit ?? Sans torture, sans exécutions arbitraires, sans incarcérations arbitraires, sans disparitions inexpliquées ???

C’est ce qu’affirme la communication gouvernementale, la main sur le coeur, dans une « note verbale » à la mission des Nations unies en charge des Droits de l’homme. (Communiqué en téléchargement ici : http://www.ardhd.org/Documents/V0208_note_verbale_Djibouti_onu/v0208_note-verbale_gt-Djiboutien_ONU.pdf ) suite à une plainte déposée par Radio Boukao, pour arrestations arbitraires et séquestrations

Je vois déjà un certain nombre parmi vous qui auraient une folle envie de rire, si les circonstances n’étaient pas aussi tragiques pour une population asservie par un pouvoir autoritaire et corrompu.

Hélas, le gouvernement pris la main dans le sac, par une mission internationale, ne pouvait pas faire autrement, que de nier toutes implications dans ces crimes qui sont pratiquement quotidiens à Djibouti, dans la mainmise sur un système judiciaire aux ordres de Guelleh et de ses obligés.

Hélas, cette réponse de l’Etat qui nie toutes les affirmations « en bloc » ne peut que conforter l’opinion, dans le fait qu’il ne s’agit que de « carabistouilles ». Un Etat de droit reconnaîtrait à minima des points à améliorer, des faiblesses, en réponse à des graves accusations confortées par des preuves, des témoignages et des faits reconnus.

Mais avec Guelleh, c’est « circulez, il n’y a rien à voir…! »