ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


27/11/08 (B475-B) Le journal de la flibuste ... Bavure : la marine indienne coule un bâteau de pêche, qui n'abritait aucun pirate. (10 dépêches en Français et en Anglais)

____________________________________ 10 - JDD

Somalie: L'Iran veut un navire de guerre

L'Iran souhaite que les pays concernés par la piraterie au large de la Corne de l'Afrique s'entendent pour envoyer un navire de guerre dans le golfe d'Aden, rapporte mercredi l'agence de presse officielle iranienne Irna.

Un navire de commerce iranien a été capturé le 18 novembre au large du Yémen. En août, un autre bâtiment iranien, le Deyanat, avait été pris par les pirates qui l'ont laissé repartir le mois dernier.

____________________________________ 9 - (En Anglais)

L'Egypte abrite une conférence contre la piraterie avec la participation de 6 pays arabes (Djibouti n'y participe pas) - Egypt hosts Arab piracy meeting

Egypt has held a meeting of six Arab countries in an attempt to forge a joint strategy against piracy in the Gulf of Aden, which threatens the international trade route through Egypt's Suez Canal.

The countries represented in the meeting on Thursday were those who share the Red Sea with Egypt - Yemen, Saudi Arabia, Sudan and Jordan.

A representative from Somalia's transitional government also attended the meeting, held behind closed doors in Cairo.

Wafaa Bassem, an Egyptian diplomat, said ahead of the talks that the meeting would examine several options to tackle piracy, which threatens the Suez Canal trade and as such Egypt's key source of revenue.

Egypt is concerned that the recent surge in piracy, highlighted by the hijacking of the Saudi supertanker Sirius Star loaded with $100m worth of crude oil last week, will prompt shipping companies to opt for safer routes that avoid the Canal.

That would mean longer, costlier trips around the southern tip of Africa but Odfjell SE, a big Norwegian shipping group, took that step on Tuesday, ordering its more than 90 tankers to take the longer route.

Danish shipper AP Moller-Maersk is also routing some of its 50 oil tankers around the Cape of Good Hope, while Norway's Frontline, which ferries much of the Middle East's oil to world markets, said it was considering a similar step.

Ransom demands

Earlier a spokesman for the pirates said they were demanding $25m for the return of the Sirius Star.

"We are demanding $25m from the Saudi owners of the tanker. We do not want long-term discussions to resolve the matter," Mohamed Said said.

"The Saudis have 10 days to comply, otherwise we will take action that could be disastrous."

The tanker was seized in the Indian Ocean some 800km off the coast of Kenya, and is now anchored off the Somali coast at Haradheere, roughly in the centre of the country's coastline. It is the biggest vessel ever hijacked.

Somali pirates have now seized three ships off the coast of the Horn of Africa in the past three days.

A Greek tanker, a Thai fishing boat and a Hong Kong-registered vessel have also been captured despite a large international naval presence in the waters off Somalia.

According to the International Maritime Bureau the Thai fishing boat had 16 crew members on board.

Policing piracy

A coalition of warships from eight nations, as well as from Nato and the US Navy's 5th Fleet, is patrolling a critical zone in the Gulf of Aden where most of the hijackings have occurred.

Saudi Arabia and Egypt both have significant naval forces of about 18,000-20,000 personnel each, though it was unclear, even after Thursday's meeting in Egypt, whether the countries would deploy ships.

Other Arab countries in the region have smaller and less experienced navies.

The INS Tabar, an Indian frigate, attacked a Somali pirate ship on Tuesday after coming under fire.

In Somalia, an impoverished country where public institutions have crumbled, many see piracy as the only profitable business.

The pirates are said to have built luxurious homes and propped up the economy in the semi-autonomous region of Puntland, where many of them are based.

Amid the anarchy and lawlessness in most parts of Somalia, northern coastal towns like Haradhere, Eyl and Bossaso, the so-called pirate economy is thriving, due to the money pouring in from pirate ransoms that have reached $30 million this year alone.

The seizure of the Sirius Star, prompted South Korea to look at sending military vessels to join US, French and Russian warships already operating in the area.

Jean Ping, The African Union's top diplomat, said on Thursday that the UN should send peacekeepers to Somalia to stop the fighting that is contributing to the growth of piracy.

But diplomats in the region say there is little hope of any speedy UN intervention in Somalia and Jaap de Hoop Scheffer, Nato's secretary-general, has said that the alliance would continue to patrol the seas but not get involved on land.

"Piracy is a very serious challenge and we have to fight it, but I think if you come to the part of these operations, for instance on land, then it is first and foremost up to the United Nations and not organisations like Nato to get deeply involved," he said during a visit to Ghana.

At least 13 vessels with more than 270 crew members are already being held by various pirate gangs. A Ukrainian-registered cargo ship carrying tanks and heavy weaponry remains anchored off the Somali coast.

____________________________________ 8 - Press TV (En Anglais)

Les Pirates demandent une rançon de 2 millions de US$ pour libérer le navire yéménite récemment capturé // Pirates want $2m for Yemeni freighter

Somali pirates have asked for a ransom of two million dollars for the release of a Yemeni cargo ship they seized last week, Yemeni officials say.

"The pirates are demanding a ransom of two million dollars," said one official on Tuesday.

Yemen's Interior Ministry said on Monday that the ship, Adina, was hijacked by the pirates in the Arabian Sea.

Since the start of this year, the pirates have carried out around 100 attacks in the Gulf of Aden and the Indian Ocean.

They still hold 17 ships and over 250 crewmen, including the Iranian-chartered Delight, captured last week with 25 crewmen and 36,000 tons of wheat on board, and the Saudi Arabian supertanker MV Sirius Star, along with its $100 million of oil and 25 crewmen.

Iran has warned that it may resort to force to liberate the Delight, which was hijacked by pirates off the coast of Somalia.

The pirates have also demanded 25 million dollars for the release of the Saudi supertanker.

Mohammed Said, the leader of the group holding the Sirius Star, told AFP that talks were ongoing.

"The negotiations with the owners of the tanker continue. I hope they understand the situation," the pirate said.

____________________________________ 7 - Le Faso (Burkina)

Piraterie au large de la Somalie : Voilà ce que ça coûte de laisser un Etat à l’abandon

Terrible ! Pour peu que l’on se désintéresse d’un pays, le risque est grand qu’il sombre totalement dans l’anarchie la plus abjecte C’est exactement le cas de la Somalie, qui est, depuis le début des années 90, un pays de non-droit, une jungle où, pour un rien, on tire sans sommation et où la raison du mieux armé est la meilleure.

Indépendant depuis 1959 et né de la fusion des colonies italiennes (Somalia) au sud, et britannique au nord (Somaliland), ce pays, on s’en souvient, a connu une relative stabilité de 1960 à 1969 avant que le dictateur Mohamed Siad Barré ne s’empare du pouvoir à la suite d’un coup d’Etat et de l’assassinat de son prédécesseur, Abdirashid Ali Shermarke.

Et le départ du général Siad Barré du pouvoir le 26 janvier 1991, suivi de sa mort peu de temps après, sonnera le glas de l’existence même de la Somalie en tant qu’Etat souverain, reconnu par la communauté internationale.

Et pourtant, si la disparition de la Somalie en tant qu’Etat peut avoir des causes intérieures (notamment la barbarie du régime Siad Barré, l’action des forces islamistes qui y prolifèrent, etc.), la négation de ce pays en tant qu’Etat organisé est due aussi en partie à la rivalité terrible que s’y livraient Américains et Soviétiques par Somaliens et Ethiopiens interposés.

C’est ainsi qu’aiguillonnés par les deux superpuissances de l’époque, avec d’un côté les Américains pour la Somalie et les Soviétiques ainsi que les Cubains côté éthiopien, ces deux pays de la corne de l’Afrique s’engagèrent en 1977 dans un absurde conflit armé, baptisé à l’époque la guerre de l’Ogaden. Et 11 ans durant, ce fut une guerre plus que meurtrière entre ces deux pays, avec à la clé des milliers de morts et de mutilés à vie, bref un réel gâchis. Pour la seule Somalie, on dénombra environ 2 millions de réfugiés, qui avaient presque tout perdu.

Mais, véritablement, si les deux superpuissances s’étaient fortement engagées en termes d’apport en armes hautement meurtrières et d’envoi de conseillers militaires au côté de leurs protégés respectifs, elles ne le faisaient pas uniquement pour leurs beaux yeux. Elles y avaient grand intérêt :

car, effet, si les USA, par exemple, ont apporté une aide à la fois humanitaire et militaire à la Somalie, c’est parce qu’en échange, ils voulaient avoir l’autorisation d’utiliser les installations navales de Berbera, qui était une ancienne base soviétique. Et en contrepartie de leur soutien à l’effort de guerre, les Soviétiques purent bénéficier de leurs protégés éthiopiens aussi de stratégiques avantages.

Voilà, disions–nous, la responsabilité qui incombe à la communauté internationale dans la situation de chienlit dans laquelle végète depuis 18 ans la Somalie.

Mais la responsabilité de la communauté internationale ne s’arrête pas que là. Elle se trouve aussi dans sa capacité et surtout dans sa volonté de pacifier la Somalie qui, comme nous le disions, est depuis le début des années 90 un non-Etat.

Certes, cette communauté internationale a fait preuve de quelques timides initiatives pour ramener ce pays sur le chemin d’un Etat souverain. Mais ces quelques tentatives restent d’une mollesse indescriptible et n’ont rien à voir avec la débauche d’énergie et de moyens déployée en Afghanistan, et surtout avec les centaines de milliards de dollars qui sont déversés mensuellement en Irak dans l’ultime espoir de pacifier ce pays et pour le remettre sur le droit chemin comme le conçoit "la communauté internationale".

Ainsi laissée à l’abandon, la Somalie reste durablement inscrite dans le créneau des rivalités ethniques, où prospèrent royalement islamistes, politiciens véreux et bandits de grands chemins, qui ont fini de précipiter le pays dans un chaos politique, social et économique rarement atteint par un autre. Une situation qui, pourtant, n’émeut presque personne.

C’est exactement cette grave situation de non-Etat, dans laquelle se débat le peuple somalien, qui explique à suffisance la naissance, voire la recrudescence de la criminalité maritime dans cette partie du monde avec, en prime, l’impuissance des Occidentaux à y mettre un terme.

Au premier semestre de 2008, on notait 24 attaques de navires dans le golf d’Aden qui reste, pour bien de bateaux, la meilleure voie navigable en termes d’économie d’argent et de temps. L’opération de piraterie la plus spectaculaire menée dans cette zone de l’océan Indien remonte à un peu plus d’un mois, lorsque des pirates somaliens ont arraisonné un superpétrolier saoudien, le Sirius Star, long de 330 mètres et dont la cargaison de pétrole transporté est estimée à 100 millions de dollars.

Aux émirs du pétrole les pirates réclamaient une rançon de 25 millions de dollars pour laisser le supertanker poursuivre sa traversée maritime. Une autre fois, c’était le Centauri, un géant des mers battant pavillon maltais, qui était entre les mains de ces pirates. Et selon des sources kényanes, ce cargo devait débarquer 17 000 tonnes de sel au port de Mombassa. Non loin de ce théâtre des opérations, un autre bateau, le Great création, était à son tour arraisonné.

Et nous avons toujours en mémoire l’arraisonnement, le 25 septembre dernier, du cargo ukrainien le Faina, chargé d’armes en direction du Kenya ou du Sud-Soudan. Et, selon le bureau maritime international, à ce jour, plus d’une dizaine de navires avec leurs occupants sont aux mains des pirates, qui sévissent de plus belle. Une recrudescence de la criminalité maritime, qui commence à être difficilement supportable, tant son coût économique est lourd.

Et voilà ce que ça coûte de laisser un pays à son sort ! Face à cette situation inédite, la communauté internationale semble désemparée et élabore ses stratégies. C’est dans ce contexte que la France, qui assure la présidence de l’Union européenne, a proposé le lancement, en décembre prochain, d’une mission militaire aéronavale antipirate, et la résolution 1816 du Conseil de sécurité de l’ONU, adoptée le 3 juin dernier, permet désormais l’entrée de navires de guerre dans les eaux territoriales somaliennes pour traquer les pirates.

Mais, quoi qu’il en soit, cette contre-attaque de la communauté internationale risque fort de n’être pas une partie de plaisir, ce, d’autant plus que les pirates ont, depuis, appris à déjouer la surveillance des navires de guerre. Pis est, la plus grande difficulté, à entendre les spécialistes des affaires maritimes, réside dans l’écart, minime, entre le moment où les pirates se lancent à la poursuite d’un cargo et celui où ils montent à bord : il ne peut s’écouler que 20 petites minutes. Et, une fois à bord, ils sont quasiment intouchables, protégés qu’ils sont par leurs otages.

Cette situation, dans laquelle se démène l’Occident pour résoudre le casse-tête somalien, ressemble, à s’y méprendre, aux rapports teintés d’ambiguïté qu’il entretient avec l’Afrique, où l’aide publique au développement subit d’année en année des coupes claires. Ainsi, pendant que certains s’époumonent à vouloir voir instaurer un plan Marshall pour le continent noir, d’autres pensent qu’il vaut mieux réduire encore cette aide au développement.

Mais c’est sûr qu’en abandonnant l’Afrique à son sort, l’Occident court le risque de ne pas pouvoir dormir tranquille. Et ce qui se passe dans le Golf d’Aden n’est encore qu’un tout petit échantillon des supplices à endurer si toutefois le berceau de l’humanité était irrémmédiablement abandonné à son sort. Occidentaux, vous êtes prévenus !

Boureima Diallo

____________________________________ 6 - AFP

Somalie: les pirates du superpétrolier saoudien s'impatientent

Les pirates somaliens se sont montrés mercredi impatients de recevoir la rançon de 25 millions de dollars pour libérer le superpétrolier saoudien, à trois jours de l'expiration de leur ultimatum.

Le porte-parole des pirates somaliens qui ont capturé le 15 novembre le Sirius Star, joint au téléphone par l'AFP, a appelé mercredi les propriétaires du bateau à accélérer les négociations dans l'intérêt des propriétaires, des 25 membres d'équipage et... le leur.

"Nous enjoignons les propriétaires du tanker saoudien de mener un dialogue honnête dans le but de mettre un terme à cette crise", a déclaré Mohamed Said, qui se présente également comme un membre de l'équipe de négociateurs des pirates.

"Il faut qu'ils (les propriétaires) appellent le capitaine et nos éléments sur le Sirius Star afin que nous puissions accélérer les négociations", a-t-il ajouté.

"Trop d'attente nous est préjudiciable, ainsi qu'aux propriétaires et à l'équipage du bateau. Nous ne sommes pas en train de proférer des menaces mais nous les pressons d'être honnêtes", a-t-il expliqué.

Les pirates demandent 25 millions de dollars pour libérer le supertanker et ses 300.000 tonnes de pétrole, soit 10% de la valeur du bateau (150 millions de dollars) et de sa cargaison (100 millions). Lors de leur première annonce publique du montant de la rançon, le 20 novembre, ils avaient fixé un ultimatum expirant au 30 novembre assorti de menaces.

"Les Saoudiens ont 10 jours pour satisfaire" cette demande, "sinon nous agirons d'une manière qui pourrait être désastreuse", avait averti Mohamed Said, sans autre précision.

Le superpétrolier, qui avait été pris d'assaut en plein Océan Indien, est au mouillage depuis dix jours dans la zone d'Harardhere, à 300 km au nord de Mogadiscio, un des nombreux repaires de pirates la côte somalienne.

La capture du Sirius Star, long de 330 mètres, constitue l'opération la plus spectaculaire menée jusqu'à présent par des pirates somaliens, qui ont attaqué une centaine de bateaux depuis le début de l'année.

Face à cette recrudescence d'attaques, la communauté internationale a progressivement déployé des navires de guerre dans le golfe d'Aden et l'Océan Indien, avec l'aval du conseil de sécurité des Nations unies, pour tenter de sécuriser une route maritime stratégique pour le commerce international, notamment celui des hydrocarbures.

Ce déploiement a été marqué par la destruction le 18 novembre d'un navire présenté comme un "bateau-mère" des pirates par la Marine indienne.

Ces navires, dont on ignore le nombre exact, font partie de navires capturés par les pirates et leur permettent d'élargir leur champ d'action en lançant des attaques en haute mer.

Mercredi, le Bureau maritime international (BMI) a toutefois assuré que le bateau coulé par la Marine indienne était en fait un chalutier thaïlandais capturé par les pirates, une affirmation démentie par la Marine indienne qui affirme avoir ouvert le feu en état de légitime défense.

"La frégate indienne a demandé à plusieurs reprises au navire de s'arrêter. Mais après plusieurs sommations, les occupants du navire adverse ont menacé de faire exploser la frégate si celle-ci approchait. Des pirates ont été vus sur le pont du navire armés de lance-roquettes", a réagi de son côté à l'AFP un porte-parole de la Marine indienne, le commandant Nirad Sinha.

Il a précisé que la frégate indienne n'avait ouvert le feu qu'après avoir été la cible de tirs.

"Sur les 16 membres d'équipage, un Thaïlandais a été tué, un Cambodgien a été découvert vivant et 14 autres, tous Thaïlandais, sont portés disparus", a indiqué Wicharn Sirchaiekawat, directeur général de la compagnie Thailand Sirichai Fisheries, propriétaire du chalutier sous pavillon des Kiribati.


____________________________________ 5 - Le Monde

L'impossible mission de dissuasion militaire dans un océan Indien livré aux pirates

Une dizaine de navires entre les mains des pirates, 2 millions de kilomètres carrés de mer à surveiller au large d'une côte livrée au chaos, cent trente-trois attaques recensées depuis janvier, trente-neuf piratages effectifs... Le vice-amiral Gérard Valin, commandant les forces françaises dans l'océan Indien, se demande comment gagner la bataille contre les pirates somaliens. "Ils ont des lance-roquettes, des GPS, des téléphones satellite. Ils connaissent nos méthodes, les règlements internationaux. Ce ne sont pas des amateurs", constate-t-il, lundi 24 novembre, à quelques heures du départ de la frégate de surveillance Nivôse. Le bâtiment français escortera deux navires dans le golfe d'Aden.

L'Association internationale des propriétaires de pétroliers indépendants (Intertanko) a réclamé, lundi 24 novembre, l'instauration d'un blocus maritime de la Somalie pour mettre fin à la piraterie.

L'organisation, qui rassemble 75 % de la flotte mondiale de pétroliers, a invité les Nations unies à définir "clairement" les conditions du recours à la force pour permettre d'arraisonner les bateaux pirates.

Des dizaines de navires, dont le superpétrolier saoudien Sirius-Star et sa cargaison évaluée à 100 millions de dollars, ont été détournés récemment dans le golfe d'Aden. - (Reuters.)

Le Bureau maritime international estime que les actes de piraterie "vont s'intensifier"

"Désormais, il n'existe plus de zone sûre, assure le vice-amiral. On ne peut pas sécuriser ce secteur, il est trop vaste, il n'existe pas de bouclier parfait. Donc, les pirates vont continuer..." Et depuis la fin de la mousson, ils semblent s'enhardir. En témoigne l'arraisonnement, mi-novembre, du supertanker saoudien Sirius-Star. Du jamais-vu dans les annales de la piraterie.

"Les pirates sont entre 400 et 500 et ils font du business, c'est clair", affirme Gérard Valin. Aucun lien, assure le responsable militaire, n'a été établi avec des réseaux terroristes. Certains groupes islamistes somaliens verraient d'ailleurs d'un mauvais oeil ces actes de piraterie qui ne financeraient pas la nébuleuse Al-Qaida, croit savoir le vice-amiral. "En revanche, ajoute-t-il, on sait qu'ils blanchissent l'argent des rançons, souvent dans les Emirats."

____________________________________ 4 - AFP

Pirates en Somalie: un bateau de pêche détruit par erreur, la Marine indienne dément

Le Bureau maritime international (BMI) a indiqué mercredi qu'un bâtiment de guerre indien avait coulé la semaine dernière au large de la Somalie un chalutier de pêche thaïlandais en le prenant pour un bateau de pirates, ce que la Marine indienne dément.

Des responsables indiens avaient indiqué le 19 novembre avoir riposté la veille à une attaque de pirates au large des côtes de la Somalie. La Marine indienne a assuré mercredi que le bateau avait une attitude hostile.

"La frégate indienne a demandé à plusieurs reprises au navire de s'arrêter. Mais après plusieurs sommations, les occupants du navire adverse ont menacé de faire exploser la frégate si celle-ci approchait. Des pirates ont été vus sur le pont du navire armés de lance-roquettes", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la Marine indienne, le commandant Nirad Sinha.

Mais le navire détruit était en fait un bateau de pêche thaïlandais capturé par des pirates au large du Yemen le 18 novembre, dans le golfe d'Aden, a indiqué Noël Choong, directeur du Centre d'observation de la piraterie du BMI basé à Kuala Lumpur.

Sur les 16 membres d'équipage, l'un est mort, un autre a été sauvé et 14 sont portés disparus, a indiqué de son côté le propriétaire thaïlandais du navire.

L'affrontement avait eu lieu mardi soir lorsque la frégate INS Tabar, déployée dans le golfe d'Aden dans le cadre de la lutte antipiraterie, avait été la cible de tirs provenant d'un "bateau-mère" pirate, avant de riposter, avait indiqué la Marine indienne.

__________________ 3 - Shabelle avec FOX News TV (En Anglais)

En dépit des affirmations contraires de la marine indienne, il semble que le bâteau de pêche qui a été coulé, n'abirtait aucun pirate et ne servait pas de bâteau mère pour lancer des attaques contre les navires de commerce. //Sunk 'Mother Ship' May Not Have Had Pirates on Board (Info lecteur)

Despite the Indian Navy's claims that it sank a so-called pirate "mother ship" last week, there is no evidence to suggest that any pirates were on board, and the destroyed ship may simply have been an innocent commercial fishing vessel, a U.S. official with knowledge of last week's incident told FOX News.

There were armed men on board the ship, according to this official, but no evidence they were pirates.

The Indian Navy fired on the vessel in the Gulf of Aden and later released a still photo of a ship on fire before it sunk but the vessel turned out to be a Thai merchant ship, FOX News learned.

Its owner told Indian reporters there were 16 crew members on board. Fourteen are missing, one died and one apparently floated at sea for six days before being picked up by another vessel. He now reportedly is in a hospital in Yemen.

The INS Tabar, the 400-foot Indian Naval vessel involved in the incident, is armed with cruise missiles, surface-to-air missiles and six-barreled 30mm machine guns for close combat. The Indian Navy says it was fired upon and acted in self defense.

Piracy off the coast of Somalia increasingly has become a problem this year for nations as diverse as Thailand, Ukraine and Saudi Arabia, though the world community has yet to develop a consistent and effective method for dealing with the pirates.

Elsewhere Indian authorities have rejected reports that the vessel INS Tabar took down off the coast of Somalia only 10 days ago, was infact a pirate ship.

Maintaining that INS Tabar had acted against a pirate vessel which had threatened to attack them, a naval spokesperson has told TV channel Times Now that the Tabar returned fire only after the pirates launched an aggressive assault.

This clarification follows a Thailand-based fishing company's claim that the pirate mother-ship the Indian Navy destroyed in the Gulf of Aden was one of its deep sea fishing trawlers.

This incident could come be a huge embarrassment for the Indian navy, just 10 days after it claimed that it had sunk a pirate mother-ship.

Times Now spoke to the owners of the ship - Ekawat Nava 5, who claim the vessel was infact a Thai trawler, and that the Indian navy's action has cost them dearly. The owner claims fourteen sailors are still missing and one crew member confirmed dead in the assault by the Indian warship.

The ship's owner said the Ekawat Nava 5 was travelling from Oman to Yemen to deliver fishing equipment when it was set upon by pirates near the Somalian coast. The pirates were taking control of the ship when the Tabar moved in, and engaged in combat after being fired upon -- a fight which the Indian navy eventually won.

____________________________________ 2 - AFP

Pirates en Somalie: la Marine indienne coule un bateau de pêche par erreur


Le Bureau maritime international (BMI) a indiqué mercredi qu'un bâtiment de guerre indien avait coulé la semaine dernière au large de la Somalie un chalutier de pêche thaïlandais en le prenant pour un bateau de pirates.

Des responsables de la marine indienne avaient indiqué le 19 novembre qu'une frégate avait riposté la veille à une attaque de pirates au large des côtes de la Somalie, détruisant leur navire.

Mais le navire détruit était en fait un bateau de pêche thaïlandais capturé par des pirates au large du Yemen le 18 novembre, dans le golfe d'Aden, a indiqué Noël Choong, directeur du Centre d'observation de la piraterie du BMI basé à Kuala Lumpur.

Sur les 16 membres d'équipage, l'un est mort, un autre a été sauvé et 14 sont portés disparus, a indiqué de son côté le propriétaire thaïlandais du navire.

L'affrontement avait eu lieu mardi soir lorsque la frégate INS Tabar, déployée dans le golfe d'Aden dans le cadre de la lutte antipiraterie, avait été la cible de tirs provenant d'un "bateau-mère" pirate, avant de riposter, avait indiqué la Marine indienne.

____________________________________ 1 - AFP

Somalie: la tension monte entre islamistes et pirates autour du Sirius Star

La tension est montée dimanche autour du superpétrolier saoudien piraté le 15 novembre au large de la Somalie, avec un appel lancé aux pirates par les miliciens islamistes shebab à libérer le navire ou faire face à une action armée.

"Si les pirates veulent la paix, ils feraient mieux de libérer le pétrolier", a affirmé à l'AFP cheikh Ahmed, un porte-parole des miliciens shebab pour la région de Harardhere où a été détourné le navire.

Les pirates ont exigé jeudi le paiement d'une rançon de 25 millions de dollars pour libérer le Sirius Star qui transporte une cargaison de pétrole estimée à 100 millions de dollars. Les shebab, qui contrôlent une grande partie de la Somalie, ont concentré ces derniers jours des forces autour d'Harardhere et ont généralement condamné la piraterie, qualifiée d'offense à l'islam. Un membre des pirates a rétorqué qu'ils ne craignaient pas ces menaces.

"Nous sommes les shebab de la mer et nous n'avons pas peur des shebab de la terre", a ironisé Mohamed Said. "Si quiconque essaye de nous attaquer, ce serait un suicide", a-t-il affirmé à l'AFP. "Je ne suis pas sur le navire pour l'instant, parce que je coordonne ce qui se passe à terre", a-t-il expliqué. "Il y a une petite avant-garde de shebab sur le terrain, mais nous y avons également une forte présence", a ajouté le pirate.

"Tout Somalien a un grand respect pour le saint royaume d'Arabie saoudite.

Nous n'avons rien contre eux, mais malheureusement ce qui s'est passé ce n'est que du business pour nous et j'espère que les Saoudiens le comprendront", a expliqué Mohamed Said qui avait réclamé le paiement de la rançon avant la fin novembre.

Selon certains habitants de la zone, les shebab sont divisés sur la position à tenir et certains miliciens islamistes seraient surtout intéressés par un partage de la rançon éventuelle.

Un membre du groupe de pirates a affirmé samedi à l'AFP que des négociations avaient débuté avec le groupe saoudien Aramco, propriétaire du navire sans qu'elles n'aient pour le moment abouti. Il a également affirmé que les pirates à bord du Sirius Star riposteraient à toute intervention militaire pour les déloger.

"J'espère que le propriétaire du superpétrolier est suffisamment sage et n'autorisera pas le recours à l'option militaire parce que cela serait un désastre pour tout le monde. Nous sommes là pour défendre le superpétrolier si nous sommes attaqués", a ajouté Abdiyare Moalim.

Une centaine de miliciens armés ont déjà convergé depuis jeudi sur Harardhere, un petit port de pêche à 300 km au nord de Mogadiscio où le supertanker est ancré depuis mardi. La capture du Sirius Star, long de 330 mètres et renfermant dans ses cales 300.000 tonnes de pétrole, est l'opération de piraterie la plus spectaculaire menée au large de la Somalie, où une centaine de bateaux ont été attaqués cette année.

Selon une estimation du ministre kenyan des Affaires étrangères, les pirates qui multiplient les attaques de bateaux au large des côtes somaliennes et dans le golfe d'Aden ont obtenu quelque 150 millions de dollars de rançons au cours des douze derniers mois.

Au moins dix-sept navires - et leurs 250 membres d'équipage - sont toujours aux mains des pirates, notamment un cargo ukrainien avec à son bord 33 tanks.

Plusieurs pays ont déjà dépêché des navires de guerre au large de la Somalie pour lutter contre ces bandits des mers dont l'activité menace l'une des voies maritimes les plus fréquentées au monde, donnant notamment accès au canal de Suez.

La communauté internationale et les acteurs du commerce maritime estiment cependant que la cause profonde de la piraterie au large des côtes somaliennes est l'anarchie qui règne en Somalie, pays de 10 millions d'habitants en guerre civile depuis 1991.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.