ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


14/01/09 (B481) Le journal de la flibuste. La libération du Sirius Star et les péripéties qui l'ont suivie... Une rançon qui aurait pu avoir été payée partiellement en faux dollars. Six pirates qui se noient les poches pleines de dollars ... A part ce navire prestigieux, les pirates déstockent : ils libèrent d'autres navires... Mais le Faina reste toujours prisonnier des pirates et son capitaine lance un appel à la communauté internationale pour être libéré. Deux travailleurs humanitaires libérés par les milices somaliennes. (13 articles en Français du 10 au 14/01/09)

_______________________ 13 - Afrique en Ligne (14/01/09)

Réunion du Groupe de contact sur la piraterie en Somalie

Le Groupe de Contact sur la piraterie en Somalie (CGSP) va tenir sa première réunion au siège des Nations Unies à New York ce mercredi. Cette réunion entre dans le cadre de l'application de la Résolution 1851 du Conseil de sécurité de l'ONU adoptée à l'unanimité le 16 décembre 2008.

Au total, 24 pays et cinq organisations multilatérales devraient participer à cette première réunion, qui sera présidée par le secrétaire d'Etat américain adjoint pour les Affaires politiques et militaires, Mark R. Kimmitt.

Le CGSP va se concentrer sur la coordination des activités entre les Etats et les organisations afin d'éradiquer la piraterie au large des côtes somaliennes.

Il est prévu que les discussions tournent autour de la manière de renforcer le soutien opérationnel et en matière de renseignements pour riposter aux actes de piraterie, de mettre en place un mécanisme de coordination de la lutte contre la piraterie, de renforcer les cadres juridiques pour l'arrestation, la poursuite en justice et la détention des pirates et de renforcer les capacités d'auto- surveillance des navires marchands.

Les discussions vont également porter sur l'amélioration des efforts diplomatiques et d'information du public et sur le blocage des opérations financières des groupes impliqués dans les actes de piraterie.

La piraterie au large des côtes somaliennes a plus que doublé au cours de l'année dernière, ce qui risque de rendre le commerce international plus coûteux, selon un rapport de Chatham House, un institut basé à Londres qui analyse les questions internationales.

_______________________ 12 - Le Soleil (Sénégal) (14/01/09)

A qui profitent les rançons et le crime ?

La route maritime au large de la Somalie est la plus dangereuse au monde. Une centaine de bateaux y ont été attaqués et capturés, en 2008. Ils ne sont libérés qu’après paiement de rançons astronomiques, comme les trois millions de dollars versés vendredi à des pirates pour que le « Sirius Star », un supertanker saoudien tombé dans leurs filets deux mois plus tôt, reprenne la mer. Pourquoi ces actes de piratage et à qui profite le crime ?

Comme sur la côte atlantique, des milliers de bras valides s’enfuient de la pointe orientale de l’Afrique, au péril de leur vie, dans les tumultes de l’Océan indien, à la recherche d’un hypothétique Eldorado. Ceux qui restent sont également de plus en plus nombreux à écumer les eaux au large de la Somalie, par des actes de piraterie à l’encontre des bateaux qui passent par cette voie de navigation commerciale hautement stratégique pour les Etats-Unis, l’Europe, la Chine, le Japon et l’Inde.

Ces attitudes extrêmes ont pour dénominateurs communs le chaos politique, l’état de guerre, une situation économique désastreuse et la misère qui prévalent dans la Corne de l’Afrique, en Somalie plus particulièrement, depuis une vingtaine d’années. De la chute de l’autocrate Mohamed Syad Bare en 1991 à la récente démission du président Abdullahi Yusuf Ahmed, en passant par le règne des seigneurs de la guerre, l’éphémère régime de l’Union des Tribunaux islamiques et l’invasion éthiopienne sous la férule américaine, la Somalie demeure le théâtre de violences meurtrières, de crises majeures qui paralysent ses institutions et enfoncent sa population dans une situation humanitaire catastrophique.

GUERRES INTESTINES ET EXACERBATION DE LA PAUVRETÉ

Pratiquée naguère, à très faible échelle, par quelques pêcheurs, la piraterie a pris de l’ampleur avec l’évanescence de l’Etat de droit, les guerres intestines et l’exacerbation de la pauvreté, en grande partie par la faute des puissances occidentales en rude compétition pour l’accaparement des ressources de cette partie du continent noir. Leurs bateaux de pêches ont quasiment raclé ses eaux naguère abondamment riches en thon, au grand dam des pêcheurs locaux.

Cette concurrence déloyale ne leur suffisant pas, elles ont immergé d’énormes quantités de déchets toxiques le long de ses côtes, comme en atteste un rapport du Programme des Nations Unies pour l’Environnement, intitulé « Après le tsunami - Une évaluation environnementale préliminaire ». Ce sont en effet les répliques du tsunami qui avait ravagé les côtes asiatiques en décembre 2004 qui mirent à nu cette odieuse et meurtrière pollution naturellement favorisée par l’instabilité du climat politique et la guerre civile permanente en Somalie.

Dans cette ambiance délétère, les rangs des pêcheurs désabusés qui ont lâché leurs filets pour se reconvertir dans la piraterie ont très rapidement été grossis par d’anciens éléments de la marine militaire somalienne, la plupart aux ordres directs de seigneurs de la guerre qui ont élargi à la mer leur terrain de chasse. Armés de missiles anti-char, de mitrailleuses lourdes et de lance-roquettes, ces flibustiers des temps modernes utilisent de petits bateaux très rapides pour arraisonner les navires qu’ils attaquent pour les amener, avec leurs équipages pris en otage, des eaux internationales vers les eaux somaliennes, sous la coordination de navires amiraux de plus grande taille. S’en suit, à chaque fois, une demande de rançon.

Durant l’année écoulée, quelque cent bateaux ont été attaqués de la sorte dans le golfe d’Aden, selon le Bureau Maritime International, un organisme en charge de la répression de la piraterie à travers le monde. Cette source signale qu’une quinzaine de navires sont toujours entre les mains des pirates, dont « The Faina », un bateau ukrainien transportant des chars de combat. Le superpétrolier saoudien « Sirius Star », avec ses deux millions de barils de brut, était du lot. Les pirates réclamaient 25 millions de dollars US pour sa libération. Ils l’ont relâché, le 9 janvier, contre trois millions de dollars.

LA PIRATERIE N’EST JAMAIS UN ACTE ISOLE...

A qui profitent le crime et les rançons ? Les pirates somaliens seraient, comme le font croire certains commandements militaires occidentaux, une couverture et une source de financement pour le terrorisme international lié à Al-Qaïda. Cela est dans l’ordre du possible. Mais alors, pourquoi les a-t-on laissé faire, jusque-là en toute impunité ? Il est paradoxal que les pirates aient pu, pendant des mois, voire des années, écumer les mers de la Corne de l’Afrique sans coup férir.

Le fait que les navires de guerre des pays développés victimes de leurs exactions ne pouvaient, sans autorisation préalable, les poursuivre dans les eaux territoriales somaliennes dans lesquelles ils se réfugiaient après chaque coup, n’est pas suffisant comme explication. Il est en effet étrange que les Etats-Unis et ses alliés occidentaux, coalisés dans la lutte contre le terrorisme international et dont les navires de guerre quadrillent en permanence cette partie névralgique de la planète, n’aient jamais pu localiser et neutraliser en haute mer les bateaux amiraux des pirates, avec toute la technologie de guerre moderne à leur disposition au plan maritime, aérien et satellitaire.

Il est bien plus plausible que leurs agissements soient « tolérés », en raison des intérêts occidentaux qu’ils peuvent servir.

Historiquement, la piraterie n’a jamais été une entreprise criminelle isolée. Le flibustier Francis Drake ne fut-il pas au service de la reine Elisabeth 1er d’Angleterre pour la gloire et la fortune de qui il pillait les navires et les colonies espagnols et portugais ? Ce qui lui valu d’être anobli puis élevé au grade de vice-amiral. Aujourd’hui, il y a de très fortes chances qu’une infime partie des faramineuses rançons versées aux pirates somaliens reste dans le pays et que le gros du magot échoit dans les comptes bancaires de puissants commanditaires qui les arment et informent depuis Londres, New York, Hambourg ou Tokyo.

La piraterie est également et surtout à situer dans le prolongement sur mer du désordre sociopolitique et économique entretenu sur le sol somalien, dans le cadre de la guerre acharnée que s’y mènent les pays industrialisés et aussi émergents, pour l’accaparement d’un pays pauvre mais riche en bauxite, cuivre, gaz naturel, pétrole et uranium. Il est d’autant plus convoité qu’il est à reconstruire et que sa position sur l’une des principales routes du pétrole est on ne peut plus stratégique.

Le problème de la piraterie n’est point insoluble. L’on en viendrait à bout si les Etats-Unis et les autres puissances occidentales admettaient un pouvoir politique souverain en Somalie, un Etat qui serait maître de son intégrité nationale, de ses richesses intérieures et de son espace maritime.

Cet Etat de droit ramènerait de l’ordre dans son armée en mettant un terme à la déperdition de ses hommes, rendrait à nouveau lucrative l’exploitation de ses eaux par les pêcheurs, tirerait de la valorisation de ses ressources naturelles le meilleur parti pour sa population. Marins de guerre et pêcheurs retourneraient à leur légitime occupation, cessant d’être les bras armés des forces intérieures et extérieures qui les utilisent.

L’on s’en souvient, la dernière tentative visant à former une institution étatique digne de ce nom avait été entreprise, avec succès, par l’Union des Tribunaux Islamiques. Elle a été brisée en 2006 par les USA, par l’entremise de l’armée éthiopienne. Dans la parenthèse UTI, la piraterie avait pratiquement disparu des côtes somaliennes...

PAR AMADOU FALL

________________________ 11 - Romandie News avec AFP (13/01/09)

Un tanker turc relâché par des pirates somaliens

Des pirates somaliens ont relâché mardi un navire-citerne turc capturé en novembre alors qu'il naviguait au large du Yémen, a indiqué à l'AFP un responsable de la compagnie YDC maritime, propriétaire du vaisseau.

"Note bateau a été relâché aujourd'hui (mardi)", a indiqué Kubilay Marangoz, un conseiller juridique de la firme basée à Istanbul, soulignant que l'équipage du Karagöl était en bonne santé.

Il a refusé de dire si une rançon avait été payée aux pirates. Ce même responsable avait indiqué aux médias après la capture du tanker que des négociations étaient menées avec les pirates pour le versement d'une rançon.

Le navire a été détourné le 12 novembre alors qu'il transportait 4.500 tonnes de produits chimiques d'Israël à Bombay, en Inde.

Un autre bateau turc, un cargo chargé de minerai de fer et naviguant du Canada à la Chine, avait été capturé en octobre par des pirates somaliens au large de la Somalie, dans le Golfe d'Aden, avant d'être relâché le 6 janvier en contrepartie d'une rançon.

Un troisième bateau turc, le cargo M/V Bosphorus Prodigy qui bat pavillon d'Antigua et de Barbuda, est toujours aux mains de pirates somaliens depuis sa capture à la mi-décembre.

La Somalie, pays pauvre de la Corne de l'Afrique ravagé par la guerre civile et sans gouvernement central depuis 1991, est devenu le point chaud de la piraterie planétaire.

La communauté internationale a renforcé sa présence militaire dans le golfe d'Aden et l'océan Indien, où des pirates somaliens ont attaqué plus d'une centaine de bateaux en 2008.


________________________ 10 - JDD (13/01/09)

Somalie: Libération d'un cargo sud-coréen

Des pirates somaliens ont libéré un cargo sud-coréen dont ils avaient pris le contrôle le 15 octobre, a déclaré mardi un responsable des services maritimes est-africains basé au Kenya. L'African Sanderling, un navire battant pavillon panaméen, avait été détourné avec 21 marins philippins à son bord.

Tous sont sains et saufs. On ignore si une rançon a été versée. Les pirates retiennent toujours, le MV Faïna, un navire ukrainien transportant 33 chars T-72, attaqué en septembre dernier.

________________________ 9 - AFP (13/01/09)

Parachutes dorés et faux billets, la rançon du succès des pirates somaliens

Le versement des rançons aux pirates somaliens, parachutées à bord même du bateau capturé ou plus traditionnellement contenues dans des valises transitant par les capitales d'Afrique de l'Est, réserve parfois de bien mauvaises surprises pour ces flibustiers modernes.

Lorsque le superpétrolier saoudien Sirius Star a été relâché vendredi, les quelque huit semaines de prise d'otage ont pris une tournure désastreuse pour une partie des pirates: six d'entre eux se sont noyés lorsque leur embarcation a chaviré, et avec eux une partie de la rançon a disparu.

"Leur petite embarcation était surchargée et allait trop vite (...) Les rescapés nous ont dit qu'ils craignaient une intervention d'une des marines étrangères pour tenter de les interpeller", a expliqué le chef de ce groupe de pirates, Mohamed Said.

Les pirates somaliens, essentiellement d'anciens pêcheurs et garde-côtes, ont mené plus de cent attaques de navires en 2008, entraînant le déploiement de nombreux bâtiments de guerre étrangers dans la région.

Selon plusieurs pirates, la rançon versée pour la libération du Sirius Star, leur plus belle prise à ce jour, s'élève à trois millions de dollars (2,3 millions d'euros).

"Le gros de la rançon a été payé à terre mais la part des pirates qui étaient encore à bord a été parachutée par un petit avion", a expliqué une source proche des négociations.

La marine américaine, présente dans la zone, a diffusé des photos montrant un petit parachute à l'aplomb du Sirius Star, d'une superficie équivalente à environ trois terrains de football.

Selon des habitants sur place, le corps d'un des six pirates a depuis été retrouvé sur la côte, avec 150.000 dollars (111.360 euros) dans les poches.

Les pirates somaliens exigent le paiement des rançons en liquide, pour éviter toute trace, avec le risque certain de se voir remettre de la fausse monnaie.

Le Ponant, un trois-mâts de luxe français capturé en avril 2008, demeure ainsi gravé dans les mémoires des pirates somaliens comme l'un de leur pire souvenir.

Non seulement des troupes d'élites française étaient intervenues à terre juste après le versement de la rançon et avaient arrêté six pirates présumés.

Mais selon plusieurs hommes d'affaires du nord-est de la Somalie ayant requis l'anonymat, une partie de la rançon de 1,2 million de dollars (890.882 EUR) comprenait des faux billets.

"Je voulais conclure une affaire avec l'un des pirates (du Ponant) et j'ai vu que les billets étaient contrefaits. Dans une liasse, tous les billets avaient le même numéro de série", a-t-il relaté.

Depuis ces mésaventures, les pirates ont pris des mesures: ceux du Sirius Star disposaient ainsi d'une machine à compter les billets et d'un détecteur de faux billets.

De même, ils n'acceptent que des billets de 100 et 50 dollars et ont des préférences pour certaines années de fabrication.

"Ils ne prendront pas de billets de 100 dollars de 1996 et ils essaient aussi d'éviter les billets très récents, de peur qu'on ne remonte leur trace plus facilement", a expliqué une source somalienne impliquée dans plusieurs négociations.

Quant au montant de la rançon, objet d'âpres débats entre pirates eux-mêmes, il prend le plus souvent en considération les frais engagés pendant la prise d'otage: nourriture à bord, fuel pour le générateur, sacs de khat (une plante euphorisante) pour les pirates et cigarettes pour l'équipage.

La plupart de ces achats seront couverts par des hommes d'affaires locaux qui "investissent" sur un groupe de pirates.

"Ils paieront pour la nourriture et les cigarettes, ils avanceront également les frais des proches des pirates, en espérant recevoir une récompense lorsque les gars reviendront à terre avec l'argent de la rançon", explique cette source somalienne.

________________________ 8 - AFP (12/01/09)

Sirius Star: le chef de la diplomatie kényane fustige le paiement de rançon

Le ministre des Affaires étrangères kényan Moses Wetangula a critiqué lundi le paiement d'une rançon pour la libération du superpétrolier Sirius Star et prévenu que le Kenya ne paierait pas de rançon pour libérer le cargo ukrainien Faina, toujours aux mains de pirates somaliens.

"Je souhaite faire part de notre mécontentement sur le paiement de la rançon pour la libération du superpétrolier. Payer encourage les actes criminels et nous ne soutenons pas de telles initiatives", a déclaré lundi à la presse M. Wetangula.

Le superpétrolier saoudien Sirius Star, long de 330 mètres et capturé le 15 novembre dans l'océan Indien, a été libéré vendredi par les pirates somaliens qui le détenaient.

Aucune indication n'a été fournie du côté saoudien sur le paiement d'une rançon aux pirates, qui selon des informations non confirmées proches des pirates, aurait été de l'ordre de trois millions de dollars.

Lancé en 2008, le superpétrolier est chargé de deux millions de barils de brut, une cargaison estimée à l'époque de sa capture à 100 millions de dollars.

Le Faina, chargé notamment de 33 chars d'assaut T-72 et d'importants stocks de munitions, est de son côté toujours retenu par des pirates somaliens depuis le 25 septembre.

La destination finale de la cargaison d'armement a fait l'objet d'une polémique, le Kenya en revendiquant la propriété tandis que plusieurs sources ont désigné le Sud-Soudan comme le véritable destinataire.

"Notre cargaison transportée par le Faina est toujours aux mains des pirates. En dépit de tout le temps que cela prend, le Kenya n'est pas disposé à payer une rançon et ne paiera pas de rançon", a martelé le ministre.

"Ce n'est pas une cargaison périssable, ces gens (pirates) peuvent garder ces chars et ces armes sur le bateau autant qu'ils le veulent", a-t-il dit.

Dans un entretien téléphonique avec l'AFP ce week-end, le capitaine du Faina, Vladimir Nikolsky, a appelé à l'aide et insisté sur la dégradation de l'état psychologique des 20 membres d'équipage du cargo.

Il a supplié le propriétaire du bateau d'entamer des négociations directes avec les pirates, expliquant que plusieurs tentatives, impliquant nombre d'intermédiaires, avaient jusqu'ici échoué.
________________________ 7 - Nouvel Obs avec AFP (12/01/09)

Le capitaine du cargo ukrainien Faina appelle à l'aide

Le capitaine du bateau, chargé d'équipement militaire et aux mains de pirates somaliens depuis le 25 septembre, supplie d'entamer des négociations directes avec les pirates.

Le capitaine du cargo ukrainien Faina, chargé d'équipement militaire et aux mains de pirates somaliens depuis le 25 septembre, a supplié le propriétaire du bateau d'entamer des négociations directes avec les pirates (Sipa, photo prise le 18 octobre 2008)

Le capitaine du cargo ukrainien Faina, chargé d'équipement militaire et aux mains de pirates somaliens depuis le 25 septembre, a supplié lundi 12 janvier le propriétaire du bateau d'entamer des négociations directes avec les pirates. Le Faina transporte notamment 33 chars d'assaut T-72, des lance-roquettes, des batteries anti-aériennes et d'importants stocks de munitions, destinée à la modernisation des forces armées kenyanes.

Aucun contact direct

Vladimir Nikolsky, interrogé ce week-end par téléphone satellitaire depuis Nairobi, a expliqué qu'aucun contact direct n'avait pour le moment été établi entre le propriétaire israélien du bateau et le chef des pirates. Il a ainsi estimé "que Vadim Alperin, le vrai propriétaire du bateau, ne connaît pas la situation exacte... Je pense que son représentant lui cache des informations".

Le capitaine du Faina Vladimir Kolobkov est décédé fin septembre, vraisemblablement d'une crise d'hypertension et son second, Vladimir Nikolsky, avait alors pris le commandement du navire.

"Le chef des pirates Mohammed Abdi est prêt à entrer en contact avec le propriétaire du bateau et refuse à présent toute discussion avec une autre partie", a précisé le capitaine.

Il a ajouté que l'équipage, deux Russes, 17 Ukrainiens et un Letton, ont été correctement traités par les pirates mais commençaient à pâtir de plus de trois mois de captivité.

"Ils restent dans une petite pièce sans bouger et sans exercice physique... La moitié de l'équipage est malade et l'autre va devenir folle", a-t-il assuré.

Une action respectant le droit international

La résolution 1816 du Conseil de sécurité des Nations unies, adoptée le 2 juin dernier, permet l'entrée de navires de guerre pour traquer des pirates dans les eaux somaliennes, habilitant les Etats impliqués à "recourir à tous les moyens nécessaires" pour mener à bien cette action, tout en respectant "les dispositions du droit international concernant les actions en haute mer".

Par ailleurs, au travers de la résolution 1838, également adoptée en juin, le Conseil de sécurité avait appelé les Etats à agir en employant les "moyens nécessaires" contre la piraterie au large de la Somalie, "en particulier en déployant des navires et des avions militaires".

20 millions de dollars

Le 8 octobre, Moses Wetangula, le ministre kényan des Affaires étrangères, s'était déclaré hostile à des négociations avec les pirates :"Nous n'allons pas entamer des discussions avec ces criminels internationaux car cela favoriserait la culture de l'impunité et c'est pourquoi nous sommes opposés au versement d'une rançon". Les pirates réclament 20 millions de dollars pour relâcher le cargo.

_________________________ 6 - Mer et Marine (12/01/09)

Sirius Star : Rançon parachutée, supertanker libéré et pirates noyés


Parachutage de la rançon sur le Sirius Star
crédits : US NAVY

Image étonnante et très rare de ce conteneur parachuté le 9 janvier sur le pétrolier Sirius Star, détourné le 15 novembre par des pirates somaliens. Largué par un petit avion sur le supertanker mouillé devant Harardere, à 300 km au nord de Mogadiscio, le conteneur renfermait la rançon nécessaire à la libération du navire et son équipage. Réclamant initialement 25 millions de dollars, les pirates n'auraient obtenu que 3 millions, mais cette rançon a été jugée suffisante pour relâcher vendredi le Sirius Star et ses 25 marins. L'affaire se serait toutefois mal terminée pour cinq pirates, qui se seraient noyés avec une partie du butin.

L'embarcation rapide sur laquelle ils avaient pris place a, semble-t-il, chaviré, alors que les pirates tentaient de quitter rapidement la zone pour ne pas être interceptés par les navires militaires présents dans le secteur.

Long de 332 mètres pour une largeur de 58 mètres, le Sirius Star, affichant 318.000 tonnes de port en lourd, a été livré en mars 2008 par les chantiers Daewoo à Vela International Marine, filiale du groupe saoudien Aramco.

Transportant l'équivalent de 2 millions de barils de pétrole, le navire avait été capturé le 15 novembre très loin des côtes somaliennes, à 450 nautiques au sud-est de Mombasa (Kenya). Avec cette attaque, qui constitue la plus grosse prise réalisée jusqu'ici, les pirates somaliens avaient démontré leur capacité à intervenir très loin de leurs bases. Pour y parvenir, certains groupes utilisent des « bateaux-mères », chalutiers ou remorqueurs eux-mêmes détournés et servant de bases flottantes à long rayon d'action.

_________________________ 5 - XINHUA (11/01/09)

Somalie : cinq pirates se noient avec une partie de la ranson

Cinq pirates se seraient noyés après que leur bateau a chaviré au large des côtes somaliennes, selon des informations reçues à Nairobi samedi.

L'incident a eu lieu lorsque ces pirates somaliens rejoignaient la côte en évacuant le superpétrolier saoudien Sirius Star, qu'ils avaient détourné et détenu depuis le 15 novembre.

Les pirates ont libéré vendredi Sirius Star, après avoir obtenu le paiement d'une somme qui avoisinerait 3 millions de dollars. Une partie de la rançon serait sur le bateau accidenté.

Le Sirius Star a été détourné à 780km environ au large de la Somalie dans l'Océan indien ayant à son bord 25 membres de l'équipage. C'est le plus grand bateau détourné par les pirates sur le long de la côte est-africaine.

Par ailleurs, le navire baptisé "Delight", cargo iranien chargé de 36.000 tonnes de blé, détourné le 18 novembre, a été libéré vendredi soir, d'après la presse iranienne, qui n'a pas mentionné si une rançon a été payée pour la libération du navire.

_________________________ 4 - XINHUA (11/01/09)

Arrivée à Paris de deux volontaires de Médecins du Monde enlevés en Ethiopie

Deux volontaires de Médecins du Monde (MDM) enlevés en Ethiopie puis libérés par des hommes armés sont arrivés samedi matin à Paris, a annoncé l'ONG lors d'une conférence de presse.

Keiko Akahane, docteur japonaise de 32 ans, et Willem Sools, infirmier néerlandais de 27 ans, ont été enlevés le 22 septembre 2008 en Ethiopie. Ils ont rapidement été emmenés en Somalie où ils sont restés pendant 108 jours, a fait savoir le président de l'organisation, Pierre Micheletti, lors de la conférence en présence des deux volontaire.

Il n'y a pas eu de rançon ni de transaction financière ni de la part de MDM ni des gouvernements, a-t-il souligné, tout en exprimant son remerciment vis-à-vis de "tous ceux qui ont oeuvré à cette libération".

Il a également rappelé que des volontaires de plusieurs associations humanitaires étaient toujours retenus en Somalie.

"Nous soutenons les associations concernées et demandons la libération rapide des personnes encore retenues. L'enlèvement de Keiko et de Willem comme de tout acteur humanitaire est incompréhensible, illogique et inacceptable", a indiqué M. Micheletti.

Les deux volontaires ont fait part de leur bonheur et soulagement après cette libération.

"J'ai enfin retrouvé ma famille, c'était très émouvant, j'en ai rêvé pendant ces 108 jours de détention", a déclaré Mme Akahane.

M. Sools a de son côté exprimé sa volonté de poursuivre sa carrière malgré cette expérience désagréable.

"Cet événement n'a pas entamé ma détermination, je n'ai pas renoncé à travailler dans le secteur du développement", a-t-il indiqué.

_________________________ 3 - TSR (Suisse) (10/01/09)

Fret maritime plus cher pour cause de piraterie

Les sociétés maritimes réagissent à la piraterie au large de la Somalie en taxant davantage les containers. Selon une entreprise de transports bernoise, la plupart d'entre elles vont appliquer cette hausse immédiatement.

Les clients devront débourser 25 dollars de plus pour un container d'une taille de 20 pieds voyageant entre l'Asie et l'Europe, a indiqué Stefan Zingg de l'entreprise de transports bernoise SJZ Transglobal SA samedi. Le surcoût grimpe à 50 dollars pour un container de 40 pieds.

Répercussion des coûts sur les clients

Le transport d'un container de Shanghai et l'Europe coûte, sans cette nouvelle taxe, respectivement quelque 800 et 1150 dollars, selon Stefan Zingg. Pour les entreprises qui transportent une grande quantité de containers entre l'Europe et l'Asie, cette surtaxe va coûter cher, a poursuivi le Bernois.

Les sociétés maritimes veulent couvrir les frais supplémentaires provoqués par l'augmentation des attaques des pirates au large de la Somalie. Ces sociétés n'ont pas précisés quelles mesures concrètes elles entendent prendre, a indiqué Stefan Zingg.

Cette surtaxe va vraisemblablement servir à financer la hausse des primes d'assurance, à l'armement ou l'engagement de service de sécurité, toujours selon le Bernois. Les sociétés maritimes veulent aussi être en mesure de se retourner en cas de retard, de demandes de rançons ou de la perte d'un bateau.

Proposition du Conseil fédéral attendue

Depuis des mois, les eaux proches de la Somalie regorgent de pirates.

Certains pays protègent déjà leurs bateaux commerciaux par leur flotte militaire.

La Suisse réfléchit aussi à une solution. Une proposition du Conseil fédéral est attendue mercredi prochain.

__________________________ 2 - Romandie News avec AFP (10/01/09)

Le Sirius Star en train de quitter les eaux somaliennes

Le superpétrolier saoudien Sirius Star quittait samedi les eaux de la Somalie après avoir été libéré la veille par des pirates somaliens qui l'avaient retenu avec son équipage pendant deux mois, a déclaré le ministre saoudien du pétrole Ali al-Nouaïmi.

Le Sirius Star, qui appartient à Vela International Marine, filiale de transport maritime de la compagnie nationale saoudienne d'hydrocarbures Aramco, "fait actuellement route pour quitter les eaux territoriales somaliennes", a-t-il dit.

Vela avait auparavant confirmé la libération du bateau et affirmé que ses 25 membres d'équipage étaient en bonne santé.

Aucune indication en revanche n'a été fournie sur une éventuelle rançon que les pirates auraient touchée et qui, selon des informations non confirmées, serait de l'ordre de 3 millions de dollars.

"Je ne peux pas commenter ce genre d'informations", a déclaré un porte-parole de Vela, interrogé par l'AFP.

Dans un bref communiqué mis en ligne sur son site internet, Vela écrit que "le Sirius Star, avec tous ses membres d'équipage, ont été relâchés par leurs ravisseurs".

"Nous sommes très soulagés (...) que tous les membres d'équipage soient en bonne santé et qu'ils aient un bon moral", a déclaré le président de Vela, Saleh Kaaki, assurant leurs familles qu'ils "seront bientôt de retour chez eux".

"Durant cette épreuve, notre seul objectif était la sécurité et le retour rapide des membres d'équipage", a ajouté M. Kaaki dans le communiqué.

Cité par l'agence officielle saoudienne Spa, M. Nouaïmi a ajouté que "les informations confirment que tous les membres d'équipage du pétrolier se portent bien".

Vendredi, les pirates somaliens avaient annoncé avoir libéré le Sirius Star et tous ses membres d'équipage qu'ils détenaient depuis le 15 novembre.

Les pirates avaient réclamé le 19 novembre 25 millions de dollars pour relâcher le bateau mais avaient ensuite réduit leurs exigences financières.

Des sources proches des négociations avaient état vendredi du versement de trois millions de dollars à un groupe de pirates à terre jeudi.

L'équipage du Sirius Star est composé de 25 marins: deux Britanniques, deux Polonais, un Croate, un Saoudien, et 19 Philippins.

Le superpétrolier, lancé en 2008 et d'une valeur de 150 millions de dollars, était chargé de deux millions de barils de brut, une cargaison estimée à l'époque de sa capture à 100 millions de dollars.

Le bateau était ancré devant Harardhere, petit port devenu l'un des principaux repaires des bandits des mers.

La capture du Sirius Star, long de 330 mètres, est l'opération de piraterie la plus spectaculaire menée à ce jour au large de la Somalie.

Le pétrolier croisait dans l'océan Indien à 890 km au sud-est de Mogadiscio lorsqu'il avait été pris en chasse par deux embarcations de pirates.

La prise du Sirius Star et l'augmentation des actes de piraterie ont précipité le déploiement d'imposantes forces navales étrangères au large de la Somalie.

Six pirates somaliens sont morts noyés vendredi en évacuant le superpétrolier, a déclaré samedi à l'AFP leur chef, Mohamed Said.

Leur embarcation a chaviré après la libération du navire, les pirates navigant à grande vitesse de peur d'être pris en chasse par la coalition internationale anti-piraterie, a-t-il expliqué joint au téléphone.

____________________________ 1 - Le Figaro avec AFP (10/01/09)

Somalie: un cargo iranien relâché

Des pirates somaliens ont relâché un cargo iranien battant pavillon de Hong-Kong qui avait été capturé en novembre dans le golfe d'Aden, a rapporté la radio nationale iranienne.

La cellule de crise de la compagnie Islamic Republic of Iran Shipping Lines (IRISL) a précisé que le Delight avait été libéré vendredi soir et faisait route vers l'Iran avec ses 25 membres d'équipage sains et saufs, a ajouté la radio qui n'a pas précisé si une rançon avait été payée ou non.

Le Delight, chargé de 36.000 tonnes de blé, avait été attaqué le 18 novembre par des pirates alors qu'il se dirigeait vers le port iranien de Bandar Abbas.

L'Iran avait payé une rançon en octobre pour récupérer un navire marchand iranien dont des pirates s'étaient emparés en août au large de la Somalie.

Plus de cent navires ont été attaqués en 2008 par les pirates somaliens, qui auraient perçu des rançons d'un montant total de quelque 120 millions de dollars.

Leur plus belle prise, le super pétrolier saoudien Sirius Star, a été libéré vendredi après avoir été capturé en novembre.

Ces actes de piraterie ont précipité le déploiement d'imposantes forces navales étrangères au large de la Somalie.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.