ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


04/03/09 (B488) Le journal de la Flibuste ... Un nouveau pays envoie sa marine dans le Golfe : la Corée du Sud. On passe progressivement des informations sur l'arraisonnement de navires à des informations sur l'arrestation des pirates ... (6 articles en Français)

______________________ 6 - Portail des sous-marins

La marine sud-coréenne va envoyer un navire pour combattre la piraterie Somalie

Par Rédacteur en chef.

Une mission navale sud-coréenne de lutte contre la piraterie a été mise en place mardi, après qu’une motion autorisant un déploiement au large de la Somalie ait été approuvée la veille par l’Assemblée Nationale, a annoncé la marine sud-coréenne.

Après des jours d’entraînement au large de Busan, le bâtiment, baptisé Cheonghae, sera envoyé dans les eaux de la Somalie dès la mi-mars, a indiqué la marine dans un communiqué.

L’envoi d’un bâtiment de guerre au large de la Somalie constituera la première mission de combat à l’étranger de la marine sud-coréenne. Celle-ci a confiance dans ses capacités de lutte contre la piraterie, basées sur des compétences de combat rapproché accrues par des décennies d’exercice destinés à repousser les navires nord-coréens.

Le Cheonghae est un destroyer KDX-II de 4.500 t, commandé par le Cmdr. Jang Sung-woo. Il est équipé d’un hélicoptère Lynx. Son équipage se compose de 300 marins dont 30 membres des forces spéciales UDT/SEAL, selon le communiqué.

UDT fait référence aux Underwater Demolition Teams (équipes de démolition sous-marine), pendant que SEAL signifie Sea, Air and Land, c’est à dire les forces spéciales utilisées pour la reconnaissance, la guerre non conventionnelle et les opérations de lutte anti-terroriste.

Le destroyer KDX-II est équipé d’un canon de 127 mm Mk. 45, de missiles anti-navires Harpoon, de missiles anti-aériens RAM Mk 31, d’un système Goalkeeper de 30 mm pour détruire les missiles à vol rasant.

Le bâtiment coréen se concentrera sur l’escorte des navires de commerce sud-coréens afin de protéger les intérêts économiques du pays, mais il effectuera aussi des opérations pour surveiller, inspecter, stopper et arraisonner des navires pirates, en utilisant la force si nécessaire, en coopération avec la Combined Task Force-150.

Les pays actuellement participant à la CTF-150 sont les Etats-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, le Danemark, la France, l’Allemagne et le Pakistan. Des navires russes, indiens et chinois sont aussi présents sur zone.

La task force est responsable de la sécurité maritime depuis la mer Rouge, le long des côtes est africaines, et en mer d’Arabie vers le Pakistan et l’Inde.

______________________ 5 - Mer et Marine

Somalie : Cargaison humanitaire sous escorte française

La frégate française Floréal vient d'assurer l'escorte du Victoria, navire du programme alimentaire mondial (PAM) battant pavillon jordanien, depuis Mombasa (Kenya) vers Mogadiscio (Somalie). Le Victoria a ensuite été pris en charge par l'AMISOM au large du port somalien. Plus de 4000 tonnes d'aide alimentaire seront déchargées au profit des populations déplacées en Somalie.

C'est le troisième cargo affrété par le PAM qu'un navire français escorte depuis le 17 décembre dernier, date de leur intégration dans la force Atalante de lutte contre la piraterie.

Depuis le début de l'opération européenne, 51 navires ont été escortés sans incident, ce qui a permis de délivrer plus de 120.000 tonnes de nourriture. Dès le mois de novembre 2007, la France avait mis en place le 1er dispositif d'accompagnement des navires du programme alimentaire mondial (mission Alcyon ) chargés d'acheminer du fret humanitaire vers la Somalie.

___________________ 4 - Romandie News avec AFP

La Marine allemande a annoncé mardi avoir capturé neuf pirates qui attaquaient un cargo au large de la Somalie.

L'incident s'est produit dans la matinée après qu'un bâtiment de la Marine a reçu un appel de détresse du cargo MV Courier dans le Golfe d'Aden, selon un communiqué du ministère de la Défense.

Un hélicoptère allemand, en provenance de la frégate Rheinland-Pfaltz, et un hélicoptère américain, dépêché par le croiseur lance-missiles USS Monterey, ont mis fin à l'attaque des pirates qui avaient ouvert le feu sur le cargo avec des armes automatiques et des lance-grenades.

Le navire des pirates a été capturé, ainsi que les neuf hommes qui se trouvaient à son bord. Ceux-ci ont été emmenés à bord de la frégate allemande.

Le cargo attaqué battait pavillon d'Antigua et Barbuda, dans les Antilles, mais appartient à l'armateur allemand Gebr. Winter.

La frégate allemande participait à l'opération européenne de lutte contre les pirates Atalante.

La semaine dernière, la Marine chinoise avait déjoué une attaque contre un bateau italien, battant pavillon du Liberia.

Les attaques contre la marine marchande se sont multipliées ces derniers mois dans cette région stratégique par laquelle transite 20% du pétrole commercialisé.

Depuis le début de l'année, près de 24 tentatives d'attaque ont été enregistrées contre des navires marchands. Dans trois cas, les pirates ont réussi à s'emparer des bâtiments qu'ils relâchent en échange de rançons.

En 2008, quelque 140 navires ont été attaqués au large de la Somalie, et le nombre des actes de piraterie dans la région a augmenté de près de 200% par rapport à 2007, selon le Bureau maritime mondial.

___________________ 3 - Organisation de la Presse africaine (Suisse)

SOURCE : US Department of State

La poursuite en justice des pirates africains / La collecte d’éléments de preuve est essentielle à cet égard

Les pirates qui s’attaquent aux navires au large de l’Afrique n’auront plus carte blanche car la communauté internationale a décidé de les arrêter et de les traduire en justice.

Un nombre croissant d’entre eux sont capturés; parfois ils sont pris sur le fait, d’autres fois ils sont découverts en possession d’objets qui peuvent devenir des pièces à conviction. Il est possible de traduire en justice des pirates si on les observe en train d’aborder un navire ou s’ils se trouvent dans une embarcation avec des armes telles que des grenades propulsées par fusée. Des drones équipés de dispositifs de vision nocturne ont fourni récemment les preuves nécessaires en ce qui concerne l’attirail de pirates pour que la marine militaire des États-Unis puisse appréhender 9 pirates dans le golfe d’Aden le 12 février.

Lorsqu’ils sont arrêtés par des navires de patrouille, les pirates sont incarcérés à titre temporaire dans la soute du navire, puis transférés dans un pays désireux de les traduire en justice.

On espère que la menace d’un long procès et d’une longue peine de prison dissuadera un grand nombre d’entre eux de poursuivre leurs activités en toute impunité, comme ce fut le cas l’an dernier.

En 2008, on a recensé 115 actes de piraterie au large de l’Afrique. En 2009, il y en a déjà eu plus d’une dizaine. En outre, les pirates détiennent en otage depuis l’an dernier une centaine de membres d’équipage de la marine marchande de pays tels que l’Inde, la Grèce, les Philippines et l’Ukraine.

Parmi les pays qui ont décidé de traduire les pirates en justice figurent la France, le Danemark et le Kénya.

La France a arrêté en avril 2008 plusieurs pirates dans le territoire de la Somalie, lors d’un raid destiné à libérer des otages, et elle les poursuit actuellement en justice.

Plus récemment, la marine militaire danoise a capturé plusieurs pirates en mer et les a envoyés aux Pays-Bas, où ils font actuellement l’objet d’un procès et où ils risquent d’être condamnés à douze ans de prison.

Quant au Kénya, il a déjà acquis une expérience en matière de poursuite en justice des pirates. En vertu d’un accord récent, il doit jouer un rôle accru dans ce domaine.

Le droit international définit la piraterie comme tout acte illicite de violence ou de détention ou toute déprédation commis par l’équipage ou des passagers d’un navire privé, agissant à des fins privées, et dirigé contre un autre navire ou contre des personnes ou des biens à son bord, en haute mer.

Plusieurs documents juridiques ont trait à la piraterie, notamment la convention de 1958 sur la haute mer, la convention de 1982 sur le droit de la mer et la convention de 1988 sur la répression d’actes illicites contre la sécurité de la navigation maritime à laquelle trois quarts des pays du monde ont adhéré.

Toutefois, des accords récents ont rendu plus stricte la répression de la piraterie. En janvier dernier, un groupe d’États africains ont signé à Djibouti un accord régional relatif à un code de conduite en matière de piraterie. Parmi les premiers signataires figurent Djibouti, l’Éthiopie, le Kénya, Madagascar, les Maldives, les Seychelles, la Somalie, la Tanzanie et le Yémen. Destiné à réprimer les actes de piraterie dirigés contre des navires naviguant au large de la Somalie et dans le golfe d’Aden, cet accord reste ouvert à la signature de tous les autres pays intéressés de cette partie du monde.

Tout signataire s’engage à réviser son droit afin de faire en sorte qu’il criminalise la piraterie et les actes connexes et qu’il prévoie des directives suffisantes en matière d’investigation et de poursuite en justice.

Selon le chef du service du droit maritime et international du service des gardes-côtes des États-Unis, le capitaine Charles Michel, les pays désireux de combattre la piraterie doivent avoir adopté les lois nécessaires pour mener à bien la traduction en justice et être désireux de les appliquer.

Aux États-Unis, le Conseil national de la sécurité, qui relève de la présidence, a publié un plan d’action contre la piraterie pour la Corne de l’Afrique peu de temps avant la fin du mandat du président Bush. Ce plan d’action porte sur la prévention et sur la réaction aux attaques ainsi que sur la négociation d’accords facilitant la traduction en justice des pirates.

En outre, les États-Unis et le Kénya ont signé un mémorandum d’accord (tout comme l’ont fait le Royaume-Uni et le Kénya) en janvier. En vertu de cet accord, la marine militaire des États-Unis peut transférer au Kénya des pirates capturés, aux fins de traduction en justice. Le Kénya peut alors choisir entre juger les pirates ou les extrader (vers le pays d’origine de ces derniers ou vers le pays pour lequel le navire capturé naviguait sous pavillon).

L’introduction d’une instance

Le capitaine Michel a fait remarquer que l’introduction d’une instance pouvait être très complexe étant donné le grand nombre d’intéressés dans toute affaire. Ceux-ci peuvent comprendre, par exemple, des pirates somaliens, du personnel militaire américain, des membres d’équipage philippins et des juges kényans. Des juristes estiment aussi que, pour que les nouveaux accords sur la piraterie aient des effets, il est essentiel que l’on recueille les éléments de preuve matériels et vidéo admis par la justice kényane.

Selon le capitaine Michel, les formalités juridiques peuvent être très lourdes. Dans le cas d’une traduction en justice au Kénya, le personnel de la marine militaire des États-Unis qui a capturé des pirates doit arranger leur transfert au Kénya. Les Kényans doivent alors décider où les héberger pendant l’instruction de l’instance. Il est aussi nécessaire de convoquer les témoins, de recueillir leur déposition et de faire toutes sortes de travaux préparatoires avant le début du procès.

Les États-Unis sont convenus de contribuer à l’organisation des futurs procès en transportant au Kénya les victimes de pirates ou de mettre à la disposition des tribunaux comme témoins des membres de la marine militaire ou du service des gardes-côtes faisant partie des équipes d’abordage. Le service des gardes-côtes des États-Unis a affecté des membres de son personnel à un groupe spécial de la marine militaire qui est chargé de former les membres des équipes d’abordage aux meilleures méthodes de collecte d’éléments de preuve.

Le service d’investigation pénale de la marine militaire des États-Unis joue également un rôle à cet égard. Certains de ses agents interrogent les suspects et les témoins et coordonnent leur action avec des juristes et avec des organismes chargés de l’application du droit international.

La communauté internationale s’est engagée à incarcérer autant de pirates que possible afin de dissuader d’autres personnes de suivre leurs traces. Outre les éléments de preuve recueillis pour les 9 pirates capturés par la marine militaire des États-Unis le 12 février, il en existe suffisamment d’autres pour transférer au Kénya plusieurs autres pirates arrêtés un jour plus tôt, aux fins de leur traduction en justice conformément au nouvel accord bilatéral.

_____________________________ 2 - AngolaPress

La marine de guerre américaine libère neuf Somaliens soupçonnés de piraterie

La Ve Flotte américaine a annoncé mardi avoir libéré neuf Somaliens qu'elle soupçonnait de piraterie après avoir constaté ne pas disposer de suffisamment de preuves pour les poursuivre en justice.

Les neuf Somaliens ont été arrêtés le 12 février après un appel de détresse d'un cargo battant pavillon indien, le Premdivya, qui indiquait faire l'objet d'une attaque dans le golfe d'Aden, a indiqué la Ve Flotte basée à Bahreïn, dans un communiqué.

Ces Somaliens ont été arrêtés près du navire indien et des armes ont été trouvés dans leur embarcation, mais en l'absence de preuves formelles contre eux, ils ont été remis aux gardes-côtes de la région autoproclamée autonome de Puntland (nord-est de la Somalie).

Sept autres Somaliens accusés d'actes de piraterie restent entre les mains de la marine de guerre américaine, selon le communiqué.

Plus de cent navires de commerce ont été attaqués en 2008 par des pirates dans le golfe d'Aden et au large de la Somalie. La marine de guerre américaine participe avec de nombreuses autres marines à la lutte contre les actes de piraterie dans cette zone.

_____________________________ 1 - Portail des sous-marins

Maintenir la sécurité sur les mers

Par Rédacteur en chef.

La coopération militaire entre la France et le Pakistan se poursuit depuis plus de 40 ans. Elle a reçu un coup d’accélération lorsque le bâtiment de ravitaillement Var a accosté à Keamari, près de Karachi. A bord se trouvait le vice-amiral Gérard Valin, commandant la zone maritime de l’océan Indien.

L’amiral Valin, qui assistait à une réception au Consulat de France, a indiqué que l’armée française était engagée par les accords conclus avec le Pakistan, et désirait étendre la coopération militaire entre les 2 pays.

La coopération entre la France et le Pakistan remonte à longtemps avant l’indépendance, lorsque des troupes de la région ont participé à la 2nde Guerre Mondiale. Depuis la création du Pakistan, les relations ont connu une forte augmentation avec des projets comme la vente de Mirage à l’armée de l’air pakistanaise et, plus récemment, la collaboration pour la construction des sous-marins Agosta 90B.

Le vice-amiral Valin commande les forces françaises dans le théâtre de l’océan Indien. Celui-ci s’étend de la Méditerranée à la côte est de l’Afrique jusqu’en Antarctique, depuis Djibouti jusqu’à Shanghai, et de l’Antarctique jusqu’aux Philippines. L’amiral Valin a un total de 11 bâtiments sous son commandement dont un porte-hélicoptères, un navire de ravitaillement, un sous-marin nucléaire d’attaque, 2 chasseurs de mines et 6 frégates. Deplus, il dispose des services d’un avion de patrouille maritime basé à Djibouti. Un commando marine est aussi basé à Djibouti en attente.

Sous son commandement, la marine nationale a participé avec les forces américaines à l’opération Enduring Freedom. De plus, des ressources importantes sont consacrées à la lutte contre la piraterie et à l’escorte de navires vers des zones sûres. En décembre 2008, l’Union Européenne a créé une task-force commune pour combattre la piraterie au large de la Somalie. Elle comprend actuellement des bâtiments de Grande-Bretagne, Allemagne, Pays-Bas, Grèce (qui commande actuellement la task group), Espagne, Suède et Italie. Cette task-force a capturé 57 pirates l’an dernier et les opérations se poursuivent.

Même avec toutes ces préoccupations, les Français n’oublient pas leurs responsabilités envers leurs alliés. L’an dernier, ils ont effectué quelques exercices avec le Pakistan. Un a eu lieu en janvier dernier et un autre est prévu d’ici la fin de l’année.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.