ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


14/04/09 (B494) FreeDjibouti -> LA RTD : LA TELE DE LA HONTE

Incompétence, ignorance, complaisance ou refus de voir l’évolution du monde, la RTD est une télévision publique qui refuse de faire de la télévision.

Télévision du palais présidentiel, des séminaires ou des colloques, la RTD assassine constamment la compétence des journalistes en les réduisant à d’abominables griots.

L’élection de Guelleh à la tête du pays a aggravé la situation. La RTD est incontestablement devenue la télévision du Président. Ce dernier et ses acolytes y passent le clair de leur temps à endormir les populations avec des déclarations purement propagandistes. Normalement créée pour servir le public, la télévision nationale djiboutienne a complètement failli à sa mission. Du jingle au contenu du Journal Télévisé, en passant par le décor ou encore le nœud de la cravate du présentateur, tout dégage des relents des années 90.

Aujourd’hui sur l’Internet, la RTD se révèle comme une honte nationale vendue à l’international. Regard critique sur une télévision publique en pleine déconfiture.

La plupart des Djiboutiens, du moins ceux qui s’y connaissaient un peu en Télé ont trop vite fait de penser qu’avec l'avènement du régime dit de «changement», on allait en finir avec les vieilles méthodes de la télévision d’Etat. Mais c’était mal connaître IOG et ses méthodes dictatoriales.

La situation n'a fait que s’aggraver.

Le régime a changé, mais à la RTD, on a continué à appliquer les vieilles recettes classiques : «on prend les mêmes et on recommence». Aujourd'hui, il est désolant, déplorable, à la limite révoltant de voir que la RTD ne diffuse aucune émission digne du nom qui va dans le sens de sensibiliser les Djiboutiens aux problèmes de corruption, de laxisme, de malhonnêteté, de médiocrité, de gaspillage. Bref une télé responsable qui assume ses responsabilités et qui sensibilise la population sur les risques et les dangers du je-m’en-foutisme qui les gangrènent le système tout entier.

On note une absence notoire d'émissions de débats d'intellectuels sur les questions de société, de politique, sur la bonne gouvernance, sur le civisme. Pourquoi ne pas inviter des intellectuels au Journal Télévisé (pas toujours sur le plateau mais ils peuvent être interrogés en direct depuis un lieu public, un restaurant ou à leur domicile) ?

En fait, la RTD devrait être le temple, l'agora où tous les problèmes de la société djiboutienne sont débattus, notamment ceux qui ont trait au développement, au progrès social, à la cohésion nationale, à l'intégrité et surtout au patriotisme.

Qu’est-ce qu’un budget gouvernemental ? Quels sont ses impacts sur la population ? Quelles sont les maladies les plus répandues dans la population ?

La RTD devrait être une télévision à travers laquelle on comprend mieux les choses. Elle devrait informer et sensibiliser la population qui n'a pas encore atteint un certain niveau d'analyse et de compréhension des effets pervers et dangereux des maux qui minent notre société.

C'est aussi par elle que doivent s'exprimer les masses, c'est par elle que les gouvernants peuvent voir ce que la population pense de leur façon de gérer les affaires du pays et ce qu'elle ressent quand les choses ne vont pas bien ou si leur politique sociale a été efficace ou non.

En fait, la RTD devrait jouer son rôle de quatrième pouvoir en critiquant et en montrant la voie du succès au gouvernement.

Mais malheureusement ce n'est pas le cas : à la RTD, on ne donne jamais la parole ni aux populations ni aux intellectuels crédibles. Cela ne plaît pas, ou du moins cela n'arrange pas le Président. Les journalistes et animateurs ont depuis longtemps jeté le froc aux orties et se sont transformés en complices et en talentueux relayeurs de la démagogie et des manigances politiciennes. Il n’y a qu’à suivre de près le Journal Télévisé pour s’en rendre compte.

Comment comprendre qu’une télévision publique puisse sciemment rompre avec la déontologie professionnelle pour épouser une inélégance avachie derrière laquelle se cache toute une panoplie de dérives, de désinformation, d’incompétence et de désorientation de la population ?

On nous balance à répétition de la musique et des chansons à la solde de Guelleh ou des films étrangers. Quelqu'un disait la dernière fois que c'est parce que les Djiboutiens aiment les films étrangers et la musique. Bien sûr qu’ils les aiment ; mais c'est parce qu'on les a forcés à les aimer en ne leur donnant pas la chance de voir autre chose !

Ce que l'on constate depuis des années, c'est une RTD qui passe tout le Journal Télévisé à diffuser les images d'une seule personne et de ses acolytes qui n’ont d’autres soucis que de se faire de la publicité et de se partager impunément, l’argent du contribuable djiboutien.

Si l'on s’en tient à ce qui se passe quotidiennement, on dira simplement que notre télévision est devenue le lieu par excellence où les démons viennent faire étalage de leurs discours laudatif envers le patriarche président en vue d’une éventuelle promotion dans l’escarcelle gouvernementale. En un mot l’actualité, dans la version de la télévision djiboutienne, se résume en la tragi-comédie institutionnelle, où Guelleh, dans son costume de marchand d'illusion, fait défiler ses ministres et ses alliés politiques par intérêt pour sauver les apparences d'un pays qu’il mène droit vers le chaos.

Les opposants n’ont jamais le droit à la parole comme leur en donnent droit la démocratie et l'éthique républicaine.

Ainsi les journalistes se sont-ils laissés enfermés dans un cercle vicieux de média d'état qui n'est là que pour servir le Président et ses collaborateurs, faisant ainsi fi de leurs missions premières qui sont ceux d'informer juste et d'éduquer.

Il est rarissime de voir à la RTD des reportages ou enquêtes sur les difficultés quotidiennes de la population : la semaine dernière par exemple, pendant que la télévision nous passait en boucle les interminables séminaires, les «activités du chef de l’Etat» ainsi que les «activités du Président de l’assemblée nationale» (termes inventés par les responsables de la RTD pour faire croire aux Djiboutiens que ces derniers travaillent pour eux), la radio nationale nous informait concrètement qu’il avait une grosse pénurie de sang dans les centres hospitaliers djiboutiens. Il faut désormais arrêter de croire que la télévision publique djiboutienne est financée par le gouvernement.

La télévision nationale est en fait financée par nous tous !

C’est inacceptable ce qu’elle nous sert en retour. On ne peut pas dire qu’on fait de la télé et ne pas pouvoir faire une enquête sur la pénurie de sang dans les hôpitaux djiboutiens. Il s’agit d’un sujet public majeur à côté duquel la télévision est passée sans souci. Les responsables de la RTD tiennent trop à leur fauteuil pour résister au Président de la République. Tous ceux qui ont manifesté des intentions contraires à la volonté du chef de l’Etat, ont été remerciés ou éjectés de leur poste de responsabilité. Beaucoup de journalistes qui n'avaient jadis accepté qu'à contrecœur les conditions nouvelles de la République démocratique, ne se sont pas fait prier pour collaborer avec le nouveau régime afin de préserver leur gagne-pain.

la RTD a finalement un site Internet mais il suffit de faire une comparaison pour se rendre compte que le site est le plus grotesque de l’Afrique de l’est.. C’est un site sans vie, sans contenue et sans ergonomie. Il faut parfois même avoir de la chance pour y accéder. Quel gâchis !

A regarder la RTD, on a parfois honte.

On n’a pas toujours l’impression qu’il y a même un téléprompteur. Entre la lecture complète du communiqué de la présidence ou du ministère et la lecture classique de lancements, on ne se trouve jamais.

Tout le monde sait maintenant que l’objectif de Guelleh et de ceux qui l’entourent, c’est d’asseoir un régime, un Etat reposant sur une puissante télévision de propagande. C'est ce que René Balmé décrit en ces termes «Aujourd’hui, les dictatures n’ont pas à avoir recours à la torture, aux exécutions sommaires ou à l’emprisonnement de masse. Elles ont les médias, suffisamment aguerris et entraînés pour laver les cerveaux et leur distiller soigneusement, méthodiquement et quotidiennement le prêt à penser qui fera de chaque citoyen l’électeur modèle formaté pour reconduire, reproduire, malgré lui, le modèle.»

On voit ainsi se succéder au jour le jour, avec une inquiétude sans nom, des journalistes pervertis (pas besoin de citer leurs noms. Tout le monde les connaît et tous se reconnaîtront à travers ces lignes), versant dans le griotisme ou la passivité totale, sans effort d'analyse transcendantale qui aurait pu leur permettre de laisser transparaître qu'ils ne sont pas que des moutons de panurge.

A cela s'ajoute le fait que les images dont on nous gave au JT ne sont que des images crues, tronquées des chaînes étrangères, sans filtre, sans effort de réécriture et d'analyse. Mais qu’on ne s’y trompe pas : Il y a certes dans cette boite à images d’IOG quelques journalistes honnêtes et intelligents qui font sérieusement leur travail, mais ils payeront toujours pour les pourris.

Avec le salaire insignifiant dont ils bénéficient, les jeunes journalistes et les techniciens de la RTD sont toujours réticents à faire des reportages pour lesquels, il n’y a pas de rémunération (per diem) sauf les quelques billets donnés par les responsables qui ont demandé une couverture médiatique pour valoriser leur action personnelle.

C’est pour la plupart, une journée financièrement perdue et on ne peut que les comprendre. Cette mentalité a franchement tué en eux tout esprit de créativité et d’innovation. On nous bourre la tête avec le mot «changement» à longueur de JT mais le medium par lequel passe le message, ne veut jamais s’aventurer à expérimenter le changement. Il est impossible aujourd’hui de convaincre les Djiboutiens que la RTD n’y arrive pas parce qu’elle n’en a pas les moyens.

On ne fait pas de la télévision quand on n’en a pas les moyens. Il va donc falloir fermer boutique.

Shame on you !

FreeDjibouti
freedjibouti@windowslive.com
http://afraissas.over-blog.com

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.