ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


08/05/09 (B498) FreeDjibouti - > Ce sont les silences des Djiboutiens qui ont créé leurs faiblesses

Ce qui se passe aujourd’hui en Djibouti est très lamentable, pathétique, pitoyable, désastreux, scandaleux, minable, infect, exécrable, abominable. Il manque les mots pour qualifier ces crimes odieux orchestrés aux plus hautes sphères de l’État par les chantres de la « bonne gouvernance », c’est une honte, une infamie, un déshonneur pour qualifier la vénalité dont fait preuve Guelleh et ses mafieux.

Quand prendra fin cette aventure tragique de Djibouti avec Guelleh ? Qui mettra une fin à ce pouvoir gargantuesque, ubuesque, vénal, cruel et tyrannique de Guelleh ?

Alors que les Djiboutiens croupissent dans la misère et la précarité, le pouvoir et ses rejetons organisent des hold-up, pour s’emparer des maigres ressources du pays.

Depuis des décennies, ces abrutis de la « bonne gouvernance » détenteurs d’un bilan catastrophique et d’une pensée médiocre, ont la main basse sur le trésor, les dividendes des recettes du port et de l’aéroport et autres revenus découlant des affaires hideuses qu’ils ont crée ça et là.

Quelles sont les raisons qui motivent ces pratiques indignes, cruelles et malveillantes contre son propre peuple?

Alors que le pays oscille dans un état piteux, le Criminel Guelleh, un homme médiocre, incompétent et cruel ne veut pas entendre la raison, il ne veut pas partir du pouvoir qu’il s’est approprié en 1999, par accident de l’histoire. Il est grand temps de mettre un terme à la crapulerie de IOG et ses laquais.

Les faits historiques sont têtus. Alors que les Djiboutiens refusent d’analyser et de tirer les leçons de cet échec global du pays dans tous les domaines, certains pseudo-intellectuels qui s’arrogent de titres qu’ils n’ont jamais mérité, veulent modifier l'histoire politique du pays en essayant de justifier l’injustifiable, glorifiant le 10 ème anniversaire du pouvoir de Guelleh à la telé de la honte (RTD). Ces actes de « de faux-fuyants » sont le résultat de combinaison de comportement et d’actes d’irresponsabilité et d’incompétence.

Où est « l'homme de cœur », le sauveur de son pays que Guelleh semblez croire faire avaler et croire aux Djiboutiens au lendemain du putsch électorale?

Apres 20 ans de pouvoir (c’est lui qui a dirigé ou co-dirigé le pays pendant les 10 dernières années au pouvoir de Gouled), Guelleh est reconnu pour avoir brillé par une médiocratie à toute épreuve jusqu’à la confiscation des institutions du pays.

L'homme que les Djiboutiens appellent président de la république « psychiatrique » de Djibouti, se considère comme le roi du pays et le gère avec sa famille princière comme une épicerie familiale. La vérité qui est l’amie de la sagesse n'a pas besoin d'animosité pour s'exprimer. Il faut que les Djiboutiens soient plus sages pour savoir faire la différence entre le vrai de l'ivraie.

Le Djibouti du 21e siècle a besoin des constructeurs d'amour et de paix et non de semeur de haine et de promoteur de conflits comme Guelleh. Il suffit de réfléchir au moins une seconde pour se rendre compte de son ambition de servir Satan, le maître de la division. Que Dieu te délivre de l'enfer. Amen. En tout cas les Djiboutiens ne te suivront pas.

Il ne suffit pas d’un expert en économie pour arriver à cette une parfaite analyse du chaos économique dont souffre Djibouti. Djibouti a besoin d'une délivrance spirituelle, morale et intellectuelle de sa population afin que celle-ci soit capable de se prendre en charge en lieu et place de cette politique de la main tendue.

Aucune personne saine sur cette planète ne peut et ne pourra comprendre et expliquer la dimension de la misère et l’impécuniosité dans laquelle vivent les Djiboutiens au regard de toutes les richesses que possède le pays.

L’insurmontable problème de Djibouti est que l’on ne fait que la « politique du ventre », et même à plus de 70 ans, les « Politiciens » ou les « politicards » Djiboutiens ne veulent pas passer le témoin aux jeunes rénovateurs pleins de talents, au risque de perdre les maigres miettes mises à leur disposition par le pouvoir en place.

Le mal de la Djibouti vient de la soif ou de la dépendance que les hommes et les femmes de peu de foi ont vis à vis de l'argent, de la gloire malfaisante et du profit immédiat mal acquis.

L'imbécillité, l'ignorance, la vanité et « l'inhumanisme » aidant, ces « Politichiens » se confortent dans la sauvagerie, la barbarie, la cruauté, le crime tout azimut, la ruse comme seuls moyens d'exprimer leur existence. La volonté d'écraser les autres est la seule réflexion dominante dans la cervelle étroite de ces « Politiciens » qui sont incapables de produire une seule dose visionnaire du partage avec autrui ou et ignorants du respect de la vie de l'autre.

L'idée de réduire à néant autrui, l'asservir sinon lui ôter la vie constitue l'acte premier, l’instinct du quotidien de ces femmes et ces hommes au pouvoir qui aujourd'hui occupent par la force les commandes du pays. Ce sont des pirates politiques !

À coté de ces barbares politiques gravitent les courtisans ou plutôt les mendiants politiques et administratifs incapables de mettre en avant un quelconque talent pour vivre ou se nourrir honnêtement, mais qui tous les jours et par tous les moyens chantent la gloire de leurs maîtres, Guelleh et toute personnes ayant ses tentacules dans la mangeoire.

Tout comme leurs maîtres, chez ces « jouhos » politiques, le principe de l'intérêt général et du bien être commun, est totalement absent de leur vision tant qu'ils peuvent boire, manger en léchant les derrières de n'importe quel monstre de la dynastie de IOG. La seule la danse qui compte chez eux, c’est celle du ventre qui engendre le positionnement et l’accès à la mangeoire ou aux miettes qui y tombent sous la table à manger.

Tout le problème de Djibouti est dans la médiocrité des acteurs politiques du pays qui sont tous médiocres, incompétents, mal formés pour les rôles qu'ils s'attribuent, alors que les meilleurs qui sont écartés, se taisent et se retirent.

Quelle mentalité nationale honteuse?

Sur fond d’instabilité politique, de faillite économique et de misère sociale, Djibouti est devenue un « État-néant », un « Pays en perdition », ou encore un « État fantôme » où le destin de tout un peuple est pris en otage.

Il est très important et grand temps que le citoyen Djiboutiens puisse revêtir une idéologie plus pragmatique à contre courant de ces mots qui symbolisent tous ces échecs du passé : le tribalisme, la corruption et le népotisme dans toutes ses formes.

Il ne pourra y avoir aucune alternative aux politiques désastreuses qui ont conduit inexorablement et irréversiblement Djibouti dans une misère institutionnalisée que tous les Djiboutiens pensent inacceptable et sans raison.

Si les mentalités des Djiboutiens stagnent et refusent d’évoluer vers une acceptation inconditionnelle de la notion d’État - Nation de « Droit » en symbiose avec toutes ses composantes culturelles, morales et spirituelle, alors, la misère, le chaos, l’irrationnelle et l’inacceptable feront encore des beaux jours dans le pays.

« La mort la plus cruelle est sans doute celle de l’Espoir », dans cet Djibouti misérable, pris en otage par une nébuleuse d’égoïstes, existe-t-il encore une place pour garder l’espoir ?

Il est temps pour tous les Djiboutiens qui aiment ce pays, de se retrouver autour des nouveaux leaders qui n’ont jamais participé à la mise en état comateux et psychiatrique du pays.

Les Djiboutiens veulent des politiciens honnêtes, de convictions avec la morale et le sens du patriotisme, qui proposent mais qui surtout donnent des solutions, des résultats tangibles. Il faut en finir cette politique basée sur le tribalisme.

Un dirigeant responsable qui œuvre pour son pays dans une logique de bonne gouvernance, n'a pas besoin ni de bricoler ni de tricher, ni de « comités de soutien » car le peuple sait reconnaître le mérite de ses dirigeants et de ses « meilleurs serviteurs » à travers le bilan et non pas par les litanies des fausses promesses.

Pendant plus de 30 ans, les deux présidents qui ont la lourde responsabilité de présider aux destinées du pays n’ont fait que la politique de « diviser pour affaiblir et mieux régner » et la démagogie virale.

Djibouti n'a pas besoin de genre de discours remplis de haine qui ont été la « marque déposée » (Trade Mark) de Gouled et Guelleh avec leurs gestions cabalistiques, aventureuses, dangereusement naïves du pays. Mais n’oublions pas que chaque chose a un commencement et une fin. Maintenir les Djiboutiens dans d’un État en faillite, dans la misère et la dépendance ne vise qu’à pérenniser leur pouvoir car : « C'est la situation socio économique de l'homme qui détermine sa manière de penser ». Cette assertion demeure irréfutable.

Aujourd’hui, c’est la prédation des fonds publics, la prédation des libertés individuelles, de l’injustice sociale, de la souffrance et la glorification de la corruption.

Les politiciens et les dirigeant du pays doivent avoir la notion de la honte et ne plus se dire que Djibouti est un pays riche car la plus grande et précieuse richesse d’un pays demeure ses hommes, surtout ceux qui ont la responsabilité d’être au volant de la locomotive du pays. Grâce à la mauvaise gestion du capital humain, Djibouti est devenu un « pays de paradoxes et de contrastes ».

« Tout être humain possède l'énergie nécessaire pour changer le cours de sa vie » mais il faut investir sur ce capital humain pour le rendre rentable et productif. Aujourd’hui, c’est le contraire, le Djiboutien est abandonné à son triste sort face à une succession d’équipe d'irresponsables.

Qu’est ce qui a frappé Djibouti ?

Un envoûtement, malédiction.... Certainement pas. C'est juste l’expression de la mauvaise volonté des hommes et femmes qui ont des yeux, mais ne voient pas et des oreilles, qui n'entendent pas, et qui ont eu la lourde responsabilité d’avoir le destin du peuple entre leurs mains. Ce sont ces visions simplistes et viscérales qui ont conduit le pays vers cette situation de honte, de misère, de la politique du vendre et de la main tendue, rendant toute nation mendiante.

Les « Politiciens» Djiboutiens continuent toujours à croire que l’aide et la mendicité sont un moyen de vaincre la pauvreté et le sous développement.

Tant que Djibouti aura à la tête du pays des personnalités imbibées dans la violence, l’ignorance et guidées par la vengeance dans le but de s’accaparer des deniers publics sur plusieurs décennies, la descente aux enfers va continuer.

Ne dit-on pas que : « Les tragédies des peuples révèlent des grands hommes ; mais ce sont les médiocres qui provoquent les tragédies ».

Les Djiboutiens vivent dans une situation de tragédie provoquée par Guelleh. Il faudrait instaurer un « État de Droit » pour tous, dans le respect des coutumes ancestrales de chaque groupe ethnique mais sans jamais perdre de vue que le seul et unique objectif demeure la sauvegarde de l’unité nationale pour le bon fonctionnement des institutions démocratiques pour un meilleur transfert d’un héritage acceptable et bénéfique aux générations futures.

Que Dieu sauve ma patrie des griffes de ces sanguinaires

FreeDjibouti
freedjibouti@windowslive.com
http://afraissas.over-blog.com

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.