ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


10/06/09 (B502) Le journal de la Flibuste .... (5 articles en Français)

______________________ 5 - France 24

Réunion anti-piraterie à Rome

Le groupe de contact sur la Somalie et sur la lutte anti-piraterie se réunit en Italie, mardi et mercredi. Objectif : trouver un moyen d'aider Mogadiscio à rétablir l'ordre sur son territoire, déchiré par une guerre civile depuis 17 ans. Mercredi 10 juin 2009

Par Marie Sophie JOUBERT

Le groupe de contact sur la Somalie et sur la lutte anti-piraterie se réunit, depuis hier, au ministère italien des Affaires étrangères, à Rome. Objectif de ce sommet : trouver "une solution s'attaquant aux racines de la piraterie" au large de la Corne de l'Afrique, explique le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, pour qui les causes profondes du problème "viennent des crises politique, économique et sociale que traverse ce territoire".

Quinzième du nom depuis la création du groupe de contact en 2005, la réunion, à laquelle une quarantaine de personnes participent - dont le représentant spécial de l'ONU en Somalie, Ahmedou Ould Abdallah, et le Premier ministre somalien Omar Abdirashid Ali Sharmarke -, cherche un moyen d’aider le gouvernement de Mogadiscio, incapable de restaurer l’ordre dans son pays déchiré par une guerre civile depuis 1991.

Elle a notamment proposé de "créer une unité de garde-côtes le long de la côte somalienne" et réaffirmé "la nécessité de favoriser le développement du pays sur le long terme en aidant à la création d’emplois et au respect de l’État de droit", raconte Alexis Masciarelli, correspondant de FRANCE 24 à Rome.

La Somalie, "une priorité pour Al-Qaïda"

Côtés somalien, les attentes en la matière sont grandes. Depuis le 7 mai, les extrémistes islamistes des Shebab ont lancé une offensive sans précédent - elle a déjà fait plus d'une centaine de morts, en majorité des civils - pour chasser du pouvoir le président Sharif Cheikh Ahmed, un islamiste modéré élu à la fin du mois de janvier.

Ce dernier, qui devait assister à la réunion de mercredi, a finalement dû y renoncer à cause de la situation à Mogadiscio, où les forces gouvernementales ont lancé une contre-offensive sur les positions des insurgés islamistes.

Dans le pays, la situation s’est encore dégradée ces dernières semaines. Les Shebab contrôlent la totalité du sud et la quasi-totalité du centre de la Somalie. Ils se sont notamment emparés de la ville stratégique de Jowhar, à 90 km au nord de Mogadiscio, fief du président. Quant à la capitale, elle est quotidiennement le théâtre d’attaques au mortier.

Interviewé lundi par le quotidien italien Il Sole 24 Ore, Sharif Cheikh Ahmed affirme que son pays est devenu une "zone stratégique" et "une priorité" pour Al-Qaïda. Il ajoute que le gouvernement italien a "le devoir de faire tout ce qu'il peut pour aider" la Somalie. "L'Europe agit, elle s'est engagée à nous aider, mais nous voulons que l'Italie devienne notre pont vers l'Europe", a-t-il conclu.

Lors d'une conférence des donateurs réunis à Bruxelles, le 23 avril, la communauté internationale a effectivement promis de consacrer 213 millions de dollars au soutien de la Mission de maintien de la paix de l'Union africaine en Somalie (Amisom) et à la constitution d'une force de police somalienne. Plus de la moitié de la somme sera fournie par l'Union européenne.

_____________________ 4 - AFP

Piraterie en Somalie: appel à s'attaquer à ses racines "à terre"

Le Groupe de contact international sur la Somalie (GCI) a appelé mercredi à Rome à combattre la piraterie maritime au large de la Corne de l'Afrique en "s'attaquant d'abord à ses racines" que sont la pauvreté de la Somalie et la faiblesse de son gouvernement.

"Nous sommes tous d'accord pour estimer que les racines de la piraterie sont à rechercher sur la terre: dans la pauvreté, l'absence de contrôles et le manque d'un gouvernement capable de contrôler la situation" a indiqué le président du GCI, le mauritanien Ahmedou Ould-Abdallah, au cours d'une conférence de presse clôturant deux jours de travaux.

Dans son communiqué final le groupe appelle à engager des "actions pour s'attaquer aux racines de la piraterie, c'est à dire la crise politique, sociale et celle de la sécurité en Somalie".

M.Ould-Abdallah a salué "le rôle positif de la présence maritime internationale" au large de la Corne de l'Afrique même si les pirates retiennent actuellement 14 navires et plus de deux cents hommes d'équipage.

Une flottille internationale d'au moins 20 navires de guerre patrouillent désormais en permanence au large des côtes somaliennes pour protéger les routes maritimes.

La Somalie était représentée à ces discussions par son Premier ministre, Omar Abdirashid Sharmarke, en l'absence du président Sharif Sheikh Ahmed retenu à Mogadiscio pour repousser la dernière en date des offensives anti-gouvernementales lancées contre la capitale.

La déclaration finale condamne "les récentes attaques par des extrémistes armés pour renverser le gouvernement constitutionnel, légitime et internationalement reconnu de la Somalie".

"Cette situation dure depuis vingt ans... si vous voulez arriver au pouvoir il faut le faire par la négociation entre Somaliens, pas par la force", a ajouté M.Ould-Abdallah.

L'Italie, ancienne puissance coloniale, a l'intention d'être le premier pays à rouvrir prochainement son ambassade en Somalie, a-t-il révélé estimant qu'il s'agissait "d'un signal fort envers les autres pays européens et occidentaux pour qu'ils reviennent en Somalie".

Vingt-cinq pays étaient représentées à la réunion en même temps que l'Union africaine, la Commission européenne, la Ligue arabe, l'Organisation de la Conférence islamique, les Nations-Unies et la Banque mondiale.
 

_____________________ 3 - Ria Novosti (Russie)

Piraterie en Somalie: Mouammar Kadhafi prépare un projet d'accord international

Le leader de la révolution libyenne Mouammar Kadhafi, en visite officielle en Italie, a annoncé mercredi son intention de présenter un projet d'accord international appelé à régler le problème de la piraterie en Somalie, rapporte l'agence italienne Apcom.

"J'ai présenté le projet à mon ami, le président italien Giorgio Napolitano, je le présente à mes amis italiens, à l'UE et au monde entier à l'Assemblée générale de l'ONU", a indiqué M.Kadhafi devant les journalistes.

M.Kadhafi propose de "respecter les eaux économiques somaliennes" en contrepartie "à l'arrêt de la piraterie au large de ce pays".

L'État somalien, divisé entre différentes factions hostiles depuis 1991, est incapable de régler le problème de la piraterie. Selon l'ONU, plus de 120 attaques de pirates contre des cargos ont été enregistrées au large de la Corne de l'Afrique en 2008. Les pirates retiennent quelque 270 marins et deux dizaines de navires. Une coalition des forces navales de 16 pays lutte contre les pirates somaliens.

_________________ 2 - Courrier international avec The Guardian

L’homme qui murmurait à l’oreille des pirates

C’est un numéro de téléphone griffonné dans la cabine d’un capitaine de navire, un nom dans la tête d’un pirate somalien, une voix qui rassure les proches d’un marin pris en otage. Son gouvernement veut le mettre derrière les barreaux. Certains étrangers, eux, se bousculent pour lui serrer la main. Il est, pour reprendre un gros titre, “l’homme qui murmure à l’oreille des pirates”, et son histoire pourrait bientôt être connue dans le monde entier. “Alors comme ça, tu vas à Hollywood ?” lance un vigile à Andrew Mwangura, de passage dans sa ville natale de Mombasa [la deuxième ville du Kenya].

En fait, c’est plutôt ­Holly­wood qui vient à Mwangura. Ce dernier, qui dirige le Programme d’aide aux marins en Afrique de l’Est, une association à but non lucratif, est devenu ces dernières années un personnage incontournable pour résoudre les affaires d’enlèvement au large des côtes somaliennes. L’acteur américain Samuel L. Jackson s’est associé au producteur et réalisateur Andras Hamori pour acheter les droits de l’histoire de Mwangura, dans le but de tourner un nouveau film d’action sur la piraterie en Somalie.

Jackson devrait justement incarner Mwangura. Le Kényan, âgé de 47 ans, vit dans une maison de deux pièces sans eau courante ni électricité, à l’extérieur de Mombasa. A court d’argent, il craint pour sa vie. De sa voix douce, il explique qu’il a reçu depuis peu des menaces de mort. C’est dans sa poche que se trouve son bureau, sous la forme de quatre téléphones portables qui sonnent presque constamment.

“Ce film, ce sera un grand honneur pour tous les marins du monde”, déclare Mwangura, qui n’a jamais vu un seul film de Jackson mais reconnaît que l’acteur lui ressemble vaguement. “J’espère qu’il dira la vérité sur la piraterie en Somalie.” Une histoire qu’il connaît particulièrement bien. Ancien marin, il a passé vingt ans à aider des collègues sous-payés, exploités, qui connaissent des difficultés en mer. Et, bien souvent, les ­difficultés en question sont liées à la Somalie.

Dès le début des années 1990, alors que le pays sombrait dans le chaos, Mwangura a commencé à ­obtenir des informations sur des navires étrangers arraisonnés au large du ­littoral somalien. Au début, il a condamné publiquement ces attaques. Puis, un jour, un preneur d’otages somalien l’a appelé après avoir trouvé son numéro d’urgence à bord d’un bateau qu’il venait de capturer. “Il m’a dit : ‘Ce n’est pas nous, les pirates. C’est vous, les marins et les propriétaires des navires étrangers qui opérez illégalement dans nos eaux, qui êtes les pirates’.”

L’homme a envoyé à Mwangura des photographies et des listes de bateaux qui pillaient les réserves de poissons de Somalie, parfois à 5 milles nautiques de la côte, et qui endommageaient les bateaux et les équipements de pêche locaux. “J’ai compris que ces Somaliens se défendaient, qu’ils n’étaient pas des pirates, explique Mwangura. Ils avaient tort d’agir comme ils le faisaient, mais pêcher et dégazer illégalement, c’est mal aussi.” Plus la Somalie s’est enfoncée dans l’anarchie, plus la nature défensive des attaques s’est muée en délinquance pure et simple, mettant en danger la vie de milliers d’hommes d’équipage. “Les gens sont devenus trop gourmands, poursuit Mwangura.

Les mafiosos somaliens ont compris que la prise d’otages était un bon moyen de gagner de l’argent. Ils se sont modernisés, se sont mis à utiliser des radios et des téléphones par satellite.” Et, soudain, les portables de Mwangura ont commencé à sonner jour et nuit, et il s’est retrouvé en liaison avec des gens qui recherchaient des informations ou qui en transmettaient. “Les messages viennent de Somalie, de marins et de leurs proches, d’armateurs qui ont perdu le contact avec un bateau, ou de missions diplomatiques. Ce n’est pas toujours direct. Le message peut partir de Somalie, passer par l’Inde et Londres avant de m’arriver, mais il finit toujours par me parvenir.”

“J’essaie de les attendrir, je leur dis : ‘Je suis avec vous’”

A son tour, Mwangura s’empresse de relayer les informations à ses contacts – par SMS, pour économiser le coût des appels. Une fois qu’il a des éléments solides, il les transmet aussitôt à des journalistes. C’est sa façon de communiquer avec les familles des otages, assure-t-il. “Nous ne savons pas exactement comment Andrew obtient ses informations. Pour nous, ça reste flou. Mais la plupart du temps, elles sont très précises”, constate Cyrus Modi, responsable du Bureau maritime international de Londres. “Il fait vraiment tout pour défendre les intérêts des marins.” Tout faire, cela revient souvent à parler avec les pirates, ou du moins avec les chefs de clan qui sont les premiers contacts des sept grandes bandes de pirates en Somalie. Surtout quand les négociations entre armateur et ravisseurs sont au point mort.

“J’essaie de les attendrir, je leur dis : ‘Je suis avec vous, s’il vous plaît, laissez-nous envoyer quelques vivres à l’équipage, et nous pourrons rapidement parvenir à une solution.’ C’est de la gestion de conflits, il faut amener les gens à déposer les armes et à discuter.” A Mombasa, les efforts de Mwangura en faveur des marins sont visiblement appréciés. Les commerçants lui offrent des rabais, les clients le laissent passer dans les queues. Les autorités, en revanche, se montrent nettement moins enthousiastes. En septembre 2008, le MV Faïna, navire ukrainien qui transportait 33 chars de l’époque soviétique, a été détourné alors qu’il se rendait à Mombasa. Mwangura avait déjà vu passer ce genre de chargement dans le port : les blindés étaient en partance pour le sud du Soudan, dans le cadre d’un accord secret avec le gouvernement kényan. C’est ce qu’il pense, et les diplomates étrangers partagent son avis.

Quand Mwangura a annoncé que la cargaison interceptée était destinée au Soudan, et non au Kenya comme l’affirmait le gouvernement, il a été arrêté et accusé de déclarations alarmistes susceptibles de menacer la sécurité nationale, et de détention de marijuana, ce qu’il nie fermement. Il a passé neuf jours derrière les barreaux avant de pouvoir payer sa caution. Parmi ses camarades de cellule se trouvaient plusieurs pirates somaliens jugés dans des tribunaux kényans. “Ils avaient entendu parler de moi, ils sont venus voir quelle sorte d’homme j’étais. Ils m’ont dit : ‘On croyait que tu étais contre les pirates, et maintenant, tu te trouves avec nous. C’est de la folie !’”

Grâce au projet de film, Mwangura qui a travaillé pendant des années comme consultant maritime à temps partiel pour joindre les deux bouts, pourrait enfin réaliser des profits substantiels. “J’en ai fait l’expérience, et je peux vous dire que c’est un sacré négociateur”, commente Hammon, qui s’est rendu à Mombasa en début d’année pour débattre des droits au nom de sa société, H2O Motion Pictures.

____________________________ 1 - Casafree avec XINHUA

Piraterie maritime en Somalie : La marine américaine remet 17 pirates somaliens au Kenya

La marine américaine a remis 17 pirates somaliens aux autorités kenyanes mercredi dans un contexte d'intensification des patrouilles navales par les bateaux de guerre étrangers au large des côtes somaliennes.

Avec la remise des suspects, qui étaient à bord du bateau Gettysburg de la Marine américaine, le nombre total de pirates somaliens transférés aux autorités kenyanes a augmenté à 24 depuis lundi.

Sept suspects, dont un garçon de 14 ans, ont été transférés par avion à Mombasa lundi en provenance de Djibouti par la Marine suédoise et jugés mardi au Tribunal de Malindi. Les 17 personnes seront aussi jugées à Malindi.

Tous les futurs suspects remis à la police répondront désormais de leurs chefs d'accusation à Malindi parce que les tribunaux à Mombasa --où neuf de ces cas se déroulent --sont surchargés, d'après Sebson Wandera, chef provincial des opérations chargé des enquêtes.

"En raison du nombre élevé des suspects en jugement à Mombasa, nous transférerons les procès à Malindi et si nécessaire vers les autres villes comme Voi," a indiqué Wandera, ajoutant que les 17 pirates--le nombre le plus élevé remis par la marine américaine -- seraient jugés jeudi.

Le transfert de ces suspects porte le nombre de ceux en jugement dans le pays à près de 100, avec 10 autres qui purgent une peine d'emprisonnement de sept ans après l'annulation de leur appel par la Haute Cour le mois dernier.

Les suspects ont été arrêtés dans le golfe d'Aden le 13 mai alors qu'ils tentaient d'aborder un navire commercial, le MV Amira, qui était à destination d'Alexandrie en Egypte.

"Nous détenons six fusils AK47, un pistolet, des couteaux et 300 munitions comme pièce à conviction. Le navire et le skiff utilisés pour poursuivre le bateau ont été laissés au Yémen," d'après Wandera.

Wandera a indiqué que le tribunal décidera du sort du jeune suspect de 14 ans, une fois que son âge est certifié par un médecin.

Les présumés pirates en jugement à Mombasa sont devenus un problème pour les autorités pénitentiaires, avec 18 en détention à la prison Shimo La Tewa qui se sont présentés à la barre cette semaine, affirmant qu'ils étaient en grève de la faim.

Les pirates ont continué d'attaquer les bateaux commerciaux dans l'océan Indien au large des eaux somaliennes en dépit de la présence des marines déployées par la communauté internationale.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.