ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


14/08/09 (B511)  Le rapport Deberkalleh (suite - 7 -) Présentation générale et analyse sociopolitique.


Le dossier complet

Plainte déposée devant le Procureur éthiopie pour l'assassinat des vieillards et d'enfants Afar à Guerrissa et dans les localités voisines (lien avec l'article - 2005)

DEUXIEME PARTIE

 

Après s'être occupé et avoir dirigé la sécurité intérieure et extérieure du pays depuis l'indépendance, c'est à dire, depuis Juin 1977 (27 années consécutives), l'actuel président de la République de Djibouti, Ismaël Omar Guelleh (I.O.G) a accédé à la fonction suprême en 1999, d'une manière qui a donné lieu à beaucoup de controverses, de suspicion et d'incrédibilité de la part d'une majorité de la population Djiboutienne.

Sans chercher à revenir sur ces élections, nos lecteurs doivent savoir que cette victoire électorale est la résultante d'une gigantesque manipulation des masses populaires et du "bidouillage" des chiffres définitifs ainsi que de l'utilisation sans commune mesure de la corruption a tous les niveaux de la population.

L'ensemble de cette opération fut orchestrée par le principal intéressé, sa femme et aussi par un certain nombre d'acteurs dont les multiples activités qu'ils ont menées officiellement ou officieusement, frauduleuses ou légales, ont permis a I.O.G d'être considéré actuellement comme le président de la République de Djibouti.

Ces collaborateurs dont les rôles et actions furent capitales et déterminantes à cette victoire sont entre autres:

• L'Ex-Premier ministre Barkat Gourad Hamadou
• L'ex-général de la Force National de Police Yacine Yabeh Galab (Décédé depuis)
• Le Général Zakaria (Force Armée Djiboutienne)
• Le ministre Mohamed Saïd Barkat (Travail et Affaires Sociales)
• L’ex-président de l'assemblée national Saïd Badoul
• L'actuel président de l'assemblée national monsieur Arnaoud
• Le financier Abdourahman Mohamud Boreh (Ami et associé du président I.O.G) (** A noter qu'ils ont rompu leur amitiés depuis. Actualisation ARDHD)
• Monsieur Boureyeh (président de la Sogik à Dire-Dawa)
• Monsieur Ibrahim Abdi Kahin (homme d'affaires)
• Monsieur Taher Saïd Seif (homme d’affaires)
• Monsieur Abdurahman Taha (agent de change)
• Monsieur Al-Gamil (commerçant)
• Maitre Martinet et son épouse (conseiller juridique de la présidence)
• Et tant d'autres … etc.

Ces élections n'ont servi qu'à légaliser la situation qui déjà préexistait. En effet I.O.G était depuis des années, par la force des choses, le vrai chef de l'exécutif de Djibouti. Avec des méthodes fondées sur la manipulation, la désinformation ou l'intimidation pratiquées principalement sur les grands agents et administrateurs de l'État ou sur des ministres et autres hommes politique, le véritable pouvoir était déjà entre les mains d'IOG.

Le phénomène d'accaparation du pouvoir à cette époque a été rendu possible en raison de l'âge élevé du président d'alors, Mr. Hassan Gouled, mais aussi de leurs liens de parenté et surtout du vide total voulu et ordonné par I.O.G. qui a exclu de l'entourage de l'ex-président toutes les personnes susceptibles d'avoir une influence qui pourrait s'opposer à ses ambitions politiques. Dans ce cas de figure, les exemples sont légions à tous les niveaux de l'administration et des différents gouvernements de cette époque.

Ayant donc eu gain de cause aux élections présidentielles de 1999, I.O.G, s'estimant rassuré et parvenu à l'objectif pour lequel il travaillait depuis de nombreuses années, commença la mise en application de sa conception de la gouvernance d'un pays et surtout d'une population pour qui, nous en sommes réellement convaincus, il n'a non seulement pas de considération, mais dont le bien être et le développement sont le dernier de ses soucis.

I. Présentation générale

Sans pour autant faire une analyse Géostratégique ou Géopolitique, détaillée de l'objet du présent rapport, je pense qu'une brève présentation de la République de Djibouti s'impose, afin de clarifier, dès le début, certaines, ambigüités issues de conceptions erronées.

Contrairement à des conceptions véhiculées par certaines puissances occidentales ou par d'importants intérêts et capitaux arabes (islamistes ou pas), je ne crois pas que la République de Djibouti soit seulement un point géographique stratégique et ne se résume qu'à un point de pénétration des intérêts financiers arabes dans la région.

Nous ne sommes pas, non plus persuadés, qu'il convient de réduire ce pays à seulement la passe maritime du Bab-el-Mandeb ou au golfe de TADJOURAH qui pourrait éventuellement servir de rade de protection à une quelconque flotte Américaine ou Européenne en cas de conflit nucléaire généralise ou de guerre de terroriste .

Je refuse aussi d'adhérer à la conception de certains Djiboutiens et étrangers qui définissent ce pays comme un moyen d'accéder aux richesses économiques, stratégiques et culturelles des hautes terres de l'Éthiopie et de l'intérieur du continent Africain.

Mon opinion et le mouvement que je représente, bien que tenant compte de certains points des définitions ci-dessus, estime que Djibouti, c'est surtout et avant tout un peuple. Cette population, composée de plusieurs communautés (tribus), est très souvent délaissée et ses intérêts primordiaux ainsi que sa dignité ne sont jamais pris en compte et en premier lieu par le régime en place, censé la gouverner au mieux.

Quand à son développement et à celui du pays, il n'est réellement pris au compte que dans le cadre et dans le cas où il ne rapporte que des bénéfices personnels et substantiels à la famille régnante et sa cour d'affameurs du peuple.

Cette population n'aspire, pourtant, qu'à avoir une vie normale caractérisée par une bonne répartition des ressources nationales et surtout par un climat de paix tant à l'intérieur de son territoire que dans les pays et chez les peuples limitrophes.

Cette volonté d'un développement social, juste, harmonieux et équitable de la population ainsi que son désir de paix et d'instauration de très bonnes relations fraternelles avec les pays voisins (ce sont les mêmes peuples de part et d'autres des frontières) est pour nous capital et figure textuellement dans les objectifs que c'est fixé le programme politique de notre Mouvement .

Ce mouvement ainsi que ses objectifs politiques seront présentés à nos lecteurs à la fin du présent rapport.

II. Analyse Sociopolitique

Le système de gouvernement mis en place par I.O.G et qui actuellement régit la République de Djibouti et son peuple n'est rien d'autre qu'un système dictatorial et totalitaire à l'image de ceux de Syad Barreh et de Menguistou Hailé Mariam.

Il est caractérisé par un contrôle total et policier des institutions étatiques, de la population ainsi que de l'ensemble des ressources nationales. Pourtant, ce régime sur le plan régional et international, fait tout pour faire croire aux observateurs étrangers, qu'il est démocratique et respectueux des libertés humaines.

Toutefois, la réalité que vivent quotidiennement les Djiboutiens est toute autre car en vérité, Djibouti vit sous le règne de la terreur, de l'arbitraire, de la corruption et de la division.

A. Des institutions de la République

A Djibouti, les institutions constitutionnelles essentielles au bon fonctionnement d'un état existent, mais malheureusement, elles sont tellement dénaturées et détournées de leurs fonctions respectives par le pouvoir d'I.O.G, qu'elles ne jouent plus leur rôle de garant de la pérennité de l'état.

Chose plus grave, ces institutions n'assurent plus leurs fonctions de contre pouvoir qui sont leurs raisons d'être dans une démocratie normale.

En effet, outre l'exécutif dont nous parlerons plus bas, les pouvoirs législatif et judiciaire sont à Djibouti, considérés comme des quantités négligeables et ne sont plus vus que comme des départements d'une administration qui n'est là que pour exécuter strictement et fidèlement les ordres du pouvoir en place.

1. Le Pouvoir législatif

Représenté par une assemblée nationale composée de 65 députés, le pouvoir du législatif à Djibouti est vraiment fictif et inexistant. Les députés censés représenter, ce que partout dans le reste du monde, on nomme, la représentation nationale d'un peuple, ne représentent réellement qu'eux même individuellement.

En effet, à Djibouti l'assemblée ne représente aucunement son peuple, car les députés qui y siègent ne sont, en fait pas élus par la population mais sont plutôt choisis et désignés à ce poste par l'exécutif et en l'occurrence par I.O.G. lui-même. Ce choix se fait selon la qualité des services qu'ils ont rendu ou qu'ils vont rendre tant sur le plan personnel, politique ou tribal, au régime.

Toutefois le choix à ce poste de députation doit passer obligatoirement par la condition de la répartition tribale. Se conformer à cette condition n'a jamais été une difficulté pour le régime qui choisit dans chaque tribu ou chaque clan les individus les moins compétents, et surtout les moins représentatifs de sa tribu ou de son clan.

De cette façon, les députés élus par I.O.G, sont dès le départ convaincus qu'ils ne doivent rien à leur communauté ou à la tribu qu'ils sont censés représenter à l'assemblée nationale. En toute logique, leur présence à cette assemblée étant le fait du régime, il est normal dans un sens qu'ils ne cherchent pas à s'opposer aux désirs de l'exécutif. Au contraire, dans les quartiers de la ville ou au sein des tribus, ils combattent catégoriquement et âprement toutes tentatives de discussion ou de critiques constructives ou pas du régime de la part du peuple.

De plus, ils se considèrent comme des agents de renseignement et sont directement rattaché au service du contre-espionnage (S.D.S) à qui ils fournissent des informations sur la communauté ou tribu dont ils sont issus. Quelques fois le S.D.S les utilise, pour des missions ponctuelles à l'intérieur ou à l'extérieur du pays. En conclusion l'assemblée nationale n'est là, que pour légaliser et légitimer les décrets et les ordonnances injustes de l'exécutif, c'est à dire de la présidence et cela sans débat préalable.

2. Le Pouvoir Judiciaire

A Djibouti, c'est très simple, ce pouvoir n'existe strictement pas, puisque la justice dans ce pays n'appartient qu'a I.O.G et quelques fois à sa femme.

Il est le magistrat suprême. C'est donc une justice familiale qui n'est là que pour défendre les intérêts et les volontés de cette famille, de ses proches ainsi que de tous ceux qui avec elle, partagent les mêmes intérêts financiers.

Le reste, c'est à dire la population Djiboutienne et les justiciables étrangers, se retrouvent eux confronté à un système redoutable caractérisé par une négation de justice représentée par une absence totale de possibilités d'appel à une quelconque forme d'équité. Afin de maintenir cet état des choses qui défend si bien ses intérêts, le régime d'I.O.G a planifié et mis en place un système sophistiqué de corruption au sein de l'appareil de justice qui fait que toutes les instances judiciaires censées appliquer les lois, délaissent cet aspect de leurs fonctions pour adopter d'autres valeurs et critères de jugement. En effet, les juges, procureurs et autres magistrats étant tous aux ordres directs de la Présidence, il ne peut en être autrement.

Cet état des choses, perçu comme normal à Djibouti, trouve son explication dans le fait que depuis toujours, la Présidence a considéré que toute affaire judiciaire était une affaire de sécurité d'état. Cela est surtout valable si c'est une affaire d'ordre commerciale qui draine des sommes d'argent plus au moins importantes.

Dans tous les cas, les magistrats et les juges reçoivent les jugements qu'ils doivent rendre, soit d'I.O.G lui même, soit de sa femme ou soit du service de la documentation et de la sécurité (S.D.S). Le nombre de gens qui ont été ruiné et spolié de cette façon sont innombrables et la majorité d'entre eux, étaient et sont toujours des commerçants étrangers (Somaliens, Éthiopiens, Yéménites ... etc.)

A l'époque où il était chef de cabinet, c'était la méthode d'enrichissement favorite d'I.O.G.

A cela s'ajoute, le fait que les magistrats se considérant couverts par le régime puisqu'ils appliquent dans leurs jugements et décisions ses directives injustes et iniques, essayent eux aussi, par tous les moyens, notamment par la corruption, de trouver leurs propres intérêts financiers dans les dossiers qui leur sont soumis pour jugement.

En conclusion à Djibouti, tout plaignant Djiboutien ou étranger est assuré de ne bénéficier d'aucune justice si le système n'est pas d'accord avec lui ou s'il ne paye pas ce qu'il doit (Bakchich !) à qui de droit. On peut donc dire que Djibouti n'est vraiment pas un Etat de droit mais un pays où, la loi du plus fort prime toute autre considération.

3. Le Pouvoir Exécutif

Officiellement la République de Djibouti est définit sur le plan du droit constitutionnel comme étant régit par un système du régime Présidentiel, mais en réalité ce pays est soumit au diktat d'un régime dictatorial et policier.

Nul ne peut le nier puisque ce système, comme les autres dictatures de part le monde, est caractérisé par une accaparation abusive des libertés humaines et de l'ensemble des pouvoirs légaux de l'état par l'exécutif représenté par la Présidence.

La réalité exposée dans les deux paragraphes précédents, démontre clairement le degré de puissance et l'omnipotence de l'exécutif Djiboutien. En effet, non seulement le régime d'I.O.G a réussi à réunir abusivement dans ses mains tous les pouvoirs et droits institutionnels prévus par la constitution, mais aussi les pouvoirs résultants de la gestion gouvernementale comme l'information, le pouvoir militaire, l'économie et les finances, la sécurité,.... etc.

Ayant donc une main mise totale, mais, illégale, sur l'ensemble des pouvoirs et droits légaux dans le pays, l'exécutif peut se permettre de ne souffrir et de ne supporter aucune critique et aucune remise en question dans sa manière de gouverner. Le régime d'I.O.G. estimant détenir un pouvoir des plus absolu se permet d'adopter des lois et des règlements les plus arbitraires et les plus injustes possibles. De plus, étant profondément convaincu que nul, à Djibouti ou ailleurs, ne pouvant discuter et remettre en question son système, le régime a institué et établit un mode de gouvernement du pays et de sa population, le plus immoral et le plus impopulaire possible.

Pour être complet, sur le particularisme du régime Djiboutien, il nous faut convenir et porter à la connaissance de nos lecteurs, que l'exécutif de ce pays n'est pas un ensemble unique, un tout, mais plutôt un assemblage artificiel de deux parties, qui ne partagent pas équitablement le pouvoir qu'elles représentent pourtant ensemble. En effet il y a d'un côté, le Premier Ministre, et les autres Ministres qui réellement ne décident de rien du tout, même dans leurs départements respectifs. Ils ne sont là que pour exécuter les ordres et ainsi garantissent leurs enrichissements personnels. De l'autre côté, il y a I.O.G et son instrument de pouvoir, la Présidence, où toutes les activités du pays sont supervisées et suivies de très près.

Ayant donc un contrôle absolu sur tout, l'exécutif gouverne par décret et jusqu'à maintenant aucun de ses décrets n'a jamais été refusé ou remis en question par le législatif.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.