ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


23/08/09 (B513)  Le rapport Deberkalleh (suite - 10 -) II. Analyse Socio-économique


Le dossier complet

Plainte déposée devant le Procureur éthiopie pour l'assassinat des vieillards et d'enfants Afar à Guerrissa et dans les localités voisines (lien avec l'article - 2005)

Pour se faire une idée et arriver à comprendre la réalité socio-économique chaotique à laquelle la République de Djibouti est confrontée il convient pour nos lecteurs de savoir, qu'elle est caractérisée par une non prise en considération par le pouvoir en place des notions comme :

  • Économie Nationale ...
  • Finances, deniers ou Biens Publics ...
  • Programme de Développement Nationale ...
  • Répartition Rationnelle et équitables des richesses du pays ...

Toutes ces notions et bien d'autres aussi importantes qui sont volontairement abandonnées par le régime, ayant en commun d'être essentielles et incontournables pour le bon fonctionnement d'une gestion macro-économique normale d'un pays, permettront à nos lecteurs de comprendre aisément que ce pays et son peuple se retrouvent dans un contexte socio-économique des plus difficiles.

Révélateur d'une mauvaise gouvernance, ce contexte est non seulement caractérisé par un non respect flagrant et entretenu des règles de gestion légales de l'économie nationale, des finances et deniers publics de la part des responsables de l'état désignés à cet effet, mais aussi par une corruption endémique basée sur l'accaparation des recettes et revenus du pays ainsi que par l'expansion du phénomène de la misère et de la précarité au sein de la majorité de la population Djiboutienne.

Cette situation qui existe et perdure depuis de nombreuses années, car certains facteurs qui ont participé à sa création, remontent aux premières années de l'indépendance, c'est aggravée durant les dernières années du règne de l'ex-Président Hassan Gouled et c'est carrément dégradée sous la Présidence d'I.O.G. pour déboucher sur une gestion corrompue, personnelle, familiale et légalisée de l'économie nationale.

Cette gestion n'ayant d'autre but que l'enrichissement personnel de la famille dirigeante et d'une quantité insignifiante de la population (500 à 800 familles issues de toutes les tribus et fidèles au régime), ne tient aucunement compte des besoins, des conditions de vie et du désir d'un développement économique équitable du reste de la population qui pourtant en constitue la majorité absolue.

Pour cette dernière, cette situation entraine un certain nombre de conséquences néfastes qui font qu'elle se retrouve actuellement en position de seulement rechercher à survivre.

Ceci étant, et sur un plan purement technique, une analyse sommaire permet à tout un chacun de se rendre compte, que cet état des choses ne résulte essentiellement que de la volonté politique du régime et des directives injustes données aux opérateurs socio-économiques par la Présidence et par I.O.G.

Celui-ci pour assurer la pérennité d'un tel système de gestion qui lui assure de si substantiels revenus, à institué pour l'ensemble du pays, un mode de gestion économique axé vers la recherche frauduleuse et l'accaparation des ressources et revenus nationaux par ceux à qui cela est permis par le régime (fonctionnaires et nomenklatura) au détriment de la légale répartition sociale qui doit concernée toutes les couches de la société.

Il faut aussi savoir qu'un tel système qui tient plus de la gestion d'une organisation mafieuse n'a pu se greffer et se développer au sein de la société Djiboutienne que parce que d'une part, il est favorisé par le régime et que d'autre part, il y a un abandon étudié et voulu par les organes de l'état (sur incitation et parfois sur directives fermes du régime d'I.O.G.) des règles et règlements légaux régissant la sauvegarde et l'utilisation rationnelle et équitables des biens et revenus de la Nation.

Un autre aspect de ce mode de gestion généralisé à l'ensemble du pays, tient au fait qu'il est totalement centralisé par la Présidence, au même titre que les activités d'ordre politique, administratif, militaire, ... etc. En effet, là aussi, on peut dire qu'aucune affaire économique importante ou aucune opération financière (Privée ou Publique) engageant des fonds et des investissements de grande ou de moyenne importance ne peut se conclure à Djibouti sans l'aval direct ou indirect de la S.D.S .et de son chef I.O.G.

C'est pour cela qu'une personne qui désire avoir des activités commerciales afin de faire légalement des bonnes affaires (les affaires illégales aussi ne sont pas refusées) doit d'abord "montrer patte blanche" et être enregistrée sur les listes de la S.D.S (payer la dîme ou le pourcentage). Il peut aussi être demandé à cette personne de prendre d'office un associé désigné (sans investissement de sa part) qui ainsi pourra partager avec elle les bénéfices générés. Si cette personne, pour une raison ou pour une autre, se refuse à ces directives ou ne répond pas favorablement aux conditions fixées par ce service, il ne fait aucun doute, qu'il sera hors de question d'espérer faire une bonne affaire commerciale.
Pire, on peut être sûr que les fonds personnels que cette personne aura investit à titre privé, lui seront pur et simplement enlevés et soustraits par des méthodes qui n'auront rien à envier a celles de la mafia américaine des années 1930 et 1950.

Et, au cas où elle engagerait des poursuites judiciaires pour rentrer dans ses fonds, cette personne peut être sûre et certaine, que non seulement, elle ne va rien récupérer du tout mais qu'elle aurait beaucoup de chance si elle s'en sortait sans mesure d'emprisonnement à la prison de Gabode.

En vérité, la politique économique mise en place par l'actuel régime, n'est rien d'autre que des séries d'opérations financières frauduleuses et illégales, qui se suivent le jour au jour et qui sont basées sur une gestion familiale et clientéliste de tous les ressources nationaux ainsi que sur l'appropriation illégale de toutes les structures économiques susceptibles de produire des revenus réguliers.

Dans cet ordre d'idée il faut aussi savoir que dans ce pays, il n'y a point de projet de développement économique, quel qu'il soit, qui peut être entamer ou mener à terme sans que la famille régnante et ses clients n'en bénéficient personnellement en premier lieu. Cela revient à dire que seuls les dirigeants et leurs partisans ont réellement le droit de profiter des avantages économiques liés aux projets de développement socio-économiques proposés et financés par les organismes internationaux des Nations-Unis.

En outre, ces genres de pratiques s'étant tellement banalisées et l'impunité ayant atteint d'énormes proportions, il en résulte actuellement des situations impossibles a imaginer, il ya quelques années auparavant. En effet, à Djibouti, toutes mesures prises dans le cadre de l'administration des finances et de l'économie par l'assemblée nationale, ne rentrent jamais en vigueur et ne sont jamais appliquées par les administrations concernées, si elles ne répondent pas aux attentes et ne bénéficient pas en premier lieu aux groupements d'intérêts cités auparavant.

Sur un tout autre plan, I.O.G. toujours dans le cadre de son officiel mode de gestion et en intensifiant et multipliant ses prospections et recherches de débouchés pour satisfaire sa soif d'argent à depuis son accession au pouvoir, favorisé l'accroissement à Djibouti, des investissements arabes par rapport à tous les autres investissements étrangers.

Cela correspond à la réorientation de l'ensemble de sa politique vers le monde arabe que constatent depuis quelques années tous les observateurs de la réalité Djiboutienne et c'est en grande partie la raison pour laquelle on assiste depuis sa prise du pouvoir à une importante augmentation des investissements provenant de la péninsule arabique dans un grand nombre d'affaires commerciales Djiboutiennes.

A titre d'indication, il faut savoir que ces sociétés commerciales appartiennent en grande partie, soit à des commerçants Djiboutiens qui passent pour les financiers ou les chefs de file du mouvement islamiste du pays, soit à des hommes d'affaires et à des sociétés qui ont des rapports étroits et privilégiés avec le régime et qui réellement appartiennent à la famille régnante par le biais du système des prête-noms.

Cependant pour nous, aucun doute ne se pose sur le fait que ces fonds étrangers dont l'origine est douteuse pour leur majorité et surtout très peu légaux, ne dérange aucunement I.O.G., mais semblent plutôt avoir sa préférence, certainement parce que toutes les opérations financières s'y rapportant, ne passent jamais par les voies officielles et réglementaires de l'état. Généralement dans ces genres d'affaires, I.O.G n'a qu'une priorité qui est celle de percevoir au plus vite la contrepartie financière de son appui et de son soutien.

En effet s'il s'agit d'une affaire financière totalement illégale et répréhensible sur la plan international, comme le blanchissement d'argent, le trafic illicite d'armes et de drogues ou toutes autres malversations financières qu'il a l'habitude de mener, il ne se gène pas pour s'arroger et prendre un pourcentage consistant et plus élevé que celui qui normalement devait lui revenir. Par contre s'il s'agit d'une affaire qu'il ne peut pas cacher à l'opinion publique et qui comporte un accord écrit préalable, il se contente généralement de prendre que sa part, sans bien sûr, rien verser dans les comptes du trésor national.

Sa devise est :

  • Faire le maximum de bénéfices à titre personnel ou familiale sur le dos de l'état sans avoir à rendre des comptes et surtout sans laisser des traces.
  • S'associer à des intérêts arabes de manière officielle pour des raisons ayant trait a l'orientation de sa politique vers les pays musulmans dans un intérêt personnel et familiale.
  • Par là, il cherche à montrer aux Djiboutiens que cette direction est bien celle à suivre pour l'avenir et le développement du pays.
  • Éviter, coûte que coûte, les investissements privés ou publics venant de l'Éthiopie car si cela arrivait, ce pays qui est le principal usager du port de Djibouti, aurait son mot à dire sur la gestion et sur toutes les activités portuaires. Et pour un certain nombre de raisons ayant trait à son enrichissement personnel et contraire a l'intérêt des deux pays, cela ne faisait vraiment pas l'intérêt d'I.O.G.
  • Fournir une explication faussement rationnelle, sur le plan commercial et politique de son choix, non seulement à l'Ethiopie mais aussi aux Djiboutiens (il aurait, par cette décision, sauvegardé l'indépendance du pays face a l'impérialisme des Éthiopiens) en avançant un prétexte fallacieux portant sur les meilleures conditions et l'importance des investissements de la société de Djebel Ali face à la proposition Éthiopienne. C'est la propagande Anti-Ethiopienne du Gouvernement Djiboutien.

Ceci étant, certaines informations non publiques, nous ont permis d'établir que la société dite : Djebel Ali n'est rien d'autre qu'une société "off shore" dont les actionnaires sont en majorité des Arabes de la péninsule ne bénéficie que de 20% des bénéfices annuels issus des activités du port de Djibouti. Les 80% restants reviennent de fait et en grande partie à I.O.G. et à ses complices qui sont au pouvoir. Pour sauver les apparences et pour ne pas, quand même focaliser sur eux, l'attention de la population, ils versent annuellement une infime partie de leurs bénéfices au trésor national.

Toutefois, en nous référant aux bénéfices générés par le port en 1999 (qui eux sont connus), qui étaient de l'ordre de 9 milliards de francs Djibouti, on peut se faire une idée plus précise sur ce que ce contrat rapporte à I.O.G.

En effet, si Djebel Ali encaisse sur les bénéfices annuels une somme de 1,8 milliard de francs, qui correspond à ses 20% des parts, et que 3 millards sont affectés au remboursement annuel des crédits du port, il reste une somme de 4,2 millard de francs qui tombe directement dans les comptes personnels d'I.O.G. Et même s'il reverse au trésor national 1 ou 2 millards, cela lui fait, quand même, un bénéfice énorme chaque année.

De plus, il est a remarqué que les activités du port s'étant très largement accrues ces trois dernières années (2000 A 2002), les chiffres se rapportant à ces bénéfices doivent logiquement être, eux aussi, revus à la hausse.

Pour être complet sur cette question de la gestion personnelle des activités portuaires par I.O.G., il faut aussi tenir compte des bénéfices qu'il retire des activités des opérateurs privés du port (Agences maritimes, Agences de transit, Agence de manutention, ...etc.) dont certains appartiennent à lui même ou à sa famille et que les autres lui paient régulièrement la dîme (son pourcentage). Et toujours dans ce même cadre, il convient de ne pas oublier que le nouveau service de sécurité privé qui cette année a pris en charge la surveillance de l'ensemble des infrastructures du port de Djibouti, est directement sous la responsabilité de sa femme et du S.D.S. .

Et il est plus qu'évident que cette situation est très pratique pour garantir le secret sur les bénéfices et surtout sur le bon déroulement des divers trafics illicites de cet affairiste vers ou venant de l'Europe, des pays Arabes ou de la Somalie du Sud au profit du G.N.T. Ces opérations financières frauduleuses et répréhensibles par la loi sont, pour I.O.G., celles qui génèrent les plus importants bénéfices car elles sont basées sur l'achat, le transport, le transbordement, le transit et la vente de produits et matériaux prohibés ou très sévèrement réglementés sur le plan international, par des conventions et des traités ratifiés par l'ensemble des pays du monde.

Ces affaires sont aussi très importantes pour le dictateur Djiboutien parce que les contacts et les relations commerciales et humaines qu'elles entrainent lui apportent des franches et solides fidélités ainsi que des complicités durables et indéfectibles dans ce qu'on pourrait nommer comme les divers réseaux de la mafia tant sur le plan régional que sur le plan mondial.

Cet état des choses, qui pour un pays comme Djibouti est très difficile à concevoir, est pourtant la vérité la plus stricte et la plus irréfutable (Tous les services secrets étrangers basés à Djibouti sont au courant de ces magouilles). Il faut savoir que cela tient à la personnalité d'I.O.G. pour qui faire une affaire illicite est devenu presque une seconde nature de sa personne.

A titre d'exemple et outre les multiples trafics d'armes vers la Somalie ou les opérations de légalisation (blanchissement) de sommes considérables d'argent noir en provenance de l'Europe ou des pays Arabes, on peut citer le très ferme soutien (qui réellement cache une association) d'I.O.G.. au réseau de la mafia italienne de la région de la corne de l'Afrique.

Représenté à Djibouti par Mr. Gianni, patron de la Société SAVIR (associe aussi avec IOG la société de transit Djibouti 2000) et Consul de l'Italie dans ce pays. Ce réseau trafique avec ses représentants en Éthiopie par le biais des camions de transport de la société de transport Djibouti 2000. Lorsqu'ils quittent Addis-Abeba et qu'ils reviennent à vide sur Djibouti, ces camions assurent le transport frauduleux de certains produits légalement prohibés qu'ils sortent ainsi d'Éthiopie. Nous allons nous arrêter là, sur les exemples qui en fin de compte ne deviennent plus que des anecdotes, tellement il y en a à Djibouti, et tellement ces trafics sont devenus banals.

Pour en terminer avec ces opérations financières frauduleuses, importantes pour I.O.G. et qui pour leurs majorités, ont le port de Djibouti pour cadre d'action et de transit, il faut savoir qu' elles lui permettent d'assurer une entière et efficace politique de promotion et de développement des activités commerciales de certains intérêts arabes qui réellement ne sont que la partie visible de la volonté de pénétration, d'expansion et d'action des mouvements religieux musulmans partisans d'un islam radical dans la région.

En conclusion sur ce phénomène d'accaparation et de détournement personnel du principal instrument de l'économie nationale, on ne peut que constater qu'I.O.G étant pleinement satisfait des résultats de ce montage. Là aussi et sous couvert de cette société, sera encore mis en place une gestion personnelle au détriment de la nation Djiboutienne. En effet, pendant que ces montages financiers sont exécutés et que les bénéfices qui en découlent sont récoltés et engrangés, il convient de ne pas perdre de vue que le peuple de Djibouti se trouve, lui, dans un état de nécessite absolue et que les fonctionnaires souffrent de 8 à 9 mois de retard dans leurs émoluments mensuels.

Comme je l’ai spécifié tout au début de ce chapitre, cette situation inimaginable n'est que la résultante de la volonté d'un homme, qui pour arriver à cet état des choses, à sur plusieurs années axé tous ses efforts pour, d'abord et avant tout ruiné les principaux instruments et départements étatiques qui par leurs existences pouvaient s'opposer à son objectif. En effet l'une des premières opérations d'I.O.G. consistait à créer le chaos sur le plan administratif.

D'où ses premières actions de sabotage contre ce qu'on appelle communément l'Administration qui comme chacun sait est un élément plus que capital pour le bon fonctionnement d'un état, d'une organisation ou d'une communauté moderne. Pour le cas de Djibouti, I.O.G. a très vite et très tôt compris qu'une administration correcte et performante ne correspondait vraiment pas à ses objectifs et surtout à son ambition pour deux raisons:

En premier lieu, il convient de savoir que l'administration Djiboutienne qui était l'un des héritages positifs de la France était caractérisé par un professionnalisme sans faille et par un sens de l'état et de la chose publique assez élevé et unanime chez l'ensemble des fonctionnaires de l'état. Cela était, en grande partie, la résultante du sérieux de la formation et de l'état d'esprit nationaliste de ces fonctionnaires ainsi que de la supervision de la totalité de la vie administrative de l'état par l'ancien directeur du cabinet de la Présidence Mr. Ismaël Guedi Hared.

Pour I.O.G., ce dernier était à cette époque, un rival très sérieux dans la course au pouvoir car il avait pour lui la majorité des hauts fonctionnaires du pays qui déjà servaient sous ses ordres. Ne pouvant pas laisser perdurer cette situation et dans le but d'amoindrir la puissance d'Ismael Guedi, I.O.G. s'attaqua à l'administration par petites touches en utilisant et en faisant valoir, de façon mensongère, la notion de sécurité d'état sur tous les fonctionnaires qui le dérangeaient ou qui ne partageaient pas ses points de vue et qu'il voulait éliminer du circuit administratif de l'état.

C'est ainsi que par la manipulation, la désinformation, les menaces et les fausses affaires de sécurité, il est arrivé à écarter les intellectuels et les agents professionnellement valables pour les remplacer par des gens à lui n'ayant pas pour leur majorité, de qualification professionnelle. Ces gens là, n'étant généralement pas convaincus de l'importance d'une bonne administration dans la gouvernance d'un pays, finirent, comme l'avait prévu I.O.G., par dénaturer totalement le but des lois et des règlements administratifs de l'état. C'est ainsi qu'actuellement à Djibouti, l'administration d'état est caractérisée par:

  • Une déqualification professionnelle de son personnel
  • Une corruption endémique pratiquée de façon effrénée à tous les niveaux de l'administration et dans tous les Ministères.
  • Une oisiveté et une perte du sens de l'état, des responsables de bureau et de départements.
  • L'établissement de faux résultats et de fausses conclusions administratives sur le plan national et international.
  • L'introduction dans l'administration d'état, de notions rétrogrades, déplacées et non productives comme le tribalisme ou le clanisme.

L'autre raison pour laquelle I.O.G. ne voulait et ne veut toujours pas d'un système administratif normal, tient à sa volonté déclarée de s'accaparer illégalement les ressources nationales. En effet, sur le plan administratif, il est important, pour lui, de maintenir le chaos et la corruption pour la simple raison qu'une gestion administrative adéquate et performante de la chose publique, ferait obligatoirement ressortir non seulement ses lacunes sur ce plan mais aussi toutes ses malversations contre l'économie nationale.

En outre une bonne administration veille toujours à laisser des traces et des archives qui dans le futur pourront permettre de déterminer formellement les responsabilités de chacun des intervenants.

On comprend donc que cela ne fasse pas et n'aille pas vraiment dans le sens des affaires d'I.O.G. Les répercutions de cet état des choses sont multiples et vont jusqu' à toucher des pays et des organismes avec qui la République de Djibouti à des relations de travail qui nécessitent l'établissement et un suivi administratif sérieux. En effet, il ne fait aucun doute que les difficultés administratives qui depuis longtemps caractérisent les échanges commerciaux avec l'Éthiopie trouvent une partie de leurs sources dans les très mauvaises habitudes que l'administration Djiboutienne a adopté sous l'impulsion de ce tyran (exemple: l'incompréhension qui existe sur la façon de gérer le chemin de fer Djibouto-Éthiopien).

Sur un autre plan et afin de mieux éclairer nos lecteurs, il suffit de voir les difficultés d'incompréhension qui existent depuis des années entre le Gouvernement de Djibouti et certains Organismes des Nations-Unis comme le F.M.I. Ce dernier pour mener à bien la politique de réajustement structurelle en collaboration avec ce pays, à pendant longtemps été dans l'incapacité de se faire une idée juste de la réalité économique de Djibouti.

Il ne le pouvait pas car dans un premier temps, le régime ne voulait pas qu'on soit au courant de ses malversations financières et il voulait se donner le temps de camoufler tout cela et dans un deuxième temps, le système et les responsables mis en place par I.O.G. avaient pris l'habitude de tripatouiller et de faire mentir les chiffres et les statistiques au bénéfice des buts inavoués que le régime a fixé pour eux.

L'état chaotique de l'administration djiboutienne et l'accaparation ainsi que la dénaturation de l'ensemble du système économique du pays a obligatoirement des conséquences catastrophiques sur la population.

En effet, le Gouvernement actuel ayant axé ses priorités économiques sur l'enrichissement personnel de sa nomenklatura et sur la mise en place et l'entretien d'un énorme service de sécurité budgétivore, délaisse totalement et ne se préoccupe pratiquement plus des structures sociales étatiques qui normalement dans tout pays du monde participe à la bonne gestion d'une nation et qui reflète les préoccupations et les efforts qu'un gouvernement se doit pour le bien être et le développement social de sa population.

C'est ainsi qu'à Djibouti que des Ministères comme l'éducation nationale, la santé Nationale ou celui du travail sont totalement désorganisés et inopérationnels. Bien que touchant de très près les préoccupations journalières de la population, le gouvernement Djiboutien ne leur donne aucune importance et il détourne très souvent et officiellement une grande partie des budgets qui lui sont alloués en début d'année.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.