ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


06/11/09 (B524) Nul ne peut s’insurger contre l’asservissement et la prédation, et en même temps soutenir discrètement de bien tristes personnages tels Ismaïl Omar Guelleh et la QABYO ou se faire leur complice. ( Par Bouh Warsama)

En 1999, après avoir écarté tous les candidats potentiels à la succession du président Hassan Gouled Aptidon, issu d’une mascarade électorale et soutenu par une forme de mafia « étrangère » qui privilégie l’oseille et les trafics en tous genres à l’éthique républicaine Ismaël Omar Guelleh s’est accaparé d’autorité le trône laissé vacant par un « tonton » Gouled usé par la maladie et le grand âge.

Cette succession fut consentie à la condition du versement en liquide de 400 millions de FDJ…pris sur la Trésorerie du Port de Djibouti auxquels s’ajouta ….un « don » provenant de la Banque de France pour faire l’appoint…..

Mais contrairement à ses engagements IOG ne va pas maintenir la dynastie Mamassan au pouvoir ou respecter l’alternance Issa - Rehr Issa - et va très vite imposer ses propres méthodes pour le moins dictatoriale et son propre clan.

L’ignorance au pouvoir étant la mère de tous les maux, par la suite, il ne se privera pas d’accuser ouvertement tout à la fois Gouled et l’ex colonisateur français de toutes les difficultés dont souffrent les populations du pays….

- Ecarter les concurrents potentiels par « tous les moyens »

Se porter candidat de l’opposition à une quelconque élection à Djibouti – a fortiori pour des présidentielles – constitue depuis 1999 un risque que peu osent prendre.

L’histoire est là pour leur donner raison.

Souvenons-nous que dans le cadre des mesures préparatoires au premier hold-up électoral d’IOG, certains opposants de premier plan seront « cordialement invités… » à effectuer à cette époque un séjour de « reconditionnement psychologique » à Gabode pour bien des raisons qui s’avèrent être quasi exclusivement politiques.

Ils furent ensuite placés sous bonne garde en « résidence surveillée », sans possibilité de s’exprimer politiquement ou de quitter le pays.

D’autres, bien plus perspicaces avaient trouvé dans l’exil précipité un refuge salvateur à l’étranger, enfin Mohamed Djama Elabeh (AMIN) fut « effacé » par empoisonnement, purement et simplement, fin 1996 avec la complicité d’un commis-larbin promu député quelques mois plus tard……..

Il y a certains tyrans que les occidentaux suivent d’autant plus aveuglément qu’il faut être aveugle et sourd pour les suivre…

Il est vrai que les yeux sont aveugles lorsque l’esprit est ailleurs et qu’au fond « ce n’est qu’une affaire de si peu d'importance car…entre Djiboutiens »…

Le « terrain politique local » ayant été déserté par ce qu’il reste d’une opposition laminée par la force ou l’emploi de la dissuasion par le chantage, dès lors IOG n’aura eu pour seul programme économique, politique et social, que celui des mascarades en tous genres avec – entre autres subterfuges - une artificielle ouverture des EPIC (Etablissements Public Industriels et Commerciaux) au secteur privé… ; ouverture qui lui servira de pompe à pognon à titre personnel.

Observons que la QABYO exigera sans cesse sa part du « gâteau » et se constituera – elle aussi, à moindre frais et sans un quelconque effort... surtout pas intellectuel - un pléthore patrimoine foncier - entre autres à Djibouti - à partir d'expropriations-saisies...ou de menaces ouvertes.

Dirigeant le pays en «seconde main » et le plus souvent à la place de son Excellentissime Sérénité Ismaïl Bobard le Magnifique..., elle n’hésitera pas à employer tous les moyens, bien au-delà de ses réels besoins et des bienséances dues à son statut d’épouse de Chef d’Etat, ce qui constituera – et constitue encore de nos jours – une inhumanité flagrante et un pillage sans scrupule dont sont victimes les Djiboutiennes et des Djiboutiens.

Spoliant les Finances publiques, faisant détourner les fonds publics et les aides financières internationales car passant dans ses mains ou celles de la QABYO, le binôme infernal réussira ainsi et lentement à plonger Djibouti – au fil des artifices et des hypocrisies – dans le club peu enviable des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE).

Alors qu’à l’inverse de cela et à titre personnel l’un comme l’autre vont s’enrichir - outrageusement et de plus en plus au fil du temps - en exploitant tous les « filons » et les « ficelles » que leur octroie le plus haut niveau de l’Etat. Tout ceci en même temps que leurs courtisans (es) trouvaient larges avantages et monopoles dans ce nouvel Etat de non droit qui n’a rien d’une république.

Loin de résoudre les problèmes cruciaux, cette situation affaiblissait un peu plus encore sur le plan économique et social les plus faibles et les classes moyennes djiboutiennes en minant leur maigre pouvoir d’achat mais faisant – à l’inverse - la fortune de quelques-uns mais sans discernement de la part du Palais de l'Escale.

Serviteurs, vassaux et amis qui accroissaient dans le même temps leur puissance qui va devenir une menace pour les « deux squatters du Palais ….. ». Observons que la tyrannie imposée par le couple infernal « IOG/QABYO » n’est qu’une fiction. Leur pouvoir de 1999 s’est disséminé depuis entre de nombreux petits sous-dictateurs presque anonymes et irresponsables dont les excès de leur tyrannie et la corruption sont devenus insupportables pour les Djiboutiennes et les Djiboutiens.

D’autre part, la leçon que l’on peut tirer des « évènements et des conflits de Palais » de ces derniers mois – avec la saisie des biens d’un Abdourahman BOREH le vieil ami devenu soudainement le paria, l’homme à abattre – est que par principe reconnu les courtisans et les hommes d’affaires, situés en périphérie immédiate du pouvoir d’Etat, veulent leur liberté aussi longtemps qu’ils n’ont pas la puissance.

La reconnaissance que leur doivent les courtisans (e) et leurs amis hommes d’affaires n’ayant que peu de mémoire, rien d’étonnant à ce que ces derniers obtiennent cette puissance avec le temps et surtout au fur et à mesure de l’augmentation de leur richesse.

Courtisans (e) et amis hommes d’affaires exigeront alors l’immunité au travers de la suprématie ; ce que ni IOG et encore moins la QABYO ne sauraient leur consentir…..

Qu’il l’admette ou pas, Ismaïl Omar Guelleh aura perdu en moins de 10 années toutes ses protections et le peu de prestige dont il bénéficiait tout en exigeant que l’on flatte sans cesse son égo alors que plus que jamais, il apparaît comme un kleptocrate manipulateur, vomi par l’écrasante majorité de ses concitoyennes et de ses concitoyens ; à l’exception de quelques-uns qui constituent son dernier rempart mais qui n’hésiteront pas soit à le poignarder politiquement soit à quitter le « navire en perdition » le jour du naufrage…

Bien qu’encensé de manière indécente et très artificielle par une presse et des médias dévoués mais surtout contraints à s’exécuter par la force et l’argent ; Ismaïl Omar a-t-il conscience que la véritable information n’a pas de maître ?

Même si en un moment elle se doit de courber la tête, de se taire, elle n’est point esclave et de toute contrainte sait briser l’entrave lorsqu’il conviendra de le faire.

Tant qu’il y aura de telles dictatures, nous ne saurions avoir le cœur de condamner fermement certaines démocraties occidentales qui sont loin d’être parfaites, et même si nous n’hésitons pas à critiquer vertement le soutien aveugle qu’elles apportent au tyran depuis 1999 sans oser voir ce qu’il se passe derrière les images fallacieuses qu’il présente à l’opinion publique internationale.

- La promotion de l’imbécilité humaine doublée de l’incompétence.

Les plus grandes « réussites sans gloire » du génie…de la Corne Est de l’Afrique furent de laminer l’opposition politique dans le pays depuis les années 1990, de la pourchasser ouvertement bien au-delà des frontières de Djibouti, de fomenter l’oppression sanguinaire au moyen de sa police politique, la servilité et la cruauté ; mais le plus abominable est qu’il a fomenté et encouragé la promotion de l’idiotie dans son entourage immédiat.

Un des plus clairs effets des choix désastreux d’Ismaïl Omar Guelleh fut de faire la promotion et la richesse de l’incompétence et de l’idiotie humaine qui, sans lui, ne seraient restées que de simples et pauvres imbéciles.

- Comment peut-on prétendre construire un pays en s’appuyant exclusivement sur l’ignorance, la cupidité et l’ordre des désordres ?

(Dixit IOG) Quiconque est plus lent est une chèvre et quiconque est plus rapide et pertinent est un crétin d’intellectuel.

Au fil des années, le Palais de l’Escale n’a point récompensé ou promu les meilleurs de ses ministres, de ses cadres administratifs et de ses militaires ou policiers comme il se devait de le faire.

Loin s'en faut !!!!!!!!

A l'inverse de cela, il a favorisé le plus souvent les apparences artificieuses du mérite plutôt que le mérite même ; écartant voire poussant vers l’exil celle ou celui qui refusait de baisser la tête devant toutes les formes de dictature voire de tyrannie locale…….

Ce ne sont ni les distinctions ni les honneurs qui élèvent l’âme, la conscience d’avoir bien agi est une récompense en soi.

- Le monde change, tous les pouvoirs excessifs dont fait usage le tyran mourront par leurs propres excès.

L’une des malédictions dont souffre Ismaïl Omar Guelleh dans sa solitude politique c’est qu’elle le contraint à ne penser qu’à lui et ceci de manière démesurée.

Il sait que sa puissance tyrannique et sans partage n’est plus ce qu’elle fut par le passé car - outre son délicat état de santé qui l’affaiblit - elle a réveillé des consciences, y compris dans le monde occidental.

Ce que nous appelons crise mondiale est, en fait et à notre sens, un changement de société avec une « distribution de nouvelles cartes » dans bien des domaines.

Alors que, depuis bien des années, l’opinion publique internationale est bien informée de ce que sont les excès du régime d’IOG, les « gouvernants » occidentaux se penchent aujourd’hui par la fenêtre des « Droits de l'Humain » et regardent avec grande attention Djibouti, ce qu’ils ne faisaient pas auparavant.

Ils observent, conditionnent leurs aides et contestent diplomatiquement ce qu’ils n’osaient pas aller regarder auparavant au nom de la diplomatiquement correcte « non ingérence dans les affaires internes d’un pays libre et ………….indépendant ».

- Mais que fait l’opposition politique ?


L’opposition politique djiboutienne à Ismaïl Omar Guelleh commence à comprendre que la liberté consiste à choisir entre deux formes d’esclavage ; l’égoïsme et la conscience humaine.

Celui qui choisit la conscience est un homme libre.

Quant à l’égoïsme politique, consistant à faire son artificiel bonheur du malheur de tous les autres, perce à travers tous les voiles ; il se trahit en toute rencontre et – s’il accèdait demain à tous les pouvoirs – mènerait bien vite à la substitution d’une tyrannie par une autre...Peut être encore pire que la précédente.

Avec sa jeunesse, à la condition qu’elle ait fait en préalable son « ménage » en virant les auxiliaires et autres factotums rémunérés d’Ismaïl Omar Guelleh ( tels KAKA et DADA....guignols de service) qui ont pour mission de pourrir la situation et de diviser, l’opposition politique djiboutienne a une opportunité historique consistant à préparer dans l’union la construction des institutions nationales.

Construction sur des fondations solides avec l’exigence que tous les sujets, y compris et surtout les plus censurés tel que celui des ingérences et manipulations d’IOG, puissent être ouverts à la libre discussion, sans tabous.

Si en matière de politique menée à Djibouti par la France, il y eut trop longtemps en matière de diplomatie des ordres injustes qui furent de ne point voir ce qu’il s’y passait et qui masquèrent ainsi les pires désordres ; celles et ceux qui aujourd’hui n’ont de cesse que de palabrer sur le passé et les erreurs commises, en espérant chausser les souliers d’un tyran à l’agonie, risquent de marcher encore longtemps nu-pieds.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.