ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


20/11/09 (B525) Le Journal de la Flibuste (4 articles en Français)

_________________________ 4 - Bruxelles 2 - Europe de la Défense

Deux groupes pirates neutralisés près des Seychelles (maj)

Les équipes navales d'Eunavfor Atalanta - l'opération européenne anti-piraterie - sont passées à l'action, ces deniers jours, contre les groupes pirates qui sévissent autour des Seychelles, a annoncé le QG d'Atalanta.

Depuis mardi, l'avion de patrouille maritime d'Atalanta avait repéré plusieurs bateaux suspects aux alentours de 300 miles nautiques des Seychelles.

La frégate grecque Adrias a été envoyée pour les intercepter et les neutraliser. Mercredi matin, des équipes d'abordage de l'Adrias interceptaient une équipe de 10 hommes à bord d'un bateau mère et deux skiffs pirates.

Peu après, une autre équipe avec 5 pirates suspects, à bord d'un bateau mère et de skiffs était ensuite interceptée et neutralisée de la même manière. Les militaires grecs ont saisi tout l'équipement des pirates mais ont dû relâcher les suspects.

Aucun acte délictueux ne pouvant leur être reproché directement. "Il n'y a pas de relation avec un bateau attaqué ou un autre" m'a expliqué un expert du dossier.

__________________________ 3 - Le Mamouth

Marins contre pirates (bilan provsioire !)

En l'espace de deux ans, la marine française a :

  • été la première à protéger, en urgence, les navires du PAM,
  • réussi à reprendre trois navires détournés (Ponant, Carré d'As et Tanit) avec la mise en oeuvre d'autres capacités (GIGN, DGSE, Transall),
  • déjoué, depuis octobre 2009, quatre attaques contre des thoniers bretons,
  • remis 58 pirates présumés aux autorités locales.

Ce bilan n'a tout simplement pas d'équivalent.

  • La lutte contre la piraterie au large de l'Afrique orientale consomme en quasi-permanence un ATL-2, une à deux frégates, ainsi qu'une cinquantaine de marins dans les équipes de protection embarquées (EPE).
  • D'importants moyens, non dédiés, restent en réserve, notamment à Djibouti. Il s'agit essentiellement de moyens aériens et commandos.
  • La France fut avec l'Espagne à l'origine de l'actuelle opération européenne Atalante, qui doit, le 19 novembre, être prolongée.
  • Le coût de la lutte contre la piraterie est difficile à chiffrer précisément, puisque le propre d'une frégate est d'opérer à la mer, et si possible, avec une mission.

__________________________ 2 - Portail des sous-marins

Des millers de pirates prennent la mer lorsque des rançons de millions de $ sont payées


Par Rédacteur en chef.

Le responsable de l’opération Atalante de lutte contre la piraterie en océan Indien affirme qu’il n’a pas assez de bâtiments pour protéger les bateaux de pêche dans cette zone et qu’avoir des frégates près de thoniers ne garantie pas qu’il n’y ait pas d’attaques.

Mark Peter Hudson ne laisse aucune question sans réponse, mais les déclarations de cet amiral britannique, commandant en chef de l’opération Atalante, indiquent clairement que le cadre de l’opération européenne contre la piraterie est rigide et que, avec ses compétences directes, la sécurité des pêcheurs basques espagnols n’est pas garantie.

De même, il reconnait que les moyens dont il dispose dans le golfe d’Aden et l’océan Indien sont très limités et que, pour élargir la zone surveillée, il faudrait plus de navires de d’avions. Quelque chose qui ne dépend pas de sa volonté, mais des gouvernements européens.

Savez-vous combien de pirates se consacrent à la piraterie ?

Quand ils reçoivent des rançons de 2 ou 3 millions de $ par navire, j’imagine que des milliers de pirates prennent la mer. Qui ne le ferait pas ? Sans travail, il est à peine possible de survivre, la famille survit dans la pauvreté…

Malgré leurs conditions de vie, ils sont très bien informés.

Les pirates sont très imprudents. Nous savons qu’ils opèrent depuis tous les points de la côte de Somalie, depuis le sud jusqu’au nord. Ils partent en mer pendant longtemps avec très peu de nourriture et de carburant. Et nous devons les secourir parce qu’ils sont en danger, sans carburant, sans eau et sans nourriture. Humanitairement, nous devons leur porter assistance. De plus, ils accordent peu de valeur à la vie et ils espèrent seulement pouvoir s’approcher d’un navire pour le prendre en otage. C’est tout un défi.

De quels moyens disposez-vous dans la région ?

Nous avons 3 avions de France, Espagne et Luxembourg, et 8 bâtiments.

Combien surveillent les pêcheurs ?

Nous avons 4 bâtiments sur la côte de Somalie. Un accompagne le navire d’aide alimentaire et les 3 autres patrouillent une zone de 2 millions de km² pour repérer les skiffs. Les 4 autres surveillent le corridor international dans le golfe d’Aden. De plus, les bâtiments ont besoin d’entretien et de se ravitailler, comme pour les voitures. Il y a donc des bâtiments qui doivent faire des escales. Nous sommes optimistes pour 2010, mais disposer de moyens est crucial.

Il est possible qu’ils soient réduits à l’avenir ?

Bien sûr. Il y a la volonté politique et les États-membres nous ont beaucoup appuyé, mais il y a des moments où ils sont plus généreux et non. Et nous entrons dans une période où il se pourrait qu’ils le soient moins.

Malgré la libération du thonier espagnol Alakrana, une douzaine de navires sont toujours entre les mains des pirates avec presque 250 membres d’équipage retenus en otage. Comment pouvez-vous dire que la situation est sous contrôle ?

La côte de Somalie est une zone très difficile à patrouiller. Nous avons peu de moyens. Nous n’avons pas tant de bâtiments et nous pouvons seulement en affecter un peu à la côte de Somalie — où pêchent les thoniers —, comme l’OTAN et les forces de la coalition. Nous pouvons réduire le risque si les navires suivent les conseils que nous leur donnons et si ils nous communiquent la route qu’ils pensent suivre dans les corridors. Encore qu’utiliser le mot contrôle est peut-être trop fort pour la zone est de la côte somalienne.

Les thoniers font partie des bateaux les plus vulnérables. Avez-vous un protocole spécial pour eux ?

Nous travaillons en étroite collaboration avec les associations de thoniers pour les conseiller sur la façon de se protéger quand ils pêchent au large de la Somalie. La France comme l’Espagne ont adopté des mesures spécifiques pour garantir la sécurité des navires et nous les appuyons aussi quand nous le pouvons.

De plus, nous avons au centre de commandement de Northwood (Royaume-Uni) des représentants des thoniers qui parlent quotidiennement avec les armateurs et, quand nous voyons des activités suspectes, nous les informons. Bien que nous n’ayons pas assez de bâtiments de guerre à consacrer à la flotte de pêche, nous essayons que le flux d’information soit précis et rapide.

Ainsi, les pêcheurs ne sont pas une priorité pour la mission Atalante.

Nous avons des moyens limités et nous ne pouvons pas tout le monde. Nous conseillons, nous parlons, quand nous pouvons nous affectons des bâtiments, nous maintenons une surveillance aérienne… J’aimerais que les états-membres me donnent plus de bâtiments. Mais, avec ce que j’ai, je veux penser que nous donnons le soutien le plus large possible aux bateaux de pêche.

Donc, le problème est le manque de moyens ?

Le problème n’est pas nécessairement les moyens, mais plus l’étendue de la zone. Nous parlons d’une zone qui représente les 2 tiers de la superficie des États-Unis, que vous surveillons avec 6 ou 7 voitures de police. C’est pourquoi il faut travailler avec d’autres moyens, comme le renseignement, une amélioration de la sécurité à bord... De plus, les thoniers aussi parcourent de grandes distances, ils ne travaillent dans une zone précise, et cela rend la situation bien plus difficile.

Vous ne pouvez pas garantir qu’ils ne seront pas attaqués.

Je vais prendre un exemple. Au début de cette année, nous avons perdu un bateau et il se trouvait à seulement 10 nautiques d’un bâtiment de guerre. Même ainsi protégé, les pirates ont réussi à le prendre en otage. C’est pourquoi avoir des bâtiments de guerre près des thoniers ne signifie pas nécessairement que l’équipage sera en sécurité. Il faut être préparé, utiliser les service de renseignement, mettre en marche les actions de sécurité à bord. Tout ceci est ce qui peut leur donner la sécurité.

De combien de voitures de police auriez-vous besoin pour réduire les attaques au minimum ?

Nous les amiraux, nous voulons toujours avoir beaucoup de bâtiments. Mais nous devons être réalistes. La demande de forces militaires en Europe est actuellement très élevée. La vérité, c’est que j’ai reçu un bon appui des états-membres pour l’opération Atalante et il s’agit d’un succès. Et je continuerai à travailler pour que les moyens disponibles en 2010 soient ceux dont nous avons besoin. Je suis optimiste, mais je travaille avec les offres que font les états-membres.

Les thoniers pêchent au sud de la zone de sécurité, suivant les bancs de thon. Pourquoi vous ne l’agrandissez pas ?

Jusqu’à présent, seuls 3 bateaux ont été capturés en dehors de la zone de sécurité, nous allons étudiez la chose. Mais agrandir la zone ne diminue pas le risque. Il est clair que nous pourrions l’agrandir avec les bâtiments de guerre que nous avons, mais le risque resterait le même.

Il y a eu beaucoup de critiques envers les thoniers qui pêchent là-bas. On les a même accusé de voler les ressources des pêcheurs somaliens. Quelle est votre expérience ?

Dans les ports somaliens, il y a évidemment une activité de pêche pour alimenter son économie locale, mais ils ne pêchent que près de la côte, dans la zone des 12 nautiques. C’est pourquoi je ne pense pas qu’il y ait de conflit. Nous savons que toute accusation de pêche illégale par le thoniers est un mensonge. En effet, si nous voyons un thonier pêcher à l’intérieur de la zone économique exclusive de la Somalie, nous l’en informons.

Vous pensez que l’Union Européenne agit avec suffisamment de force contre les pirates ?

Ce n’est pas à moi de répondre. Mon travail est d’éviter les prises d’otages et, quand je peux, d’arrêter les pirates. Ce qui se passe lorsque nous arrêtons des pirates, nous invitons les états-membres à nous dire ce que nous devons faire avec eux. Les envoyer dans l’état-membre, comme l’a fait récemment l’Espagne, ou dans les pays avec lesquels nous avons des accords, comme le Kenya ou les Seychelles. Mais ce qui leur arrive dans le système judiciaire, c’est pour les avocats, pas pour moi.

Quelle est la meilleure réponse ?

Cela ne me préoccupe pas. L’objectif final doit être de les envoyer devant la justice. Cela m’est égal que ce soit dans les états-membres ou au Kenya. Ma tâche est de les arrêter, de présenter les preuves et qu’ils soient présentés devant la justice.

Les armateurs français croient que, avec 60 militaires à bord des thoniers, il serait possible d’éviter les attaques. C’est possible ?

Si vous avez un navire très vulnérable, très peu manœuvrant, ce sont des moyens que les gouvernements peuvent envisager. Personnellement, je ne suis pas favorable à donner carte blanche aux équipes de sécurité sur chaque navire. Dans des situations très spécifiques, et la France et l’Espagne l’ont jugé ainsi, ils peuvent avoir un rôle à jouer, mais les gouvernements doivent garantir qu’il y ait une coordination.

Vous soutenez l’idée d’une sécurité privée à la place des militaires à bord ?

L’un ou l’autre, toujours et quand le commandement et le contrôle sont absolument clairs et qu’il y ait un risque limité. Et je suis sûr que Madrid l’a déjà envisagé.

Nous continuerons à connaitre des situations aussi dramatiques que celle de l’Alakrana ?

Je ne peux pas garantir que la piraterie va s’arrêter. La Somalie est un pays éclaté, brisé, qui traverse une situation très difficile. Le gouvernement fédéral de transition travaille dur pour améliorer l’état de droit, mais, jusqu’à ce qu’il y ait des progrès, je soupçonne que nous allons continuer à voir la piraterie pendant longtemps. La récompense qu’ils reçoivent est énorme, des milliers et des milliers de $ par navire. C’est pourquoi ce n’est pas quelque chose que nous allons régler ni la semaine prochaine, ni le mois prochain ou dans un an. Nous devons travailler étroitement avec les autorités pour que les somaliens n’aient le désir de partir en mer pour attaquer des navires comme l’Alakrana.

Nous aurons donc Atalante pour longtemps.

L’Union Européenne va en discuter mais, indubitablement, nous allons maintenir la mission pendant longtemps.

__________________________ 1 - Angola Press

Les pirates libèrent un navire à la cargaison douteuse

Les pirates somaliens ont libéré jeudi un navire capturé le 7 novembre et transportant une cargaison présumée d'armes, a annoncé l'ONG environnementale Ecoterra International, qui suit de près la piraterie somalienne.

"Le MV Almeezan, ce mystérieux navire (chargé) d'armes capturé pour la seconde fois le 7 novembre après un incident similaire en avril 2009 (...) a été libéré ce (jeudi) matin", a indiqué l'ONG dans un communiqué.

Ecoterra International précise que l'équipage, 15 Indiens et deux Pakistanais, sont sains et saufs et que le navire, qui avait quitté les Emirats arabes unis fin octobre a repris sa route vers Mogadiscio.

Un responsable antipiraterie somalien, travaillant pour le gouvernement de transition somalien Ismail Haji Noor, avait affirmé le 11 novembre que le cargo convoyait "un large éventail d'armement". Le propriétaire de la majeure partie de la cargaison avait toutefois catégoriquement démenti la présence d'armes à bord.

Le bateau transporte notamment du sucre et des matériaux de construction, selon le PDG de la société Juba, Abdi Ali Farah. "J'ai le manifeste des biens à bord du bateau. La cargaison devait être déchargée au port de Mogadiscio qui est sous le contrôle du gouvernement de transition somalien et des troupes de l'Union africaine", avait-il ajouté.

On ignorait jeudi après-midi si une rançon avait été versée pour la libération du navire.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.