ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


24/11/09 (B526) FreeDjibouti -> Vision consciente pour LA PATRIE.
Par FreeDjibouti


Retrouvez l'intégralité des chroniques
de FreeDjibouti : lien

Dans un pays où l`on réclame une positivité d`esprit, un normal des choses, un rêve de vivre au diapason des justes ressources culturelles, économiques et humaines disponibles, il est impératif que tout citoyen conscient  et les autorités doivent se donner certains objectifs à atteindre coûte et coûte, de se soumettre à certaines valeurs d`éthiques et de droit réinstaurant la dignité humaine dans son véritable contexte et de s`engager fortement en vue d`éliminer les maux d`immobilisme et de la pauvreté.

S`il est vrai que notre pays pauvreté des problèmes d`incompréhensions, de la gabegie financière, de la gestion totalitariste de nos biens, de la course abusive du pouvoir et des dispositifs volontaires mis en place pour transformer les vraies informations au détriment des fausses voire l`instauration d`un système efficient d`intoxication et de dénigrement abusif des personnalités des uns et des autres, il convient de s`accorder de dire qu`il y a un patriotisme réel qui manque dans nos vies quotidiennes d`où la question de savoir ce que nous faisons de notre puissance patriotique.

Loin d`avoir recours aux encyclopédies avant de définir le Patriotisme, il est beaucoup plus simple de le percevoir comme le grand ‘’Amour à sa Patrie’’ qui a vu naître un citoyen ou sa génération.

Si les esprits s`accordent sur la simple perception de ce terme qui revient très souvent   sur les lèvres de nos leaders, de nos politiques, de nos développeurs, de nos journalistes,  de nos étudiants, bref  de nos parents, il nous incombe aujourd`hui d`interroger nos vives consciences pour savoir ce que nous faisons justement de cette valeur prépondérante dont tout un citoyen bénéficie ou est doté.

N`est-il pas vrai que la démonstration du vrai patriotisme pourra unir ou réconcilier véritablement les ressources humaines d`une nation jadis divisée? Ne faisons-nous pas abusivement et malhonnêtement usage de cette ressource divine contre notre pays, Djibouti? En tout cas, ces quelques premières interrogations perturbent mon sommeil profond et turlupinent sans cesse mon humble esprit patriotique.

Mes chers compatriotes, je ne cesse jamais d`interroger mon esprit pour mieux apprendre. Est-ce que nos efforts de démonstration du patriotisme vont se limiter seulement et uniquement dans nos cybers café, dans nos salons douillets et bureaux garnis d`ordinateurs sensibles et modernes comme l`on nous colle déjà le nom des politiques de cyber?

Est-ce à dire que nos combats politiques doivent prendre grandement les pas sur nos efforts de contribution au développement de notre société?

Est-ce que nos efforts de vouloir sortir notre pays de l`ornière et de l`impasse socio- politique et économique ne vont se limiter qu`aux écrits de dénonciation, de dénigrement, des commérages, des discours fantaisistes de gros mots?  Es-ce que notre amour à notre pays  est synonyme de guerres, d`incompréhensions et de querelles  de positionnement de telle ou telle personne à une bonne place de nos associations en vue de bénéficier de quelques atouts de positionnement pour l’élection présidentielle prochaine sans résultats concrets? 

Est-ce que nos populations affamées vont vivre seulement et uniquement de la prolifération de conférences de presse, des marches de soutien, de protestation et de meetings partout à l`étranger? Quels sont exactement les chantiers de développement concrets, patriotiques et non gouvernementaux que nous actionnons et qui peuvent être profitables par notre couche sociale démunie vivant sur le sol djiboutien que nous manipulons ou utilisons à notre gré à l`approche des événements électoraux comme des boucs émissaires?

Quelle est exactement la réalisation concrète des grands projets sur notre terrain depuis des décennies de combat recrutant la jeunesse que nous utilisons pour nos marches et que nous nous préparons à mettre quelques jours encore devant un champ de bataille de vote au moment où nous nous serons ailleurs devant nos ordinateurs et sur les radios ?

Allons-nous nous limiter à dire seulement que nous supportons nos familles respectives avec les transferts d`argent? Si cette dernière est notre argument quotidien, es-ce que cette action n`est moins visible qu`aux autres que nous pouvons inventer, créer avec nos esprits doués de connaissances qui ne sont plus à démontrer?

Pourquoi l`on ne fait pas preuve du maintenant et à jamais de ce type de patriotisme en vue d`aider nos populations à lutter contre cette corruption active que nous dénonçons chaque jour? Pourquoi décidons –nous de laisser nos peuples vulnérables et puis revenir les accuser des contributeurs de la corruption? Connaissant très bien l`esprit djiboutien, ne pensons-nous pas que le djiboutien à juste besoin du peu pour faire le maximum?

Que fait-on du droit qui nous permet de visiter notre pays d`origine et d`y circuler librement sans être menacé? Sauf les présidents des partis politiques de l’extérieur du pays. Faut-il continuer par croire que c`est à l’autorité suprême ou au gouvernement que revient la responsabilité entière et le droit de construire, de réparer nos bâtiments d`écoles et d`installer d`autres dispositifs de développement? Si d`emblée, certains esprits me rétorqueront par l`affirmative, n`est- il pas aussi mieux de frayer un autre chemin dans l`union et dans la synergie afin d`apprendre à nos peuples cette manière de se prendre en charge, de se faire confiance et de ne plus attendre le ciel gouvernemental entraînant par moment la corruption flagrante dans notre pays?

Est -ce que l`exemple des dégâts occasionnés par des vents violents , des tonnerres et des inondations survenus tout dernièrement dans le pays de l`Oncle Sam, une première puissance mondiale,  ne sont pas pris en charge par de petites associations et des groupes organisés? Je ne me pose pas cette dernière question pour donner crédit à notre gouvernement paresseux de suivre l`exécrable exemple américain qui consiste à ne pas faire grande chose pour indemniser bon nombre de victimes jusqu`à ce jour  mais je le dis juste à titre d`exemple qu`à part le gouvernement djiboutien, tout citoyen, ayant de petits avantages de situation sur les autres, peut aussi s`organiser individuellement ou collectivement à l`étranger comme à l’intérieur  avec les potentialités et relations dont il dispose en vue d’aider certains projets de société.

Si l`on veut trop attendre le départ de Guelleh avant de vouloir poser ces actes alors j`ai peur que le peuple lirait en nous un manque de patriotisme ou une incapacité notoire à l`égard de notre pays .Quand le peuple désespéré vit dans la pauvreté, il serait un peu pénible pour ce dernier de refuser toute tentative de corruption et de décider la vraie destinée de notre pays dans quelques mois encore. Es-ce que nous aimons vraiment notre patrie, Djibouti?  Si oui, que faut-il faire exactement aujourd` hui? C`est la question objective qui doit nous importer plus.

Cette équation peut être diversement résolue à condition que l`essentiel de la réponse finale soit la vision du développement rapide de notre pays natal qui a trop souffert des politiques.

Ce qui nous convient entre autres de faire est de préparer LA JOIE DE VIVRE DE NOS POPULATIONS. Il faut la naissance impérative d`une nouvelle génération à Djibouti comme partout ailleurs pour réorienter la destinée objective de nos peuples tout en la dépouillant  des traîtres, des tribalistes, revanchards, des aventuriers de la politique , des héritiers biologiques et politiques, des fatigués  et des  gros mesquins. Si nous voyons tous ces agités qui se déclarent de droit leurs candidatures à travers notre Djibouti et qui vivent dans de bonnes conditions quotidiennes, qui parmi eux, consciemment à poser des actes de projets concrets engageant notre jeunesse souffrante?

Ils  continuent plutôt par stagner dans l`illusion notoire de vouloir aller tenter encore leur chance de sollicitation de l`électorat au lieu de préparer les essentiels garantissant un avenir radieux et de s`unir autour d`une chose commune pouvant libérer le djiboutien souffrant. A la question de savoir quel est le programme de société dont ils disposent, gaiement, ils me répondront que c`est la lutte de l`Indépendance ou mieux encore c`est de chasser Guelleh du pouvoir sans avoir rassemblé ou coordonné les moyens et les énergies essentielles d`y parvenir. 

Qui trompe qui? Et, pendant combien de temps?  Bref, c`est une forte illision car les mentalités changent et la population veut des actes concrets.  Il est enfin temps de comprendre que nous devons nous organiser tout en écartant certaines idées diaboliques qui nous envahissent et qui ne nous permettent pas d`apprécier à juste titre même l`adversaire et de rester ensemble en vue de soutenir des projets objectifs pouvant nous permettre d`engendrer le vrai développement a petit coup. 

Il nous incombe sans doute de nous débarrasser de certaines idéologies d`antiquité puis nous joindre a certains déterminés sur le sol djiboutien comme dans la Diaspora en vue de penser à des actions palpables.  De nos jours, il est vain de se limiter à dénoncer ou à dénigrer les compétences patentes de quelques compatriotes qui osent voir non seulement autrement les choses grâce à leurs expériences ou visions d`analyses mais aussi essayent  de vouloir commencer par poser quelques actes concrets sur le sol d`origine. Il suffit qu’un leader politique se rend à Djibouti pour un motif personnel ou politique ou un fonctionnaire International Djiboutien accepte un poste pour faire son essai , certains détracteurs dans la diaspora comme au pays trouvent alors leurs pains quotidiens de dénigrement en insultant les auteurs d`une telle vision.

Nous nous limitons à tout rejeter sans faire aucune analyse, démarche de compréhension des contours d`une telle idée sur laquelle des garanties sincères peuvent être demandées afin que les résultats d`une telle initiative profite à toute la nation djiboutienne.

Qu`attendons-nous exactement pour mettre nos connaissances à profit à Djibouti lorsque nous notons consciemment qu`il y a un début de décrispation de notre atmosphère politique?  C`est ainsi que nous tirons notre plaisir de malhonnêteté dans le fait de diaboliser les gens en jurant qu`ils  ont sabote notre combat ou qu`ils s`en vont pour négocier les postes de ventrocratie. Es-ce que ce slogan crée pour diaboliser certains compatriotes trouvent par moment sa juste et réelle place dans nos idéologies de démocratie que nous réclamons ?

Quelle est alors la faute à ceux ou celles–la qui voulaient essayer de bien analyser, apprécier à juste titre et puis d`entamer de préparer une chose afin que quelques autres viennent continuer puis finir?

Méritons-nous de les soutenir par nos suggestions et doléances objectives en vue de les aider à dégager les fossoyeurs, les entrepreneurs de la gabegie de la nation ou de les dénigrer éternellement?  Jusqu`à quand les auteurs de ces informations intoxiquées, ces vendeurs d`opinion, doivent cesser d`agir inutilement dans nos sociétés pour que des réflexions sérieuses jaillissent dans la cité? C`est ce qui m`amène par moment à pleurer l`avenir de certains autoproclamés leaders, intellectuels qui n`acceptent point l`évidence ou la vérité avec leurs esprits. Es-ce que ces derniers ont-ils besoin des lampes à la chinoise pour éclairer leurs esprits?  Pourquoi refusons- nous par croire en nous même ou en la génération nouvelle?

Chers frères et soeurs, il relève alors du nécessaire d`entamer par nous organiser nous- même en vue d`organiser les autres.  La méfiance abusive tue non seulement notre développement mais aussi notre vision de vivre ensemble pour construire afin d`empêcher les mauvaises graines de trop germer. L`organisation de notre population doit commencer sans doute par nos foyers respectifs.

L`éducation du bien et des notions de patriotisme doivent faire place en vue de chasser les esprits de fabrication vaine des fausses informations et de dénigrement dont les conséquences sont très néfastes à court et à long terme pour notre société. Le monde évolue autour de nous et nous devons évoluer avec le temps tout en laissant le temps au temps.

L’Indépendance d`un pays s`obtient une seule et seule fois. Il nous revient à nous d`utiliser les contrats de cette Indépendance pour relever notre pays. Que personne ne trompe le peuple avec une idée d`’’un père d`une nation’’ ni avec le biologisme d`une Indépendance. Le peuple en a marre de tous ces discours et demande des actions concrètes. Ne dit- on pas très souvent qu`’’on peut tromper tout le peuple pendant une partie du temps mais qu`on ne peut jamais tromper tout le peuple pendant tout le temps’’?

Il est temps de nous réveiller et de chercher à analyser les situations de notre pays. Je crois en une chose et cette quelque chose est qu`on peut tuer un Homme mais jamais et jamais ses idées. C`est le pourquoi le djiboutien doit repenser à ses décisions et à ses visions de conduite en vue d`oser essayer changer une petite chose aujourd`hui et maintenant. Progressivement, c’est qui a été détruite, peut se reconstruire avec la détermination et la participation individuelle ou collective de tout citoyen.

J`ai la forte conviction que la diaspora pourra commencer par mettre une structure efficace nationale dépouillée de toute idée de tribalisme, de division ethnique que certains ressortissants de notre pays ont voulu semer en nous.

Il faut mettre fin à ces idéologies divulguées par certains responsables politiques qui se prennent pour des leaders et de se mettre a travailler des structures organisées de l`essor avant de chercher à tout faire. C`est en ce moment que nos autorités, nos pyromanes que nous appelons les secouristes internationaux, auront de grands respects pour nous. Ils ne nous taxeront plus des noms bizarres comme des incapables, des criards et des développeurs de Cybers qui sont à la recherche de postes de mangeoires à Djibouti.

Si un groupe ne comprend pas une chose, il revient à l`autre groupe qui la maîtrise de trouver les stratégies de prouver sa connaissance. Regardons  autour de nous les efforts de certains compatriotes qui restent sans appuis dans la Diaspora?  Ne pouvons –nous pas nous organiser en vue d`augmenter les puissances de fonctionnement de ces efforts en vue de nous communiquer d`une manière efficace dans la diaspora, de nous éduquer et de prouver l`intelligence étrangère dans nos pays d`accueil en vue de nous imposer?

Tout cela demande de l`organisation et de la détermination. J`ai la forte conviction que c`est une manière concrète de lutte contre certains maux dont notre peuple est en train de souffrir au lieu de se limiter à argumenter les courses de démonstrations de force entre les leaders politiques qui n`arrivent jamais à libérer le pays ni à s`entendre ni à s’unir à cause de l`arrogance, de l`égoïsme, de méfiance abusive et des intérêts personnels.

Il  est impératif de poser les bases de développement, de démocratisation, de transparences, d`éducation de la population, d`installation de confiance, de justice, de réconciliation des couches sociales divisées avant de chercher à tout faire.

Tout cela peut arriver dans notre pays si nous décidons effectivement et avons la volonté manifeste de faire car le temps est mûr. L`alternance dont nous réclamons très fort ne sera possible que si ces bases soient bien définies et les processus pour y arriver soient bien revus un à un et progressivement dans notre pays et dans la diaspora.

N`oublions jamais que Djibouti est exceptionnel dans sa course vers la démocratisation. C`est pour cela que notre combat doit changer de visions et de stratégies. Oui, impérativement, notre combat doit changer de STRATEGIES ET DE VISIONS.

Djiboutiennement

FreeDjibouti
freedjibouti@windowslive.com
http://afraissas.over-blog.com

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.