ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


25/11/09 (B526) FreeDjibouti -> Perspectives Pour Djibouti.
Par FreeDjibouti


Retrouvez l'intégralité des chroniques
de FreeDjibouti : lien

Il y avait un temps ou les changements profitent aux extrêmes de droite comme de gauche ou à des juntes militaires comme cela a prévalu partout dans le monde, et pendant les dernières décennies, au tiers monde.

Tout homme politique censé ne peut aujourd’hui que reconnaître la fin du temps des insurrections, des coups d’état et des révolutions. Dans le monde aujourd’hui, l’histoire nous apprend que tout changement s’effectue dans l’évolution et dans la continuité comme le résultat d’un processus qui a fini d’accumuler tous les ingrédients nécessaires à la nouvelle situation.

C’est pourquoi je pense qu’un discours politique ne doit plus tendre à viser un renversement brusque et brutal d’une situation. Il doit plutôt agir sur les mentalités, la spoliation et la tutelle dont ils font l’objet, pour leur permettre de pouvoir percevoir la réalité et les amener à la contester non seulement par mécontentement mais surtout par conviction car tout homme pourvu d’un minimum de bon sens saura que ça ne peut plus durer.

Qu’on est dans une situation qui handicapait les potentialités de notre pays et que le pouvoir tel qu’il est exercé constitue une entrave à son développement et à son progrès.

Les sociétés contemporaines sont impliquées et intégrées dans une situation complexe qui conditionne et façonne leur vie. Ils dépendent dans leurs besoins les plus élémentaires d’un mode de vie dont aucun pays ne détient à lui seul les commandes qui le régissent. Ce n’est plus un renversement de conditions entre deux pôles complètement opposés par lequel on cherche à évoluer mais simplement un réajustement de situations et l’ouverture de nouveaux horizons capables d’amener de nouvelles générations à s’intégrer dans de nouveaux projets et d’ajuster avec plus d’équité la façon par laquelle la cité est gérée, au profit de la majorité.

Penser la politique autrement me parait prendre des risques sur lesquels peu de gens sont prêts à parier et tenir des promesses qui ne peuvent tôt ou tard que nuire à la crédibilité si ce n’est des illusions de démagogie à chauffer les foules avant de les laisser a leur triste réalité. Il parait même de plus en plus vain de faire appel à une notion de sacrifice et de patriotisme pour cultiver les passions alors qu’il ne s’agit que de trouver la solution adéquate aux problèmes du pouvoir et de gouvernement, chose qui a plus besoin de maturité et de réflexion.

C’est vers une nouvelle perception de la citoyenneté qu’on doit se diriger, une conception dynamique du rôle de l’individu dans la société qui le libère des peurs et des appréhensions et qui lui ouvre bien les yeux et le met directement en face de ses responsabilités. S’il y a une véritable révolution dans le changement dont notre pays a besoin c’est dans la façon de l’aborder.

Le changement est devenu un devoir national qui implique chaque citoyen.

L’individu aujourd’hui est confronté a un double défi : La fin de l’Etat provoyeur, l’Etat assistant dont on se met à la charge et qu’on ne pense qu’à en profiter. L’individu est devenu l’élément moteur de génie et de création. L’Etat maintenant fait peur et doit être contrôlé et ses pouvoirs strictement délimités pour assurer l’épanouissement des libertés d’entreprise et des idées.

Pour en arriver là on doit parvenir à amener notre société à refuser l’arbitraire et les atteintes à sa dignité et à ses intérêts privés. Cela ne peut être achevé que lorsque n’importe qu’elle injustice qui touche n’importe quel individu devient comme une atteinte qui interpelle chaque citoyen dans sa propre individualité et qu’il sent de son devoir de la dénoncer si non d’arrêter ses effets. La légitimité du pouvoir n’est plus un vain mot. Elle devient dans ces conditions plus importante que l’institution.

C’est dans cette perspective que j’ai voulu sensibiliser tous nos citoyens et les amener a sentir l’infamie dans laquelle sont détenus tous les prisonniers d’opinions sans ménager ni pouvoir ni opposition dans ma contestation car c’est ça la preuve de notre sous développement et s’il persiste de tels situations avec cette cruauté c’est qu’on n’a pas tous fait le nécessaire pour le dépasser.

Je crois que maintenant le plus déterminant dans tout engagement politique n’est plus le don de soi le sacrifice et le martyr pour son pays et tous ces manifestation de maladie d’ego a cause de ses propres frustrations. Ce stade là on l’a dépassé et on ne doit pas trouver aucune contradiction dans sa subsistance dans d’autres situations - Palestine, Tchétchénie-

Le plus déterminant maintenant est le surplus, l’apport nouveau et l’amélioration de sa propre situation que doit trouver tout nouveau adhérant au projet de changement.

Nous n’avons plus besoin de militant dégoûtés qui n’ont plus rien a perdre à s’engager dans la contestation qui n’attendent que le moment de la pagaille pour s’acharner dans la destruction car ils finirons par êtres matés et encore davantage humiliés. Ces situations de profonde oppression doivent être bannies à jamais. Tout engagement doit procéder d’une conviction que le changement va apporter des moyens pour améliorer toutes les conditions en plus de la dignité et des libertés retrouvés et ce n’est pas par un comportement d’opportunisme et d’hypocrisie que tout cela va se réaliser si tout citoyen ne se sent pas concerné comme un devoir d’apporter sa propre contribution pour le réalisé.

C’est pourquoi je crois que nous devons tempérer nos ardeurs de révoltés et ramener nos ambitions au seuil de la réalité sans que mes propos ne soient compris comme un appel à la démobilisation c’est plutôt le contraire que je prêchais. Seulement je veux qu’on soit définitivement débarrassée de cette illusion de chef ou de guide qui va tout réaliser.

Ces gouvernants de mafiosi et ces opposants anesthesiants doivent être dépassés car ils ne représentent en tout et pour tout que la preuve d’un système basé sur l’exclusion qui réduit les citoyens dans ce débat au second plan. Sans un engagement conscient et massif de toute les forces vives de la nation nous ne pourrant pas dépasser cette situation d’un pays arriéré d’un tiers-monde en convulsion.

Le problème pour certains pays en phase de transition. - dont Djibouti - Qui vivent cette singulière contradiction entre une respectable condition de vie générale et un manque effarant de liberté et de respect du droit dans la gestion du pays.

Ce qui donne l’impression d’un peuple soumis qui doit lutter pour conquérir sa liberté est très difficile à cerner. On est dans une société partagée entre deux temps : Vivant a la liesse et avec engouement la modernité dans tous les manifestations de la vie ordinaire de son quotidien, alors qu’elle est au moyen age de la politique à Djibouti.

Seule la dictature et la répression sont à même de gérer cette situation. C’est un groupe que la société donne l’impression d’accepter de le consentir volontairement pourvu qu’elle conserve ses maigres acquis et ses illusions. Alors qu’une certaine élite en banqueroute d’idées va jusqu’à le légitimer par les règles de l’évolution ce qui ne fait qu’asseoir d’avantage les marasmes d’une situation de blocage et de contradiction.

Le rebelle et le résistant qui croit avoir tout compris et qui se voit déserter par la foule mis aux pas par ses tyrans n’a que mépris et amertume se voyant marginaliser alors que le temps le broyait ainsi que ses fantastiques projets. La aussi la rupture parait consommée entre une certaine élite et sa société.

Je ne crois pas qu’on doit succomber à la dépression de la fatalité ni persister à cogner la tête sans répit sur des portes sans issues.

Je ne crois pas non plus que notre pays soit un cas particulier ni à une certaine notion de la spécificité qui cherche à tout expliquer par la particularité. Si on réussi àcomprendre l’histoire dans son cheminement on finira par déterminer notre position par rapport à son évolution et souvent la particularité de la phase qu’on est en train de dépasser peut être déterminée a l’image des expériences des pays qui nous ont précédés et ceux qui nous suivent de prés. Je crois qu’on n’est pas loin du Portugal de Salazar ni de l’Espagne de Franco ou de la Grèce des généraux plutôt que des pays des blocs soviétiques qui ont connue une autre évolution.

Le monde du 21 siècle est en train de se tracer à nous d’être au rendez-vous.

Nous devons nous préparer à admettre la défaite de l’histoire et de la géographie qu’on nous a enseigné. Nous sommes des occidentaux d’un pays qui n’a pas fini de se constituer. Djibouti est notre pays, notre destin et notre défi qui doit intégrer son espace naturel et savoir négocier sa position dans la nouvelle civilisation par la démocratie et le triomphe de la liberté.

Le dynamisme de l’histoire dans lequel nous somme maintenant impliqués est en train de défaire ces liens séculaire qui ont pu associer le despotisme et l’arbitraire dans notre vie avec tout le mépris qui est en train de se propager envers ces politiques corrompus, ces magistrats soumis, ces richards affamés cette bureaucratie pourrie et tout ces esprits tordus qui ne veulent pas lâcher, qui cherchent a tout accaparé et qui se sentent de plus en plus menacés.

Ils savent et tout le monde sait qu’ils ont définitivement échoués alors qu’on n’a rien fait pour les déranger sauf exprimer ici ou là quelques mots qui leurs sonnent aux oreilles comme le jugement dernier. Ce qui est en train de se passer en réalité c’est l’histoire qui est en train de les balayer. C’est cette défaite morale et sans appel qui va achever cette opulence ostentatoire et provocante cette arrogance qu’ils ne peuvent que manifester qui est en train de les dénoncer. Cette agressivité et cette rancune et ce manque de pitié qui dévoilent leur culpabilité et toute cette hypocrisie ces parodie et ces magouilles de plus en plus décriée au rythme des scandales a répétition.

Ces tendances mafieuses de parrains incontestés qu’on cherche en vain à maquiller en de faux nouveaux projets de société. Tout à l’air de marcher alors que rien ne va plus " l’ère nouvelle " est finie avant de commencer. Seule la vision capable de décerner cet arbitraire et de démanteler ce passé demeure incapable de déchiffrer l’avenir qu’on cherche a nous voilés par toute cette censure et cette langue de bois qui veut nous abêtir comme si on cherche a nous interdire de franchir le dernier pas vers l’émancipation et la liberté par la terreur et ces menaces qui ne font plus peur.

Comment dans ces conditions peut on se taire et ne pas dénoncer l’archaïsme d’où il vient, les schémas et les clichés dans les quelles on veut nous emprisonner par des valeurs et des concepts périmés ?

Comment peut on avoir encore du respect à une conception de la politique qui ne dépasse pas l’aspiration de gérer la médiocrité dont on veut se débarrasser ?

Comment peut on encore admettre les magouilles qui cherchent a occulter l’expression de la noblesse de notre humanité séquestrée , torturé et dont la vie même est censurée dans les ghettos de Balbal ou d’Arhiba entre autres, ces lieux de la honte qu’on veut cachés aux étrangers ?

Comment peut on être accusé de parricide en série et de jouer contre son propre camp alors qu’on cherche à sauver les plus martyrisés. Ceux qui les ont puni et surtout tout ceux qui les ont oubliés du carcan ou ils se sont tous installés ?

Djiboutiennement

FreeDjibouti
freedjibouti@windowslive.com
http://afraissas.over-blog.com

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.