ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


20/12/09 (B530) Le Journal de la Flibuste (6 articles en Français)

________________________ 6 - Le Quotidien du Québec sur Canoe

Les corsaires échappent aux lois

Jean-Luc Lavallée

L’équipage du navire de guerre portugais Alvares Cabral a intercepté six pirates somaliens à quelques dizaines de milles nautiques de la côte somalienne.

À bord du NCSM Fredericton dans le golfe d’Aden | Arrêter un pirate, c’est bien beau. Mais ensuite? Rien n’est simple. Aucun pays ne veut se commettre en raison du bourbier légal qui lui pend au bout du nez, ce qui envoie un bien mauvais signal aux criminels somaliens, relâchés après une petite tape sur les doigts.

Les Somaliens interceptés ont donc de fortes chances d’être libérés sans être accusés; comme ces 13 pirates arrêtés par le navire de guerre néerlandais Evertsen au début de décembre (voir texte ci-contre). En fait, la plupart des pirates s’en tirent sans aucune conséquence, ou presque. On leur confisque leurs armes, leurs échelles, leurs grappins et on les prive de liberté pendant quelques heures, ou quelques jours tout au plus. Ensuite, on les laisse filer parce que personne n’en veut. Et ils reviendront probablement à la charge avec du matériel neuf, financé par les rançons précédentes, et tenteront de détourner un autre bateau, sachant que s’ils se font prendre, bah...

La logique voudrait que les pirates somaliens (ou les « présumés pirates », car parfois la preuve n’est pas toujours aussi évidente) soient poursuivis... en Somalie. Mais puisque le gouvernement de transition n’a presque aucune autorité, à part sur quelques rues de la capitale, Mogadiscio, il est illusoire de penser que les criminels de ce pays de neuf millions d’habitants (où l’espérance de vie est de 48 ans) pourraient être traduits en justice.

La loi de la jungle La Somalie, c’est le chaos avec un grand C, la loi de la jungle, selon tous les experts qui y ont mis les pieds depuis les 20 dernières années. Faites gaffe et embauchez une dizaine de gardes armés si vous préparez un séjour dans ce pays. Tel est le conseil d’un journaliste américain qui y est allé plus de 10 fois, craignant d’être kidnappé ou tué à chaque coin de rue. Les pirates ont le beau jeu. Ils sont sûrs que personne ne viendra les embêter dans leur contrée.

Aucune cour internationale

Tout devient donc une question de juridiction. « Le Canada a le pouvoir de poursuivre des pirates en vertu de son Code criminel », précise Guy Philippe, avocat militaire à bord du NCSM Fredericton. Encore faut-il qu’un bateau canadien soit attaqué ou que l’attaque survienne dans les eaux canadiennes. C’est ce que prévoit l’article 75.

« Les lois internationales, particulièrement la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, reconnaissent la piraterie comme un des crimes internationaux (mais) aucune cour internationale n’a la juridiction pour poursuivre les pirates », raconte-t-il d’un ton posé, lors d’une entrevue tenue au carré des officiers de la frégate canadienne.

« La Somalie a dit qu’elle laisserait les autres pays s’en occuper dans ses eaux territoriales, parce qu’elle ne peut pas le faire. Mais si un pirate est capable de s’exiler vers les eaux territoriales d’un autre pays à environ 20 milles des côtes, ça ne s’applique plus. Légalement, c’est très compliqué », exprime le conseiller juridique, qui devra venir en aide au capitaine de frégate dans l’éventualité d’une interception de pirates par le NCSM Fredericton. Et si le Canada en arrêtait?

« Si nous devions en capturer (...) nous devrions faire appel aux autorités supérieures canadiennes pour savoir ce qu’on en fait. C’est très hypothétique. Nous avons des espaces dans le navire et nous avons déterminé que des présumés pirates seraient détenus de façon à assurer leur sécurité et celle du navire. Nous les traiterions évidemment en tout respect des standards canadiens en matière de droits et libertés. »

L’avocat refuse de faire des pronostics quant à d’éventuels renforcements des lois canadiennes ou de celles d’autres pays. Et si un nouveau tribunal international était créé pour s’attaquer à la piraterie? Est-ce que les pays de l’OTAN devront essuyer des pertes pour bouger? « Si un marin devait être blessé ou même tué lors d’une intervention avec des pirates, il y aurait sûrement un intérêt accru pour les traîner devant la justice », estime-t-il, sans lancer la pierre à qui que ce soit.

_______________________ 5 - AFP

Somalie: 11 pirates présumés arrêtés par les garde-côtes au Somaliland

Onze pirates présumés ont été arrêtés par les garde-côtes de Somaliland alors qu'ils s'apprêtaient à prendre la mer, a annoncé samedi un ministre de cette région semi-autonome du nord de la Somalie.

"Nos garde-côtes ont arrêté au cours d'une opération de sécurité onze pirates avec leur équipement sur un petit bateau", a déclaré à la presse Abdulahi Ali Osmail Iro, ministre de l'Intérieur du Somaliland.

"Il semble que ces pirates soient originaires du Puntland", a ajouté le ministre, précisant que les arrestations avaient eu lieu vendredi.

La plupart des pirates somaliens ont pour base des ports du Puntland, une autre région semi-autonome de Somalie, nettement plus instable que le Somaliland, qui bénéficie pour sa part d'une relative tranquillité depuis sa déclaration d'indépendance proclamée en 1991, mais reconnue par aucun Etat à ce jour.

Les pirates présumés ont jeté leurs armes à la mer et ont tenté, en vain, de s'enfuir au moment de l'arrivée des garde-côtes, a précisé un des responsables de ce corps, Abdi Qeyre Dugsiye.

Ils ont été incarcérés dans la localité de Berbera en attendant leur jugement, selon ce responsable.

___________ 4 - CRI (Chine) avec XINHUA

Des pirates somaliens rendent leur liberté à 14 marins philippins

Quatorze marins philippins à bord d'un cargo grec ont été libérés par leurs ravisseurs, des pirates somaliens, cette semaine, a confirmé vendredi l'Ambassade des Philippines à Nairobi.

Tous les membres d'équipage du cargo grec, MV Delvina, sont "sains et saufs et en bonne santé". Le cargo et son équipage se dirigent vers Mombasa (port dans l'est du Kenya).

Leur libération a réduit le nombre des marins philippins enlevés au large des côtes somaliennes à 56, à bord de cinq bateaux. Les responsables philippins du ministère des Affaires étrangères et de celui du Travail et de l'Emploi sont en train de s'organiser avec les services connexes et leurs responsables chargés du transport maritime sur la libération et le rapatriement des marins philippins.

Le gouvernement philippin a déjà intensifié ses efforts pour contrer la fréquence de la piraterie et des enlèvements des marins philippins au large des côtes somaliennes.

Le Département du Travail des Philippines demande aux marins philippins de suivre une formation anti-piraterie visant à leur apprendre comment réagir dans les situations de piraterie et les éviter. Il a également publié les directives de sécurité pour les services, dont des bateaux fréquentent le golfe d'Aden.

Les Philippines sont le principal fournisseur mondial de membres d'équipage, avec leurs 350.000 marins, soit un cinquième du nombre mondial des marins servant sur des pétroliers, des paquebots de luxe et des navires de passagers à travers le monde, les exposant à des attaques de pirates.

___________ 3 - Portail des sous-marins avec Radio Nederland

Les pirates somaliens ne craignent qu’une seule chose

Par Rédacteur en chef.

La libération de pirates par la marine néerlandaise souligne l’impuissance des marines européennes et de la communauté internationale face à la piraterie au large de la Somalie. Tant qu’il n’y aura pas une coopération effective avec les autorités locales, la piraterie ne cessera pas.

La seule chose que craignent les pirates, c’est de se retrouver face à la marine nationale, célèbre pour ses méthodes musclées.

"Si vous posez la question à un pirate, il répondra : Nous avons seulement peur des Français” explique Mahad Mussa, une figure bien connue de la communauté somalienne aux Pays-Bas.

_____________ 2 - Le Quotidien du Québec sur Canoe

Une sécurité bien provisoire

Jean-Luc Lavallée

Le personnel naval se sent plus vulnérable dans des ports avec beaucoup de trafic, à cause des attentats.

Dans l'état actuel des choses, ce corridor utilisé par la marine marchande est relativement sécuritaire puisque les pirates ont étendu leur terrain de jeu à des centaines de kilomètres en raison de la présence de la marine canadienne et de celles des autres pays. Les attaques surviennent maintenant beaucoup plus loin des côtes.

«Nous verrons dans le futur ce qui arrivera. S'il n'y a plus de bateaux de guerre ici, les pirates vont revenir. S'ils ont un gouvernement qui ne fonctionne toujours pas (...) et qui n'est pas en mesure de fournir des garde-côtes et des forces policières partout dans le pays pendant que les communautés vivent le long des côtes dans des camps avec de l'équipement et du carburant financé par les rançons des otages, ils vont continuer de venir, c'est de l'argent facile», estime le commandant du NCSM Fredericton, le capitaine Steven Waddell.

Mission à long terme ?

Impossible de prédire l'avenir, mais on peut se demander si des bateaux canadiens seront déployés encore longtemps dans les eaux les plus dangereuses de la planète, où les pirates ont réalisé près de 200 détournements et pris en otages plus de 500 personnes en 2009.

«C'est très hypothétique. Il y a une volonté de déployer d'autres navires et la force aérienne (...), mais c'est au gouvernement de décider», ajoute le capitaine Waddell, qui est un des plus jeunes capitaines de la marine canadienne, à 39 ans.

Environ de 60 à 70 cargos du monde entier, transportant des milliers de conteneurs, empruntent le corridor du golfe d'Aden et croisent au large de la Somalie chaque jour. «Il y a entre quatre et six navires (de l'OTAN) dans le corridor pour maintenir la surveillance et, pour l'instant, ça travaille très bien. Il n'y avait pas eu d'attaque depuis le mois de juillet dans le corridor avant celle de la semaine dernière. »

Treize pirates arrêtés

«Nous étions le bateau le plus proche à l'est, à environ 200 milles nautiques (environ 360 kilomètres) et nous avons navigué à la vitesse maximale pendant six heures pour couvrir la distance. Au même moment, un navire hollandais, l'Evertsen, quittait le port de Salalah (Oman) et il était à environ 150 milles, donc plus près que nous. Nous sommes arrivés 20 minutes plus tard... Les Hollandais ont arrêté les pirates et les détiennent toujours. Il y a plusieurs défis légaux. C'est un processus très compliqué. Le bateau devait revenir à la maison pour Noël, mais ils ne pourront pas à cause des 13 détenus.»

Un avocat à bord

La marine, ne voulant courir aucun risque, a à son bord un avocat pour s'assurer de respecter les lois internationales dans l'éventualité d'une interception. Des cellules peuvent être aménagées sur le NCSM Fredericton s'il le faut. «Je devrais utiliser toute l'information à ma disposition comme des preuves d'une attaque contre un bateau.

_____________ 1 - Le Quotidien du Québec sur Canoe

Les pirates s'ajustent à la présence armée

Jean-Luc Lavallée

La présence des frégates et des destroyers de l'OTAN a considérablement changé la donne pour les pirates, qui ont su s'adapter au fil des derniers mois.

Au-delà du fait qu'ils s'exilent de plus en plus loin pour commettre des actes de piraterie, les criminels somaliens ont modifié leur approche et attendent de trouver le bon poisson. «Je ne peux pas dire qu'ils sont nécessairement plus agressifs, mais ils ont changé leurs méthodes. Ils essaient de cibler des navires commerciaux plus vulnérables, avec des ponts extérieurs plus bas et facilement accessibles, et ils sont à bord en quelques minutes», explique le capitaine de frégate du NCSM Fredericton, Steven Waddell.

«Les pirates utilisent des petits bateaux qui ne peuvent pas aller très loin, mais ils rejoignent ensuite un bateau mère. C'est énorme comme étendue d'eau, et ils sont vraiment très difficiles à trouver. Ils peuvent passer des semaines dans un secteur.»

Mission dangereuse ?

«Il n'y a pas eu d'attaque depuis longtemps dans le corridor maritime, alors sur le plan du danger en ce moment, ce n'est pas différent pour nous que n'importe quelle journée en mer. Mais il y a un danger assurément si on parle strictement des pirates. L'équipe d'arraisonnement (celle qui s'approche des bateaux suspects à bord d'une plus petite embarcation) est certainement la plus vulnérable», explique le capitaine Waddell, lors d'une longue entrevue donnée dans ses quartiers personnels du NCSM Fredericton.

En 2002, un attentat suicide a fait 17 morts au Yémen sur un bateau de guerre américain, et le capitaine de frégate a toujours ça à l'esprit. «J'y pense souvent. Ce n'est pas vraiment inquiétant lorsque nous sommes en mer. Ça nous concerne davantage quand nous sommes dans des ports où il y a beaucoup de trafic et que nous ne connaissons aucun des bateaux. Il faudrait prendre une décision très rapide si ça devait arriver. Ce sont les risques du métier», répond celui qui en est à son cinquième déploiement dans cette région du monde.

Le capitaine Waddell ne cache pas sa frustration par rapport à la couverture médiatique très faible des activités de la marine canadienne, comparativement à la mission en Afghanistan et le manque de reconnaissance des citoyens canadiens.

«Je pense que les Canadiens ne se rendent pas compte que nous avons une nation maritime. Quelque 90 % de nos biens sont importés. Nous tentons de nous faire connaître, de raconter nos histoires et d'expliquer aux gens ce que nous faisons

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.