ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


27/12/09 (B531) Le Journal de la Flibuste (2 articles en Français)

______________________________ 2 - EITB

La lutte contre la piraterie est un succès malgré les 209 otages

Si en novembre, le thonier basque l'Alakrana a été capturé puis libéré après rançon, Chantal Poiret rappelle qu'actuellement "neuf bâtiments et 209 otages" sont toujours entre les mains de pirates.

Dans un entretien accordé samedi dans le quotidien Le Monde, l'ambassadrice française en charge de la coordination de la lutte internationale contre la piraterie maritime, Chantal Poiret, affirme que la lutte contre la piraterie au large des Côtes de Somalie "est un succès" tout en ajoutant que certains navires prennent des risques inconsidérés.

Sur les vingt dernières années, le Bureau maritime international (BMI) a recensé plus de 4.000 actes de piraterie dans ses données. En 2009, près de 300 attaques ont eu lieu, dont la majorité au large de la Somalie.

Le 8 décembre 2008, les forces navales européennes - l'opération Atalante - ont été déployées dans le golfe d'Aden afin de protéger cette route maritime, primordiale pour l'approvisionnement du monde occidental : chaque année 20 000 navires marchands transitent par cette zone, et 2,2 millions de barils de pétrole y sont transportés chaque jour à destination de l'Europe.

Outre les forces européennes (sept à treize bâtiments à la mer pour un coût de l'ordre de 150 millions d'euros depuis le lancement de l'opération), deux autres coalitions opèrent dans l'océan Indien : celle de l'OTAN, baptisée Ocean Shield (quatre navires) et celle des Etats-Unis (six bâtiments). Sans oublier plusieurs marines nationales : russe, chinoise, indienne, espagnole, saoudienne, japonaise.

Une baisse de plus de 50% des actes de piraterie

Chargée de la coordination de la lutte internationale contre la piraterie maritime depuis octobre 2008, l'ambassadrice annonce que les actes de pirateries réussis dans l'océan Indien ont baissé de 40% à moins de 19% en 2009 tout en reconnaissant qu'une attaque sur cinq environ est néanmoins réussie.

"L'océan Indien est vaste, et vous devez savoir qu'entre 20 et 25 % des bateaux qui y naviguent ne respectent pas les règles de circulation préconisées par les forces navales européennes. A savoir, naviguer au large des côtes somaliennes dans un corridor protégé : l'IRTC (Internationally recommended transit corridor), se faire enregistrer sur le site d'Atalante, et adopter les "Best Maritime Practices" - les pratiques recommandées par les armateurs du monde entier (signal d'alarme embarqué, etc.)." précise-t-elle au Monde.

Une dizaine de navires aux mains de pirates, en attente de rançon

Rappelant qu'en novembre, l'Alakrana, le thonier basque avait été capturé puis libéré après rançon, Chantal Poiret ajoute qu'actuellement, "neuf bâtiments et 209 otages" sont entre les mains de pirates.

Si l'ambassadrice française en charge de la coordination de la lutte internationale contre la piraterie maritime dit ne pas avoir une connaissance exacte des rançons payées, elle estime néanmoins que celles-ci se situent entre 40 à 80 millions de dollars (28 à 56 millions d'euros) ces deux dernières années.

________________________________ 1 - Le Monde

"La lutte contre les pirates somaliens est un succès"


Le drapeau noir flotte toujours sur les océans. Le Bureau maritime international (BMI) a recensé plus de 4 000 actes de piraterie dans les vingt dernières années. En 2009, près de 300 attaques ont eu lieu, dont la majorité au large de la Somalie. Le 8 décembre 2008, les forces navales européennes - l'opération Atalante - ont été déployées dans le golfe d'Aden afin de protéger cette route maritime, primordiale pour l'approvisionnement du monde occidental : chaque année 20 000 navires marchands transitent par cette zone, et 2,2 millions de barils de pétrole y sont transportés chaque jour à destination de l'Europe.

Outre les forces européennes (sept à treize bâtiments à la mer pour un coût de l'ordre de 150 millions d'euros depuis le lancement de l'opération), deux autres coalitions opèrent dans l'océan Indien : celle de l'OTAN, baptisée Ocean Shield (quatre navires) et celle des Etats-Unis (six bâtiments). Sans oublier plusieurs marines nationales : russe, chinoise, indienne, espagnole, saoudienne, japonaise.

Après avoir travaillé à la mission permanente de la France auprès des Nations unies, à New York, Chantal Poiret fut ambassadrice en Azerbaïdjan (2001-2004), puis en Norvège (2005-2008). Le 8 octobre 2008, elle a été nommée ambassadrice chargée de la coordination de la lutte internationale contre la piraterie maritime. La diplomate fait le point sur l'importance de ce phénomène.

Atalante, l'opération navale anti-piraterie européenne, a été lancée il y a un an. Quel bilan en faites-vous ?

C'est un succès. En 2008, 40 % des attaques menées par les pirates dans l'océan Indien étaient réussies. En 2009, ce pourcentage est inférieur à 19 %.
Ce sont de bons résultats, compte tenu de la difficulté de la tâche. Prévenir la piraterie maritime dans cet océan immense, c'est comme si vous assuriez la lutte contre la criminalité en France avec un hélicoptère et deux voitures roulant à 40 km/h !

Une attaque sur cinq environ est néanmoins réussie...

Pas dans le golfe d'Aden, où depuis cet été aucune attaque n'a réussi. Mais encore une fois l'océan Indien est vaste, et vous devez savoir qu'entre 20 et 25 % des bateaux qui y naviguent ne respectent pas les règles de circulation préconisées par les forces navales européennes. A savoir, naviguer au large des côtes somaliennes dans un corridor protégé : l'IRTC (Internationaly recommended transit corridor), se faire enregistrer sur le site d'Atalante, et adopter les "Best Maritime Practices" - les pratiques recommandées par les armateurs du monde entier (signal d'alarme embarqué, etc.).

Qui sont ces bateaux qui s'aventurent à leurs risques et périls, et se font pirater ?

En novembre, un thonier espagnol a été capturé puis libéré après rançon. En décembre, les pirates se sont emparés d'un cargo chinois, toujours entre leurs mains.

Le mandat d'Atalante est triple : la protection des navires vulnérables ; l'escorte des bateaux du Programme alimentaire mondial (PAM) qui acheminent de la nourriture pour les populations déplacées de Somalie, et la surveillance de l'océan Indien : c'est ce dernier point qui est le plus difficile à honorer. Et ce, même si la lutte contre la piraterie en Somalie a donné lieu à la première opération militaire maritime mondiale.

Combien de bâtiments et d'otages sont-ils encore entre les mains des pirates ?

Actuellement, neuf bâtiments et 209 otages sont entre leurs mains.

Et le montant des rançons versées ?

La France n'en verse pas. Mais ce n'est pas le cas de tous les Etats. Difficile de donner un montant précis. Aucun pays ne souhaite faire de la publicité sur le sujet. La fourchette actuelle varie du simple au double : de 40 à 80 millions de dollars (28 à 56 millions d'euros) versés depuis 2007.

Les pirates somaliens s'aventurent de plus en plus à l'est et au sud. Cela ne remet-il pas en cause les dimensions de l'opération ?

Non. Ils vont, c'est exact, de plus en plus vers l'est, là où le courant les porte. Certaines attaques ont lieu désormais plus près des côtes indiennes qu'africaines. Ils naviguent aussi vers le sud, à proximité des Seychelles, où un cas de piraterie a été recensé. Nous avons donc élargi la couverture d'Atalante pour protéger la zone économique exclusive (ZEE) des Seychelles (à 200 milles des côtes). Et les pirates ne sont jamais allés au-delà.

Les militaires s'inquiètent de voir certains pirates relâchés...

La France n'a jamais relâché de pirates sur la plage. Atalante dispose d'un instrument judiciaire et pénitentiaire. Les Européens qui y participent ont estimé que le fardeau de la piraterie devait être partagé. Les grandes marines protègent la zone, et les Etats riverains aident à l'action judiciaire. Atalante a négocié un accord de transfèrement de prisonniers avec le Kenya, qui s'engage à détenir, juger et incarcérer les pirates. Nairobi en détient ainsi 75 au titre d'Atalante.

Mais il serait normal que d'autres pays partagent l'effort fait par les Kenyans.

Ce que commencent à faire les Seychelles, qui vont juger 12 pirates.

La France dispose aussi d'un accord bilatéral avec la Somalie : 25 pirates emprisonnés dans la région du Puntland ont été jugés et ont écopé de peines de cinq à dix ans de prison. Nous souhaiterions conclure des accords avec d'autres pays, la Tanzanie notamment.

Par ailleurs, l'Union européenne soutient une initiative visant à créer un centre régional de formation de gardes-côtes. Le dispositif commencera début 2010 à Djibouti. Mais la prudence s'impose : il ne s'agit pas de former des gardes-côtes qui pourraient par la suite faire usage de leur bonne connaissance de la mer pour devenir pirates...

Que sont devenus les pirates qui s'étaient emparés des trois bateaux français : le Ponant, le Carré d'As et le Tanit ?

En France, 15 pirates sont en passe d'être jugés. De plus, la loi de 1994 sur l'action de l'Etat en mer va être révisée, pour y introduire une disposition sur les attaques en bandes armées, et confirmer que les commandants de nos navires sont habilités à récolter les preuves pour l'action judiciaire.

La piraterie sévit aussi dans le détroit de Malacca ou dans le golfe de Guinée. Sans parler d'affaires plus proches de nous, comme l'Arctic Sea, ce cargo attaqué en mer Baltique à l'été 2009 dont on a ensuite perdu la trace pendant plusieurs jours après son passage en Manche... Le phénomène de la piraterie se généralise-t-il ?

Je ne pense pas que la piraterie se généralise. Quant à l'affaire de l'Arctic Sea, elle relève du crime organisé et des mafias issus de l'ex-URSS. Le facteur commun aux attaques en mer, c'est la pauvreté. Les racines de la piraterie sont à terre. Des Somaliens deviennent pirates car le pays est économiquement sinistré. Et il sera difficile de les faire revenir en arrière, compte tenu des sommes - rançons, vente des marchandises, etc. - qu'ils ont déjà engrangées. Atalante devrait donc durer.

La situation est différente sur le reste des mers.

Le Nigeria, contrairement à la Somalie, n'est pas un Etat failli. Il est soucieux de sa souveraineté, et n'accepterait donc pas le même dispositif maritime international au large de ses côtes. La coopération internationale vise donc uniquement à soutenir la formation de gardes-côtes dans le golfe de Guinée.

Les résolutions prises dans le cadre de l'ONU, qui permettent aux bâtiments de pourchasser les pirates somaliens jusque sur les plages, doivent rester une exception.

Existe-t-il une connexion entre piraterie, phénomènes mafieux et terrorisme ?

Rien n'est avéré pour l'instant.

Propos recueillis par
Marie-Béatrice Baudet et Nathalie Guibert

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.