ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


13/01/10 (B533) FreeDjibouti -> Ce que le chef de l'état devait nous dire...
Par FreeDjibouti


Retrouvez l'intégralité des chroniques
de FreeDjibouti : lien

Cette contribution passe en revue quasiment tous les domaines de la vie nationale pour lesquels nous attendons une réponse et un projet de Guelleh depuis 10 ans.

En lisant cette contribution nous mesurons bien l'ampleur de la tâche et la nécessité de s'y atteler sérieusement aussitôt que possible.

Discours du nouvel an : rompre avec le « miel dans les oreilles »

Tous les ans, à la même date et à la même heure, le chef de l’Etat de Djibouti sert un discours à la nation. Avec toute la solennité qui l’entoure, ce discours souvent, met en exergue quelques éclats et intentions en esquivant le diagnostic et l’engagement ferme.

Dans ces discours, est escamotée en général la situation réelle du pays au profit du vœu pieux. Il ne s’agit pas le plus souvent dans ces discours de mettre à niveau le citoyen par une information succincte et précise sur l’état de la nation et sur les axes du projet-chronogramme pour demain. Il s’agit juste pour le chef de lire des phrases bien agencées dans un style poétique qui capte plus par la forme que par le fond.

C’est sans doute la raison pour laquelle les discours de fin d’année à Djibouti se ressemblent presque tous et la diction du lecteur acteur face au prompteur n’y change pas grand-chose.

Un discours de rupture devrait permettre d’y voir clair et répondre à la question simple de savoir « où va Djibouti ? ». A cette question, devrait répondre en toute lucidité le chef de l’Etat qui doit dire sans ambages ni autoglorification le présent et le futur aux citoyens embarqués dans la même barque Djibouti.

Un discours véritable doit dire aux citoyens l’exactitude de la situation pour que chacun sache le chemin qui nous reste et le rôle qui doit être le sien dans l’entreprise de construction nationale. En passager du navire Djibouti, nous osons poser ce qui nous semble être les axes d’un discours de nouvel an crédible en 10 points.

1- INSTITUTIONS DEMOCRATIE ET JUSTICE

Il y a pléthore d’institutions inutiles à Djibouti qui doivent être supprimés !

Il y a risque grave pour la démocratie djiboutienne qui ne fait plus référence en Afrique. A un an de l’élection présidentielle, la constitution ne doit pas être modifiée sans consensus préalable avec les partis d’opposition. La CENI doit être dirigé par une personne neutre et devrait recevoir les moyens légaux et matériels d’exercer sa fonction de supervision des élections en amont et en aval. Le ministère de l’intérieur doit être neutre pour au moins coller dans un scénario transparent.

L’indépendance du pouvoir judiciaire est inexistante. La justice ne doit donner l’impression saugrenue d’être aux ordres de l’exécutif. La mission du procureur de la république doit être plus circonscrite dans les textes et dans la pratique dans des missions régaliennes et non dans une mission politique désastreuse.

2- DIPLOMATIE ET COOPERATION INTERNATIONALE

Djibouti tâtonne et semble s’être embourbé par le fait de prise de positions et de décisions impactant négativement à la fois sur notre image et notre développement. La diplomatie djiboutienne doit obéir à des principes universels de respect de la démocratie et de la bonne gouvernance. Elle doit aussi mettre en exerce l’intérêt de Djibouti et de l’Afrique de l’Est.

Nous avons depuis 2000 opté pour un fort arrimage aux pays du golf arabique. Il est temps d’en faire le bilan sans complaisance ni considérations amicales insensées.

Qu’est-ce que le peuple djiboutien a gagné du changement noté et en cours de partenaires stratégiques ?

Quelles sont les bases textuelles stratégiques de cette coopération subite et quel est son avenir au moment où Dubaï est dans un tourbillon financier à l’issue incertaine ?

Une réponse objective à cette question permettra de recadrer la diplomatie et la coopération stratégique djboutienne qui ne doivent pas obéir aux amitiés de personne mais à l’intérêt supérieur de la nation. DP World semble briller par sa frilosité dans les investissements avec le risque majeur de mort certaine du port de Djibouti en dépit du tintamarre.

Sommes-nous mariés pour le meilleur et pour le pire à Dubaï ?

Il est temps de faire le bilan de cette coopération avec les pays du golf et de ne voir que l’intérêt de la nation. Sommes-nous assez libres pour le faire ? That is the question.

3- SECURITE

Les citoyens ne se sentent plus en sécurité dans leur propre pays en particulier à Djibouti-ville. Des polices de proximité doivent être implantées dans toutes les communes d’arrondissement et, les moyens de la protection civile doivent être renforcés sine die.

La sécurité aux frontières doit être renforcée en dotant l’armée, la douane et la gendarmerie de moyens adéquats pour lutter contre le grand banditisme.

4- ECONOMIE, FINANCES ET EMPLOI

L’image profane que donne la gestion des finances publiques à Djibouti ne semble pas reluisante dans le sens orthodoxe du terme. Les récents dépassements budgétaires ont semblé donner de Djibouti une image de navire piloté à vue qui n’a pas pu éviter de cogner sur l’iceberg.

Les finances publiques doivent être assainies par un strict respect des procédures et des budgets votés à l’assemblée nationale. Le gaspillage et la gabegie doivent être fortement combattus et le ministère des finances gagnerait à s’affranchir de considérations non orthodoxes. Une communication claire et sincère doit être faite sur notre niveau d’endettement intérieur et extérieur à la lumière de l’utilisation faite des sommes que les générations futures vont devoir payer un jour.

Quel est le coût réel des infrastructures ? Comment ont-elles été financées ?

Quand est-ce et comment seront-elles payées ? Les citoyens doivent trouver des réponses à ces questions.

Parlant d’emploi, les Djiboutiens sont plus désœuvrés qu’actifs et n’ont pas assez de revenus pour tirer la croissance par la consommation. L’emploi des jeunes et des femmes doit être une priorité qui ne saurait faire l’objet de tape-à-l’œil politique ou d’appât électoral conjoncturel.

La ligne directrice de l’auto entreprenariat doit être clairement définie. Les questions de la formation à l’auto entreprenariat, du financement et, du suivi des projets doivent être prises en charge par l’Etat qui définira les secteurs porteurs à forte incidence sur la stratégie de croissance. Il s’agira d’agir sur l’emploi dans un cadre autocentré et auto entretenu par une maitrise nationale de la production qui doit viser d’abord la forte satisfaction de la consommation locale. Il ne doit plus s’agir de saupoudrage ou d’effets d’annonce avec des emplois précaires aux relents électoralistes. Il doit s’agir de faire des djiboutiens des autos entrepreneurs.

5- SANTE

Les Djiboutiens n’ont pas les moyens d’assurer leur propre santé. C’est une lapalissade. Une personne qui n’a pas les moyens de se soigner doit être prise en charge par l’Etat qui n’a pas le droit de se dérober de sa mission d’assistance au citoyen. L’Etat doit assurer le maintien et le renouvellement de l’infrastructure sanitaire publique sérieusement entamée.

Il y a trop de folklore autour de la santé notamment dans la gestion des maladies endémiques comme le paludisme, les maladies nutritionnelles, respiratoires et cutanées. L’Etat doit agir dans ce domaine par une politique claire d’éducation, de sensibilisation, de prévention et de traitement loin des campagnes simplement rituelles et éphémères. Cette politique prendra en compte les avis des acteurs de la santé d’abord.

Certaines maladies graves tuent quasiment toute personne atteinte et sans moyens.

Une politique de couverture sanitaire par la prise en charge des grandes maladies comme le cancer, le sida, les AVC entre autres doit être définie clairement et le rôle de l’Etat bien précisé. Il est inadmissible de gaspiller autant d’argent dans des secteurs non prioritaires au moment où l’hôpital public fout le camp. C’est une question de dignité humaine.

6- AMENAGEMENT DU TERITOIRE, URBANISME, HABITAT, TRANSPORT ASSAINISSEMENT ET, DECENTRALISATION

Souvent on a l’impression que tout se limite à Djibouti-ville. Djibouti ne se limite pas au 0,3% de superficie nationale que représente Djibouti. Une stratégie claire de sortie de cette macrocéphalie urbaine doit être mise en place et comprise par tous. La Capitale administrative doit être délocalisée le plus éloigné possible de Djibouti-ville pour permettre une redéfinition de l’occupation efficiente de l’espace nationale. Un projet urbain national clair doit être mis en place à l’horizon 2030. Ce projet doit prendre en compte des aspects liés à l’habitat, au transport, à l’assainissement entre autres. De même, un projet rural clair versant logique du projet urbain doit aussi être mis en place pour préserver l’espace pastorale.

L’assainissement du milieu rural doit être d’égale priorité que celui du milieu urbain et, l’ONEAD doit élargir son champ d’action sur l’étendue du territoire. Les deux projets (urbain et rural) ne sauraient tenir sans une refonte des textes sur la décentralisation qui doivent tendre vers plus d’autonomie et de moyens pour les régions, villes, communes et communautés rurales du pays. Nous devons oser déconcentrer un peu plus les pouvoirs centraux de l’Etat en recadrant le découpage administratif plus sur des bases d’homogénéité géoéconomique que sur des calculs politiques ou électoralistes.

7- EAU ET ENERGIE

L’eau et l’énergie sont vitales et n’en constituent pas moins des casse-tête à Djibouti. L’EDD semble être une société de délestage périodique et l’eau potable est une denrée rare. L’accès à l’eau potable et à l’énergie est un problème impactant sur le développement de Djibouti.

Djibouti doit avoir une politique eau potable très claire. Cette eau doit être accessible à toutes les populations urbaines et rurales. La question de la sécurité eau doit être clairement posée. Djibouti ne doit plus dépendre de la seule EDD pour régler ses besoins en énergie. La politique énergétique doit être revue en prenant en compte les énergies renouvelables et en permettant à d’autres acteurs d’investir dans ce secteur (projets attendues depuis des années).

8- EDUCATION ET FORMATION

L’enseignement public se meurt à Djibouti. L’école et l’université ne forment plus pour le marché de l’emploi. Aujourd’hui, inscrire son fils ou sa fille dans le privé n’est plus un effet de snobisme mais bien une nécessité que la plupart des familles ne peuvent pas supporter. Cela pose un problème de justice social.

Les élites se renouvelant en fonction du rang social. Le problème de l’adéquation de l’éducation aux niches d’emploi doit être posé en relation avec les différents acteurs. Des assises de l’éducation et de la formation doivent être organisées avec les acteurs pour cerner les problèmes et mettre l’école et l’université au service du développement national au lieu de gaspiller des millions pour des Etas généraux stériles (organisation d’un grand rassemblement des élèves au stade Gouled avec le président)

9- AFFAIRES SOCIALES ET SOLIDARITE

L’Etat à Djibouti semble avoir démissionné de sa mission d’impulsion de la solidarité au bénéfice des véritables nécessiteux. Les personnes frappées de handicap et les victimes de la conjoncture économique n’ont pas de cadre organisé pour les aider à se passer de l’aide.

Le fonds de solidarité nationale (FSN) et l’Agence djiboutienne de développement social (ADDS) sont loin d’atteindre leurs objectifs qui consistait non seulement à lutter contre la pauvreté et l'exclusion d’une frange importante de la population djiboutienne mais aussi celles de créer des activités génératrices de revenus au profit des populations déshérités.

Le secrétaire d’état en charge de la solidarité doit être plus visible et avoir des démembrements dynamiques pour mettre en place un vaste réseau d’appui aux nécessiteux en relation avec les communes et communautés rurales au lieu de glorifier la politique nauséabonde de Guelleh dans tous ses interventions publique. Les questions comme la pauvreté interpellent l’Etat au premier chef qui doit trouver des solutions urgentes et durables à ces problèmes.

10- SPORT ET CULTURE

Le sport à Djibouti semble être l’affaire de quelques bénévoles suant sous la chaleur de l’amateurisme et qui ne voient l’Etat qu’au moment de la récolte des fruits de la performance. Il est trop facile de brandir en récupération politique les trophées de ces bénévoles qui dans le secret des sacrifices d’avant trophées comptaient l’Etat parmi les abonnés absents. Cette politique de la récupération doit cesser au profit d’une véritable politique sportive articulée autour de l’école, des clubs et du milieu associatif. La stratégie doit être claire entre sport d’élite qui doit tendre vers le professionnalisme et sport de masse qui doit être une affaire collective nationale multi générationnelle.

Dans le domaine culturel, l’écoute doit être de mise. Les projets culturels ne doivent pas obéir à la seule inspiration du chef mais bien à la somme des avis des acteurs culturels. La culture doit dépasser le stade contemplatif et simplement folklorique. L’Etat doit poser la réflexion sur l’articulation du projet culturel au formatage des djiboutiens modernes enracinés autour de valeurs de progrès. Une fois le projet culturel bien campé, l’Etat doit mettre les moyens pour aider les vecteurs de ce projet que sont les acteurs culturels.

Au total, ce discours virtuel en 10 points n’a pas la prétention de l’exhaustivité. Seulement, les problèmes génériques de fond qu’il pose ne sauraient être esquivés ou mis au frigo.

Au-delà de la belle phraséologie du nouvel an, un discours sur l’état réel de la nation djiboutienne est de loin préférable au simple speech vertical du maitre à la nation. Le comprendre serait déjà un pas important vers plus de respect et de considération pour les citoyens qui, eux aussi, ont leur discours quotidiens en sourdine sur la nation. Il est inquiétant de constater que ce discours silencieux des citoyens passe peu à peu de la déception à la révolte sans qu’une oreille attentive n’entende cette complainte.

En 2010, plus d’humilité pourrait permette au discours de voir Djibouti au-delà de la simple lucarne électoraliste qui en plus d’être réductrice serait tentée de peindre à nouveau un tableau virtuel occultant la « réelle réalité ».

Oui pour un discours véritable calé à la mesure de ce peuple majeur et réfléchi qui préfère le miel sous la langue au miel dans les oreilles.

Où va Djibouti ?

Un discours qui ne répond pas avec précision et assurance à cette question sera comme les autres : rangés dans les armoires moisis (de l’ADI) des simples discours qui passent et repassent.

Plus qu’une année Monsieur le Président pour supporter, pour vous SUPPORTER.

Djiboutiennement

FreeDjibouti
freedjibouti@windowslive.com
http://afraissas.over-blog.com

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.