ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


17/02/10 (B538) « Dans un tel pays où il n’y a plus de maître suffisamment sage, tout le monde est maître ; où tout le monde est maître, tout le monde est dans la m…. » (Bouh Warsama)

Retrouvez l'intégralité des chroniques
de Bouh Warsama : lien

On ne le dira jamais assez ; être Djiboutienne ou Djiboutien à part entière est un droit reconnu autant pour les Afars qu’il l’est pour les Issas attachés au pays.

Ancrés dans leurs manœuvres vulgairement politicardes et d’un autre temps, apeurés à l’idée que leur trône et leurs prérogatives pourraient soudainement leur échapper et disparaître, les « squatters opportunistes et de circonstances » qui se sont autoproclamés à la tête du pays et qui occupent l’actuel Palais de l’Escale ne devraient même pas calculer ou contester ce droit à la citoyenneté djiboutienne ;

et en aucun cas user de tous les moyens les plus condamnables pour manipuler les uns, fomenter des haines, les lancer contre les autres et vice et versa.


Depuis l’autoproclamation d’Ismaïl Omar Guelleh en 1999 les choses ont bien changé. Changé ? Certes car Djibouti est devenu l’un des rares pays d’Afrique où, si l’on ajoute dix citoyens à vingt autres, on ne fait pas une addition, mais trente divisions.

C’est grâce à ces divisions entretenues financièrement à coups de millions d’euros ou de dollars US que le tyran a survécu derrière une fallacieuse image qui n’a abusé que lui.

Certes, entretenir des conflits y compris au-delà des frontières cela coûte quelques argents, on peut même affirmer que cela coûte « beaucoup et de plus en plus d’argent » mais les sommes offertes furent et sont encore de nos jours exclusivement escroquées sur les pléthores enveloppes financières des « Aides Publiques au Développement - APD » (ndlr : toujours en augmentation) affectées à Djibouti par « l’étranger » et ancien colonisateur.

Du fait que cela coûte très cher à Djibouti et pénalise les populations, son Excellentissime Sérénité Bobard 1er n’en a cure car ce n’est pas lui qui paie… mais c’est lui qui encaisse et ponctionne au passage !

Ceci étant dit, Issas et Afars ont nul besoin de condescendances émanant du Palais de l’Escale et ayant valeur de « léchage de c.. » et du reste, pas besoin de fausse et obséquieuse charité, et par contrepartie pas besoin de globalisation négative qui pourraient avoir le redoutable effet pervers d’en faire des « populations à part » en les opposant fictivement les uns contre les autres aux yeux du monde.

Des populations que l’on tente de monter sans cesse les unes contre les autres, que l’on désigne du doigt et qui risqueraient d’être mises, insidieusement et avec le temps, au banc de l’infamie. Pourtant nombreux et heureux furent et sont encore les mariages célébrés et les unions durables entre Afars et Issas.

L’histoire de ce monde a toujours démontré que la haine n’a jamais rien créé, n’a jamais rien construit de pérenne. Si la haine est une réaction des uns en réponse à la haine des autres, comment cette haine finira-t-elle si nul n’a le courage de tendre la main et de faire taire ainsi les corbeaux et autres corvidés ainsi que les rapaces de bas étage ; enfin toutes celles et ceux qui tirent profit des conflits entretenus ?

- Crever l’abcès, s’expliquer dans le calme :

La déloyauté par la traitrise étant, hélas, la seconde nature de certains « politiques », à Djibouti comme chez …l’étranger car ne nous trompons pas nul n’échappe à cette forme de règle universelle de l’imbécilité humaine ; c’est un moyen d’entretenir les conflits, de les fomenter et de les pérenniser.

C’est ainsi que de manière persistante reviennent deux grandes questions qui trop souvent tentent de diviser Issas et Afars et soulèvent des polémiques.

-« Tous les Mamassans pourraient-ils être responsables de tous les malheurs dont souffre le pays et particulièrement des crimes commis sur ordre d’Ismaïl Omar Guelleh ? »

De même ……..

-« Tous les Afars seraient-ils responsables des crimes perpétrés par quelques Afars – collabos de nature - qui ont fait allégeance à Ismaïl Omar Guelleh, ont déserté ainsi les valeurs de leur peuple et sont devenus insensibles à ses souffrances pour quelques deniers de Judas ? »

Dans ces deux cas, la réponse est incontestablement « NON ! » et prétendre rendre responsables tous les Issas et tous les Afars des crimes perpétrés par Ismaïl Omar et par quelques-uns de ses « Collabos cupides » et adeptes de la position politique couchée devant le Maître ce serait faire ouvertement démonstration de racisme et de rejet.

Constat est fait que ledit racisme comme l’exclusion commencent toujours par la généralisation, c'est-à-dire par la bêtise.

Penser c’est lire en soit pour oublier les différences ; si l’on veut enfin construire un autre Djibouti c’est par là que les « bâtisseurs » devront convenir de passer et certainement pas en entretenant les clivages et les désunions tout comme les seuls intérêts personnels de quelques-uns.

Pourtant, le reproche qui est fait aux « puissants » parmi les Mamassans, sur lequel à notre sens ils pourraient s’expliquer dans le calme et en toute sérénité afin d’apporter un éclairage sur ce délicat sujet, est de ne pas avoir TOUT mis en œuvre pour contraindre IOG afin qu’il respecte l’honneur et la dignité de la parole donnée au nom de tous les Mamassans ; ceci, en conformité avec les engagements pris par Hassan Gouled dans les quelques mois qui précédèrent l’indépendance de Djibouti en 1977.

Critique aussi à leur égard pour ne pas voir TOUT mis en œuvre pour faire pression sur le petit clan mené par IOG afin qu’il change ses pratiques sanguinaires….qui ont décimé, entre autres, les rangs de la classe politique issue d’avant et d’après l’indépendance du pays.

Pourquoi les dignitaires Mamassans n’ont-ils pas fait plein usage de leurs pouvoirs à haut niveau pour qu’Ismaïl Omar soit contraint de mener une politique du « Clean his stables, hold and manage the administration, build Djibouti with the people and for the people » (nettoyer ses écuries, tenir et diriger l'administration, construire Djibouti avec le peuple et pour le peuple…….) ?

Alors que les Mamassans sont très majoritairement victimes, tout autant que les autres, des crimes commis par le pouvoir actuel, ce qu’il est demandé à ceux qui détiennent la puissance c’est donc de contraindre aujourd’hui IOG à adopter une stratégie qui changerait des mauvaises habitudes instaurées et par trop faciles de la répression tous azimuts qui ne s’appuie pourtant que sur une minorité de « serviteurs » dans l’administration, au sein des Armées et de la Police.

-Il convient d’oser appeler un chat, un chat et de dénoncer ouvertement ce qui doit l’être !

Enfin la triste vérité.

Ce qu’il se passe à Djibouti, au Nord comme au Sud Ouest et jusque dans la capitale sont les signes évidents d’une guerre subversive émergeante consécutive à un « ras le bol quasi général » qui devrait s’ouvrir plus largement ; une véritable guerre qui risquerait bien d’enflammer les pays voisins.

Mais la guerre contre qui ?

Contre ce gouvernement lessivé par toutes les corruptions, qui est à bout de souffle, dirigé par Ismaïl Omar Guelleh, avec la marionnette Dileïta et le fantoche Fathi Beliki.

Ce dernier étant accessoirement Chef d’Etat Major Général des Armées (CEMGA), mais assurément bien plus apte à faire commerce de tout notamment pour la revente des armes et des équipements militaires octroyés par de généreux donateurs étrangers qu’à faire respecter l’intégrité du territoire national et les hommes et les femmes placés sous ses ordres.

Nombreux sont ceux qui s’en plaignent ouvertement au sein de « la grande muette ».

-En s’accaparant à titre personnel partie des matériels militaires pour les revendre et en faire commerce à son profit ;

-En participant à toutes les odieuses tromperies
sur les effets désastreux du conflit contre l’Erythrée, notamment sur le nombre de morts alors que nombreuses sont les familles totalement ignorées et rejetées par l’Etat Major et sans nouvelle du père, du frère, du mari ;

-En cautionnant l’expulsion de leur modeste logis des familles, parents âgés, femmes et enfants, des militaires qui eux ont le mérite et le courage de se battre pour leur pays et dont beaucoup, hélas, sont invalides ou décédés ;

-En abandonnant les Forces Armées Djiboutiennes engagées à Ras Doumeïra à leur triste sort avec peu de moyens et d’assistance, hormis ceux fournis par les « forces étrangères »…

Pour et par toutes ces raisons Fathi Beliki contribue à la lente destruction des Armées Djiboutiennes et applique ainsi, à la lettre, les directives d’Ismaïl Omar Guelleh qui veut réduire les Forces Armées Djiboutiennes et les Forces Nationales de Police à leur plus simple expression ; pour placer le moment venu, le peu qu’il en restera, sous l’autorité d’une Garde de mercenaires, triée sur le volet, surarmée et surpayée.

On voit en cela une volonté de préparation à une nouvelle transgression masquée, d’une part, à la Convention de l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA) pour l'élimination des mercenaires en Afrique qui date de 1972 et, d’autre part, à la Convention internationale contre le recrutement, l'utilisation, le financement et l'instruction de mercenaires établie en1989.

Ceux qui, parmi les Tyrans imbéciles et sanguinaires, ont une foi exclusive que dans leurs idées ne sont pas bien armés pour construire un Etat et faire des découvertes. En temps de paix, le mercenaire dérobe et s’enrichit, en temps de guerre il sera le premier à déserter, avec arme et bagages pour se réfugier à l’étranger.

-A qui incombe la responsabilité d’une telle situation ?

Ismaïl Omar Guelleh est porteur de l’entière responsabilité dans la situation actuelle, comme dans la persistance de conflits et de soulèvements au Nord comme au Sud Ouest du pays.

Cette situation est très préoccupante pour lui car elle met, indubitablement et à court terme, en danger son régime. C’est la raison pour laquelle il désire, voir implore le président Sarkozy pour que soient réétudiés et surtout appliqués, dans l’urgence, de nouveaux « Accords de Défense » entre Djibouti et la France ; plaçant les FFDJ en « première ligne »……….

Ce faisant il espère ainsi rééditer ce qui se fit lors du conflit des années 90 contre les Afars et se protéger d’autant mieux, aujourd’hui et demain, derrière les forces occidentales installées à Djibouti, principalement les FFDJ et les forces US.

Ce qu’il tente de résoudre c’est le fait que l’actuel contexte est bien différent car il est confronté non point à un mais à deux soulèvements d’importance, l’un entrainant l’autre et non plus l’un dressé contre l’autre.

Rien d’étonnant à ce, qu’une fois encore, il tente d’acheter çà et là quelques consciences.

Les atermoiements et les temporisations de l’Etat français confirment bien que le Tyran djiboutien se trompe lourdement sur sa stratégie d’un autre temps car en ce qui concerne la France, l’Elysée d’aujourd’hui n’est certes pas celui d’hier. Alors que le président Barak Obama semblerait, quant à lui, ne pas avoir une quelconque considération pour les « petits roitelets de pacotilles » qui usent et abusent de la tyrannie depuis si longtemps sous une false image de respectabilité.

Il est un fait que le malheur d’Ismaïl Omar et la cause de presque toutes ses calamités c’est sa capacité prodigieuse à ne croire qu’en lui, à s’admirer sans cesse dans son miroir virtuel et à persister ainsi dans une opiniâtre volonté à ignorer que le « coup fatal » à son régime viendra de l’intérieur.

Telle une dague ce coup jaillira de ses propres rangs ce qui devrait l’inciter à réfléchir sur ce vieux diction qui précise que « L’histoire de la tyrannie se répète éternellement en ce sens qu’il y a rarement de flatteries outrancières et de flagorneries sans coup de poignard ultime le moment venu ».

« Dans un tel pays où il n’y a plus de maître suffisamment sage, tout le monde est maître ; où tout le monde est maître, tout le monde est dans la m…. »

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.