ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


31/03/10 (B544) Les chroniques du Sergent-chef Ariko qui raconte les faces occultées de l'actualité djiboutienne.

Vite soigné à Riad, Zakaria revient en urgence au Pays

Malade, le général trois étoiles Zakaria Cheik Ibrahim, patron des forces armées djiboutiennes, a été évacué vers l'Arabie saoudite où il a été admis à l'hôpital Fayçal de Riad.

Bien soigné, il a récupéré très vite. En début de semaine, il est rentré à Djibouti où l'on dit, qu'il devrait bientôt être mis à la retraite. Le général Zakaria aurait-il beaucoup à se reprocher, pour être revenu si vite d'Arabie saoudite certainement en dépit des conseils des médecins qui le voulaient garder en observation pendant quelques jours ?

Le général Zakaria tient probablement à terminer sa vie dans son pays. Il semblait très fatigué à son retour.

Plus tard, le dictateur qui rentrait de Libye, est descendu de son avion, l'air d'un fou furieux. Il a vite salué les autorités civils et militaires ainsi que le Général Zakaria à qui il n'a même pas demandé des nouvelles de sa santé. Puis il s'est engouffré dans sa voiture et sans demander son reste, il est parti, escorté par le peloton motard de la Garde républicaine.

IOG revient furieux du sommet de Libye

Le dictateur revenait de ce sommet de Syrte où il n'avait pas obtenu ce qu'il voulait. De son côté, le guide Kadhafi n'a pas réussi à convaincre le président djiboutien de négocier avec son ennemi érythréen. L'affaire somalienne et le Darfour ont occupé tout le sommet et l'affaire djiboutienne de Doumera a été traitée "par-dessus la jambe".

IOG n'a pas été capable de convaincre ses frères arabes d'adopter son point de vue. Il a ordonné au premier ministre Dileita de venir le retrouver via le Koweit. Le dictateur veut ouvrir une ambassade djiboutienne dans cet émirat, car son épouse la Gabayo a un projet et on soupçonne que ce soit dans le but de soutirer de l'argent à l'épouse de l'Emir, qui s'est engagée dans des œuvres sociales…

L'opposition devrait dénoncer l'ouverture de cette nouvelle ambassade qui ne va rien apporter au peuple djiboutien ni au pays, mais qui n'aurait d'autre utilité que d'enrichir la "Paulette", comme l'appelle l'ARDHD. Le Peuple, si on le questionnait, serait aussi certainement hostile à ce projet stérile pour le pays.

Au pays c'est la pédagogie par la terreur et par la dissuasion.

Même les sympathisants de l'opposition, qui ont été témoins des traitements réservés à leurs aînés, hésiteront beaucoup avant de s'engager dans une quelconque contestation du pouvoir.

Ils n ont fait que ce que l'autorité coloniale leur avait enseigné ! A savoir que quand l'autorité ne réussit pas à dominer les chefs politiques traditionnels et religieux par l'assimilation, la corruption et/ou la peur, elle n'a plus qu'un objectif : celui de les briser et de les humilier. On ne demande pas à un chauffeur-livreur de se soucier du sort des colis qu'il livre. IOG a tiré profit des stages qu'il a effectués aux États-Unis où il a pu observer sur le terrain les méthodes utilisées par les tortionnaires contre les oppositions et les centrales syndicales.

Il saura en tirer profit aussitôt sa propre prise du pouvoir (dès 1996) quand le vieux Gouled était trop malade pour régner. Il a utilisé ces méthodes contre l'UGTD et le Synge en installant le ver dans le fruit. C'est de l'intérieur, par la corruption des uns, l'intimidation des autres et l'emprisonnement des irréductibles qu'il a acquis la reddition sans condition de ces organisations.

Ce dictateur a une vision binaire : ceux qui ne lui font pas acte d'allégeance, qui refusent de se soumettre en déclarant publiquement qu'ils le soutiennent, sont contre lui.

On image volontiers que tous les opposants Djiboutiens ne sont pas à l'image de DAF, de Mahdi et de ceux qui font trembler ce régime bête et méchant. La classe politique occidentale qui a une forte influence sur l'opinion publique, devrait pourtant s'interroger sur les moyens les plus réalistes, les plus justes et les plus efficaces pour régler le problème.

Ceux qui croient que la solution viendra d'un soutien aux régimes les plus corrompus et les plus brutaux, ont la mémoire courte.

Prenons un exemple : pendant des décennies, l'Occident a fermé les yeux sur la répression et la corruption généralisées, en Iran, sous la dictature du Chah. Quand il les rouvrit, les Ayatollahs étaient déjà au pouvoir et bien installés.

L'ignorance progresse dans tous les secteurs, car d'un côté l'instruction, en pleine crise, ne remplit plus son rôle et de l'autre, que les méthodes de communication des dictateurs sont devenues des armes redoutables, élaborées et efficaces !

Avec la misère qui se développe et qui concerne désormais la grande majorité du peuple, les frustrations s'installent et la population peut basculer dans un camp extrêmiste, qui saurait utiliser les rancoeurs à son profit.

Il faut sans cesse rappeler cette évidence : répression et corruption sont les deux mamelles de l'ignorance. Pour les organisations internationales et les puissances occidentales, continuer à soutenir IOG et son régime est plus qu'une grave erreur : c'est un crime !

Même ses pires adversaires reconnaissaient à Hassan Gouled une grande intelligence des situations, du courage et une vision politique notamment dans le domaine des relations avec la France.

Pour IOG, c'est différent ! Faudrait-il le classer dans même catégorie que le soi-disant Empereur Bokassa ?

Après Gouled qui fut un grand homme, avant que l'âge et l'ivresse du pouvoir absolu n'aient raison de ses facultés d'analyse et de responsabilité, quelle n'est pas la disgrâce pour ce peuple quand il est tombé sous la lourde patte d'un flic médiocre entraînant derrière lui une bande de profiteurs et de courtisans misérables.

Aucun peuple ne mérite cela ! Le peuple djiboutien encore moins que les autres, car il a toujours été dominé par son sens de la mesure, son attachement viscéral à la tolérance et à la paix, sa finesse d'esprit pour apporter des solutions réalistes à toutes les formes de litige ou de volonté de domination. En cela il est différent des autres et même exemplaire dans le concert des Nations.

Mais il faut reconnaître que le SDS a développé un art consommé dans le montage des scenarii de complots contre la sûreté de l'Etat et dans la diffusion d'enregistrements destinés à discréditer les hommes politiques et les autres gêneurs. Le cas de l'ex-ministre de l'éducation nationale, sous Hassan Gouled, Omar Chirdon Abass nous rappelle comment les actions du SDS peuvent être particulièrement dangereuses.

Le ministre avait été éjecté de l'éducation nationale à la suite de la diffusion d'une cassette audio où on découvre comment il avait insulté le futur dictateur IOG, qui n'était encore à l'époque que le petit chef de cabinet de Gouled. Qui peut prévoir les réactions d'un homme qui se retranche dans son bunker (palais de Haramous) après avoir perdu confiance dans tous ses amis et ses proches : l'exemple de Boreh illustre bien cela.

Pour le régime, DAF et Mahdi sont des refugiés politiques, mais ils sont étroitement surveillés (même en Belgique et en Angleterre). Surtout grâce à une discrète coopération entre les services de sécurité djiboutiens et français.

Bien qu'elle est tendance à être moins efficace qu'elle ne le fut. Depuis que le régime s'est (auto)ridiculisé aux yeux de l'opinion publique internationale, la France a cessé d'accorder ses faveurs au dictateur. Depuis la crise, avec le début d'un sévère programme d'ajustement structurel, l'administration djiboutienne, ultime refuge traditionnel des jeunes diplômés, a cessé de recruter.

Des promotions entières de médecins, d'ingénieurs, d'enseignants et autres techniciens sont alors venus grossir les rangs de la formidable armée de chômeurs.

A Djibouti, tout l'espoir des familles dans cette génération de jeunes, porteurs de l'avenir du pays en décollage économique, a été anéantie. Les familles qui espéraient dans une amélioration des conditions de vie, sont contraintes de subir au quotidien : le chômage, l'oisiveté et la lente marche vers l'abime (drogue, exemple= damahis faja , khat), (l'oisiveté exemple= jets de pierres, rivalités de bandes de jeunes livrés à eux, installation d'une paresse généralisée et probablement irréversible. Bref des générations sacrifiées sur l'autel de l'enrichissement de la classe dominante.

Le 9 février 2006 a été proclamée en grandes pompes << l'année de la jeunesse>>. En dehors de cette proclamation, aucune action, aucune initiative du gouvernement n'ont pu remédier à cette lente descente aux enfers de la jeunesse. Bien au contraire, ce ne fut qu'un supplément de misère et de désespoir.

Même le S.N.A. créé par le dictateur pour soulager nos jeunes de la détresse morale n'apportera au final que rancœur et enrollements forcés. Pourtant à sa création, la direction du S N A qui aurait pu être une excellente idée, avait été confiée au Lieutenant-Colonel Omar Bouh Goudahdeh. Malheureusement il fut très vite impliqué dans des scandales sexuelles a répétion.

L'une des filles du SNA a dénoncé les faits. Le dictateur a relevé Omar Bouh Goudadeh de ses fonctions et il a été muté dans la caserne "des morts" appellation de la Caserne Guedi Gab ou Bataillon du quartier général des forces armées.

Ce service fait office de bureau de liquidations (des droits ?) de tous les militaires, qu'ils soient officiers ou hommes du rang à partir du moment où ils sont devenus indésirables au sein de l'Armée.

Les Djiboutiens, qui étaient pourtant bien côtés sur le marché local de l'emploi, ne sont plus recherchés aujourd'hui et même on les éviterait dans les recrutements.

Le résultat est là : les jeunes veulent fuir le pays par tous les moyens. Combien de Djiboutiens émigrent vers la Suède, le Canada ou la Norvège, par exemple.

Pendant ce temps Djibouti s'endette et met la charge du remboursement sur le dos des enfants, des petits-enfants et des arrières-petits-enfants. Les nouveaux "warabeh" issus du 9 avril 1999 entendent de ne rien se refuser. Pressés de gouter aux plaisirs de la vie et d'exhiber au plus vite et avec ostentation les symboles d'une richesse accumulée en peu de temps et les attributs de leur nouveau pouvoir, ces nouveaux warabeys (hyène en langue somali) s'attribuent des trains de vie scandaleux. C'est le feuilleton "Dallas" à la sauce djiboutienne.

Tout est bon ! A coup de licences d'importation juteuse, de pots de vins (appelés "acho" ou "adkaga") de rachats à crédit et au prix de la casse, d'entreprises privatisées, de rackets sur les gros commerçants comme Al Gamil ou Nougaprix.

Après tant d'années d'attente, les Djiboutiens sont fatigués des mensonges, des tergiversations et des diversions (rivalité entre les clans, tribalisation forcée contre le gré et les aspirations de la population). Ils ont préféré se détourner de la chose politique, tant ils sont déçus par le comportement scandaleux des hommes qui étaient censés organiser et établir la jeune démocratie djiboutienne.

Sergent Ariko
Londres

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.